;


Sūkta 9.1 

svā́diṣṭʰayā mádiṣṭʰayā pávasva soma dʰā́rayā |
índrāya pā́tave sutáḥ || 1||



1. De la plus agréable-au-goût, de la plus enivrante coulée clarifie toi ô soma
    pressé, pour Indra, pour qu’il boive !



rakṣohā́ viśvácarṣaṇirabʰí yónimáyohatam |
drúṇā sadʰástʰamā́sadat || 2||



2. (Le soma) qui frappe les démons, (qui s’est répandu) sur tous les peuples, (s’est dirigé) vers (son) séjour-natal façonné par le fer,
    (le récipient) en bois ; il s’est installé (ainsi en son) siège.



varivodʰā́tamo bʰava máṃhiṣṭʰo vr̥trahántamaḥ |
párṣi rā́dʰo magʰónām || 3||



3. Sois (ô soma) celui qui confère au mieux le large-espace, (sois) le plus généreux, le Vrtrahan. par excellence;
    comble la faculté-de-donner des patrons-généreux !



abʰyàrṣa mahā́nāṃ devā́nāṃ vītímándʰasā |
abʰí vā́jamutá śrávaḥ || 4||



4. Coule pour (répondre à) l’invite (faite) aux grands dieux, (coule) avec (ton) jus,
    pour (procurer) prix-de-victoire ainsi que renom !



tvā́mácʰā carāmasi tádídártʰaṃ divédive |
índo tvé na āśásaḥ || 5||



5. C’est vers toi que nous marchons, tel (étant notre) but même, jour après jour ;
    ô suc-de-soma, en toi (demeurent) nos espoirs.



punā́ti te parisrútaṃ sómaṃ sū́ryasya duhitā́ |
vā́reṇa śáśvatā tánā || 6||



6. La Fille du soleil clarifie ton soma qui se répand tout autour,
    à travers (le tamis en) poil(s de brebis), d’un train perpétuel.



támīmáṇvīḥ samaryá ā́ gr̥bʰṇánti yóṣaṇo dáśa |
svásāraḥ pā́rye diví || 7||



7. Le saisissent pour la compétition les dix (doigts, ces) menues jeunes-femmes,
    (les dix) sœurs, au (point) décisif (du) jour ;



támīṃ hinvantyagrúvo dʰámanti bākuráṃ dŕ̥tim |
tridʰā́tu vāraṇáṃ mádʰu || 8||



8. (ces) vierges le mettent-en-branle, elles soufflent l’outre de bakura,
    (elles traient) la liqueur triplement protectrice.



abʰī̀mámágʰnyā utá śrīṇánti dʰenávaḥ śíśum |
sómamíndrāya pā́tave || 9||



9. Ce nourrisson, les vaches elles aussi, les vaches-laitières le fortifient-par-mélange,
    lui le soma, pour Indra, pour qu’il boive.



asyédíndro mádeṣvā́ víśvā vr̥trā́ṇi jigʰnate |
śū́ro magʰā́ ca maṃhate || 10||



10. C’est dans les ivresses de ce (soma qu’) Indra frappe tous les ennemis,
    et (que ce dieu) héros donne-généreusement les dons-généreux.






Sūkta 9.2 

pávasva devavī́ráti pavítraṃ soma ráṃhyā |
índramindo vŕ̥ṣā́ viśa || 1||



1. Clarifie toi, ô soma qui convies les dieux, (en passant) à travers le filtre, avec rapidité ;
    pénètre en Indra (comme) un taureau, ô suc-de-soma !



ā́ vacyasva máhi psáro vŕ̥ṣendo dyumnávattamaḥ |
ā́ yóniṃ dʰarṇasíḥ sadaḥ || 2||



2. Galope vers (nous) ici, grand festin, ô suc-de-soma (qui es un) taureau plein d’éclat ;
    installe toi en (ton) séjour-natal, (toi qui es) ferme (en tes assises) !



ádʰukṣata priyáṃ mádʰu dʰā́rā sutásya vedʰásaḥ |
apó vasiṣṭa sukrátuḥ || 3||



3. (Le soma) a été trait (en donnant pour lait) la liqueur aimée, coulée de (soma) pressé, de (soma) ordonnateur (du culte).
    Il s’est revêtu d’eau, (en sa) bonne force-délibérante.



mahā́ntaṃ tvā mahī́ránvā́po arṣanti síndʰavaḥ |
yádgóbʰirvāsayiṣyáse || 4||



4. De toi (ô soma) qui es grand, les eaux, grandes (elles-mêmes), les fleuves, coulent (tout) au long,
    quand tu dois-être-revêtu (du lait) des vaches.



samudró apsú māmr̥je viṣṭambʰó dʰarúṇo diváḥ |
sómaḥ pavítre asmayúḥ || 5||



5. L’océan (de soma) a été nettoyé dans les eaux ; étai, fondement du ciel,
    le soma dans le filtre, lui qui nous est favorable,



ácikradadvŕ̥ṣā hárirmahā́nmitró ná darśatáḥ |
sáṃ sū́ryeṇa rocate || 6||



6. il a mugi (en) taureau, l’alezan, grand, visible (à tous) comme Mitra ;
    il brille avec le soleil.



gírasta inda ójasā marmr̥jyánte apasyúvaḥ |
yā́bʰirmádāya śúmbʰase || 7||



7. Les chants (qu’on) t’(adresse), actifs, ô suc-de-soma, sont nettoyés-puissamment grâce à (ta) force-formidable,
    (ces chants) dont tu t’embellis pour l’ivresse.



táṃ tvā mádāya gʰŕ̥ṣvaya u lokakr̥tnúmīmahe |
táva práśastayo mahī́ḥ || 8||



8. C’est toi que nous invoquons pour l’ivresse frémissante, toi qui crées l’espace.
    Tes laudations sont grandes.



asmábʰyamindavindrayúrmádʰvaḥ pavasva dʰā́rayā |
parjányo vr̥ṣṭimā́m̐ iva || 9||



9. Pour nous-mêmes, ô suc-de-soma qui es voué à Indra, clarifie toi avec la coulée de liqueur,
    tel Parjanya le porteur de pluie !



goṣā́ indo nr̥ṣā́ asyaśvasā́ vājasā́ utá |
ātmā́ yajñásya pūrvyáḥ || 10||



10. Tu es un gagnant de vaches, ô suc-de-soma, un gagnant d’hommes-d’élite, un gagnant de chevaux et enfin un gagnant de prix ;
    (tu es) l’essence primordiale du sacrifice.






Sūkta 9.3 

eṣá devó ámartyaḥ parṇavī́riva dīyati |
abʰí dróṇānyāsádam || 1||



1. Voici le dieu immortel (qui) vole comme un (oiseau) ailé,
    pour s’installer dans les cuveaux-de-bois.



eṣá devó vipā́ kr̥tó'ti hvárāṃsi dʰāvati |
pávamāno ádābʰyaḥ || 2||



2. Voici le dieu fabriqué par la parole-inspirée, (qui) court à travers les obstacles,
    Pavamāna, impossible à tromper.



eṣá devó vipanyúbʰiḥ pávamāna r̥tāyúbʰiḥ |
hárirvā́jāya mr̥jyate || 3||



3. Voici le dieu Pavamāna (qui) est nettoyé par les panégyristes
    épris-du-Rta, (le dieu) alezan, en vue du prix-de-victoire.



eṣá víśvāni vā́ryā śū́ro yánniva sátvabʰiḥ |
pávamānaḥ siṣāsati || 4||



4. Voici (qu’)il cherche à gagner toutes choses délectables, tel un héros partant
    avec les guerriers, lui Pavamāna.



eṣá devó ratʰaryati pávamāno daśasyati |
āvíṣkr̥ṇoti vagvanúm || 5||



5. Voici le dieu (qui) va en char, Pavamāna (qui) honore (les fidèles de ses dons) ;
    il rend manifeste la résonance (du soma qu’on prépare).



eṣá víprairabʰíṣṭuto'pó devó ví gāhate |
dádʰadrátnāni dāśúṣe || 6||



6. Voici le dieu célébré par les poètes-inspirés, (qui) plonge dans les eaux,
    conférant des joyaux à l’adorateur.



eṣá dívaṃ ví dʰāvati tiró rájāṃsi dʰā́rayā |
pávamānaḥ kánikradat || 7||



7. Voici (qu’) il parcourt le ciel à travers les espaces-troubles, en (sa) coulée,
    lui Pavamāna qui mugit-puissamment.



eṣá dívaṃ vyā́sarattiró rájāṃsyáspr̥taḥ |
pávamānaḥ svadʰvaráḥ || 8||



8. Voici (qu’) il a franchi le ciel à travers les espaces-troubles, (ce dieu) invincible,
    Pavamāna, profitable au sacrifice.



eṣá pratnéna jánmanā devó devébʰyaḥ sutáḥ |
háriḥ pavítre arṣati || 9||



9. Voici le dieu (qui), selon l’engendrement antique, coule pour les dieux,
    (ce soma) pressé, alezan, dans le filtre.



eṣá u syá puruvrató jajñānó janáyanníṣaḥ |
dʰā́rayā pavate sutáḥ || 10||



10. Et voici le-célèbre (dieu) aux vœux multiples, (qui sitôt) né, faisant naître (à son tour) les jouissances,
    se clarifie avec (sa) coulée, (le soma) pressé.






Sūkta 9.4 

sánā ca soma jéṣi ca pávamāna máhi śrávaḥ |
átʰā no vásyasaskr̥dʰi || 1||



1. Gagne et conquiers, ô soma, ô Pavamāna, le grand renom (pour nous),
    et ainsi fais nous plus riches !



sánā jyótiḥ sánā svàrvíśvā ca soma saúbʰagā |
átʰā no vásyasaskr̥dʰi || 2||



2. Gagne (pour nous) la lumière, gagne le soleil et toutes bonnes fortunes, ô soma,
    et ainsi...



sánā dákṣamutá krátumápa soma mŕ̥dʰo jahi |
átʰā no vásyasaskr̥dʰi || 3||



3. Gagne (pour nous) force-agissante et force-délibérante,re(foule), ô soma, (et) frappe les ennemis,
    et ainsi...



pávītāraḥ punītána sómamíndrāya pā́tave |
átʰā no vásyasaskr̥dʰi || 4||



4. O clarificateurs, clarifiez le soma pour Indra, pour qu’il boive,
    et ainsi...



tváṃ sū́rye na ā́ bʰaja táva krátvā távotíbʰiḥ |
átʰā no vásyasaskr̥dʰi || 5||



5. Toi(-même, ô soma), donne-nous part au soleil, grâce à ta force-délibérante, à tes assistances,
    et ainsi...



táva krátvā távotíbʰirjyókpaśyema sū́ryam |
átʰā no vásyasaskr̥dʰi || 6||



6. Grâce à ta force-délibérante, à tes assistances, puissions-nous voir longtemps le soleil,
    et ainsi...



abʰyàrṣa svāyudʰa sóma dvibárhasaṃ rayím |
átʰā no vásyasaskr̥dʰi || 7||



7. Coule, ô soma bien armé, pour (procurer) la richesse à double renfort,
    et ainsi...



abʰyàrṣā́napacyuto rayíṃ samátsu sāsahíḥ |
átʰā no vásyasaskr̥dʰi || 8||



8. Coule, (toi qui es) inébranlable, pour (procurer) la richesse, toi qui triomphes dans les mêlées,
    et ainsi...



tvā́ṃ yajñaíravīvr̥dʰanpávamāna vídʰarmaṇi |
átʰā no vásyasaskr̥dʰi || 9||



9. C’est toi que (les officiants) ont invigoré par les sacrifices, ô Pavamāna, en sorte que tu répandes (tes dons),
    et ainsi...



rayíṃ naścitrámaśvínamíndo viśvā́yumā́ bʰara |
átʰā no vásyasaskr̥dʰi || 10||



10. La richesse éclatante, consistant en chevaux, (comportant) pleine durée-de-vie, ô suc-de-soma, apporte nous la,
    et ainsi...






Sūkta 9.5 

sámiddʰo viśvátaspátiḥ pávamāno ví rājati |
prīṇánvŕ̥ṣā kánikradat || 1||



1. (Sitôt) enflammé, de toutes parts le Maître, Pavamāna, brille au loin,
    satisfaisant (les dieux), taureau qui mugit-puissamment.



tánūnápātpávamānaḥ śŕ̥ṅge śíśāno arṣati |
antárikṣeṇa rā́rajat || 2||



2. Tanānapāt (qui est) Pavamāna, aiguisant ses cornes, coule
    en brillant-puissamment à travers l’espace-médian.



īḷényaḥ pávamāno rayírví rājati dyumā́n |
mádʰordʰā́rābʰirójasā || 3||



3. Digne d'être invoqué, (Agni qui est) Pavamāna, richesse éclatante, brille au loin
    avec les coulées de la liqueur, formidablement.



barhíḥ prācī́namójasā pávamāna str̥ṇánháriḥ |
devéṣu devá īyate || 4||



4. Jonchant formidablement la Litière (rituelle) tournée vers l’Est, Pavamāna l’alezan
    s’avance en dieu parmi les dieux.



údā́tairjihate br̥háddvā́ro devī́rhiraṇyáyīḥ |
pávamānena súṣṭutāḥ || 5||



5. S’ouvrent haut avec (leurs) ailes les deux Portes divines, dorées,
    bien louées par Pavamāna.



suśilpé br̥hatī́ mahī́ pávamāno vr̥ṣaṇyati |
náktoṣā́sā ná darśaté || 6||



6. (Vis-à-vis) des deux (femelles) bien parées, hautes, grandes, Nuit et Aurore, telles deux (femmes) belles à voir,
    Pavamāna se comporte en taureau.



ubʰā́ devā́ nr̥cákṣasā hótārā daívyā huve |
pávamāna índro vŕ̥ṣā || 7||



7. Les deux dieux au regard de maîtres, les deux Hotar divins, je les appelle.
    Pavamāna (, c’est) Indra taureau.



bʰā́ratī pávamānasya sárasvatī́ḷā mahī́ |
imáṃ no yajñámā́ gamantisró devī́ḥ supéśasaḥ || 8||



8. Que Bhāratī, Sarasvatî (et) Ilā (autrement dit) Mahî arrivent à
    ce sacrifice nôtre de Pavamāna, (ces) trois déesses aux beaux ornements !



tváṣṭāramagrajā́ṃ gopā́ṃ puroyā́vānamā́ huve |
índuríndro vŕ̥ṣā háriḥ pávamānaḥ prajā́patiḥ || 9||



9. Tvastr le premier-né, gardien, précurseur, je l’appelle.
    Le suc-de-soma (est) Indra, taureau, alezan ; Pavamāna (est) Prajāpati.



vánaspátiṃ pavamāna mádʰvā sámaṅgdʰi dʰā́rayā |
sahásravalśaṃ háritaṃ bʰrā́jamānaṃ hiraṇyáyam || 10||



10. L'Arbre, ô Pavamāna, oins le entièrement de la liqueur de la coulée (de soma),
    (l’arbre) aux mille rameaux, vert, flamboyant, doré !



víśve devāḥ svā́hākr̥tiṃ pávamānasyā́ gata |
vāyúrbŕ̥haspátiḥ sū́ryo'gníríndraḥ sajóṣasaḥ || 11||



11. O Tous-dieux, arrivez à l’énoncé « svāhā ! » de Pavamāna ;
    (qu’y arrivent aussi) Vāyu, Brhaspati, le Soleil, Agni, Indra, d’un même consentement !






Sūkta 9.6 

mandráyā soma dʰā́rayā vŕ̥ṣā pavasva devayúḥ |
ávyo vā́reṣvasmayúḥ || 1||



1. D’une coulée harmonieuse, ô soma, clarifie toi en taureau aimant les dieux,
    dans (le tamis en) poils de brebis, toi qui nous aimes !



abʰí tyáṃ mádyaṃ mádamíndavíndra íti kṣara |
abʰí vājíno árvataḥ || 2||



2. Vers cette-célèbre ivresse enivrante, ô suc-de-soma, coule, (te disant) ainsi « (je vais à) Indra »,
    vers les coursiers porteurs de prix !



abʰí tyáṃ pūrvyáṃ mádaṃ suvānó arṣa pavítra ā́ |
abʰí vā́jamutá śrávaḥ || 3||



3. Vers cette-célèbre ivresse primitive coule, (une fois) pressé, dans le filtre,
    vers le prix-de-victoire et le renom !



ánu drapsā́sa índava ā́po ná pravátāsaran |
punānā́ índramāśata || 4||



4. Les gouttes, les sucs-de-soma ont coulé à la suite (les uns des autres), telles les eaux sur la surface-déclive ;
    se clarifiant, ils ont atteint Indra.



yámátyamiva vājínaṃ mr̥jánti yóṣaṇo dáśa |
váne krī́ḷantamátyavim || 5||



5. (Le soma) que, comme un coursier gagnant-du-prix, nettoient les dix jeunes-femmes [les doigts],
    tandis qu’il joue dans (la cuve de) bois par-delà (le filtre en poils de) brebis,



táṃ góbʰirvŕ̥ṣaṇaṃ rásaṃ mádāya devávītaye |
sutáṃ bʰárāya sáṃ sr̥ja || 6||



6. cette sève puissante, (le soma) pressé, mélange le aux (laits des) vaches, pour l’ivresse,
    pour l’invite aux dieux, pour l'offrande !



devó devā́ya dʰā́rayéndrāya pavate sutáḥ |
páyo yádasya pīpáyat || 7||



7. Le dieu (Soma) se clarifie pour le dieu Indra avec (sa) coulée, (le soma) pressé,
    quand il fait se gonfler son lait.



ātmā́ yajñásya ráṃhyā suṣvāṇáḥ pavate sutáḥ |
pratnáṃ ní pāti kā́vyam || 8||



8. Essence du sacrifice, (une fois) pressé avec rapidité, (le soma) se clarifie ; (le soma) pressé
    veille-en-profondeur sur l’antique art-poétique.



evā́ punāná indrayúrmádaṃ madiṣṭʰa vītáye |
gúhā ciddadʰiṣe gíraḥ || 9||



9. Ainsi, te clarifiant, toi qui aimes Indra, ô (soma) très enivrant, en sorte qu’(Indra) agrée l’ivresse,
    tu portes (en ton sein) les chants, si cachés (qu’ils soient en apparence).






Sūkta 9.7 

ásr̥gramíndavaḥ patʰā́ dʰármannr̥tásya suśríyaḥ |
vidānā́ asya yójanam || 1||



1. Ils ont été lâchés sur le chemin du Rta, les sucs-de-soma, dans la tenure (du Rta, ces sucs) prestigieux,
    qui réalisent le trajet de ce (soma).



prá dʰā́rā mádʰvo agriyó mahī́rapó ví gāhate |
havírhavíṣṣu vándyaḥ || 2||



2. Coulée de liqueur, (le soma marche) en avant, tenant-la-tête ; il plonge dans les grandes eaux,
    offrande parmi les offrandes, (dieu) célébrable.



prá yujó vācó agriyó vŕ̥ṣā́va cakradadváne |
sádmābʰí satyó adʰvaráḥ || 3||



3. (Il marche) en avant, venant-en-tête de la parole accompagnante ; taureau, il a mugi en des(cendant vers la cuve de) bois,
    vers (son) siège, (lui qui est) le vrai sacrifice.



pári yátkā́vyā kavírnr̥mṇā́ vásāno árṣati |
svàrvājī́ siṣāsati || 4||



4. Lorsqu’il coule tout autour, vêtu d’arts-poétiques, lui Poète, de virilités,
    porteur de prix, il cherche à gagner le soleil.



pávamāno abʰí spŕ̥dʰo víśo rā́jeva sīdati |
yádīmr̥ṇvánti vedʰásaḥ || 5||



5. Pavamāna assiège les ennemis comme le Roi (entoure ses) sujets,
    quand le mettent-en-mouvement les ordonnateurs (du sacrifice).



ávyo vā́re pári priyó hárirváneṣu sīdati |
rebʰó vanuṣyate matī́ || 6||



6. (Le dieu) aimé, l’alezan, est assis autour (du tamis en) poil(s) de brebis, dans les (cuves de) bois ;
    barde, il est mis-en-état-de-grâce par l’hymne.



sá vāyúmíndramaśvínā sākáṃ mádena gacʰati |
ráṇā yó asya dʰármabʰiḥ || 7||



7. Le (soma) va vers Vāyu, vers Indra, vers les deux Aśvin, en même temps que l’ivresse,
    (ivresse) qui est joyeusement (présente) dans ses comportements.



ā́ mitrā́váruṇā bʰágaṃ mádʰvaḥ pavanta ūrmáyaḥ |
vidānā́ asya śákmabʰiḥ || 8||



8. (Amenant) vers ici Varuna-Mitra (et) Bhaga, les vagues de la liqueur (sômique) se clarifient,
    procurant (les biens) selon les capacités de ce (soma).



asmábʰyaṃ rodasī rayíṃ mádʰvo vā́jasya sātáye |
śrávo vásūni sáṃ jitam || 9||



9. Pour nous (autres), ô Deux Mondes, conquérez la richesse, afin que (nous) gagnions le prix-de-victoire
    (consistant en) liqueur (sômique), le renom (et) les biens-matériels !






Sūkta 9.8 

eté sómā abʰí priyámíndrasya kā́mamakṣaran |
várdʰanto asya vīryàm || 1||



1. Voici les soma (qui) ont coulé au-devant du désir cher d’Indra,
    renforçant la force-virile de ce (dieu).



punānā́saścamūṣádo gácʰanto vāyúmaśvínā |
té no dʰāntu suvī́ryam || 2||



2. Se clarifiant, sis dans les cuves, allant vers Vāyu, vers les deux Asvin,
    que ces (soma) nous confèrent abondance d’hommes-utiles !



índrasya soma rā́dʰase punānó hā́rdi codaya |
r̥tásya yónimāsádam || 3||



3. O soma, aiguise pour le don le cœur d’Indra, en te clarifiant,
    pour (t’)installer au séjour-natal du Rta !



mr̥jánti tvā dáśa kṣípo hinvánti saptá dʰītáyaḥ |
ánu víprā amādiṣuḥ || 4||



4. Te nettoient les dix doigts (de l’officiant), (te) mettent en branle les sept intelligences,
    en suite (de quoi) les orateurs-inspirés ont marqué-leur-joie.



devébʰyastvā mádāya káṃ sr̥jānámáti meṣyàḥ |
sáṃ góbʰirvāsayāmasi || 5||



5. Toi qui t’es répandu pour les dieux, pour l’ivresse, (en passant) au-delà (du tamis en poils) de brebis,
    nous te vêtons entièrement de (lait de) vaches.



punānáḥ kaláśeṣvā́ vástrāṇyaruṣó háriḥ |
pári gávyānyavyata || 6||



6. Se clarifiant dans les récipients, le (dieu) fauve, l’alezan, a endossé
    les vêtements faits de (lait de) vaches.



magʰóna ā́ pavasva no jahí víśvā ápa dvíṣaḥ |
índo sákʰāyamā́ viśa || 7||



7. Donne-nous-en-te-clarifiant des patrons-généreux, frappe (et) re(foule) tous les ennemis,
    ô suc-de-soma, pénètre en (Indra, ton) ami !



vr̥ṣṭíṃ diváḥ pári srava dyumnáṃ pr̥tʰivyā́ ádʰi |
sáho naḥ soma pr̥tsú dʰāḥ || 8||



8. La pluie du ciel, fais la couler tout autour ; l’éclat (venant) de la terre,
    confère le nous, ô soma, (ainsi que) la force-victorieuse dans les batailles !



nr̥cákṣasaṃ tvā vayámíndrapītaṃ svarvídam |
bʰakṣīmáhi prajā́míṣam || 9||



9. Toi au regard de maître, qui procures le soleil, puissions-nous, (une fois) bu par Indra,
    te consommer (à notre tour, ayant du même coup en partage) descendance (et) jouissance !






Sūkta 9.9 

pári priyā́ diváḥ kavírváyāṃsi naptyòrhitáḥ |
suvānó yāti kavíkratuḥ || 1||



1. Poète du ciel, (le soma) parcourt les étapes aimées, (une fois qu’il a été) placé entre les deux nièces [les mains de l’officiant] ;
    (il ya, une fois) pressé, ayant la force-délibérante d’un poète.



prápra kṣáyāya pányase jánāya júṣṭo adrúhe |
vītyàrṣa cániṣṭʰayā || 2||



2. Toujours plus avant, te plaisant à la résidence vénérable, à l’être-humain exempt de dol,
    coule (à la faveur) d’une invite réjouissante au plus haut degré !



sá sūnúrmātárā śúcirjātó jāté arocayat |
mahā́nmahī́ r̥tāvŕ̥dʰā || 3||



3. (Agissant) en fils pur, (le soma, sitôt) né, a fait resplendir ses deux parents (Ciel et Terre), nés (eux-mêmes) ;
    (devenu) grand, (il les a rendus) grands, eux ayant crû selon le Rta.



sá saptá dʰītíbʰirhitó nadyò ajinvadadrúhaḥ |
yā́ ékamákṣi vāvr̥dʰúḥ || 4||



4. Incité par les sept intelligences, il a animé les rivières exemptes de dol,
    qui ont invigoré (son) œil unique.



tā́ abʰí sántamástr̥taṃ mahé yúvānamā́ dadʰuḥ |
índumindra táva vraté || 5||



5. Ces (rivières) ont placé le jeune (Soma) triomphant, irrésistible, en (situation de) prestige ;
    (elles ont mis) le suc-de-soma, ô Indra, sous ta volonté.



abʰí váhnirámartyaḥ saptá paśyati vā́vahiḥ |
krívirdevī́ratarpayat || 6||



6. Cocher, tirant-puissamment (le char rituel, le soma) immortel considère les sept (intelligences) ;
    le Krivi a rassasié les (rivières) divines.



ávā kálpeṣu naḥ pumastámāṃsi soma yódʰyā |
tā́ni punāna jaṅgʰanaḥ || 7||



7. Favorise nous dans les rites, ô (soma) mâle; les ténèbres qui sont à combattre, ô soma,
    frappe les puissamment, en te clarifiant !



nū́ návyase návīyase sūktā́ya sādʰayā patʰáḥ |
pratnavádrocayā rúcaḥ || 8||



8. Ainsi donc, prépare les voies pour un hymne plus nouveau, (oui) plus nouveau (encore),
    selon le mode-antique fais briller les brillances (de l’inspiration) !



pávamāna máhi śrávo gā́máśvaṃ rāsi vīrávat |
sánā medʰā́ṃ sánā svàḥ || 9||



9. O Pavamāna, donne grand renom, vache, cheval, abondance en hommes-utiles ;
    gagne (pour nous) la sagesse, gagne le soleil !






Sūkta 9.10 

prá svānā́so rátʰā ivā́rvanto ná śravasyávaḥ |
sómāso rāyé akramuḥ || 1||



1. Résonnant comme des chars, aimant le renom comme des coursiers,
    les soma se sont avancés pour la richesse.



hinvānā́so rátʰā iva dadʰanviré gábʰastyoḥ |
bʰárāsaḥ kāríṇāmiva || 2||



2. Mis en branle comme des chars, ils ont couru sous les deux bras (de l’ofiiciant),
    tels les enjeux d’hommes-cherchant-la-décision.



rā́jāno ná práśastibʰiḥ sómāso góbʰirañjate |
yajñó ná saptá dʰātŕ̥bʰiḥ || 3||



3. Comme les Rois (sont oints) par les panégyriques, les soma sont oints par (le lait des) vaches,
    comme le sacrifice (est oint aussi) par les sept installateurs.



pári suvānā́sa índavo mádāya barháṇā girā́ |
sutā́ arṣanti dʰā́rayā || 4||



4. (Une fois) pressés pour l’ivresse, avec violence, avec (accompagnement du) chant, les sucs-de-soma,
    les (soma) pressés coulent en jet tout autour.



āpānā́so vivásvato jánanta uṣáso bʰágam |
sū́rā áṇvaṃ ví tanvate || 5||



5. Ayant atteint (la région) de Vivasvant, engendrant les Aurores (et) Bhaga,
    (ces soma) tendent au loin le tamis (comme) des soleils (tendent leurs rayons).



ápa dvā́rā matīnā́ṃ pratnā́ r̥ṇvanti kārávaḥ |
vŕ̥ṣṇo hárasa āyávaḥ || 6||



6. Les hérauts antiques ouvrent les portes des pensées-poétiques,
    (comme font aujourd’hui encore) les Ayu, pour la prise-en-charge du (soma-)taureau.



samīcīnā́sa āsate hótāraḥ saptájāmayaḥ |
padámékasya píprataḥ || 7||



7. Groupés-ensemble, sont assis les officiants aux sept (intelligences) germaines,
    qui sauvegardent le pas du (dieu) unique.



nā́bʰā nā́bʰiṃ na ā́ dade cákṣuścitsū́rye sácā |
kavérápatyamā́ duhe || 8||



8. (Le soma) a relié sa parenté (divine) à notre parenté (humaine), comme l’œil (est relié) au soleil ensemble.
    La descendance du Poète (sômique) a été traite.



abʰí priyā́ diváspadámadʰvaryúbʰirgúhā hitám |
sū́raḥ paśyati cákṣasā || 9||



9. (Le soma) considère les (étapes) aimées, le séjour du ciel tenu en secret par les officiants-manuels ;
    (il le voit) grâce à l’œil du soleil.






Sūkta 9.11 

úpāsmai gāyatā naraḥ pávamānāyéndave |
abʰí devā́m̐ íyakṣate || 1||



1. Vers ce (dieu) Pavamāna, vers le suc-de-soma, chantez, ô maîtres,
    vers lui qui cherche à atteindre les dieux !



abʰí te mádʰunā páyó'tʰarvāṇo aśiśrayuḥ |
deváṃ devā́ya devayú || 2||



2. Les Atharvan ont fortifié-par-mélange le lait avec ta liqueur ;
    (ils t’ont fortifié, ô soma qui es) un dieu, pour le dieu (Indra), en intention-divine.



sá naḥ pavasva śáṃ gáve śáṃ jánāya śámárvate |
śáṃ rājannóṣadʰībʰyaḥ || 3||



3. Tel (étant), clarifie toi (en sorte d’apporter) bien-être à notre (groupe de) vache(s), bien-être à (notre groupe d’)homme(s), bien-être à (notre groupe de) coursier(s),
    bien-être, ô roi (soma), aux plantes !



babʰráve nú svátavase'ruṇā́ya divispŕ̥śe |
sómāya gātʰámarcata || 4||



4. Ainsi donc, au brun soma, (au soma) fort par lui-même, (au soma) rosé,
    qui touche au ciel, chantez une mélodie !



hástacyutebʰirádribʰiḥ sutáṃ sómaṃ punītana |
mádʰāvā́ dʰāvatā mádʰu || 5||



5. Le soma pressé à l’aide des pierres mues par la main (de l’officiant), clarifiez le,
    détrempez le (doux soma) dans le doux (liquide, lait ou eau) !



námasédúpa sīdata dadʰnédabʰí śrīṇītana |
índumíndre dadʰātana || 6||



6. Approchez vous de (ce soma) avec révérence, fortifiez-le-par-mélange avec le lait suri,
    mettez le suc-de-soma dans Indra !



amitrahā́ vícarṣaṇiḥ pávasva soma śáṃ gáve |
devébʰyo anukāmakŕ̥t || 7||



7. Toi qui frappes les adversaires, qui circules au loin, clarifie toi, ô soma, pour le bien-être de (notre groupe de) vache(s),
    toi qui agis pour les dieux selon leur désir !



índrāya soma pā́tave mádāya pári ṣicyase |
manaścínmánasaspátiḥ || 8||



8. Pour Indra, ô soma, pour qu’il boive, pour (son) ivresse, on te verse tout autour,
    toi qui comprends la pensée (en tant que) maître de la Pensée.



pávamāna suvī́ryaṃ rayíṃ soma rirīhi naḥ |
índavíndreṇa no yujā́ || 9||



9. O Pavamāna, octroie nous abondance en hommes-utiles (et) richesse, ô soma,
    ô suc-de-soma, avec Indra pour notre allié !






Sūkta 9.12 

sómā asr̥gramíndavaḥ sutā́ r̥tásya sā́dane |
índrāya mádʰumattamāḥ || 1||



1. Les soma ont été lâchés, les sucs-de-soma pressés, au siège du Rta,
    pour Indra, (ces soma) tout pleins de liqueur.



abʰí víprā anūṣata gā́vo vatsáṃ ná mātáraḥ |
índraṃ sómasya pītáye || 2||



2. Les orateurs-inspirés ont crié-d’allégresse vers Indra, comme les vaches mères
    vers le veau, afin qu’ Indra boive le soma.



madacyútkṣeti sā́dane síndʰorūrmā́ vipaścít |
sómo gaurī́ ádʰi śritáḥ || 3||



3. Mettant en mouvement l’ivresse, il réside au siège (du Rta), dans la vague du fleuve, le soma
    qui comprend les mots-inspirés, qui prend appui sur (la peau de) buffle.



divó nā́bʰā vicakṣaṇó'vyo vā́re mahīyate |
sómo yáḥ sukrátuḥ kavíḥ || 4||



4. (Le dieu) qui regarde au loin au nombril du ciel prend de l’importance dans le (tamis en) poil(s) de brebis,
    le soma, ce Poète à la bonne force-délibérante.



yáḥ sómaḥ kaláśeṣvā́m̐ antáḥ pavítra ā́hitaḥ |
támínduḥ pári ṣasvaje || 5||



5. Le soma qui a été placé dedans les récipients, sur le filtre,
    c’est lui que le suc-de-soma tient embrassé.



prá vā́camínduriṣyati samudrásyā́dʰi viṣṭápi |
jínvankóśaṃ madʰuścútam || 6||



6. Le suc-de-soma pousse en avant la parole (jusque) vers la voussure de l’océan,
    vivifiant la cuve qui dégoutte de liqueur.



nítyastotro vánaspátirdʰīnā́mantáḥ sabardúgʰaḥ |
hinvānó mā́nuṣā yugā́ || 7||



7. Lui qui a son mode-de-louange propre, Arbre des intuitions (sises) au-dedans (du cœur), surnaturellement trait,
    mettant en branle les âges humains,



abʰí priyā́ diváspadā́ sómo hinvānó arṣati |
víprasya dʰā́rayā kavíḥ || 8||



8. le soma coule vers les séjours chers du ciel, (une fois) mis en branle,
    (ce) Poète, avec la coulée (née du travail) de l’orateur-inspiré.



ā́ pavamāna dʰāraya rayíṃ sahásravarcasam |
asmé indo svābʰúvam || 9||



9. O Pavamāna, fais (nous) tenir la richesse aux mille facettes,
    pour nous, ô suc-de-soma, (la richesse) efficace !






Sūkta 9.13 

sómaḥ punānó arṣati sahásradʰāro átyaviḥ |
vāyóríndrasya niṣkr̥tám || 1||



1. Se clarifiant, le soma coule, (avec ses) mille jets, par-dessus (le tamis en poils de) brebis,
    pour le rendez-vous de Vāyu (et) d’Indra.



pávamānamavasyavo vípramabʰí prá gāyata |
suṣvāṇáṃ devávītaye || 2||



2. Entonnez le chant vers Pavamāna, ô vous qui cherchez assistance, vers (le dieu) inspiré,
    qui a été pressé pour l’invite aux dieux !



pávante vā́jasātaye sómāḥ sahásrapājasaḥ |
gr̥ṇānā́ devávītaye || 3||



3. Ils se clarifient pour gagner le prix-de-victoire, les soma aux mille formes,
    chantés pour l’invite aux dieux.



utá no vā́jasātaye pávasva br̥hatī́ríṣaḥ |
dyumádindo suvī́ryam || 4||



4. Ainsi donc, pour que (nous) gagnions le prix-de-victoire, clarifie toi, nous (procurant) de hautes jouissances,
    un (trésor) éclatant, ô suc-de-soma, une abondance en hommes-utiles !



té naḥ sahasríṇaṃ rayíṃ pávantāmā́ suvī́ryam |
suvānā́ devā́sa índavaḥ || 5||



5. Qu’ils se clarifient, nous (procurant) la richesse milluple, l’abondance en hommes-utiles,
    (une fois) pressés, (ces) dieux, les sucs-de-soma !



átyā hiyānā́ ná hetŕ̥bʰirásr̥graṃ vā́jasātaye |
ví vā́ramávyamāśávaḥ || 6||



6. Tels des coursiers, incités par les incitateurs, (les soma) ont été lâchés pour gagner le prix-de-victoire,
    (chevaux) rapides, à travers (le tamis en) poil(s) de brebis.



vāśrā́ arṣantī́ndavo'bʰí vatsáṃ ná dʰenávaḥ |
dadʰanviré gábʰastyoḥ || 7||



7. Mugissants, les sucs-de-soma coulent vers (la cuve), comme les vaches-laitières (vont) vers le veau ;
    ils ont couru entre les deux bras (de l’officiant).



júṣṭa índrāya matsaráḥ pávamāna kánikradat |
víśvā ápa dvíṣo jahi || 8||



8. Agréé par Indra, enivrant, ô Pavamāna qui mugis puissamment,
    re(foule et) frappe tous les ennemis !



apagʰnánto árāvṇaḥ pávamānāḥ svardŕ̥śaḥ |
yónāvr̥tásya sīdata || 9||



9. Re(foulant et) frappant les impies, ô Pavamāna’s qui voyez le soleil,
    asseyez-vous au séjour-natal du Rta !






Sūkta 9.14 

pári prā́siṣyadatkavíḥ síndʰorūrmā́vádʰi śritáḥ |
kāráṃ bíbʰratpuruspŕ̥ham || 1||



1. Le Poète (soma) s’est élancé tout autour (du tamis), prenant appui sur la vague du fleuve,
    portant (sur lui) le coup-décisif tant souhaité.



girā́ yádī sábandʰavaḥ páñca vrā́tā apasyávaḥ |
pariṣkr̥ṇvánti dʰarṇasím || 2||



2. Lorsque, (aidés) par le chant, les cinq bataillons apparentés, [les dix doigts de l’officiant] actifs,
    entourent-d’apprêts (le soma) ferme (en ses assises),



ā́dasya śuṣmíṇo ráse víśve devā́ amatsata |
yádī góbʰirvasāyáte || 3||



3. alors Tous les Dieux se sont enivrés à la sève de ce (soma) fougueux,
    lorsqu’il se revêt (du lait) des vaches.



niriṇānó ví dʰāvati jáhacʰáryāṇi tā́nvā |
átrā sáṃ jigʰnate yujā́ || 4||



4. Laissant suinter (son jus, le soma) court à travers (le tamis), dépouillant les parties-fibreuses de son corps.
    Puis il s’agrège à (Indra, son) allié.



naptī́bʰiryó vivásvataḥ śubʰró ná māmr̥jé yúvā |
gā́ḥ kr̥ṇvānó ná nirṇíjam || 5||



5. Lui qui fut nettoyé par les nièces de Vivasvant, tel un beau jeune homme,
    en faisant (du lait) des vaches comme son vêtement-neuf,



áti śritī́ tiraścátā gavyā́ jigātyáṇvyā |
vagnúmiyarti yáṃ vidé || 6||



6. (ce soma), prenant appui sur le fin (tamis), s’avance au-delà, (passant) en biais, (pour gagner le lait) des vaches ;
    il émet la rumeur qu’on connaît (bien).



abʰí kṣípaḥ sámagmata marjáyantīriṣáspátim |
pr̥ṣṭʰā́ gr̥bʰṇata vājínaḥ || 7||



7. Les doigts (de l’officiant) se sont assemblés, nettoyant le Maître de la jouissance ;
    ils saisissent les dos du (soma) gagnant-du-prix.



pári divyā́ni mármr̥śadvíśvāni soma pā́rtʰivā |
vásūni yāhyasmayúḥ || 8||



8. Serrant fortement tous biens-matériels, célestes (et) terrestres, tout autour,
    ô soma, va (de l’avant), toi qui nous aimes !






Sūkta 9.15 

eṣá dʰiyā́ yātyáṇvyā śū́ro rátʰebʰirāśúbʰiḥ |
gácʰanníndrasya niṣkr̥tám || 1||



1. Voici (le soma qui), grâce à la pensée-poétique, s’avance par le fin (tamis, tel un) héros aux chars rapides,
    allant au rendez-vous d’Indra.



eṣá purū́ dʰiyāyate br̥haté devátātaye |
yátrāmŕ̥tāsa ā́sate || 2||



2. Voici (qu’) il exerce-sa-pensée multiplement en vue de la haute fonction divine,
    là où les Immortels sont assis.



eṣá hitó ví nīyate'ntáḥ śubʰrā́vatā patʰā́ |
yádī tuñjánti bʰū́rṇayaḥ || 3||



3. Voici (qu’) incité (par les doigts de l’officiant,) il est conduit vers l’intérieur (du vase) par un beau chemin,
    quand (les opérateurs) s’affairant (le) battent.



eṣá śŕ̥ṅgāṇi dódʰuvacʰíśīte yūtʰyò vŕ̥ṣā |
nr̥mṇā́ dádʰāna ójasā || 4||



4. Voici (que), secouant puissamment ses cornes, il (les) aiguise, taureau du troupeau,
    assumant les exploits-virils avec une force-formidable.



eṣá rukmíbʰirīyate vājī́ śubʰrébʰiraṃśúbʰiḥ |
pátiḥ síndʰūnāṃ bʰávan || 5||



5. Voici (qu’) il s’élance, gagnant-du-prix, avec ses tiges étince-lantes, belles,
    lui qui est le Maître des fleuves.



eṣá vásūni pibdanā́ páruṣā yayivā́m̐ áti |
áva śā́deṣu gacʰati || 6||



6. Voici (qu’) ayant traversé (le tamis en abandonnant) la nodosité (de sa tige), il descend
    (procurer) des biens-matériels solides, en (sa forme de fins) rameaux.



etáṃ mr̥janti márjyamúpa dróṇeṣvāyávaḥ |
pracakrāṇáṃ mahī́ríṣaḥ || 7||



7. Voici (ce soma) digne d’être nettoyé, (que) nettoient les Ayu s’ap(prochant) des cuveaux-de-bois,
    lui qui met au grand jour de puissantes jouissances.



etámu tyáṃ dáśa kṣípo mr̥jánti saptá dʰītáyaḥ |
svāyudʰáṃ madíntamam || 8||



8. Voici le-célèbre (soma que) les dix doigts (de l'officiant) nettoient, les sept intelligences,
    lui le bien armé, le très enivrant.






Sūkta 9.16 

prá te sotā́ra oṇyò rásaṃ mádāya gʰŕ̥ṣvaye |
sárgo ná taktyétaśaḥ || 1||



1. Les presseurs (de soma) pro(jettent) ta sève à (travers leurs) bras, en vue de l’ivresse frémissante.
    Etaśa fonce, tel l’élan (des eaux lâchées).



krátvā dákṣasya ratʰyàmapó vásānamándʰasā |
goṣā́máṇveṣu saścima || 2||



2. Grâce à la force-délibérante (, base) de la force-agissante, nous avons accompagné (en pensée le soma), conducteur-du-char, qui se revêt d’eau en tant que plante,
    gagnant (le lait de) vache dans les fins (tamis où il passe).



ánaptamapsú duṣṭáraṃ sómaṃ pavítra ā́ sr̥ja |
punīhī́ndrāya pā́tave || 3||



3. Le soma inaccessible, insurmontable dans les eaux, laisse le couler dans le filtre,
    clarifie (le) pour Indra, pour qu’il boive !



prá punānásya cétasā sómaḥ pavítre arṣati |
krátvā sadʰástʰamā́sadat || 4||



4. Avec la compréhension d’un (être) qui se clarifie, le soma coule en avant dans le filtre ;
    grâce à (sa) force-délibérante, il s’est installé sur (son) siège.



prá tvā námobʰiríndava índra sómā asr̥kṣata |
mahé bʰárāya kāríṇaḥ || 5||



5. Les sucs, les soma ont été lâchés avec hommages au-devant de toi, ô Indra,
    eux qui emportent-la-décision dans le grand enjeu.



punānó rūpé avyáye víśvā árṣannabʰí śríyaḥ |
śū́ro ná góṣu tiṣṭʰati || 6||



6. Se clarifiant dans la forme-concrète (du tamis en poils) de brebis, coulant pour (atteindre) tous prestiges,
    (le soma) se tient là, tel un héros (prêt) à (conquérir) des vaches.



divó ná sā́nu pipyúṣī dʰā́rā sutásya vedʰásaḥ |
vŕ̥tʰā pavítre arṣati || 7||



7. Se gonflant comme le dos du ciel, le jet de (soma) pressé, du (dieu) ordonnateur (du culte),
    coule à sa guise dans le filtre.



tváṃ soma vipaścítaṃ tánā punāná āyúṣu |
ávyo vā́raṃ ví dʰāvasi || 8||



8. Toi, ô soma, qui comprends les mots-inspirés quand tu te clarifies d’un trait chez les Âyu,
    tu cours à travers (le tamis en) poil(s) de brebis.






Sūkta 9.17 

prá nimnéneva síndʰavo gʰnánto vr̥trā́ṇi bʰū́rṇayaḥ |
sómā asr̥gramāśávaḥ || 1||



1. Frappant les ennemis, (les soma) qui s’affairent, tels des fleuves (allant) selon la pente,
    ont été lâchés en avant, les soma rapides.



abʰí suvānā́sa índavo vr̥ṣṭáyaḥ pr̥tʰivī́miva |
índraṃ sómāso akṣaran || 2||



2. (Une fois) pressés, les sucs-de-soma, telles les pluies en direction de la terre,
    ont coulé (en direction d’) Indra, les soma.



átyūrmirmatsaró mádaḥ sómaḥ pavítre arṣati |
vigʰnánrákṣāṃsi devayúḥ || 3||



3. Le soma dont la vague dé(borde le filtre) coule, ivresse enivrante, dans le filtre,
    dis(persant et) frappant les démonialités, aimant les dieux.



ā́ kaláśeṣu dʰāvati pavítre pári ṣicyate |
uktʰaíryajñéṣu vardʰate || 4||



4. Il court vers les récipients, se déverse tout autour dans le filtre ;
    au moyen des hymnes il se renforce pour les sacrifices.



áti trī́ soma rocanā́ róhanná bʰrājase dívam |
iṣṇánsū́ryaṃ ná codayaḥ || 5||



5. O soma, au-delà des trois régions-lumineuses tu brilles comme si tu montais au ciel (suprême) ;
    en lançant (la parole de l'officiant), tu as pour ainsi dire éperonné le soleil.



abʰí víprā anūṣata mūrdʰányajñásya kārávaḥ |
dádʰānāścákṣasi priyám || 6||



6. Les orateurs-inspirés ont crié-d’allégresse vers (le soma placé) à la tête du sacrifice,
    en tenant sous leur regard le (dieu) aimé.



támu tvā vājínaṃ náro dʰībʰírvíprā avasyávaḥ |
mr̥jánti devátātaye || 7||



7. C’est toi que, gagnant-du-prix, les maîtres, par (leurs) prières, les orateurs-inspirés cherchant assistance,
    nettoient en vue du service divin.



mádʰordʰā́rāmánu kṣara tīvráḥ sadʰástʰamā́sadaḥ |
cā́rurr̥tā́ya pītáye || 8||



8. Laisse couler (tout) au long le jet de liqueur ! Violent (au goût comme tu es, ô soma,) tu t’es installé en (ton) siège,
    (dieu) agréable à boire (selon) le Rta.






Sūkta 9.18 

pári suvānó giriṣṭʰā́ḥ pavítre sómo akṣāḥ |
mádeṣu sarvadʰā́ asi || 1||



1. (Une fois) pressé, le soma sis sur la montagne a coulé tout autour dans le filtre.
    Dans les ivresses, tu es, (ô soma), celui qui confère tous (les biens).



tváṃ víprastváṃ kavírmádʰu prá jātámándʰasaḥ |
mádeṣu sarvadʰā́ asi || 2||



2. Tu es l’orateur-inspiré, tu es le Poète, la liqueur engendrée de la plante (, ô soma).
    Dans...



táva víśve sajóṣaso devā́saḥ pītímāśata |
mádeṣu sarvadʰā́ asi || 3||



3. Tous les dieux d’un même consentement ont atteint ton breuvage.
    Dans...



ā́ yó víśvāni vā́ryā vásūni hástayordadʰé |
mádeṣu sarvadʰā́ asi || 4||



4. (C’est le soma) qui a pris dans ses deux mains tous les biens-matériels délectables.
    Dans...



yá imé ródasī mahī́ sáṃ mātáreva dóhate |
mádeṣu sarvadʰā́ asi || 5||



5. (c’est lui) qui trait ces Deux grands Mondes ensemble, comme deux (vaches) mères.
    Dans...



pári yó ródasī ubʰé sadyó vā́jebʰirárṣati |
mádeṣu sarvadʰā́ asi || 6||



6. (c’est lui) qui entoure en coulant l’un et l’autre Mondes, d’un seul coup, avec les prix-de-victoire.
    Dans...



sá śuṣmī́ kaláśeṣvā́ punānó acikradat |
mádeṣu sarvadʰā́ asi || 7||



7. lui, le (dieu) fougueux, il a mugi dans les récipients, en se clarifiant.
    Dans...






Sūkta 9.19 

yátsoma citrámuktʰyàṃ divyáṃ pā́rtʰivaṃ vásu |
tánnaḥ punāná ā́ bʰara || 1||



1. O soma, le bien-matériel éclatant, digne-de-l’hymne, céleste (aussi bien que) terrestre,
    apporte nous le en te clarifiant !



yuváṃ hí stʰáḥ svàrpatī índraśca soma gópatī |
īśānā́ pipyataṃ dʰíyaḥ || 2||



2. Car vous êtes les deux Maîtres du soleil, (toi qui es) Indra et (toi), ô Soma, les deux Maîtres des vaches.
    Vous qui (en) avez le pouvoir, gonflez (nos) pensées-poétiques !



vŕ̥ṣā punāná āyúṣu stanáyannádʰi barhíṣi |
háriḥ sányónimā́sadat || 3||



3. En taureau, (le soma) qui se clarifie chez les Ayu, qui tonne sur la litière (rituelle),
    en alezan, il s’est installé dans (son) séjour-natal.



ávāvaśanta dʰītáyo vr̥ṣabʰásyā́dʰi rétasi |
sūnórvatsásya mātáraḥ || 4||



4. Les prières ont mugi sur (le soma), sperme du taureau (Soma),
    elles les mères, (sur le sperme) de (leur) fils, le veau.



kuvídvr̥ṣaṇyántībʰyaḥ punānó gárbʰamādádʰat |
yā́ḥ śukráṃ duhaté páyaḥ || 5||



5. Ne va-t-il pas, en se clarifiant, conférer un nouveau-né à (ces prières, femelles) désirant-le-taureau (Soma),
    elles qui traient (de lui) le lait blanc?



úpa śikṣāpatastʰúṣo bʰiyásamā́ dʰehi śátruṣu |
pávamāna vidā́ rayím || 6||



6. Attire-par-la-force ceux qui se tiennent à l’écart, porte la crainte chez les ennemis,
    ô Pavamāna, procure la richesse !



ní śátroḥ soma vŕ̥ṣṇyaṃ ní śúṣmaṃ ní váyastira |
dūré vā sató ánti vā || 7||



7. Abats, ô soma, la virilité de l’ennemi, a(bats sa) fougue, a(bats sa) force-vitale,
    qu’il soit loin ou bien près !






Sūkta 9.20 

prá kavírdevávītayé'vyo vā́rebʰirarṣati |
sāhvā́nvíśvā abʰí spŕ̥dʰaḥ || 1||



1. Le Poète (soma) coule en avant pour l’invite aux dieux, à travers (le tamis en) poils de brebis,
    triomphant de toutes les hostilités.



sá hí ṣmā jaritŕ̥bʰya ā́ vā́jaṃ gómantamínvati |
pávamānaḥ sahasríṇam || 2||



2. C’est lui en effet (qui) expédie aux chantres un prix-de-victoire consistant en vaches,
    lui Pavamāna, (un prix) milluple.



pári víśvāni cétasā mr̥śáse pávase matī́ |
sá naḥ soma śrávo vidaḥ || 3||



3. Tu enserres toutes choses en compréhension, tu te clarifies par la pensée poétique :
    tel (étant), ô soma, procure nous le renom !



abʰyàrṣa br̥hádyáśo magʰávadbʰyo dʰruváṃ rayím |
íṣaṃ stotŕ̥bʰya ā́ bʰara || 4||



4. Donne-en-coulant la haute gloire aux patrons-généreux, la richesse stable,
    apporte la jouissance aux laudateurs !



tváṃ rā́jeva suvrató gíraḥ somā́ viveśitʰa |
punānó vahne adbʰuta || 5||



5. Toi, ô soma, tel un Roi fidèle au vœu tu es entré dans les chants (humains),
    en te clarifiant, ô conducteur-de-char, impossible à tromper.



sá váhnirapsú duṣṭáro mr̥jyámāno gábʰastyoḥ |
sómaścamū́ṣu sīdati || 6||



6. Ce (soma) conducteur-de-char, insurmontable dans les eaux, qui se nettoie entre les deux bras (de l’officiant),
    le soma est assis dans les cuves.



krīḷúrmakʰó ná maṃhayúḥ pavítraṃ soma gacʰasi |
dádʰatstotré suvī́ryam || 7||



7. Joueur, généreux comme un mécène, tu vas dans le filtre, ô soma,
    en conférant au laudateur l’abondance en hommes-utiles.






Sūkta 9.21 

eté dʰāvantī́ndavaḥ sómā índrāya gʰŕ̥ṣvayaḥ |
matsarā́saḥ svarvídaḥ || 1||



1. Voici les sucs, les soma (qui) courent pour Indra, frémissants,
    enivrants, procurant le soleil.



pravr̥ṇvánto abʰiyújaḥ súṣvaye varivovídaḥ |
svayáṃ stotré vayaskŕ̥taḥ || 2||



2. Bloquant les agressions, procurant le champ-libre au presseur (de soma),
    par eux-mêmes créant la force-vitale au laudateur,



vŕ̥tʰā krī́ḷanta índavaḥ sadʰástʰamabʰyékamít |
síndʰorūrmā́ vyakṣaran || 3||



3. jouant à leur guise, les sucs-de-soma se sont écoulés vers le siège
    unique, (étant portés) sur la vague du fleuve.



eté víśvāni vā́ryā pávamānāsa āśata |
hitā́ ná sáptayo rátʰe || 4||



4. Voici les Pavamāna (qui) ont accédé à tous les (biens) délectables,
    tels des chevaux-d’attelage placés au char.



ā́sminpiśáṅgamindavo dádʰātā venámādíśe |
yó asmábʰyamárāvā || 5||



5. O sucs-de-soma, mettez en ce (soma-liqueur que voici) le (Soma) Veilleur à couleur-d’or, afin qu’il avertisse
    (l’homme) qui est avare à notre égard !



r̥bʰúrná rátʰyaṃ návaṃ dádʰātā kétamādíśe |
śukrā́ḥ pavadʰvamárṇasā || 6||



6. Comme l’Artisan (renouvelle) la roue-du-char, rendez nouvelle la disposition-d’esprit (de cet avare), pour (que le Veilleur l’) avertisse !
    (O soma’s), clarifiez vous, (devenant) purs avec (votre) flot!



etá u tyé avīvaśankā́ṣṭʰāṃ vājíno akrata |
satáḥ prā́sāviṣurmatím || 7||



7. Voici les célèbres (soma qui) ont mugi ; (ces) gagnants-du-prix ont franchi la carrière ;
    pareillement ils ont stimulé la pensée-poétique.






Sūkta 9.22 

eté sómāsa āśávo rátʰā iva prá vājínaḥ |
sárgāḥ sr̥ṣṭā́ aheṣata || 1||



1. Voici les soma rapides, tels des chars gagnants-du-prix, (qui)
    ont été mis en branle (pour aller) de l’avant, lancés (sur leurs) erres.



eté vā́tā ivorávaḥ parjányasyeva vr̥ṣṭáyaḥ |
agnériva bʰramā́ vŕ̥tʰā || 2||



2. Voici (les soma) vastes comme les vents, (abondants) comme les pluies de Parjanya,
    (allant) à leur guise comme les tournoiements du feu.



eté pūtā́ vipaścítaḥ sómāso dádʰyāśiraḥ |
vipā́ vyānaśurdʰíyaḥ || 3||



3. Voici les soma clarifiés, comprenant les mots-inspirés, mélangés de lait-sûri ;
    grâce à l’inspiration ils ont pénétré les pensées.



eté mr̥ṣṭā́ ámartyāḥ sasr̥vā́ṃso ná śaśramuḥ |
íyakṣantaḥ patʰó rájaḥ || 4||



4. Voici (les soma) nettoyés, immortels, (qui bien qu’) ayant couru ne se sont pas fatigués,
    en cherchant à atteindre les chemins (à travers) l’espace.



eté pr̥ṣṭʰā́ni ródasorviprayánto vyā̀naśuḥ |
utédámuttamáṃ rájaḥ || 5||



5. Voici (les soma qui) ont pénétré les surfaces des Deux Mondes, divisant leur marche au loin,
    ainsi que l’espace tout en haut (des Mondes).



tántuṃ tanvānámuttamámánu praváta āśata |
utédámuttamā́yyam || 6||



6. Le long du fil tendu tout en haut (vers cet espace, les soma) ont atteint les étendues (plus) en avant,
    ainsi que (l’espace) situé tout en haut.



tváṃ soma paṇíbʰya ā́ vásu gávyāni dʰārayaḥ |
tatáṃ tántumacikradaḥ || 7||



7. Toi, ô soma, tu as pris aux Pani les biens-matériels (consistant en) troupeaux de vaches ;
    le fil tendu (du sacrifice), tu l’as fait crier.






Sūkta 9.23 

sómā asr̥gramāśávo mádʰormádasya dʰā́rayā |
abʰí víśvāni kā́vyā || 1||



1. Les soma ont été lâchés, rapides, avec la coulée de liqueur, de breuvage-enivrant,
    afin (d’assurer) toutes les ressources-poétiques.



ánu pratnā́sa āyávaḥ padáṃ návīyo akramuḥ |
rucé jananta sū́ryam || 2||



2. Les Âyu antiques ont marché (tout) au long, (d’un) pas nouveau :
    ils ont engendré le soleil, pour qu’il brille.



ā́ pavamāna no bʰarāryó ádāśuṣo gáyam |
kr̥dʰí prajā́vatīríṣaḥ || 3||



3. O Pavamāna, apporte nous l’avoir de l’Étranger qui n’adore pas (nos dieux) ;
    fais (nous) des jouissances consistant en descendance !



abʰí sómāsa āyávaḥ pávante mádyaṃ mádam |
abʰí kóśaṃ madʰuścútam || 4||



4. Les soma vivaces se clarifient pour (donner) l'ivresse enivrante,
    (se dirigeant) vers la cuve qui dégoutte de liqueur.



sómo arṣati dʰarṇasírdádʰāna indriyáṃ rásam |
suvī́ro abʰiśastipā́ḥ || 5||



5. Le soma coule, ferme (en ses assises), contenant la sève bonne pour Indra,
    donnant des hommes-utiles, gardant contre la parole mauvaise.



índrāya soma pavase devébʰyaḥ sadʰamā́dyaḥ |
índo vā́jaṃ siṣāsasi || 6||



6. Pour Indra, ô soma, tu te clarifies, pour les dieux, toi qui es digne-du-banquet ;
    ô suc-de-soma, tu veux gagner le prix-de-victoire.



asyá pītvā́ mádānāmíndro vr̥trā́ṇyapratí |
jagʰā́na jagʰánacca nú || 7||



7. Ayant bu de ce (soma), de (ses) ivresses, Indra a frappé et
    frappera encore les ennemis, incapables de résister.






Sūkta 9.24 

prá sómāso adʰanviṣuḥ pávamānāsa índavaḥ |
śrīṇānā́ apsú mr̥ñjata || 1||



1. Les soma ont couru en avant, les Pavamāna, les sucs ;
    renforcés-par-mélange, ils ont été nettoyés dans les eaux.



abʰí gā́vo adʰanviṣurā́po ná pravátā yatī́ḥ |
punānā́ índramāśata || 2||



2. Ils ont couru vers les (laits de) vaches, comme des eaux allant selon la surface-déclive ;
    se clarifiant, ils ont atteint Indra.



prá pavamāna dʰanvasi sóméndrāya pā́tave |
nŕ̥bʰiryató ví nīyase || 3||



3. Tu cours en avant, ô Pavamāna, ô soma, pour Indra, pour qu’il boive ;
    tenu-en-mains par les maîtres, tu es conduit à travers (le tamis).



tváṃ soma nr̥mā́danaḥ pávasva carṣaṇīsáhe |
sásniryó anumā́dyaḥ || 4||



4. O soma, toi qui enivres les maîtres, clarifie-toi pour (Indra) forceur de peuples,
    toi qui, gagnant (les prix), es digne-d’être-salué (par les hymnes) !



índo yádádribʰiḥ sutáḥ pavítraṃ paridʰā́vasi |
áramíndrasya dʰā́mne || 5||



5. O suc-de-soma, lorsque, pressé par les pierres, tu cours autour du filtre,
    (tu es) de taille à (satisfaire) la vocation d’Indra.



pávasva vr̥trahantamoktʰébʰiranumā́dyaḥ |
śúciḥ pāvakó ádbʰutaḥ || 6||



6. Clarifie toi, ô Vrtrahan par excellence, qui es digne-d’être-salué par les hymnes,
    (dieu) pur, purificateur, intrompable !



śúciḥ pāvaká ucyate sómaḥ sutásya mádʰvaḥ |
devāvī́ragʰaśaṃsahā́ || 7||



7. Pur, purificateur s’appelle le soma, (le dieu) de la liqueur pressée ;
    (il s’appelle aussi) l’invitant des dieux, le frappeur de ceux aux paroles méchantes.






Sūkta 9.25 

pávasva dakṣasā́dʰano devébʰyaḥ pītáye hare |
marúdbʰyo vāyáve mádaḥ || 1||



1. Clarifie toi, toi qui donnes-succès à la force-agissante, pour les dieux, pour qu’ils boivent, ô (soma) alezan,
    pour les Marut, pour Vayu, (toi qui es) l’ivresse !



pávamāna dʰiyā́ hitò'bʰí yóniṃ kánikradat |
dʰármaṇā vāyúmā́ viśa || 2||



2. O Pavamāna, (une fois) mis en branle par la pensée-poétique, mugissant puissamment vers (ton) séjour-natal,
    pénètre en Vāyu selon (ta) nature !



sáṃ devaíḥ śobʰate vŕ̥ṣā kavíryónāvádʰi priyáḥ |
vr̥trahā́ devavī́tamaḥ || 3||



3. (De conserve) avec les dieux, il s’embellit, le taureau, Poète aimé, en (son) séjour-natal,
    lui Vrtrahan, invitant de dieux par excellence.



víśvā rūpā́ṇyāviśánpunānó yāti haryatáḥ |
yátrāmŕ̥tāsa ā́sate || 4||



4. Assumant toutes les formes, se clarifiant, il va, (ce dieu) désirable,
    là où les Immortels sont assis.



aruṣó janáyangíraḥ sómaḥ pavata āyuṣák |
índraṃ gácʰankavíkratuḥ || 5||



5. Le soma roux, qui engendre les chants, se clarifie, s’attachant aux Âyu,
    allant à Indra, lui qui a la force-inspirante d’un poète.



ā́ pavasva madintama pavítraṃ dʰā́rayā kave |
arkásya yónimāsádam || 6||



6. Clarifie toi, ô très enivrant, dans le filtre, en une (seule) coulée, ô Poète,
    pour t’installer au séjour-natal du chant !






Sūkta 9.26 

támamr̥kṣanta vājínamupástʰe áditerádʰi |
víprāso áṇvyā dʰiyā́ || 1||



1. Ils l’ont nettoyé, (ce soma) gagnant-du-prix, (sis) dans le giron d’Aditi,
    eux les orateurs-inspirés, grâce au fin (tamis), grâce à la pensée-poétique.



táṃ gā́vo abʰyànūṣata sahásradʰāramákṣitam |
índuṃ dʰartā́ramā́ diváḥ || 2||



2. Vers lui les vaches ont crié-d’allégresse, vers le suc-de-soma aux mille coulées,
    inépuisable, mainteneur du ciel.



táṃ vedʰā́ṃ medʰáyāhyanpávamānamádʰi dyávi |
dʰarṇasíṃ bʰū́ridʰāyasam || 3||



3. Lui l’ordonnateur (du culte, les officiants) l’ont mis en branle par la sagesse-poétique, lui Pavamāna au ciel,
    (dieu) ferme (en ses assises), nourricier de maints (êtres).



támahyanbʰuríjordʰiyā́ saṃvásānaṃ vivásvataḥ |
pátiṃ vācó ádābʰyam || 4||



4. C’est lui qu’ils mirent en branle avec leurs bras, avec la pensée-poétique, lui qui se revêt (de lait dans le domaine) de Vivasvant,
    lui Maître de la parole, impossible à tromper.



táṃ sā́nāvádʰi jāmáyo háriṃ hinvantyádribʰiḥ |
haryatáṃ bʰū́ricakṣasam || 5||



5. C’est ce (dieu) alezan (que), sur le dos (du tamis), les sœurs [les doigts de l’officiant] mettent en branle à l’aide des pierres (presseuses),
    (le dieu) désirable, qui regarde maints (êtres).



táṃ tvā hinvanti vedʰásaḥ pávamāna girāvŕ̥dʰam |
índavíndrāya matsarám || 6||



6. C’est toi que les ordonnateurs (du culte) mettent en branle, ô Pavamāna, crû dans la montagne,
    ô suc-de-soma, enivrant pour Indra.






Sūkta 9.27 

eṣá kavírabʰíṣṭutaḥ pavítre ádʰi tośate |
punānó gʰnánnápa srídʰaḥ || 1||



1. Voici le Poète célébré (qui) jaillit-à-profusion sur le filtre,
    se clarifiant, frappant (et) re(foulant) les hostilités.



eṣá índrāya vāyáve svarjítpári ṣicyate |
pavítre dakṣasā́dʰanaḥ || 2||



2. Voici (qu’) il se déverse tout autour pour Indra, pour Vāyu, (ce) conquérant du soleil,
    dans le filtre, donnant-succès à la force-agissante.



eṣá nŕ̥bʰirví nīyate divó mūrdʰā́ vŕ̥ṣā sutáḥ |
sómo váneṣu viśvavít || 3||



3. Voici (qu’) il est conduit par les maîtres à travers (le tamis), lui tête du ciel, taureau, (ce) soma
    pressé, dans les (cuves de) bois, lui qui connaît tout.



eṣá gavyúracikradatpávamāno hiraṇyayúḥ |
índuḥ satrājídástr̥taḥ || 4||



4. Voici Pavamāna (qui), désireux de vaches, a mugi, désireux d’or,
    le suc-de-soma partout vainqueur, impossible à abattre.



eṣá sū́ryeṇa hāsate pávamāno ádʰi dyávi |
pavítre matsaró mádaḥ || 5||



5. Voici qu’il rivalise-en-course avec le soleil, Pavamāna (sis)vau ciel,
    lui qui dans le filtre (est) l’ivresse enivrante.



eṣá śuṣmyàsiṣyadadantárikṣe vŕ̥ṣā háriḥ |
punāná índuríndramā́ || 6||



6. Voici (le dieu) fougueux (qui) a couru dans l’espace-médian, lui taureau, alezan,
    suc-de-soma se clarifiant, (il a couru) vers Indra.






Sūkta 9.28 

eṣá vājī́ hitó nŕ̥bʰirviśvavínmánasaspátiḥ |
ávyo vā́raṃ ví dʰāvati || 1||



1. Voici le gagnant-du-prix, mis en branle par les maîtres, connaissant tout, Seigneur de la pensée ;
    il court à travers (le tamis en) poil(s) de brebis.



eṣá pavítre akṣaratsómo devébʰyaḥ sutáḥ |
víśvā dʰā́mānyāviśán || 2||



2. Voici (qu’) il a coulé dans le filtre, le soma pressé, pour les dieux,
    pénétrant toutes les positions.



eṣá deváḥ śubʰāyaté'dʰi yónāvámartyaḥ |
vr̥trahā́ devavī́tamaḥ || 3||



3. Voici le dieu (qui) s’embellit en (son) séjour-natal, l’immortel
    Vrtrahan, invitant de dieux par excellence.



eṣá vŕ̥ṣā kánikradaddaśábʰirjāmíbʰiryatáḥ |
abʰí dróṇāni dʰāvati || 4||



4. Voici le taureau (qui), mugissant puissamment, tenu-en-mains par les dix sœurs [les doigts],
    court vers les cuveaux-de-bois.



eṣá sū́ryamarocayatpávamāno vícarṣaṇiḥ |
víśvā dʰā́māni viśvavít || 5||



5. Voici (qu’) il a fait briller le soleil, (ce) Pavamāna circulant au loin,
    (qui connaît) toutes les positions, connaisseur de tout.



eṣá śuṣmyádābʰyaḥ sómaḥ punānó arṣati |
devāvī́ragʰaśaṃsahā́ || 6||



6. Voici le fougueux, l’intrompable soma, (qui) coule (une fois) clarifié,
    l’invitant des dieux, le frappeur de ceux aux paroles méchantes.






Sūkta 9.29 

prā́sya dʰā́rā akṣaranvŕ̥ṣṇaḥ sutásyaújasā |
devā́m̐ ánu prabʰū́ṣataḥ || 1||



1. Ses jets ont coulé en avant, à (ce) taureau pressé, d’une force-formidable,
    lui qui se met au service des dieux (l’un) après (l’autre).



sáptiṃ mr̥janti vedʰáso gr̥ṇántaḥ kārávo girā́ |
jyótirjajñānámuktʰyàm || 2||



2. Les ordonnateurs (du culte) nettoient le (soma), cheval-attelé ; en chantant, les hérauts (le parent) du chant,
    lui qui est né (comme une) Lumière digne-de l’hymne.



suṣáhā soma tā́ni te punānā́ya prabʰūvaso |
várdʰā samudrámuktʰyàm || 3||



3. Aisés à forcer, ô soma, sont ces (biens-matériels) pour toi qui te clarifies, ô (dieu) abondant en biens-matériels ;
    accrois l’océan (sômique) digne-de-l’hymne !



víśvā vásūni saṃjáyanpávasva soma dʰā́rayā |
inú dvéṣāṃsi sadʰryàk || 4||



4. Toi qui conquiers tous les biens-matériels, ô soma, clarifie toi avec (ta) coulée,
    (re)pousse les hostilités d’un même coup !



rákṣā sú no áraruṣaḥ svanā́tsamasya kásya cit |
nidó yátra mumucmáhe || 5||



5. Garde nous donc de l’avare, du son même (de sa voix), quel qu il soit,
    (nous plaçant) là où nous soyons à l’abri de la nocivité !



éndo pā́rtʰivaṃ rayíṃ divyáṃ pavasva dʰā́rayā |
dyumántaṃ śúṣmamā́ bʰara || 6||



6. Donne-en-te-clarifiant, ô suc-de-soma, la richesse terrestre (aussi bien que) celeste, avec (ta) coulee ;
    apporte l'energie eclatante!






Sūkta 9.30 

prá dʰā́rā asya śuṣmíṇo vŕ̥tʰā pavítre akṣaran |
punānó vā́camiṣyati || 1||



1. Les jets de ce (soma) fougueux ont coulé en avant, à leu guise, dans le filtre ;
    en se clarifiant, il lance la parole.



índurhiyānáḥ sotŕ̥bʰirmr̥jyámānaḥ kánikradat |
íyarti vagnúmindriyám || 2||



2. Mis en branle par les presseurs, le suc-de-soma, nettoyé mugissant avec force,
    émet le son indrien.



ā́ naḥ śúṣmaṃ nr̥ṣā́hyaṃ vīrávantaṃ puruspŕ̥ham |
pávasva soma dʰā́rayā || 3||



3. A(mène) nous l’énergie propre à triompher des guerriers, (procurant) des hommes-utiles, (l’énergie) très désirable,
    en te clarifiant, ô soma, avec (ta) coulée !



prá sómo áti dʰā́rayā pávamāno asiṣyadat |
abʰí dróṇānyāsádam || 4||



4. Le soma s’est répandu en avant, par-delà (le tamis), Pavamāna, en (sa) coulée,
    pour s’installer dans les cuveaux-de-bois.



apsú tvā mádʰumattamaṃ háriṃ hinvantyádribʰiḥ |
índavíndrāya pītáye || 5||



5. Dans les eaux (les officiants) te mettent en branle, toi très riche en liqueur, toi l’alezan, avec les pierres (presseuses),
    ô suc-de-soma, pour Indra, pour qu’il boive.



sunótā mádʰumattamaṃ sómamíndrāya vajríṇe |
cā́ruṃ śárdʰāya matsarám || 6||



6. Pressez le soma très riche en liqueur, pour Indra le (dieu) porte-foudre,
    (le soma) agréable à la troupe (des Marut), enivrant !






Sūkta 9.31 

prá sómāsaḥ svādʰyàḥ pávamānāso akramuḥ |
rayíṃ kr̥ṇvanti cétanam || 1||



1. Les soma se sont avancés, Pavamāna’s aux bonnes intentions ;
    ils créent une richesse signalée.



diváspr̥tʰivyā́ ádʰi bʰávendo dyumnavárdʰanaḥ |
bʰávā vā́jānāṃ pátiḥ || 2||



2. (A partir) du ciel (et) de la terre, ô suc-de-soma, sois un accroisseur d’éclat,
    sois le maître des prix-de-victoire !



túbʰyaṃ vā́tā abʰipríyastúbʰyamarṣanti síndʰavaḥ |
sóma várdʰanti te máhaḥ || 3||



3. Pour toi (soufflent) les vents favorables, pour toi coulent les fleuves ;
    ô soma, ils accroissent ta puissance.



ā́ pyāyasva sámetu te viśvátaḥ soma vŕ̥ṣṇyam |
bʰávā vā́jasya saṃgatʰé || 4||



4. Gonfle toi ; que concoure de toutes parts ta force-de-taureau !
    Sois (disponible) dans le confluement de(s) prix-de-victoire(s) !



túbʰyaṃ gā́vo gʰr̥táṃ páyo bábʰro duduhré ákṣitam |
várṣiṣṭʰe ádʰi sā́navi || 5||



5. C’est pour toi que les vaches ont donné-pour-lait le beurre-fondu, ô (soma) brun, le lait impérissable,
    sur le dos le plus élevé (du ciel).



svāyudʰásya te sató bʰúvanasya pate vayám |
índo sakʰitvámuśmasi || 6||



6. Toi qui es bien armé, ô Maître de l’univers, nous (autres),
    ô suc-de-soma, voulons ton amitié.






Sūkta 9.32 

prá sómāso madacyútaḥ śrávase no magʰónaḥ |
sutā́ vidátʰe akramuḥ || 1||



1. Les soma mouvant l’ivresse se sont avancés pour le renom de notre patron-généreux,
    (les soma) pressés, pour la répartition (sacrificielle).



ā́dīṃ tritásya yóṣaṇo háriṃ hinvantyádribʰiḥ |
índumíndrāya pītáye || 2||



2. Alors les jeunes-femmes de Trita [les doigts de l’officiant] mettent en branle le (soma) alezan à l’aide des pierres,
    le suc-de-soma, pour Indra, pour qu’il boive.



ā́dīṃ haṃsó yátʰā gaṇáṃ víśvasyāvīvaśanmatím |
átyo ná góbʰirajyate || 3||



3. Alors, comme le cygne (crie) vers (sa) troupe, (le soma) a mugi vers la prière de tout (homme) ;
    comme un coursier il est oint (du lait) des vaches.



ubʰé somāvacā́kaśanmr̥gó ná taktó arṣasi |
sī́dannr̥tásya yónimā́ || 4||



4. Jetant ton regard en bas, ô soma, sur l’un et l’autre (Mondes), telle une bête qui fonce, tu coules,
    t’installant (ensuite) au séjour-natal du Rta.



abʰí gā́vo anūṣata yóṣā jārámiva priyám |
ágannājíṃ yátʰā hitám || 5||



5. Les vaches ont crié-d’allégresse vers (le soma) comme la jeune-femme vers l’amant chéri ;
    elles sont allées dans l’arène comme (pour rejoindre le soma) mis en branle (par les prières).



asmé dʰehi dyumádyáśo magʰávadbʰyaśca máhyaṃ ca |
saníṃ medʰā́mutá śrávaḥ || 6||



6. Confère nous la gloire éclatante, et aux patrons-généreux et à moi-même,
    le gain (accompagné de) sagesse ainsi que le renom !






Sūkta 9.33 

prá sómāso vipaścíto'pā́ṃ ná yantyūrmáyaḥ |
vánāni mahiṣā́ iva || 1||



1. Les soma comprenant les mots-inspirés vont de l’avant, comme les vagues des eaux,
    comme les buffles dans les forêts.



abʰí dróṇāni babʰrávaḥ śukrā́ r̥tásya dʰā́rayā |
vā́jaṃ gómantamakṣaran || 2||



2. En direction des cuveaux-de-bois les bruns (soma), les purs, avec le jet du Rta
    ont coulé pour (procurer) le prix-de-victoire consistant en vaches.



sutā́ índrāya vāyáve váruṇāya marúdbʰyaḥ |
sómā arṣanti víṣṇave || 3||



3. Pressés, (les soma coulent) pour Indra, pour Vāyu, pour Varuna, pour les Marut,
    les soma coulent pour Visnu.



tisró vā́ca údīrate gā́vo mimanti dʰenávaḥ |
hárireti kánikradat || 4||



4. Les trois paroles s’élèvent ; les vaches mugissent, les vaches-laitières ;
    l’alezan (soma) va hennissant avec force.



abʰí bráhmīranūṣata yahvī́rr̥tásya mātáraḥ |
marmr̥jyánte diváḥ śíśum || 5||



5. Les (femelles) vouées à la Formule ont crié-d’allégresse vers (ce soma), les vivaces mères du Rta ;
    avec force elles nettoient le (soma), nourrisson du ciel.



rāyáḥ samudrā́m̐ścatúro'smábʰyaṃ soma viśvátaḥ |
ā́ pavasva sahasríṇaḥ || 6||



6. Donne-nous-en-te-clarifiant les richesses, quatre océans (de biens), intégralement,
    ô soma, (les richesses) milluples !






Sūkta 9.34 

prá suvānó dʰā́rayā tánéndurhinvānó arṣati |
rujáddr̥ḷhā́ vyójasā || 1||



1. (Une fois) pressé, avec (sa) coulée, continuement, le suc-de-soma, mis en branle (par les officiants), coule en avant ;
    il brise les choses (les plus) dures avec une force-formidable.



sutá índrāya vāyáve váruṇāya marúdbʰyaḥ |
sómo arṣati víṣṇave || 2||



2. Pressés, (les soma coulent) pour Indra, pour Vāyu, pour Varuna, pour les Marut,
    les soma coulent pour Visnu.



vŕ̥ṣāṇaṃ vŕ̥ṣabʰiryatáṃ sunvánti sómamádribʰiḥ |
duhánti śákmanā páyaḥ || 3||



3. Taureau tenu en mains par les (officiants), taureaux (eux-mêmes, ceux-ci) pressent le soma à l’aide des pierres ;
    il traient le lait avec capacité.



bʰúvattritásya márjyo bʰúvadíndrāya matsaráḥ |
sáṃ rūpaírajyate háriḥ || 4||



4. (Le soma) est digne d’être nettoyé par Trita, il est enivrant pour Indra ,
    l’alezan est oint entièrement de formes-concrètes.



abʰī́mr̥tásya viṣṭápaṃ duhaté pŕ̥śnimātaraḥ |
cā́ru priyátamaṃ havíḥ || 5||



5. Pour (atteindre) le pinacle du Rta, (les Marut) dont Prśni est la mère traient ce (soma),
    oblation agréable, très aimée.



sámenamáhrutā imā́ gíro arṣanti sasrútaḥ |
dʰenū́rvāśró avīvaśat || 6||



6. Ces chants délivrant du mal coulent ensemble vers lui, d’un même cours.
    (Le dieu) mugissant a fait mugir les vaches-laitières.






Sūkta 9.35 

ā́ naḥ pavasva dʰā́rayā pávamāna rayíṃ pr̥tʰúm |
yáyā jyótirvidā́si naḥ || 1||



1. Donne-nous-te-clarifiant, avec (ta) coulée, ô Pavamāna, la richesse étendue,
    par laquelle veuille nous procurer la lumière !



índo samudramīṅkʰaya pávasva viśvamejaya |
rāyó dʰartā́ na ójasā || 2||



2. O suc-de-soma qui fais se balancer l’océan, clarifie toi, ô toi qui fais bouger toutes choses,
    porteur de notre richesse, grâce à (ta) force-formidable !



tváyā vīréṇa vīravo'bʰí ṣyāma pr̥tanyatáḥ |
kṣárā ṇo abʰí vā́ryam || 3||



3. Avec ton aide, être-d’élite, ô (soma) pourvu d’êtres-d’élite, puissions-nous triompher des agresseurs !
    Coule pour nous (procurer un bien) délectable !



prá vā́jamínduriṣyati síṣāsanvājasā́ ŕ̥ṣiḥ |
vratā́ vidāná ā́yudʰā || 4||



4. Le suc-de-soma lance en avant (la parole), cherchant à gagner le prix-de-victoire, lui le gagnant-du-prix, le prophète,
    qui procure les vœux, les armes.



táṃ gīrbʰírvācamīṅkʰayáṃ punānáṃ vāsayāmasi |
sómaṃ jánasya gópatim || 5||



5. Lui qui fait se balancer la parole, nous le revêtons de chants tandis qu’il se clarifie,
    le soma, maître de vaches (auprès) du peuple,



víśvo yásya vraté jáno dādʰā́ra dʰármaṇaspáteḥ |
punānásya prabʰū́vasoḥ || 6||



6. (ce soma) sous le vœu duquel tout être-humain se tient, (soma) maître du comportement,
    (soma) clarifié, aux biens-matériels abondants.






Sūkta 9.36 

ásarji rátʰyo yatʰā pavítre camvòḥ sutáḥ |
kā́rṣmanvājī́ nyàkramīt || 1||



1. Il a été lâché comme un cheval-du-char vers le filtre, (ce soma) pressé, (pour entrer) dans les deux vases ;
    en gagnant-du-prix il a foulé (le sol de l’arène jusqu’) à la barrière.



sá váhniḥ soma jā́gr̥viḥ pávasva devavī́ráti |
abʰí kóśaṃ madʰuścútam || 2||



2. Guidant-le-char, ô soma, (toi qui es) vigilant, clarifie toi, invitant les dieux, (passant) au-delà (du tamis),
    vers le récipient qui dégoutte de liqueur !



sá no jyótīṃṣi pūrvya pávamāna ví rocaya |
krátve dákṣāya no hinu || 3||



3. Tel (étant), fais briller pour nous les lumières, ô toi (dieu) primordial, ô Pavamāna,
    incite nous pour (que nous obtenions) force-délibérante (et) force-agissante !



śumbʰámāna r̥tāyúbʰirmr̥jyámāno gábʰastyoḥ |
pávate vā́re avyáye || 4||



4. Embelli par les (hommes) aimant le Rta, nettoyé entre les deux bras (de l’officiant),
    (le soma) se clarifie dans le (tamis fait en) poil(s) de brebis.



sá víśvā dāśúṣe vásu sómo divyā́ni pā́rtʰivā |
pávatāmā́ntárikṣyā || 5||



5. Que ce soma donne-en-se-clarifiant tous les biens-matériels à l’adorateur, (les biens) célestes
    (et) terrestres, (ainsi que) ceux de l’espace-médian !



ā́ diváspr̥ṣṭʰámaśvayúrgavyayúḥ soma rohasi |
vīrayúḥ śavasaspate || 6||



6. Tu gravis le dos du ciel en cherchant des chevaux, en cherchant des vaches, ô soma,
    en cherchant des hommes utiles, ô Maître de la force.






Sūkta 9.37 

sá sutáḥ pītáye vŕ̥ṣā sómaḥ pavítre arṣati |
vigʰnánrákṣāṃsi devayúḥ || 1||



1. Lui, pressé pour le breuvage, taureau, le soma coule dans le filtre,
    dis(persant et) frappant les démonialités, cherchant les dieux.



sá pavítre vicakṣaṇó hárirarṣati dʰarṇasíḥ |
abʰí yóniṃ kánikradat || 2||



2. Lui qui regarde au loin, l’alezan coule dans le filtre, ferme (en ses assises),
    vers (son) séjour-natal, en hennissant avec force.



sá vājī́ rocanā́ diváḥ pávamāno ví dʰāvati |
rakṣohā́ vā́ramavyáyam || 3||



3. Lui, le gagnant-du-prix, il parcourt les régions-lumineuses du ciel, Pavamāna
    qui frappe les démons, (en passant à travers le tamis en) poil(s) de brebis.



sá tritásyā́dʰi sā́navi pávamāno arocayat |
jāmíbʰiḥ sū́ryaṃ sahá || 4||



4. Lui Pavamāna, sur le dos de Trita il a fait briller
    le soleil (en s’associant aux sœurs) germaines.



sá vr̥trahā́ vŕ̥ṣā sutó varivovídádābʰyaḥ |
sómo vā́jamivāsarat || 5||



5. Ce Vrtrahan, taureau, soma pressé, procureur du large-espace, intrompable,
    a coulé comme (pour se rendre vers) le prix-de-victoire.



sá deváḥ kavíneṣitò'bʰí dróṇāni dʰāvati |
índuríndrāya maṃhánā || 6||



6. Ce dieu mû par le poète court vers les cuveaux-de-bois,
    (lui qui est) le suc-de-soma, pour Indra, avec largesse.






Sūkta 9.38 

eṣá u syá vŕ̥ṣā rátʰó'vyo vā́rebʰirarṣati |
gácʰanvā́jaṃ sahasríṇam || 1||



1. Voici le-célèbre (soma), taureau, (cheval attelé au) char, (qui) coule à travers (le tamis en) poils de brebis,
    en se rendant au prix-de-victoire milluple.



etáṃ tritásya yóṣaṇo háriṃ hinvantyádribʰiḥ |
índumíndrāya pītáye || 2||



2. Voici l’alezan que les jeunes-femmes [les doigts] de Trita mettent en branle à l’aide des pierres,
    le suc-de-soma, pour Indra, pour qu’il boive.



etáṃ tyáṃ haríto dáśa marmr̥jyánte apasyúvaḥ |
yā́bʰirmádāya śúmbʰate || 3||



3. Voici le-célèbre (soma) que les dix actives (femelles) [les doigts], de couleur dorée, nettoient vigoureusement,
    elles par qui il est embelli pour l’ivresse.



eṣá syá mā́nuṣīṣvā́ śyenó ná vikṣú sīdati |
gácʰañjāró ná yoṣítam || 4||



4. Voici le-célèbre (soma qui,) tel un faucon, se pose dans les établissements humains,
    s’(y) rendant comme l’amant vers la jeune-femme.



eṣá syá mádyo rásó'va caṣṭe diváḥ śíśuḥ |
yá índurvā́ramā́viśat || 5||



5. Voici le-célèbre (soma), sève enivrante, (qui) regarde vers en bas, lui nourrisson du ciel,
    suc-de-soma qui est entré dans (le tamis en) poil(s de brebis).



eṣá syá pītáye sutó hárirarṣati dʰarṇasíḥ |
krándanyónimabʰí priyám || 6||



6. Voici le-célèbre (soma) pressé, l’alezan, (qui) coule pour être bu, ferme (en ses assises),
    en mugissant, pour (atteindre) le séjour-natal aimé.






Sūkta 9.39 

āśúrarṣa br̥hanmate pári priyéṇa dʰā́mnā |
yátra devā́ íti brávan || 1||



1. (Toi qui es) rapide, coule, ô (soma) dont haute est la pensée, (coule) tout autour en (ta) fonction aimée,
    (vers le lieu) où l’on dit « (voilà) les dieux » !



pariṣkr̥ṇvánnániṣkr̥taṃ jánāya yātáyanníṣaḥ |
vr̥ṣṭíṃ diváḥ pári srava || 2||



2. Toi qui parachèves ce qui n’avait pas été achevé, qui fais s’aligner les jouissances pour l’être humain,
    laisse couler tout autour la pluie du ciel !



sutá eti pavítra ā́ tvíṣiṃ dádʰāna ójasā |
vicákṣāṇo virocáyan || 3||



3. Pressé, (le soma) va dans le filtre, assumant son éclat d’une force-formidable,
    regardant au loin, illuminant au loin.



ayáṃ sá yó diváspári ragʰuyā́mā pavítra ā́ |
síndʰorūrmā́ vyákṣarat || 4||



4. Voici le (dieu) qui, du ciel, en une course rapide, s’est écoulé
    dans le filtre, sur la vague du fleuve.



āvívāsanparāváto átʰo arvāvátaḥ sutáḥ |
índrāya sicyate mádʰu || 5||



5. Cherchant à gagner à soi (les dieux, en partant) du domaine-(le plus)-lointain et aussi du domaine-prochain, (le soma) pressé
    se déverse pour Indra, la liqueur (se déverse).



samīcīnā́ anūṣata háriṃ hinvantyádribʰiḥ |
yónāvr̥tásya sīdata || 6||



6. Se groupant ensemble, (les soma) ont crié-d’allégresse ; ils mettent en branle l’alezan (soma) à l’aide des pierres.
    Asseyez-vous au séjour-natal du Rta !






Sūkta 9.40 

punānó akramīdabʰí víśvā mŕ̥dʰo vícarṣaṇiḥ |
śumbʰánti vípraṃ dʰītíbʰiḥ || 1||



1. Se clarifiant, (le soma) a marché contre toutes hostilités, (dieu) qui circule au loin ;
    (les officiants) embellissent le (dieu) inspiré d’intuitions-poétiques.



ā́ yónimaruṇó ruhadgámadíndraṃ vŕ̥ṣā sutáḥ |
dʰruvé sádasi sīdati || 2||



2. Que (le dieu) couleur-d'aurore monte au séjour-natal, qu’il se rende vers Indra, (ce soma) taureau, pressé !
    Il s’asseoit sur le siège stable.



nū́ no rayíṃ mahā́mindo'smábʰyaṃ soma viśvátaḥ |
ā́ pavasva sahasríṇam || 3||



3. Eh bien, donne-nous-en-te-clarifiant la richesse grande, ô suc-de-soma, pour nous, ô soma,
    intégralement, (la richesse) milluple !



víśvā soma pavamāna dyumnā́nīndavā́ bʰara |
vidā́ḥ sahasríṇīríṣaḥ || 4||



4. Tous les prestiges, ô soma Pavamāna. apporte les, ô suc-de-soma,
    procure les jouissances milluples !



sá naḥ punāná ā́ bʰara rayíṃ stotré suvī́ryam |
jaritúrvardʰayā gíraḥ || 5||



5. Tel (étant), apporte, te clarifiant, la richesse à notre laudateur, l’abondance en hommes-utiles ;
    invigore les chants du chantre !



punāná indavā́ bʰara sóma dvibárhasaṃ rayím |
vŕ̥ṣannindo na uktʰyàm || 6||



6. Te clarifiant, ô suc-de-soma, apporte, ô soma, la richesse à double renfort ;
    ô taureau, ô suc, (apporte) la nous, (qui soit) digne-de-l’hymne.






Sūkta 9.41 

prá yé gā́vo ná bʰū́rṇayastveṣā́ ayā́so ákramuḥ |
gʰnántaḥ kr̥ṣṇā́mápa tvácam || 1||



1. (Je chante les soma) qui se sont avancés tels des vaches, frémissants, impétueux, infatigables
    frappant (et) re(foulant) la peau noire.



suvitásya manāmahé'ti sétuṃ durāvyàm |
sāhvā́ṃso dásyumavratám || 2||



2. Nous évoquons la marche-heureuse (de Soma), par delà la digue inattaquable,
    quand nous forçâmes le Dasyu qui-ignore-les-vœux.



śr̥ṇvé vr̥ṣṭériva svanáḥ pávamānasya śuṣmíṇaḥ |
cáranti vidyúto diví || 3||



3. On entend la résonance, telle (celle) de la pluie, (qui émane) de Pavamāna le fougueux.
    Les éclairs circulent au ciel.



ā́ pavasva mahī́míṣaṃ gómadindo híraṇyavat |
áśvāvadvā́javatsutáḥ || 4||



4. Donne-en-te-clarifiant la grande jouissance, possession de vaches, ô suc-de-soma, possession d’or,
    possession de chevaux, possession de prix-de-victoire, toi (soma) pressé !



sá pavasva vicarṣaṇa ā́ mahī́ ródasī pr̥ṇa |
uṣā́ḥ sū́ryo ná raśmíbʰiḥ || 5||



5. Tel (étant), clarifie toi, ô toi qui circules au loin ; emplis les Deux Mondes,
    comme (le font) les Aurores, le Soleil avec (leurs) rayons !



pári ṇaḥ śarmayántyā dʰā́rayā soma viśvátaḥ |
sárā raséva viṣṭápam || 6||



6. De ton (jet) protecteur, ô soma, de toutes parts coule tout autour
    pour nous, comme la (rivière) Rasa (autour) du pinacle (de l’océan) !






Sūkta 9.42 

janáyanrocanā́ divó janáyannapsú sū́ryam |
vásāno gā́ apó háriḥ || 1||



1. Lui qui engendre les espaces-lumineux du ciel, qui engendre dans les eaux le soleil,
    qui se vêt (du lait) des vaches, (se vêt) des eaux, (lui le soma) alezan,



eṣá pratnéna mánmanā devó devébʰyaspári |
dʰā́rayā pavate sutáḥ || 2||



2. voici que, selon l’évocation antique, le dieu (Soma, venu) de (chez) les dieux,
    se clarifie avec (sa) coulée, (une fois) pressé.



vāvr̥dʰānā́ya tū́rvaye pávante vā́jasātaye |
sómāḥ sahásrapājasaḥ || 3||



3. Pour le champion (Indra) qui fut invigoré (par eux), les soma sont clarifiés en vue de gagner
    le prix-de-victoire, (ces soma) aux mille formes.



duhānáḥ pratnámítpáyaḥ pavítre pári ṣicyate |
krándandevā́m̐ ajījanat || 4||



4. Se laissant traire (son) lait antique, (le soma) se déverse dans le filtre tout autour ;
    en mugissant il a engendré les dieux.



abʰí víśvāni vā́ryābʰí devā́m̐ r̥tāvŕ̥dʰaḥ |
sómaḥ punānó arṣati || 5||



5. Pour (atteindre) toutes les choses délectables, pour (atteindre) les dieux crûs par le Rta,
    le soma coule en se clarifiant.



gómannaḥ soma vīrávadáśvāvadvā́javatsutáḥ |
pávasva br̥hatī́ríṣaḥ || 6||



6. (Donne) nous en te clarifiant, ô soma, possession de vaches, possession d’hommes-utiles, possession de chevaux, possession de prix ;
    étant pressé, (donne) les hautes jouissances !






Sūkta 9.43 

yó átya iva mr̥jyáte góbʰirmádāya haryatáḥ |
táṃ gīrbʰírvāsayāmasi || 1||



1. Lui qui, tel un coursier, est nettoyé par (le lait des) vaches, en vue de l’ivresse, (ce dieu) désirable,
    c’est lui que nous revêtons de chants.



táṃ no víśvā avasyúvo gíraḥ śumbʰanti pūrvátʰā |
índumíndrāya pītáye || 2||



2. C’est lui que tous nos chants cherchant sa faveur embellissent selon le mode-antique,
    le suc-de-soma, pour Indra, pour qu’il boive.



punānó yāti haryatáḥ sómo gīrbʰíḥ páriṣkr̥taḥ |
víprasya médʰyātitʰeḥ || 3||



3. Il marche en se clarifiant, le soma désirable, entièrement préparé par les chants
    de Medhyātithi l’orateur-inspiré.



pávamāna vidā́ rayímasmábʰyaṃ soma suśríyam |
índo sahásravarcasam || 4||



4. O Pavamāna, procure nous la richesse, ô soma, prestigieuse,
    ô suc, (la richesse) à mille facettes !



índurátyo ná vājasŕ̥tkánikranti pavítra ā́ |
yádákṣāráti devayúḥ || 5||



5. Le suc-de-soma, tel un coursier marchant au prix-de-victoire, hennit avec force dans le filtre,
    dès qu’il a (commencé à) couler à travers, lui qui aime les dieux.



pávasva vā́jasātaye víprasya gr̥ṇató vr̥dʰé |
sóma rā́sva suvī́ryam || 6||



6. Clarifie toi pour gagner le prix-de-victoire, pour invigorer le chanteur inspiré ;
    ô soma, octroie l’abondance en hommes-utiles !






Sūkta 9.44 

prá ṇa indo mahé tána ūrmíṃ ná bíbʰradarṣasi |
abʰí devā́m̐ ayā́syaḥ || 1||



1. En avant pour nous, ô suc-de-soma, pour le grand continuum (rituel), comme (si tu) portais la vague, tu coules
    en direction des dieux, (soma) l’infatigable.



matī́ juṣṭó dʰiyā́ hitáḥ sómo hinve parāváti |
víprasya dʰā́rayā kavíḥ || 2||



2. Satisfait par le poème, mis en branle par la pensée-poétique, le soma se meut vers le domaine-(le plus)-lointain,
    grâce à la coulée du (prêtre)-inspiré, (ce soma) poète.



ayáṃ devéṣu jā́gr̥viḥ sutá eti pavítra ā́ |
sómo yāti vícarṣaṇiḥ || 3||



3. Voici (le dieu) vigilant parmi les dieux, (qui), pressé, va dans le filtre ;
    le soma marche, circulant au loin.



sá naḥ pavasva vājayúścakrāṇáścā́rumadʰvarám |
barhíṣmām̐ ā́ vivāsati || 4||



4. Tel (étant), clarifie toi pour nous, toi qui cherches le prix-de-victoire, qui rends le sacrifice agréable.
    Portant la litière (rituelle), il cherche à gagner à soi (les dieux).



sá no bʰágāya vāyáve vípravīraḥ sadā́vr̥dʰaḥ |
sómo devéṣvā́ yamat || 5||



5. Tel (étant, qu’il se clarifie) pour Bhaga, pour Vāyu, (ce soma) qui a pour hommes-utiles les orateurs, toujours (les) invigorant ;
    que le soma nous dirige chez les dieux !



sá no adyá vásuttaye kratuvídgātuvíttamaḥ |
vā́jaṃ jeṣi śrávo br̥hát || 6||



6. Toi qui, afin de donner des biens-matériels, procures la force-inspirante, procures l’issue (heureuse) par excellence,
    conquiers nous aujourd’hui le prix-de-victoire, le haut renom !






Sūkta 9.45 

sá pavasva mádāya káṃ nr̥cákṣā devávītaye |
índavíndrāya pītáye || 1||



1. Tel (étant), clarifie toi pour l’ivresse, toi au regard de maître, pour l’invite aux dieux,
    ô suc-de-soma, pour Indra, pour qu’il boive !



sá no arṣābʰí dūtyàṃ tvámíndrāya tośase |
devā́nsákʰibʰya ā́ váram || 2||



2. Tel (étant), coule pour nous afin (de remplir) l’office du messager. Toi, tu jaillis-à-profusion pour Indra,
    étant vis-à-vis des dieux mieux (placé) que (nos) amis (mêmes).



utá tvā́maruṇáṃ vayáṃ góbʰirañjmo mádāya kám |
ví no rāyé dúro vr̥dʰi || 3||



3. Et toi-même, (dieu) couleur-d’aurore, nous t’enduisons du (lait des) vaches, pour l'ivresse.
    Ouvre nous les portes vers la richesse !



átyū pavítramakramīdvājī́ dʰúraṃ ná yā́mani |
índurdevéṣu patyate || 4||



4. (Le soma) a franchi le filtre, comme (le cheval) gagnant-du-prix (franchit) le timon dans la course.
    Le suc-de-soma est maître chez les dieux.



sámī sákʰāyo asvaranváne krī́ḷantamátyavim |
índuṃ nāvā́ anūṣata || 5||



5. Ensemble les (officiants) amis ont chanté (le soma) qui joue dans (le cuveau de) bois, traversant le tamis en poil(s) de brebis ;
    les mélodies ont crié-d’allégresse vers le suc-de-soma.



táyā pavasva dʰā́rayā yáyā pītó vicákṣase |
índo stotré suvī́ryam || 6||



6. Avec cette coulée-la clarifie toi, grâce à laquelle, une fois bu, ô suc-de-soma,
    tu révèles au laudateur l’abondance en hommes-utiles !






Sūkta 9.46 

ásr̥grandevávītayé'tyāsaḥ kŕ̥tvyā iva |
kṣárantaḥ parvatāvŕ̥dʰaḥ || 1||



1. Ils ont été lâchés pour l’invite aux dieux, tels des coursiers enlevant-la-décision,
    en s’écoulant, (ces soma) crûs sur la montagne.



páriṣkr̥tāsa índavo yóṣeva pítryāvatī |
vāyúṃ sómā asr̥kṣata || 2||



2. Munis de tous (leurs atours) comme une jeune-femme ayant son bien paternel, les sucs,
    les soma ont été lâchés vers Vāyu.



eté sómāsa índavaḥ práyasvantaścamū́ sutā́ḥ |
índraṃ vardʰanti kármabʰiḥ || 3||



3. Voici les soma, les sucs porteurs de satisfactions (rituelles), pressés dans les cuves,
    (qui) invigorent Indra grâce aux actes (du sacrifice).



ā́ dʰāvatā suhastyaḥ śukrā́ gr̥bʰṇīta mantʰínā |
góbʰiḥ śrīṇīta matsarám || 4||



4. O (officiants) aux belles mains, détrempez, saisissez (les deux puisées, celle de soma) pur, (celle qui a été) barattée (de farine) ;
    fortifiez-en-mélangeant de (lait de) vaches (le soma) enivrant !



sá pavasva dʰanaṃjaya prayantā́ rā́dʰaso maháḥ |
asmábʰyaṃ soma gātuvít || 5||



5. Tel (étant), clarifie toi, ô vainqueur de l’enjeu, qui confères un grand bienfait
    à nous (autres), ô soma, toi qui procures l’issue-heureuse !



etáṃ mr̥janti márjyaṃ pávamānaṃ dáśa kṣípaḥ |
índrāya matsaráṃ mádam || 6||



6. Voici (le soma) digne-d’être nettoyé, que nettoient les dix doigts, (ce) Pavamāna,
    pour Indra, ivresse enivrante.






Sūkta 9.47 

ayā́ sómaḥ sukr̥tyáyā maháścidabʰyàvardʰata |
mandāná údvr̥ṣāyate || 1||



1. Grâce à cette bonne œuvre (poétique), le soma, si grand (fût-il déjà), a crû (encore) ;
    s’enivrant (lui-même), il s’exalte-en-taureau.



kr̥tā́nī́dasya kártvā cétante dasyutárhaṇā |
r̥ṇā́ ca dʰr̥ṣṇúścayate || 2||



2. Les démolitions de Dasyu’s qu’il a faites et qu’il fera sont en évidence :
    et c’est lui qui fait rentrer les dettes, (ce dieu) hardi.



ā́tsóma indriyó ráso vájraḥ sahasrasā́ bʰuvat |
uktʰáṃ yádasya jā́yate || 3||



3. Alors le soma, sève indrienne, devient un foudre gagnant mille (prix),
    dès que l’hymne sur lui prend naissance.



svayáṃ kavírvidʰartári víprāya rátnamicʰati |
yádī marmr̥jyáte dʰíyaḥ || 4||



4. De lui-même le (soma) poète désire répartir le trésor (destiné) à l’orateur-inspiré,
    quand il nettoie avec force les pensées-poétiques.



siṣāsátū rayīṇā́ṃ vā́jeṣvárvatāmiva |
bʰáreṣu jigyúṣāmasi || 5||



5. (O soma), tu es celui qui cherche à gagner des richesses pour ceux qui ont vaincu dans les combats,
    comme (on le cherche) pour les coursiers (qui ont vaincu) dans les (compétitions com-portant des) prix.






Sūkta 9.48 

táṃ tvā nr̥mṇā́ni bíbʰrataṃ sadʰástʰeṣu mahó diváḥ |
cā́ruṃ sukr̥tyáyemahe || 1||



1. Toi qui portes les forces-viriles (jusque) dans les séjours du grand ciel,
    nous t’implorons, toi plaisant (soma), par (cette) bonne œuvre (poétique),



sáṃvr̥ktadʰr̥ṣṇumuktʰyàṃ mahā́mahivrataṃ mádam |
śatáṃ púro rurukṣáṇim || 2||



2. (toi) qui renverses (l’ennemi) audacieux, toi digne-de-l’hymne, grand (exécuteur) des grands vœux, ivresse
    apte à briser cent forteresses.



átastvā rayímabʰí rā́jānaṃ sukrato diváḥ |
suparṇó avyatʰírbʰarat || 3||



3. C’est de ce ciel que l’aigle t’a apporté (ici) en vue de la richesse, toi qui es roi,
    ô (soma) à la bonne force-inspirante, qui (marches) sans errements.



víśvasmā ítsvàrdr̥śé sā́dʰāraṇaṃ rajastúram |
gopā́mr̥tásya vírbʰarat || 4||



4. Pour tout (être humain), en sorte qu’il voie le soleil, l’oiseau a apporté, (à titre de) bien commun,
    le (soma) qui traverse l’espace, gardien du Rta.



ádʰā hinvāná indriyáṃ jyā́yo mahitvámānaśe |
abʰiṣṭikŕ̥dvícarṣaṇiḥ || 5||



5. Dès qu’il fut mis en branle, il a atteint la puissance indrienne (la) plus forte,
    lui qui fait (preuve de sa) supériorité, lui qui circule au loin.






Sūkta 9.49 

pávasva vr̥ṣṭímā́ sú no'pā́mūrmíṃ diváspári |
ayakṣmā́ br̥hatī́ríṣaḥ || 1||



1. Te clarifiant (donne) nous donc la pluie, la vague des eaux (venue) du ciel,
    les jouissances délivrant de la maladie, puissantes !



táyā pavasva dʰā́rayā yáyā gā́va ihā́gáman |
jányāsa úpa no gr̥hám || 2||



2. Clarifie toi grâce à cette coulée mème par laquelle les vaches de l’étranger
    accéderont à notre maison !



gʰr̥táṃ pavasva dʰā́rayā yajñéṣu devavī́tamaḥ |
asmábʰyaṃ vr̥ṣṭímā́ pava || 3||



3. Clarifie toi (en donnant) du beurre-fondu avec (ta) coulée, toi qui pour les sacrifices es l’invitant de dieux par excellence ;
    pour nous-mêmes, donne-en-te-clarifiant la pluie !



sá na ūrjé vyàvyáyaṃ pavítraṃ dʰāva dʰā́rayā |
devā́saḥ śr̥ṇávanhí kam || 4||



4. Tel (étant), cours en sorte de nous (donner) la vigueur-nourricière, (cours) à travers le tamis (en poils de brebis), avec (ta) coulée !
    Puissent les dieux entendre, n’est-ce pas ?



pávamāno asiṣyadadrákṣāṃsyapajáṅgʰanat |
pratnavádrocáyanrúcaḥ || 5||



5. Pavamāna s’est écoulé, re(foulant et) frappant avec force les démonialités,
    faisant briller les brillances selon le mode-antique.






Sūkta 9.50 

útte śúṣmāsa īrate síndʰorūrmériva svanáḥ |
vāṇásya codayā pavím || 1||



1. Tes énergies s’élèvent comme la rumeur (née) de la vague du fleuve.
    Aiguise la pointe de la parole-rythmée !



prasavé ta údīrate tisró vā́co makʰasyúvaḥ |
yádávya éṣi sā́navi || 2||



2. A ton impulsion s’élèvent les trois paroles généreuses,
    quand tu vas sur le dos (du tamis en) poil(s) de brebis.



ávyo vā́re pári priyáṃ háriṃ hinvantyádribʰiḥ |
pávamānaṃ madʰuścútam || 3||



3. Sur le (tamis en) poil(s) de brebis, (les officiants) tout autour mettent en branle le cher (soma), l’alezan, à l’aide des pierres,
    Pavamāna qui dégoutte de liqueur.



ā́ pavasva madintama pavítraṃ dʰā́rayā kave |
arkásya yónimāsádam || 4||



4. Clarifie toi, ô très enivrant, dans le filtre, en une (seule) coulée, ô Poète,
    pour t’installer au séjour-natal du chant !



sá pavasva madintama góbʰirañjānó aktúbʰiḥ |
índavíndrāya pītáye || 5||



5. Tel (étant), clarifie toi, ô très enivrant, qui es oint de (lait des) vaches (comme) d’onguents,
    ô suc-de-soma, pour Indra, pour qu’il boive !






Sūkta 9.51 

ádʰvaryo ádribʰiḥ sutáṃ sómaṃ pavítra ā́ sr̥ja |
punīhī́ndrāya pā́tave || 1||



1. O officiant-manuel, laisse le soma pressé couler à l’aide des pierres sur le filtre,
    clarifie le pour Indra, pour qu’il boive !



diváḥ pīyū́ṣamuttamáṃ sómamíndrāya vajríṇe |
sunótā mádʰumattamam || 2||



2. La crème du ciel, la meilleure, le soma riche en miel,
    pressez le pour Indra le porte-foudre !



táva tyá indo ándʰaso devā́ mádʰorvyàśnate |
pávamānasya marútaḥ || 3||



3. De ton doux jus, ô suc-de-soma, ces-célèbres dieux consomment,
    (ces) Marut, (ô toi qui es) Pavamāna.



tváṃ hí soma vardʰáyansutó mádāya bʰū́rṇaye |
vŕ̥ṣanstotā́ramūtáye || 4||



4. C’est toi en effet, ô soma qui, pressé pour l’ivresse frémissante, invigores,
    ô taureau, le laudateur afin qu’il soit favorisé.



abʰyàrṣa vicakṣaṇa pavítraṃ dʰā́rayā sutáḥ |
abʰí vā́jamutá śrávaḥ || 5||



5. Coule, ô toi qui regardes au loin, vers le filtre avec (ton) jet, (soma) pressé,
    pour (apporter) le prix-de-victoire ainsi que le renom !






Sūkta 9.52 

pári dyukṣáḥ sanádrayirbʰáradvā́jaṃ no ándʰasā |
suvānó arṣa pavítra ā́ || 1||



1. Puisse (le soma) résidant au ciel, gagneur de richesses, nous apporter le prix-de-victoire grâce à (son) jus !
    (Une fois) pressé, coule tout autour sur le filtre !



táva pratnébʰirádʰvabʰirávyo vā́re pári priyáḥ |
sahásradʰāro yāttánā || 2||



2. Par tes chemins antiques, sur le (tamis en) poil(s) de brebis, que le (soma) aimé aille
    tout autour, en mille coulées, continuement !



carúrná yástámīṅkʰayéndo ná dā́namīṅkʰaya |
vadʰaírvadʰasnavīṅkʰaya || 3||



3. Celui qui est pareil à un pot, ébranle le, ô suc-de-soma, ébranle pour ainsi dire le don (lui-même) ;
    ô toi (soma) qui donnes des coups-mortels, ébranle par des coups-mortels (celui qui ne donne pas) !



ní śúṣmamindaveṣāṃ púruhūta jánānām |
yó asmā́m̐ ādídeśati || 4||



4. O suc-de-soma tant invoqué, ra(bats) l’énergie de ces gens,
    (de celui notamment) qui nous dresse des embûches !



śatáṃ na inda ūtíbʰiḥ sahásraṃ vā śúcīnām |
pávasva maṃhayádrayiḥ || 5||



5. Avec (tes) cent assistances, ô suc-de-soma, ou (ton) millier de brillantes (assistances),
    clarifie toi pour nous, toi qui donnes-libéralement la richesse !






Sūkta 9.53 

útte śúṣmāso astʰū rákṣo bʰindánto adrivaḥ |
nudásva yā́ḥ parispŕ̥dʰaḥ || 1||



1. Tes énergies se sont dressées, pourfendant le démon, ô (soma) qui possèdes les pierres (à presser).
    Chasse les inimitiés tout autour !



ayā́ nijagʰnírójasā ratʰasaṃgé dʰáne hité |
stávā ábibʰyuṣā hr̥dā́ || 2||



2. Avec ce (chant) je veux louer (Soma) d’un cœur impavide, (en sorte d’être celui) qui d’une force-formidable abat-et-frappe
    dans la mêlée des chars, quand est mis l’enjeu (de la lutte).



ásya vratā́ni nā́dʰŕ̥ṣe pávamānasya dūḍʰyā̀ |
rujá yástvā pr̥tanyáti || 3||



3. Les volontés de ce Pavamāna sont hors de l’atteinte-agressive d’un (homme) mal intentionné.
    Brise (ô soma) celui qui te fait la guerre !



táṃ hinvanti madacyútaṃ háriṃ nadī́ṣu vājínam |
índumíndrāya matsarám || 4||



4. Ce (soma) alezan, qui meut l’ivresse, (les officiants) le mettent en branle pour (qu’il atteigne) les rivières, (ce soma) gagnant-du-prix,
    suc enivrant, pour Indra.






Sūkta 9.54 

asyá pratnā́mánu dyútaṃ śukráṃ duduhre áhrayaḥ |
páyaḥ sahasrasā́mŕ̥ṣim || 1||



1. Conformément à son éclat antique, (les officiants) ont trait pour eux-mêmes le clair (soma), impavides,
    (le soma pareil à du) lait, (le puisant au) Prophète qui gagne mille (biens).



ayáṃ sū́rya ivopadŕ̥gayáṃ sárāṃsi dʰāvati |
saptá praváta ā́ dívam || 2||



2. Ce (soma-)ci est sous la vue comme le soleil, ce (soma)-ci court aux étangs,
    aux sept étendues-déclives, (jusqu’)au ciel ;



ayáṃ víśvāni tiṣṭʰati punānó bʰúvanopári |
sómo devó ná sū́ryaḥ || 3||



3. ce (soma-)ci se tient-debout, se clarifiant, au-dessus de tous les mondes,
    le soma, pareil au dieu Soleil.



pári ṇo devávītaye vā́jām̐ arṣasi gómataḥ |
punāná indavindrayúḥ || 4||



4. Autour de nous, pour l’invite aux dieux, tu répands les prix-de-victoire consistant en vaches,
    te clarifiant, ô suc-de-soma, toi qui aimes Indra.






Sūkta 9.55 

yávaṃyavaṃ no ándʰasā puṣṭámpuṣṭaṃ pári srava |
sóma víśvā ca saúbʰagā || 1||



1. Répands autour de nous, grâce à (ton) jus, orge après orge, floraison après floraison,
    ô soma, ainsi que toutes choses bénéfiques !



índo yátʰā táva stávo yátʰā te jātámándʰasaḥ |
ní barhíṣi priyé sadaḥ || 2||



2. O suc-de-soma, puisque ta louange (est à pied d’œuvre), puisqu’il y a (eu) naissance de ton jus,
    assieds toi sur la litière aimée !



utá no govídaśvavítpávasva somā́ndʰasā |
makṣū́tamebʰiráhabʰiḥ || 3||



3. O toi qui procures des vaches, qui procures des chevaux, clarifie toi donc pour nous, ô soma, avec (ton) jus,
    par les jours les plus proches (à venir) !



yó jinā́ti ná jī́yate hánti śátrumabʰī́tya |
sá pavasva sahasrajit || 4||



4. (En tant qu’un être) qui force (la victoire) sans être (lui-même) forcé, (qui) frappe l’ennemi (l’)ayant attaqué,
    tel (étant), clarifie toi, (ô soma) qui conquiers mille (biens) !






Sūkta 9.56 

pári sóma r̥táṃ br̥hádāśúḥ pavítre arṣati |
vigʰnánrákṣāṃsi devayúḥ || 1||



1. Tout autour le soma répand l’Ordre puissant, (lui qui est un coursier) rapide, (coulant) dans le filtre,
    dis(persant et) frappant les démonialités, cherchant les dieux,



yátsómo vā́jamárṣati śatáṃ dʰā́rā apasyúvaḥ |
índrasya sakʰyámāviśán || 2||



2. quand le soma coule (vers) le prix-de-victoire, (en) cent jets actifs,
    pénétrant l’amitié d’Indra.



abʰí tvā yóṣaṇo dáśa jāráṃ ná kanyā̀nūṣata |
mr̥jyáse soma sātáye || 3||



3. Vers toi les dix jeunes-femmes [les doigts] ont crié-d’allégresse comme une jeune-fille (vers son) amant.
    Tu es nettoyé, ô soma, pour gagner (des prix).



tvámíndrāya víṣṇave svādúrindo pári srava |
nŕ̥̄nstotŕ̥̄npāhyáṃhasaḥ || 4||



4. Toi qui es doux au goût, ô suc de soma, pour Indra, pour Visnu coule tout autour !
    Les maîtres, les laudateurs, garde les de l’angoisse !






Sūkta 9.57 

prá te dʰā́rā asaścáto divó ná yanti vr̥ṣṭáyaḥ |
ácʰā vā́jaṃ sahasríṇam || 1||



1. Elles s’avancent intarissables, tes coulées, comme les pluies du ciel,
    en direction du prix-de-victoire milluple.



abʰí priyā́ṇi kā́vyā víśvā cákṣāṇo arṣati |
háristuñjāná ā́yudʰā || 2||



2. Regardant en direction de tous les arts-poétiques aimés (le soma) coule,
    l’alezan, brandissant les armes.



sá marmr̥jāná āyúbʰiríbʰo rā́jeva suvratáḥ |
śyenó ná váṃsu ṣīdati || 3||



3. Nettoyé puissamment par les Âyu comme un Roi suzerain, aux vœux favorables,
    il s’assied comme un faucon dans les (cuveaux de) bois.



sá no víśvā divó vásūtó pr̥tʰivyā́ ádʰi |
punāná indavā́ bʰara || 4||



4. Tel (étant), tous les biens-matériels (qui émanent) du ciel et aussi de la terre,
    en te clarifiant, ô suc-de-soma, apporte les nous !






Sūkta 9.58 

táratsá mandī́ dʰāvati dʰā́rā sutásyā́ndʰasaḥ |
táratsá mandī́ dʰāvati || 1||



1. En traversant (les eaux), ce (dieu) enivrant court, coulée de jus pressé ;
    en traversant (les eaux), ce (dieu) enivrant court.



usrā́ veda vásūnāṃ mártasya devyávasaḥ |
táratsá mandī́ dʰāvati || 2||



2. L’Aurore connaît les biens-matériels du mortel, la déesse (connaît comment lui octroyer sa) faveur.
    En traversant, etc.



dʰvasráyoḥ puruṣántyorā́ sahásrāṇi dadmahe |
táratsá mandī́ dʰāvati || 3||



3. De (la part de) Dhvasra, de Purusanti, nous recevons (en honoraires) des milliers (de vaches).
    En traversant, etc.



ā́ yáyostriṃśátaṃ tánā sahásrāṇi ca dádmahe |
táratsá mandī́ dʰāvati || 4||



4. (Eux deux) de qui nous recevons continuement trente et mille (vaches)...
    En traversant, etc.






Sūkta 9.59 

pávasva gojídaśvajídviśvajítsoma raṇyajít |
prajā́vadrátnamā́ bʰara || 1||



1. Clarifie toi, toi qui conquiers des vaches, qui conquiers des chevaux, qui conquiers tous (biens), ô soma, qui conquiers des choses plaisantes ;
    apporte un trésor consistant en descendance !



pávasvādbʰyó ádābʰyaḥ pávasvaúṣadʰībʰyaḥ |
pávasva dʰiṣáṇābʰyaḥ || 2||



2. Clarifie toi pour les eaux, toi qui es impossible à tromper, clarifie toi pour les plantes,
    clarifie toi pour les inspirations (des humains) !



tváṃ soma pávamāno víśvāni duritā́ tara |
kavíḥ sīda ní barhíṣi || 3||



3. Toi, ô soma qui es Pavamāna, traverse tous les mauvais passages ;
    Poète, assieds toi sur la litière (rituelle) !



pávamāna svàrvido jā́yamāno'bʰavo mahā́n |
índo víśvām̐ abʰī́dasi || 4||



4. O Pavamāna, procure le soleil! (Dès que tu) naquis, tu fus grand :
    ô suc-de-soma, (aujourd’hui) tu es en vérité au-dessus de tous (les êtres).






Sūkta 9.60 

prá gāyatréṇa gāyata pávamānaṃ vícarṣaṇim |
índuṃ sahásracakṣasam || 1||



1. Entonnez en rythme-de-gāyatrî un chant pour Pavamāna (le dieu) qui circule au loin,
    le suc-de-soma aux mille regards !



táṃ tvā sahásracakṣasamátʰo sahásrabʰarṇasam |
áti vā́ramapāviṣuḥ || 2||



2. C’est toi, (dieu) aux mille regards et aux mille bénéfices, (que les officiants) ont clarifié-à-l’instant par-delà le (tamis en) poil(s de brebis).



áti vā́rānpávamāno asiṣyadatkaláśām̐ abʰí dʰāvati |
índrasya hā́rdyāviśán || 3||



3. Pavamāna s’est écoulé par-delà (le tamis en) poils (de brebis) ; il court vers les récipients,
    en pénétrant le cœur d’Indra.



índrasya soma rā́dʰase śáṃ pavasva vicarṣaṇe |
prajā́vadréta ā́ bʰara || 4||



4. Pour qu’Indra soit généreux, ô soma, pour (notre) salut, clarifie toi, ô toi qui circules au loin ;
    apporte le sperme porteur de descendance !






Sūkta 9.61 

ayā́ vītī́ pári srava yásta indo mádeṣvā́ |
avā́hannavatī́rnáva || 1||



1. Grâce à cette invite (aux dieux), coule (ô soma) tout autour (d’Indra) qui dans tes ivresses, ô suc-de-soma
    frappa (et) abattit neuf et nonante



púraḥ sadyá ittʰā́dʰiye dívodāsāya śámbaram |
ádʰa tyáṃ turváśaṃ yádum || 2||



2. forteresses en un même jour au bénéfice de Divodāsa dont la pensée était (fixée) ainsi (qu’il convient ; qui frappa et abattit) śambara,
    enfin (qui sauva) ce-célèbre Turvaśa (accompagné de) Yadu.



pári ṇo áśvamaśvavídgómadindo híraṇyavat |
kṣárā sahasríṇīríṣaḥ || 3||



3. Répands tout autour pour nous (la possession du) cheval, toi qui procures les chevaux, la possession de vaches, ô suc-de-soma,
    la possession d’or, les jouissances milluples !



pávamānasya te vayáṃ pavítramabʰyundatáḥ |
sakʰitvámā́ vr̥ṇīmahe || 4||



4. De toi Pavamāna nous (autres) voulons l’amitié,
    cependant-que-tu-inondes le filtre.



yé te pavítramūrmáyo'bʰikṣáranti dʰā́rayā |
tébʰirnaḥ soma mr̥ḷaya || 5||



5. Tes vagues qui se répandent vers le filtre en coulée (continue),
    (au nom) d’elles sois nous pitoyable, ô soma !



sá naḥ punāná ā́ bʰara rayíṃ vīrávatīmíṣam |
ī́śānaḥ soma viśvátaḥ || 6||



6. Tel (étant), te clarifiant, apporte nous la richesse, la jouissance faite d hommes-utiles,
    toi qui le peux, ô soma, (en sorte qu’elle arrive) de toutes parts !



etámu tyáṃ dáśa kṣípo mr̥jánti síndʰumātaram |
sámādityébʰirakʰyata || 7||



7. Le voici, ce-célèbre (soma que) les dix doigts nettoient, lui qui a les fleuves pour mères ;
    on l’a compté au nombre des Âditya.



sámíndreṇotá vāyúnā sutá eti pavítra ā́ |
sáṃ sū́ryasya raśmíbʰiḥ || 8||



8. Il’s associe à Indra ainsi qu’à Vāyu, (le soma) pressé, (quand il va) dans le filtre ;
    il s’as(socie) aux rayons du soleil.



sá no bʰágāya vāyáve pūṣṇé pavasva mádʰumān |
cā́rurmitré váruṇe ca || 9||



9. Tel (étant), clarifie toi pour nous, toi qui es plein de miel pour Bhaga, pour Vāyu, pour Pûsan,
    plaisant pour Mitra et pour Varuna !



uccā́ te jātámándʰaso diví ṣádbʰū́myā́ dade |
ugráṃ śárma máhi śrávaḥ || 10||



10. En haut est la naissance de ta plante ; étant au ciel, c’est sur terre (qu’elle) a reçu
    protection formidable (et) grand renom.



enā́ víśvānyaryá ā́ dyumnā́ni mā́nuṣāṇām |
síṣāsanto vanāmahe || 11||



11. Grâce au (soma) nous voulons-gagner à nous tous les prestiges (pris) à l’Étranger,
    (ceux) des humains (en général), en cherchant à vaincre.



sá na índrāya yájyave váruṇāya marúdbʰyaḥ |
varivovítpári srava || 12||



12. Tel (étant), pour Indra - (ce dieu) digne qu’on lui sacrifie —, pour Varuna, pour les Marut,
    coule tout autour, toi qui procures le large-espace !



úpo ṣú jātámaptúraṃ góbʰirbʰaṅgáṃ páriṣkr̥tam |
índuṃ devā́ ayāsiṣuḥ || 13||



13. Vers le suc-de-soma (qui, une fois) né, traverse les eaux, brise (la résistance), s’environne (du lait) des vaches,
    les dieux se sont approchés.



támídvardʰantu no gíro vatsáṃ saṃśíśvarīriva |
yá índrasya hr̥daṃsániḥ || 14||



14. Ce (soma), en vérité, que nos chants l’invigorent, tels (des vaches) ayant-un-rejeton-commun (invigorent leur) veau,
    (ce soma) qui gagne le cœur d’Indra !



árṣā ṇaḥ soma śáṃ gáve dʰukṣásva pipyúṣīmíṣam |
várdʰā samudrámuktʰyàm || 15||



15. Coule, ô soma, pour le salut (de) nos vache(s), donne-pour-lait une jouissance gonflante,
    accrois l’océan (sômique) digne de l’hymne !



pávamāno ajījanaddiváścitráṃ ná tanyatúm |
jyótirvaiśvānaráṃ br̥hát || 16||



16. Pavamāna a engendré la haute lumière propre à (Agni) Vaiśvānara,
    comme (les dieux ont engendré) le tonnerre éclatant du ciel.



pávamānasya te ráso mádo rājannaducʰunáḥ |
ví vā́ramávyamarṣati || 17||



17. Ta sève, à toi Pavamāna, ivresse qui écarte l’infortune, ô Roi,
    elle coule à travers le (tamis en) poil(s) de brebis.



pávamāna rásastáva dákṣo ví rājati dyumā́n |
jyótirvíśvaṃ svàrdr̥śé || 18||



18. O Pavamāna, ta sève brille au loin, efficace, éclatante,
    lumière (permettant à) tout (homme) de voir le soleil.



yáste mádo váreṇyasténā pavasvā́ndʰasā |
devāvī́ragʰaśaṃsahā́ || 19||



19. Ton ivresse délectable, clarifie t’en avec ce jus (tien),
    toi qui invites les dieux, qui frappes ceux aux paroles méchantes.



jágʰnirvr̥trámamitríyaṃ sásnirvā́jaṃ divédive |
goṣā́ u aśvasā́ asi || 20||



20. (Tu es) le frappeur de Vrtra l’hostile, le gagneur du prix-de-victoire, jour après jour,
    tu es (aussi) gagnant de vaches et gagnant de chevaux.



sámmiślo aruṣó bʰava sūpastʰā́bʰirná dʰenúbʰiḥ |
sī́dañcʰyenó ná yónimā́ || 21||



21. (Soma) couleur-d’or, sois (celui) qui se mélange aux (laits des) vaches-laitières, comme à (des femmes au) beau giron,
    t’asseyant comme un faucon en (ton) séjour-natal !



sá pavasva yá ā́vitʰéndraṃ vr̥trā́ya hántave |
vavrivā́ṃsaṃ mahī́rapáḥ || 22||



22. Tel (étant), clarifie toi, toi qui assistas Indra pour tuer Vrtra,
    lequel bloquait les eaux puissantes !



suvī́rāso vayáṃ dʰánā jáyema soma mīḍʰvaḥ |
punānó vardʰa no gíraḥ || 23||



23. (Devenant grâce à toi), ô soma généreux, pourvus d’hommes-utiles puissions-nous conquérir des trésors !
    Te clarifiant, invigore nos chants !



tvótāsastávā́vasā syā́ma vanvánta āmúraḥ |
sóma vratéṣu jāgr̥hi || 24||



24. Favorisés par toi, (munis) de ton assistance, puissions-nous être ceux qui vainquent les agressions !
    O soma, veille sur les vœux !



apagʰnánpavate mŕ̥dʰó'pa sómo árāvṇaḥ |
gácʰanníndrasya niṣkr̥tám || 25||



25. Frappant (et) re(foulant) les ennemis, re(foulant) les impies, le soma se clarifie,
    en allant au rendez-vous d’Indra.



mahó no rāyá ā́ bʰara pávamāna jahī́ mŕ̥dʰaḥ |
rā́svendo vīrávadyáśaḥ || 26||



26. Apporte nous de grandes richesses, ô Pavamāna, frappe les ennemis,
    octroie, ô suc-de-soma, la gloire faite d’hommes-utiles !



ná tvā śatáṃ caná hrúto rā́dʰo dítsantamā́ minan |
yátpunānó makʰasyáse || 27||



27. Même cent fourberies ne sauraient te perdre, (quand) tu cherches à donner un bienfait,
    vu qu’en te clarifiant, tu te-montres-généreux.



pávasvendo vŕ̥ṣā sutáḥ kr̥dʰī́ no yaśáso jáne |
víśvā ápa dvíṣo jahi || 28||



28. Clarifie toi, ô suc-de-soma (qui es) un taureau, (soma) pressé ; rends nous glorieux parmi les gens ;
    frappe (et) re(foule) toutes inimitiés !



ásya te sakʰyé vayáṃ távendo dyumná uttamé |
sāsahyā́ma pr̥tanyatáḥ || 29||



29. Dans cette amitié tienne, dans ton éclat éminent, ô suc-de-soma, puissions-nous
    triompher de ceux qui (nous) attaquent !



yā́ te bʰīmā́nyā́yudʰā tigmā́ni sánti dʰū́rvaṇe |
rákṣā samasya no nidáḥ || 30||



30. Tes armes redoutables, acérées, qui sont (aptes) à blesser,
    (avec elles) protège nous de l’hostilité quelle qu’elle soit !






Sūkta 9.62 

eté asr̥gramíndavastiráḥ pavítramāśávaḥ |
víśvānyabʰí saúbʰagā || 1||



1. Les voici (qui) ont été lâchés à travers le filtre, les sucs-de-soma, (chevaux) rapides,
    pour (atteindre) toutes choses bénéfiques,



vigʰnánto duritā́ purú sugā́ tokā́ya vājínaḥ |
tánā kr̥ṇvánto árvate || 2||



2. détruisant les maints mauvais passages, faisant de bons passages pour (nos) enfant(s),
    (ces soma) gagnants-du-prix, pour (nos) coursier(s), continuement,



kr̥ṇvánto várivo gáve'bʰyàrṣanti suṣṭutím |
íḷāmasmábʰyaṃ saṃyátam || 3||



3. faisant un large-espace pour (nos) vache(s), (les soma) coulent pour (recevoir notre) eulogie,
    (pour nous assurer) à nous-mêmes une bénédiction constante.



ásāvyaṃśúrmádāyāpsú dákṣo giriṣṭʰā́ḥ |
śyenó ná yónimā́sadat || 4||



4. La tige (de soma) a été pressée pour l’ivresse dans les eaux, (la tige) efficace, sise sur la montagne ;
    elle s’est installée comme un faucon en (son) séjour-natal.



śubʰrámándʰo devávātamapsú dʰūtó nŕ̥bʰiḥ sutáḥ |
svádanti gā́vaḥ páyobʰiḥ || 5||



5. La belle plante aimée des dieux, (le soma) lavé dans les eaux, pressé par les maîtres,
    les vaches (l')assaisonnent de laits.



ā́dīmáśvaṃ ná hétāró'śūśubʰannamŕ̥tāya |
mádʰvo rásaṃ sadʰamā́de || 6||



6. Alors, tels les gens-incitant (à la course) un cheval, (les officiants) ont embelli le (soma) pour (Indra) immortel,
    la sève de liqueur pour le breuvage-en-commun.



yā́ste dʰā́rā madʰuścútó'sr̥graminda ūtáye |
tā́bʰiḥ pavítramā́sadaḥ || 7||



7. Tes coulées dégouttant de liqueur qui se sont répandues, ô suc-de-soma, pour (nous) favoriser,
    avec elles tu t’es installé sur le filtre.



só arṣéndrāya pītáye tiró rómāṇyavyáyā |
sī́danyónā váneṣvā́ || 8||



8. Tel (étant), coule pour Indra, pour qu’il boive, à travers (le tamis en) poils de brebis,
    t’asseyant dans (ton) séjour-natal, (à savoir) dans les (cuves de) bois.



tvámindo pári srava svā́diṣṭʰo áṅgirobʰyaḥ |
varivovídgʰr̥táṃ páyaḥ || 9||



9. Toi, ô suc-de-soma, coule tout autour, toi qui es le plus agréable (au goût), pour les Angiras’,
    toi qui procures le large-espace, (en apportant) beurre-fondu (et) lait !



ayáṃ vícarṣaṇirhitáḥ pávamānaḥ sá cetati |
hinvāná ā́pyaṃ br̥hát || 10||



10. Voici (le soma) marchant au loin, mis en place (par les officiants), (voici) Pavamāna : il se signale,
    mettant en branle son alliance puissante.



eṣá vŕ̥ṣā vŕ̥ṣavrataḥ pávamāno aśastihā́ |
káradvásūni dāśúṣe || 11||



11. Voici le taureau, à la volonté de taureau, Pavamāna, destructeur des récitations mauvaises ;
    qu’il fasse des biens-matériels pour l’adorateur !



ā́ pavasva sahasríṇaṃ rayíṃ gómantamaśvínam |
puruścandráṃ puruspŕ̥ham || 12||



12. Donne-en-te-clarifiant la richesse milluple, faite de vaches, faite de chevaux,
    très lumineuse, très désirable !



eṣá syá pári ṣicyate marmr̥jyámāna āyúbʰiḥ |
urugāyáḥ kavíkratuḥ || 13||



13. Le voici ce-célèbre (soma qui) se déverse tout autour, étant puissamment nettoyé par les Àyu,
    (ce dieu) à la vaste démarche, à l’inspiration d’un poète.



sahásrotiḥ śatā́magʰo vimā́no rájasaḥ kavíḥ |
índrāya pavate mádaḥ || 14||



14. Lui qui (donne) mille faveurs, cent bienfaits, qui mesure l’espace, (ce) Poète
    se clarifie pour Indra ; (il est) l’ivresse.



girā́ jātá ihá stutá índuríndrāya dʰīyate |
víryónā vasatā́viva || 15||



15. Né sur la montagne, loué ici (même), le suc-de-soma est mis en place pour Indra
    comme l’oiseau en (son) séjour-natal, (à savoir, son) nid.



pávamānaḥ sutó nŕ̥bʰiḥ sómo vā́jamivāsarat |
camū́ṣu śákmanāsádam || 16||



16. Pavamāna pressé par les maîtres, le soma s’est avancé comme vers le prix-de-victoire,
    pour s’asseoir dans les cuves selon (sa) capacité.



táṃ tripr̥ṣṭʰé trivandʰuré rátʰe yuñjanti yā́tave |
ŕ̥ṣīṇāṃ saptá dʰītíbʰiḥ || 17||



17. C’est lui que (les officiants) attellent au char à trois dos, à trois caissons, afin qu’il roule,
    à l’aide des sept pensées-poétiques des Prophètes.



táṃ sotāro dʰanaspŕ̥tamāśúṃ vā́jāya yā́tave |
háriṃ hinota vājínam || 18||



18. Ce (soma), ô presseurs, (ce) coursier gagnant l’enjeu, (ce dieu) alezan,
    mettez le en branle afin qu’il coure, (ce dieu) vainqueur-des-prix !



āviśánkaláśaṃ sutó víśvā árṣannabʰí śríyaḥ |
śū́ro ná góṣu tiṣṭʰati || 19||



19. En pénétrant dans la cuve, (le soma) pressé, coulant pour (procurer) tous prestiges,
    se tient, tel un héros, parmi les vaches.



ā́ ta indo mádāya káṃ páyo duhantyāyávaḥ |
devā́ devébʰyo mádʰu || 20||



20. O suc-de-soma, les Ayu traient de toi le lait pour l’ivresse
    les dieux (traient) la liqueur pour les dieux.



ā́ naḥ sómaṃ pavítra ā́ sr̥játā mádʰumattamam |
devébʰyo devaśrúttamam || 21||



21. Laissez couler pour nous le soma dans le filtre, (le soma) tout plein de liqueur,
    pour les dieux, lui qui est le mieux entendu des dieux!



eté sómā asr̥kṣata gr̥ṇānā́ḥ śrávase mahé |
madíntamasya dʰā́rayā || 22||



22. Voici les soma (qui) ont été lâchés, eux qui sont chantés en vue d'un grand renom,
    (accompagnés) de la coulée du plus enivrant (soma).



abʰí gávyāni vītáye nr̥mṇā́ punānó arṣasi |
sanádvājaḥ pári srava || 23||



23. Pour (procurer) des biens-consistant-en-vaches, pour (répondre à) l’invite (des dieux), pour (assurer) des forces-viriles, tu coules en te clarifiant ;
    coule tout autour, toi qui gagnes le prix-de-victoire !



utá no gómatīríṣo víśvā arṣa pariṣṭúbʰaḥ |
gr̥ṇānó jamádagninā || 24||



24. Et encore : répands nous les jouissances consistant en vaches, toutes (jouissances), environnées de rythmes,
    (toi-même étant) chanté par Jamadagni !



pávasva vācó agriyáḥ sóma citrā́bʰirūtíbʰiḥ |
abʰí víśvāni kā́vyā || 25||



25. Clarifie toi, ô soma (qui vas) en tête de la parole, avec (tes) assistances éclatantes,
    en vue de (nous procurer) tous pouvoirs-poétiques !



tváṃ samudríyā apò'griyó vā́ca īráyan |
pávasva viśvamejaya || 26||



26. Toi qui suscites les eaux océaniennes (ainsi que) les paroles, (allant toi-même) en tête (de la parole),
    clarifie toi, ô toi qui mets en mouvement toutes choses !



túbʰyemā́ bʰúvanā kave mahimné soma tastʰire |
túbʰyamarṣanti síndʰavaḥ || 27||



27. C’est pour toi, ô Poète, que ces mondes se sont disposés, pour (honorer ta) grandeur, ô soma!
    Pour toi coulent les fleuves.



prá te divó ná vr̥ṣṭáyo dʰā́rā yantyasaścátaḥ |
abʰí śukrā́mupastíram || 28||



28. Vont en avant tes coulées, telles les pluies du ciel, intarissables,
    en direction (du lait leur servant de) clair soubassement.



índrāyénduṃ punītanográṃ dákṣāya sā́dʰanam |
īśānáṃ vītírādʰasam || 29||



29. Pour Indra clarifiez le suc-de-soma formidable, qui donne-succès à la force-agissante,
    (clarifiez le soma) puissant, qui invite au bienfait !



pávamāna r̥táḥ kavíḥ sómaḥ pavítramā́sadat |
dádʰatstotré suvī́ryam || 30||



30. Pavamāna, Rta (incarné), Poète, le soma s’est assis sur le filtre,
    conférant au laudateur abondance d’hommes-utiles.






Sūkta 9.63 

ā́ pavasva sahasríṇaṃ rayíṃ soma suvī́ryam |
asmé śrávāṃsi dʰāraya || 1||



1. Donne-en-te-clarifiant la richesse milluple, ô soma, l’abondance en hommes-utiles,
    maintiens en nous les renommées !



íṣamū́rjaṃ ca pinvasa índrāya matsaríntamaḥ |
camū́ṣvā́ ní ṣīdasi || 2||



2. Tu gonfles ta jouissance et ta force-nourricière pour Indra, toi (ô soma, qui es) le plus enivrant ;
    tu te déposes dans les cuves.



sutá índrāya víṣṇave sómaḥ kaláśe akṣarat |
mádʰumām̐ astu vāyáve || 3||



3. Pressé pour Indra, pour Visnu, le soma a coulé dans le vase.
    Qu’il soit plein de miel pour Vāyu !



eté asr̥gramāśávó'ti hvárāṃsi babʰrávaḥ |
sómā r̥tásya dʰā́rayā || 4||



4. Voici les rapides (chevaux, qui) ont été lâchés par-delà les obstacles, (ces) soma
    bruns, avec (leur) coulée de Rta,



índraṃ várdʰanto aptúraḥ kr̥ṇvánto víśvamā́ryam |
apagʰnánto árāvṇaḥ || 5||



5. invigorant Indra, traversant les eaux, rendant toute chose aryenne,
    frappant (et) re(foulant) les impies.



sutā́ ánu svámā́ rájo'bʰyàrṣanti babʰrávaḥ |
índraṃ gácʰanta índavaḥ || 6||



6. Pressés, (les soma) coulent le long de leur espace propre, les (soma) bruns,
    les sucs, en se dirigeant vers Indra.



ayā́ pavasva dʰā́rayā yáyā sū́ryamárocayaḥ |
hinvānó mā́nuṣīrapáḥ || 7||



7. Clarifie toi par cette coulée (même) par laquelle tu fis briller le soleil,
    en mettant-en-branle les eaux humaines !



áyukta sū́ra étaśaṃ pávamāno manā́vádʰi |
antárikṣeṇa yā́tave || 8||



8. Pavamāna a attelé (le cheval) Etaśa au soleil, pour qu’il aille du (domaine de) Manu (au ciel) à travers l’espace-médian ;



utá tyā́ haríto dáśa sū́ro ayukta yā́tave |
índuríndra íti bruván || 9||



9. en outre, ces-célèbres dix (juments) alezanes du soleil, il les a attelées pour qu’elles aillent (à travers l’espace),
    lui le suc-de-soma, en disant « c’est bien (pour aller) à Indra ».



párītó vāyáve sutáṃ gíra índrāya matsarám |
ávyo vā́reṣu siñcata || 10||



10. Tout autour (en partant) d’ici, versez pour Vāyu (le soma) pressé, (émettez) les chants, (versez le soma) enivrant
    pour Indra, dans (le tamis en) poils de brebis.



pávamāna vidā́ rayímasmábʰyaṃ soma duṣṭáram |
yó dūṇā́śo vanuṣyatā́ || 11||



11. O Pavamāna, procure nous la richesse difficile à dépasser, ô soma,
    qui soit hors d’atteinte pour l’ennemi !



abʰyàrṣa sahasríṇaṃ rayíṃ gómantamaśvínam |
abʰí vā́jamutá śrávaḥ || 12||



12. Répands sur (nous) la richesse milluple, consistant en vaches, en chevaux,
    pour (atteindre) le prix-de-victoire et le renom !



sómo devó ná sū́ryó'dribʰiḥ pavate sutáḥ |
dádʰānaḥ kaláśe rásam || 13||



13. Le soma, tel le dieu Soleil, se clarifie à l’aide des pierres, (le soma) pressé,
    recevant la sève dans le vase.



eté dʰā́mānyā́ryā śukrā́ r̥tásya dʰā́rayā |
vā́jaṃ gómantamakṣaran || 14||



14. Ces (soma) clairs, en (leur) coulée de Rta, (ont occupé) les positions aryennes,
    ils ont coulé pour (atteindre) le prix-de-victoire fait de vaches.



sutā́ índrāya vajríṇe sómāso dádʰyāśiraḥ |
pavítramátyakṣaran || 15||



15. Pressés pour Indra porte-foudre, mélangés de lait-sûri, les soma
    ont coulé par-delà le filtre.



prá soma mádʰumattamo rāyé arṣa pavítra ā́ |
mádo yó devavī́tamaḥ || 16||



16. En avant, ô soma qui es tout plein de liqueur, coule pour la richesse dans le filtre,
    toi qui es l’ivresse invitante de dieux par excellence.



támī mr̥jantyāyávo háriṃ nadī́ṣu vājínam |
índumíndrāya matsarám || 17||



17. C’est (ce dieu) alezan que nettoient les Âyu dans les rivières, le suc-de-soma
    qui gagne-les-prix, qui est enivrant pour Indra.



ā́ pavasva híraṇyavadáśvāvatsoma vīrávat |
vā́jaṃ gómantamā́ bʰara || 18||



18. Donne-en-te-clarifiant la possession d’or, la possession de chevaux, ô soma, la possession d’hommes-utiles ;
    apporte le prix-de-victoire fait de vaches !



pári vā́je ná vājayúmávyo vā́reṣu siñcata |
índrāya mádʰumattamam || 19||



19. Tout autour, sur (le tamis en) poils de brebis, ainsi qu’ (on asperge) pour le prix-de-victoire (le cheval) qui aspire au prix, aspergez
    (le soma) tout plein de liqueur pour Indra !



kavíṃ mr̥janti márjyaṃ dʰībʰírvíprā avasyávaḥ |
vŕ̥ṣā kánikradarṣati || 20||



20. Le Poète digne d’être nettoyé, ils le nettoient par des pensées-poétiques, (ces) orateurs-inspirés, cherchant-faveur ;
    taureau mugissant avec force, (le soma) coule.



vŕ̥ṣaṇaṃ dʰībʰíraptúraṃ sómamr̥tásya dʰā́rayā |
matī́ víprāḥ sámasvaran || 21||



21. Le taureau soma qui, à l’aide des pensées-poétiques, traverse les eaux avec (sa) coulée de Rta,
    les orateurs-inspirés l’ont chanté ensemble avec les poèmes.



pávasva devāyuṣágíndraṃ gacʰatu te mádaḥ |
vāyúmā́ roha dʰármaṇā || 22||



22. Clarifie toi, ô dieu, qui es lié aux Âyu ; que ton ivresse aille vers Indra,
    gravis Vāyu selon (ton) comportement-naturel !



pávamāna ní tośase rayíṃ soma śravā́yyam |
priyáḥ samudrámā́ viśa || 23||



23. O Pavamāna, tu verses-à-profusion la richesse digne de renom, ô soma ;
    entre en (être) aimé dans l’océan (de lait) !



apagʰnánpavase mŕ̥dʰaḥ kratuvítsoma matsaráḥ |
nudásvā́devayuṃ jánam || 24||



24. Re(foulant et) frappant les inimitiés, tu te clarifies, ô soma, qui procures la force-inspirante, qui enivres ;
    chasse la gent impie !



pávamānā asr̥kṣata sómāḥ śukrā́sa índavaḥ |
abʰí víśvāni kā́vyā || 25||



25. Les Pavamāna ont été lâchés, les soma clairs, les sucs,
    pour (atteindre) tous pouvoirs-poétiques ;



pávamānāsa āśávaḥ śubʰrā́ asr̥gramíndavaḥ |
gʰnánto víśvā ápa dvíṣaḥ || 26||



26. les Pavamāna, (coursiers) rapides, beaux sucs-de-soma, ont été lâchés,
    re(foulant et) frappant toutes hostilités ;



pávamānā diváspáryantárikṣādasr̥kṣata |
pr̥tʰivyā́ ádʰi sā́navi || 27||



27. les Pavamāna, du (haut du) ciel, de l’espace médian ont été lâchés
    sur le dos de la terre.



punānáḥ soma dʰā́rayéndo víśvā ápa srídʰaḥ |
jahí rákṣāṃsi sukrato || 28||



28. Te clarifiant, ô soma, d’une coulée, ô suc, re(foulant) toutes nocivités, frappe les démonialités, ô dieu de bonne force-inspirante !



apagʰnánsoma rakṣáso'bʰyàrṣa kánikradat |
dyumántaṃ śúṣmamuttamám || 29||



29. Re(foulant et) frappant les démons, ô soma, coule, en mugissant avec force, pour
    (atteindre) l’énergie éclatante, éminente !



asmé vásūni dʰāraya sóma divyā́ni pā́rtʰivā |
índo víśvāni vā́ryā || 30||



30. Fais nous tenir des biens-matériels, ô soma, célestes (aussi bien que) terrestres,
    ô suc, (bref), toutes choses délectables !






Sūkta 9.64 

vŕ̥ṣā soma dyumā́m̐ asi vŕ̥ṣā deva vŕ̥ṣavrataḥ |
vŕ̥ṣā dʰármāṇi dadʰiṣe || 1||



1. Tu es, ô soma, un taureau éclatant, un taureau, ô dieu, à la volonté-de-taureau ;
    en taureau tu as fondé (tes) comporteinents-naturels.



vŕ̥ṣṇaste vŕ̥ṣṇyaṃ śávo vŕ̥ṣā vánaṃ vŕ̥ṣā mádaḥ |
satyáṃ vr̥ṣanvŕ̥ṣédasi || 2||



2. De toi taureau la force est celle d’un taureau, taureau (est la cuve de) bois, taureau l’ivresse ;
    vraiment, ô taureau, tu es un taureau.



áśvo ná cakrado vŕ̥ṣā sáṃ gā́ indo sámárvataḥ |
ví no rāyé dúro vr̥dʰi || 3||



3. Tel un cheval, fais mugir ensemble, (toi qui es aussi) un taureau, les vaches, ô suc de soma, ensemble (fais hennir) les coursiers ;
    ouvre nous les portes vers la richesse !



ásr̥kṣata prá vājíno gavyā́ sómāso aśvayā́ |
śukrā́so vīrayā́śávaḥ || 4||



4. Ils ont été lâchés, les soma gagnants-du-prix, par désir (de conquérir) des vaches, des chevaux,
    les clairs (soma) rapides, par désir (de conquérir) des hommes-utiles.



śumbʰámānā r̥tāyúbʰirmr̥jyámānā gábʰastyoḥ |
pávante vā́re avyáye || 5||



5. Embellis par les (officiants) voués-au-Rta, nettoyés entre (leurs) bras,
    ils se clarifient dans (le tamis en) poil(s) de brebis.



té víśvā dāśúṣe vásu sómā divyā́ni pā́rtʰivā |
pávantāmā́ntárikṣyā || 6||



6. Ces soma, qu’à l’adorateur ils confèrent-en-se-clarifiant tous les biens-matériels, célestes,
    terrestres (aussi bien que) ceux de l’espace-médian !



pávamānasya viśvavitprá te sárgā asr̥kṣata |
sū́ryasyeva ná raśmáyaḥ || 7||



7. De toi Pavamāna qui connais tout, les lâchers (de liquide) ont été lâchés en avant,
    tels les rayons du soleil.



ketúṃ kr̥ṇvándiváspári víśvā rūpā́bʰyarṣasi |
samudráḥ soma pinvase || 8||



8. Faisant (comme) une bannière, du (haut du) ciel tu coules pour (atteindre) toutes les formes-concrètes ;
    (étant) océan, ô soma, tu gonfles.



hinvānó vā́camiṣyasi pávamāna vídʰarmaṇi |
ákrāndevó ná sū́ryaḥ || 9||



9. (Une fois) mis en branle, tu lances la parole, ô Pavamāna, pour qu’elle se répande au loin ;
    tu as henni comme le dieu Soleil.



índuḥ paviṣṭa cétanaḥ priyáḥ kavīnā́ṃ matī́ |
sr̥jádáśvaṃ ratʰī́riva || 10||



10. Le suc-de-soma s’est clarifié, (le suc) signalé, aimé, par l’œuvre-spirituelle des poètes ;
    qu’il lance (la vague) comme le cocher-du-char (lance) le cheval,



ūrmíryáste pavítra ā́ devāvī́ḥ paryákṣarat |
sī́dannr̥tásya yónimā́ || 11||



11. ta vague qui dans le filtre a coulé tout autour, invitant les dieux,
    s’asseyant au séjour-natal du Rta !



sá no arṣa pavítra ā́ mádo yó devavī́tamaḥ |
índavíndrāya pītáye || 12||



12. Tel (étant), coule pour nous dans le filtre, toi, ivresse invitante de dieux par excellence,
    ô suc-de-soma, pour Indra, pour qu’il boive !



iṣé pavasva dʰā́rayā mr̥jyámāno manīṣíbʰiḥ |
índo rucā́bʰí gā́ ihi || 13||



13. Pour (procurer) la jouissance, clarifie toi avec (ta) coulée, étant nettoyé par les (opérateurs) qui-savent-le-sens ;
    ô suc-de-soma, avec (ton) éclat va vers les vaches !



punānó várivaskr̥dʰyū́rjaṃ jánāya girvaṇaḥ |
háre sr̥jāná āśíram || 14||



14. En te clarifiant, crée l’espace-large, la force-nourricière pour l’homme, ô toi qui aimes le chant;
    ô alezan, étant lâché sur le mélange (de soma et de lait) !



punānó devávītaya índrasya yāhi niṣkr̥tám |
dyutānó vājíbʰiryatáḥ || 15||



15. Te clarifiant pour l’invite aux dieux, va au rendez-vous d’Indra,
    brillant, tenu-en-mains par les gagnants-du-prix !



prá hinvānā́sa índavó'cʰā samudrámāśávaḥ |
dʰiyā́ jūtā́ asr̥kṣata || 16||



16. (Une fois) mis en branle, les sucs-de-soma rapides ont été lancés en avant
    vers l’océan, ayant été mobilisés par la pensée-poétique.



marmr̥jānā́sa āyávo vŕ̥tʰā samudrámíndavaḥ |
ágmannr̥tásya yónimā́ || 17||



17. Nettoyés puissamment, les vivaces sucs-de-soma sont allés de leur gré
    vers l’océan, vers le séjour-natal du Rta.



pári ṇo yāhyasmayúrvíśvā vásūnyójasā |
pāhí naḥ śárma vīrávat || 18||



18. Toi qui nous es dévoué, entoure tous nos biens-matériels avec (ta) force-formidable,
    veille sur notre protection consistant en hommes-utiles !



mímāti váhnirétaśaḥ padáṃ yujāná ŕ̥kvabʰiḥ |
prá yátsamudrá ā́hitaḥ || 19||



19. Il hennit, Etaśa, le cheval-d’attelage, quand, attelé par les chantres, il a été placé
    en avant, en (son) séjour, (à savoir) sur l’océan.



ā́ yádyóniṃ hiraṇyáyamāśúrr̥tásya sī́dati |
jáhātyápracetasaḥ || 20||



20. Quand (le dieu) rapide s’installe au séjour-natal, doré, du Rta,
    il laisse-en-arrière les (humains) dénués de prévoyance!



abʰí venā́ anūṣatéyakṣanti prácetasaḥ |
májjantyávicetasaḥ || 21||



21. Vers lui les Vigilants ont crié-d’allégresse, eux prévoyants, (qui) cherchent a atteindre (Soma) ;
    plongent (dans les ténèbres) ceux qui sont incompréhensifs.



índrāyendo marútvate pávasva mádʰumattamaḥ |
r̥tásya yónimāsádam || 22||



22. Pour Indra accompagné des Maruts, ô suc-de-soma, clarifie toi, (toi qui es) tres riche en liqueur,
    pour l'installer au séjour-natal du Rta!



táṃ tvā víprā vacovídaḥ pári ṣkr̥ṇvanti vedʰásaḥ |
sáṃ tvā mr̥jantyāyávaḥ || 23||



23. C’est toi que les orateurs-inspirés, eux qui savent la parole, équipent entièrement, (ces) ordonnateurs (du culte) ;
    ils te nettoient pleinement, (ces) Ayu.



rásaṃ te mitró aryamā́ píbanti váruṇaḥ kave |
pávamānasya marútaḥ || 24||



24. Ta sève, Mitra, Aryaman, Varuna la boivent, ô Poète,
    les Marut (aussi, à toi) Pavamāna.



tváṃ soma vipaścítaṃ punānó vā́camiṣyasi |
índo sahásrabʰarṇasam || 25||



25. Toi, ô soma, en te clarifiant tu lances la parole qui comprend l’inspiration ;
    ô suc-de-soma, (la parole) comportant mille bénéfices ;



utó sahásrabʰarṇasaṃ vā́caṃ soma makʰasyúvam |
punāná indavā́ bʰara || 26||



26. oui, la parole comportant mille bénéfices, ô soma, la munificente,
    te clarifiant, ô suc-de-soma, amène la ici !



punāná indaveṣāṃ púruhūta jánānām |
priyáḥ samudrámā́ viśa || 27||



27. Te clarifiant, ô suc-de-soma, ô toi très invoqué des gens que voici,
    (suc) aimé, pénètre dans l’océan (de lait) !



dávidyutatyā rucā́ pariṣṭóbʰantyā kr̥pā́ |
sómāḥ śukrā́ gávāśiraḥ || 28||



28. D’un éclat fortement illuminant, d’une structure environnée de rythmes,
    (tels sont) les soma clairs, mélangés (du lait) des vaches.



hinvānó hetŕ̥bʰiryatá ā́ vā́jaṃ vājyàkramīt |
sī́danto vanúṣo yatʰā || 29||



29. Aiguillonné par les aiguillonneurs, tenu-en-mains, (le soma) gagnant-du-prix a marché vers le prix-de-victoire,
    (s’asseyant au séjour du Rta) comme les dévots qui s’(y) asseoient.



r̥dʰáksoma svastáye saṃjagmānó diváḥ kavíḥ |
pávasva sū́ryo dr̥śé || 30||



30. O Soma, toi qui, comme il sied, as ete uni (au sacrifice) pour le bien-être (des hommes), toi, le Poète du ciel,
    clarifie toi pour être vu (par tous comme) le soleil !






Sūkta 9.65 

hinvánti sū́ramúsrayaḥ svásāro jāmáyaspátim |
mahā́mínduṃ mahīyúvaḥ || 1||



1. Les aurores mettent en branle le soleil, les sœurs germaines (mettent en branle leur) époux,
    le suc-de-soma puissant, en manifestant leur force.



pávamāna rucā́rucā devó devébʰyaspári |
víśvā vásūnyā́ viśa || 2||



2. O Pavamāna, avec (ton) éclat (succédant à un autre) éclat, dieu (émanant) des dieux,
    pénètre tous les biens-matériels !



ā́ pavamāna suṣṭutíṃ vr̥ṣṭíṃ devébʰyo dúvaḥ |
iṣé pavasva saṃyátam || 3||



3. O Pavamāna, donne-en-te-clarifiant l’eulogie, la pluie, l’hommage aux dieux,
    pour (nous assurer) la jouissance, de façon constante !



vŕ̥ṣā hyási bʰānúnā dyumántaṃ tvā havāmahe |
pávamāna svādʰyàḥ || 4||



4. Tu es en effet un taureau : toi qui brilles avec (ton) rayon, nous t’invoquons,
    ô Pavamāna, nous qui avons de bonnes intentions.



ā́ pavasva suvī́ryaṃ mándamānaḥ svāyudʰa |
ihó ṣvindavā́ gahi || 5||



5. Donne-en-te-clarifiant l’abondance en hommes-utiles, t’enivrant, (toi, ô soma) bien armé ;
    ici même, ô suc-de-soma, arrive !



yádadbʰíḥ pariṣicyáse mr̥jyámāno gábʰastyoḥ |
drúṇā sadʰástʰamaśnuṣe || 6||



6. Quand tu es inondé d’eaux, étant nettoyé entre les deux bras (de l’opérateur),
    tu atteins le siège-commun (fait) de bois.



prá sómāya vyaśvavátpávamānāya gāyata |
mahé sahásracakṣase || 7||



7. Pour Soma Pavamāna entonnez le chant comme (fit jadis) Vyasva,
    pour le puissant (Soma) aux mille regards !



yásya várṇaṃ madʰuścútaṃ háriṃ hinvántyádribʰiḥ |
índumíndrāya pītáye || 8||



8. (Le soma) dont (les officiants) mettent en branle à l’aide des pierres la couleur alezane, dégouttante de liqueur,
    (ce) suc-de-soma, pour Indra, pour qu’il boive,



tásya te vājíno vayáṃ víśvā dʰánāni jigyúṣaḥ |
sakʰitvámā́ vr̥ṇīmahe || 9||



9. c’est toi, gagnant-du-prix, ayant conquis tous les enjeux,
    de qui nous voulons l’amitié.



vŕ̥ṣā pavasva dʰā́rayā marútvate ca matsaráḥ |
víśvā dádʰāna ójasā || 10||



10. Clarifie toi en taureau, avec (ta) coulée, (toi qui es) enivrant pour (les Marut et pour Indra) accompagné des Marut,
    toi qui assumes toutes choses avec (ta) force-formidable !



táṃ tvā dʰartā́ramoṇyòḥ pávamāna svardŕ̥śam |
hinvé vā́jeṣu vājínam || 11||



11. C’est toi, ô Pavamāna, mainteneur (du ciel), qui vois le soleil, qui gagnes-les-prix,
    toi que je mets en branle à l’aide des deux bras, pour (atteindre) les prix-de-victoire.



ayā́ cittó vipā́náyā háriḥ pavasva dʰā́rayā |
yújaṃ vā́jeṣu codaya || 12||



12. T’éveillant ainsi, grâce à cette parole-inspirée (mienne, ô soma) alezan, clarifie toi avec (ta) coulée,
    éperonne (Indra ton) allié pour (gagner) les prix-de-victoire !



ā́ na indo mahī́míṣaṃ pávasva viśvádarśataḥ |
asmábʰyaṃ soma gātuvít || 13||



13. Donne-nous-en-te-clarifiant, ô suc-de-soma, la jouissance puissante, toi qui es visible pour tous,
    (donne la) nous, ô soma, qui procures l’issue (heureuse) !



ā́ kaláśā anūṣaténdo dʰā́rābʰirójasā |
éndrasya pītáye viśa || 14||



14. Les vases ont crié-d’allégresse, ô suc-de-soma, avec les coulées (de soma), en (leur) force-formidable ;
    pénètre (en Indra) pour qu’Indra boive !



yásya te mádyaṃ rásaṃ tīvráṃ duhántyádribʰiḥ |
sá pavasvābʰimātihā́ || 15||



15. Toi dont (les officiants) traient la sève enivrante, violente, avec des pierres,
    clarifie toi, toi qui frappes les dresseurs-d'embûches !



rā́jā medʰā́bʰirīyate pávamāno manā́vádʰi |
antárikṣeṇa yā́tave || 16||



16. Le roi (Soma) s’avance à l’aide des pensées-sages (des poètes), (ce) Pavamāna (qui réside) chez l’homme,
    pour aller à travers l’espace-médian (jusqu’au ciel).



ā́ na indo śatagvínaṃ gávāṃ póṣaṃ sváśvyam |
váhā bʰágattimūtáye || 17||



17. O suc-de-soma, amène nous une floraison centuple de vaches, comportant (aussi) abondance de chevaux,
    un don de chance à (titre de) faveur !



ā́ naḥ soma sáho júvo rūpáṃ ná várcase bʰara |
suṣvāṇó devávītaye || 18||



18. Apporte nous, ô soma, la force-dominante, la vitesse, comme (on ajoute) la forme-concrète pour (donner) l’éclat (à une idée),
    une fois pressé, pour l’invite aux dieux !



árṣā soma dyumáttamo'bʰí dróṇāni róruvat |
sī́dañcʰyenó ná yónimā́ || 19||



19. Coule, ô soma, qui es très éclatant, vers les cuveaux-dc-bois, en mugissant avec force,
    t’installant comme un faucon en (ton) séjour-natal !



apsā́ índrāya vāyáve váruṇāya marúdbʰyaḥ |
sómo arṣati víṣṇave || 20||



20. Lui qui gagne les eaux, (ce) soma coule pour Indra, pour Vayu, pour Varuna,
    pour les Marut, pour Visnu.



íṣaṃ tokā́ya no dádʰadasmábʰyaṃ soma viśvátaḥ |
ā́ pavasva sahasríṇam || 21||



21. Conférant la jouissance à notre progéniture, à nous-mêmes ô soma, entièrement,
    donne-en-te-clarifiant (cette jouissance) milluple !



yé sómāsaḥ parāváti yé arvāváti sunviré |
yé vādáḥ śaryaṇā́vati || 22||



22. Les soma qui sont pressés dans un domaine-lointain, ceux qui (le sont) dans un domaine-proche,
    ou ceux qui (le sont) là bas au Saryanavat,



yá ārjīkéṣu kŕ̥tvasu yé mádʰye pastyā̀nām |
yé vā jáneṣu pañcásu || 23||



23. ceux (qui le sont) chez les Arjika, les Krtvan, ceux (qui le sont) au milieu des fleuves,
    ou ceux qui (le sont) parmi les cinq (espèces d’) hommes,



té no vr̥ṣṭíṃ diváspári pávantāmā́ suvī́ryam |
suvānā́ devā́sa índavaḥ || 24||



24. qu’ils nous donnent-en-se-clarifiant la pluie (venue) du (haut du) ciel, l’abondance en hommes-utiles,
    ces sucs-de-soma pressés, (ces) dieux !



pávate haryató hárirgr̥ṇānó jamádagninā |
hinvānó górádʰi tvací || 25||



25. Il se clarifie, le (soma) désirable, l’alezan, chanté par Jamadagni,
    mis en branle sur la peau de bœuf.



prá śukrā́so vayojúvo hinvānā́so ná sáptayaḥ |
śrīṇānā́ apsú mr̥ñjata || 26||



26. Les (soma) clairs, mûs par une force-juvénile, tels des chevaux-d’attelage aiguillonnés, (vont) en avant,
    renforcés-par-le-mélange (avec le lait) ; ils sont lavés dans les eaux.



táṃ tvā sutéṣvābʰúvo hinviré devátātaye |
sá pavasvānáyā rucā́ || 27||



27. C’est toi que mettent en branle les (officiants) actifs dans les (sacrifices de soma's) pressés, pour la fonction des dieux.
    Tel (étant), clarifie toi avec cet éclat (qui t’est propre) !



ā́ te dákṣaṃ mayobʰúvaṃ váhnimadyā́ vr̥ṇīmahe |
pā́ntamā́ puruspŕ̥ham || 28||



28. Nous voulons aujourd’hui ta force-agissante salutaire, (tel) un cheval-d’attelage,
    et le breuvage très souhaité,



ā́ mandrámā́ váreṇyamā́ vípramā́ manīṣíṇam |
pā́ntamā́ puruspŕ̥ham || 29||



29. et enivrant et délectable et inspirant et sachant-le-sens,
    et le breuvage très souhaité,



ā́ rayímā́ sucetúnamā́ sukrato tanū́ṣvā́ |
pā́ntamā́ puruspŕ̥ham || 30||



30. et la richesse et l’heureux signal, ô (soma) à la bonne force-d’inspiration, pour nos corps,
    et le breuvage très souhaité.






Sūkta 9.66 

pávasva viśvacarṣaṇe'bʰí víśvāni kā́vyā |
sákʰā sákʰibʰya ī́ḍyaḥ || 1||



1. Clarifie toi, ô (soma qui t’es répandu) sur tous les peuples, pour (atteindre) tous pouvoirs-poétiques,
    en ami, propre à être invoqué par les amis !



tā́bʰyāṃ víśvasya rājasi yé pavamāna dʰā́manī |
pratīcī́ soma tastʰátuḥ || 2||



2. Avec ces deux formes, (la pure et la mélangée), qui se tiennent face (à nous), ô soma,
    tu règnes sur toutes choses, ô Pavamāna ;



pári dʰā́māni yā́ni te tváṃ somāsi viśvátaḥ |
pávamāna r̥túbʰiḥ kave || 3||



3. les formes (pl.) qui sont tiennes, tu les entoures, ô soma, de toutes parts,
    ô Pavamāna, au moyen des temps-rituels, ô Poète.



pávasva janáyanníṣo'bʰí víśvāni vā́ryā |
sákʰā sákʰibʰya ūtáye || 4||



4. Clarifie toi, engendrant des jouissances, pour (atteindre) toutes choses délectables,
    en ami, pour les amis, pour (leur donner ta) faveur !



táva śukrā́so arcáyo diváspr̥ṣṭʰé ví tanvate |
pavítraṃ soma dʰā́mabʰiḥ || 5||



5. Tes clairs rayons s’étendent sur le dos du ciel,
    (atteignant) le filtre, ô soma, avec (tes) formes (successives).



távemé saptá síndʰavaḥ praśíṣaṃ soma sisrate |
túbʰyaṃ dʰāvanti dʰenávaḥ || 6||



6. Ces sept fleuves coulent selon ton instruction, ô soma;
    pour toi courent les vaches-laitières.



prá soma yāhi dʰā́rayā sutá índrāya matsaráḥ |
dádʰāno ákṣiti śrávaḥ || 7||



7. O soma, avance avec (ta) coulée, (soma) pressé, enivrant pour Indra,
    qui reçois un renom impérissable !



sámu tvā dʰībʰírasvaranhinvatī́ḥ saptá jāmáyaḥ |
vípramājā́ vivásvataḥ || 8||



8. Ensemble les sept (sœurs) germaines t’ont chanté par des prières, en (te) mettant en branle,
    toi l’inspiré, dans l’arène de Vivasvant.



mr̥jánti tvā sámagrúvó'vye jīrā́vádʰi ṣváṇi |
rebʰó yádajyáse váne || 9||



9. Te nettoient ensemble les vierges dans le (tamis en poils de) brebis, dans (l’eau) vive, parmi le bruit,
    quand (toi-même, en tant que) barde, es oint dans (la cuve de) bois.



pávamānasya te kave vā́jinsárgā asr̥kṣata |
árvanto ná śravasyávaḥ || 10||



10. De toi Pavamāna, ô Poète, ô porteur-du-prix, les lâchers (de liquide) ont été lâchés,
    comme des coursiers aspirant au renom.



ácʰā kóśaṃ madʰuścútamásr̥graṃ vā́re avyáye |
ávāvaśanta dʰītáyaḥ || 11||



11. Vers la cuve dégouttante de liqueur ils ont été lâchés, sur le (tamis en) poil(s) de brebis ;
    les prières ont mugi.



ácʰā samudrámíndavó'staṃ gā́vo ná dʰenávaḥ |
ágmannr̥tásya yónimā́ || 12||



12. Vers l’océan les sucs-de-soma sont allés comme des vaches laitières
    en leur demeure, (c’est-à-dire) dans le séjour-natal du Rta.



prá ṇa indo mahé ráṇa ā́po arṣanti síndʰavaḥ |
yádgóbʰirvāsayiṣyáse || 13||



13. O suc-de-soma, pour notre grande joie les eaux coulent en avant, les fleuves,
    quand tu es revêtu (du lait) des vaches.



ásya te sakʰyé vayámíyakṣantastvótayaḥ |
índo sakʰitvámuśmasi || 14||



14. C’est pour cette amitié que, désirant atteindre (des biens), favorisés par toi,
    ô suc-de-soma, nous voulons ton amitié.



ā́ pavasva gáviṣṭaye mahé soma nr̥cákṣase |
éndrasya jaṭʰáre viśa || 15||



15. Clarifie toi pour la quête des vaches, pour la grande (joie), ô soma, pour (le dieu Soma) qui a un regard de maître ;
    pénètre dans le ventre d’Indra !



mahā́m̐ asi soma jyéṣṭʰa ugrā́ṇāminda ójiṣṭʰaḥ |
yúdʰvā sáñcʰáśvajjigetʰa || 16||



16. Tu es puissant, ô soma, le plus fort, le plus formidable, ô suc-de-soma, des formidables.
    Etant un combattant, tu as perpétuellement vaincu.



yá ugrébʰyaścidójīyāñcʰū́rebʰyaścicʰū́rataraḥ |
bʰūridā́bʰyaścinmáṃhīyān || 17||



17. Toi qui es plus formidable que les (êtres) formidables eux-mêmes, plus héros que les héros eux-mêmes,
    plus généreux que ceux-là même qui donnent beaucoup,



tváṃ soma sū́ra éṣastokásya sātā́ tanū́nām |
vr̥ṇīmáhe sakʰyā́ya vr̥ṇīmáhe yújyāya || 18||



18. c’est toi, ô soma, (qui t’es préparé) pour la conquête du soleil, de(s) jouissance(s), de la progéniture, pour nous-mêmes.
    Nous (te) voulons pour l’amitié, nous (te) voulons pour l’alliance.



ágna ā́yūṃṣi pavasa ā́ suvórjamíṣaṃ ca naḥ |
āré bādʰasva ducʰúnām || 19||



19. O Agni, tu donnes-en-te-clarifiant les durées-de vie ; suscite nous la force-nourricière et la jouissance ;
    au loin repousse l’infortune !



agnírŕ̥ṣiḥ pávamānaḥ pā́ñcajanyaḥ puróhitaḥ |
támīmahe mahāgayám || 20||



20. Agni est le Prophète, le Pavamāna, le chapelain propre aux cinq-espèces-d’hommes :
    nous l’implorons (pour obtenir) un grand train-de-vie.



ágne pávasva svápā asmé várcaḥ suvī́ryam |
dádʰadrayíṃ máyi póṣam || 21||



21. O Agni, clarifie toi, (dieu) aux bonnes œuvres, nous (apportant) prestige (et) abondance en hommes-utiles,
    toi qui me confères richesse (et) prospérité !



pávamāno áti srídʰo'bʰyàrṣati suṣṭutím |
sū́ro ná viśvádarśataḥ || 22||



22. Pavamāna coule au-delà des nocivités pour (procurer) l'eulogie,
    lui qui, comme le soleil, est visible pour tous.



sá marmr̥jāná āyúbʰiḥ práyasvānpráyase hitáḥ |
índurátyo vicakṣaṇáḥ || 23||



23. Nettoyé avec force par les Âyu, portant la satisfaction (rituelle), mis en place pour la (dite) satisfaction,
    le suc-de-soma (est) un coursier regardant au loin.



pávamāna r̥táṃ br̥hácʰukráṃ jyótirajījanat |
kr̥ṣṇā́ támāṃsi jáṅgʰanat || 24||



24. Pavamāna a engendré le haut Rta, la Lumière claire,
    frappant avec force les noires ténèbres.



pávamānasya jáṅgʰnato háreścandrā́ asr̥kṣata |
jīrā́ ajiráśociṣaḥ || 25||



25. De Pavamāna qui frappe avec force (les ténèbres), de l’alezan les (coulées de soma) lumineuses ont été lâchées,
    les rapides, à l’éclat vivace ;



pávamāno ratʰī́tamaḥ śubʰrébʰiḥ śubʰráśastamaḥ |
háriścandro marúdgaṇaḥ || 26||



26. Pavamāna est le meilleur des cochers ; par rapport aux (êtres) beaux, il est le plus célébré (quant à son fait d’être) beau ;
    il est brillant (comme) l’or, escorté des Marut ;



pávamāno vyàśnavadraśmíbʰirvājasā́tamaḥ |
dádʰatstotré suvī́ryam || 27||



27. que Pavamāna traverse (l’espace) avec (ses) rayons, lui qui gagne les prix par excellence,
    conférant au laudateur l’abondance en hommes-utiles !



prá suvāná índurakṣāḥ pavítramátyavyáyam |
punāná índuríndramā́ || 28||



28. (Une fois) pressé, le suc-de-soma s’est écoulé en avant par-dessus le filtre (en poils) de brebis ;
    se clarifiant, le suc (se dirige) vers Indra.



eṣá sómo ádʰi tvací gávāṃ krīḷatyádribʰiḥ |
índraṃ mádāya jóhuvat || 29||



29. Voici le soma (qui) sur la peau de vache joue avec les pierres,
    appelant à grands cris Indra pour l’ivresse.



yásya te dyumnávatpáyaḥ pávamānā́bʰr̥taṃ diváḥ |
téna no mr̥ḷa jīváse || 30||



30. Toi de qui le lait éclatant, ô Pavamāna, fut apporté du (haut du) ciel,
    fais nous grâce avec cela, pour que (nous) vivions !






Sūkta 9.67 

tváṃ somāsi dʰārayúrmandrá ójiṣṭʰo adʰvaré |
pávasva maṃhayádrayiḥ || 1||



1. Toi, ô soma, tu es le mainteneur enivrant, le plus formidable (des dieux) quant au rite ;
    clarifie toi, toi qui fais largesse de richesses !



tváṃ sutó nr̥mā́dano dadʰanvā́nmatsaríntamaḥ |
índrāya sūrírándʰasā || 2||



2. Toi, (soma) pressé, enivreur d’hommes, (tu as) couru, (dieu) très enivrant,
    pour Indra, (toi qui es) un patron-généreux, avec (ta) plante.



tváṃ suṣvāṇó ádribʰirabʰyàrṣa kánikradat |
dyumántaṃ śúṣmamuttamám || 3||



3. Toi, (une fois) pressé à l’aide des pierres, coule en hurlant puissamment,
    pour (atteindre) l’énergie éclatante, éminente !



índurhinvānó arṣati tiró vā́rāṇyavyáyā |
hárirvā́jamacikradat || 4||



4. Le suc-de-soma, mis en branle, coule à travers le (tamis en) poils de brebis ;
    l’alezan a henni vers le prix-de-victoire.



índo vyávyamarṣasi ví śrávāṃsi ví saúbʰagā |
ví vā́jānsoma gómataḥ || 5||



5. O suc-de-soma, tu coules à travers le tamis en poil(s) de brebis, vers les renoms, vers les choses-bénéfiques,
    vers les prix-de-victoire, ô soma, qui consistent en vaches.



ā́ na indo śatagvínaṃ rayíṃ gómantamaśvínam |
bʰárā soma sahasríṇam || 6||



6. Apporte nous, ô suc-de-soma, la richesse centuple, faite de vaches, faite de chevaux,
    ô soma, (la richesse) milluple !



pávamānāsa índavastiráḥ pavítramāśávaḥ |
índraṃ yā́mebʰirāśata || 7||



7. Les Pavamāna, les sucs-de-soma, (passant) à travers le filtre, rapides,
    ont atteint Indra dans leurs trajets.



kakuháḥ somyó rása índuríndrāya pūrvyáḥ |
āyúḥ pavata āyáve || 8||



8. Cime, sève sômique, suc (fait) pour Indra, (soma) primordial,
    l'Ayu se clarifie pour l'Ayu.



hinvánti sū́ramúsrayaḥ pávamānaṃ madʰuścútam |
abʰí girā́ sámasvaran || 9||



9. Les aurores mettent en branle le soleil ; le Pavamāna dégouttant de liqueur,
    elles ont ensemble retenti vers (lui) à l’aide du chant.



avitā́ no ajā́śvaḥ pūṣā́ yā́maniyāmani |
ā́ bʰakṣatkanyā̀su naḥ || 10||



10. Notre soutien est Pūsan, (le dieu) qui a des boucs pour chevaux, (qui va de) trajet en trajet ;
    qu’il nous donne part aux jeunes-filles !



ayáṃ sómaḥ kapardíne gʰr̥táṃ ná pavate mádʰu |
ā́ bʰakṣatkanyā̀su naḥ || 11||



11. Voici le soma (qui) se clarifie pour le (dieu) porteur de tresses, comme (se clarifie) le beurre-fondu doux (au goût) ;
    qu’il nous donne...



ayáṃ ta āgʰr̥ṇe sutó gʰr̥táṃ ná pavate śúci |
ā́ bʰakṣatkanyā̀su naḥ || 12||



12. Voici le (soma) pressé pour toi, ô (dieu) saisisseur, (qui) se clarifie comme le beurre-fondu pur ;
    qu’il nous donne...



vācó jantúḥ kavīnā́ṃ pávasva soma dʰā́rayā |
devéṣu ratnadʰā́ asi || 13||



13. Rejeton de la parole des poètes, clarifie toi, ô soma, avec (ta) coulée !
    Tu es parmi les dieux celui qui confère les trésors.



ā́ kaláśeṣu dʰāvati śyenó várma ví gāhate |
abʰí dróṇā kánikradat || 14||



14. Dans les vases accourt le faucon, il plonge dans (le récipient, sa) cuirasse,
    mugissant avec force en direction des cuveaux-debois.



pári prá soma te rásó'sarji kaláśe sutáḥ |
śyenó ná taktó arṣati || 15||



15. Ta sève, ô soma, a été répandue tout autour dans le vase, (la sève) pressée ;
    elle coule comme un faucon qui fonce.



pávasva soma mandáyanníndrāya mádʰumattamaḥ || 16||



16. Clarifie toi, ô soma, enivrant pour Indra, toi qui es plein de liqueur !



ásr̥grandevávītaye vājayánto rátʰā iva || 17||



17. (Les sucs) ont été lâchés pour l’invite aux dieux, comme des chars qui vont-au-prix-de-victoire ;



té sutā́so madíntamāḥ śukrā́ vāyúmasr̥kṣata || 18||



18. ces (soma) pressés, très enivrants, purs, ont été lâchés vers Vāyu.



grā́vṇā tunnó abʰíṣṭutaḥ pavítraṃ soma gacʰasi |
dádʰatstotré suvī́ryam || 19||



19. Frappé par la pierre, ô soma qui es célébré, tu vas vers le filtre,
    conférant au laudateur l’abondance en hommes-utiles.



eṣá tunnó abʰíṣṭutaḥ pavítramáti gāhate |
rakṣohā́ vā́ramavyáyam || 20||



20. Le voici (donc), frappé (par les pierres, ce soma) célébré, il plonge à travers le filtre,
    (ce) frappeur de démons, (à travers le filtre en) poil(s) de brebis.



yádánti yácca dūraké bʰayáṃ vindáti mā́mihá |
pávamāna ví tájjahi || 21||



21. (Tout) péril, soit près, soit loin, qui me rencontre ici,
    ô Pavamāna, dis(perse le en le) frappant !



pávamānaḥ só adyá naḥ pavítreṇa vícarṣaṇiḥ |
yáḥ potā́ sá punātu naḥ || 22||



22. Ce Pavamāna aujourd’hui qui circule au loin, qui est un clarificateur,
    qu’il nous clarifie avec le filtre !



yátte pavítramarcíṣyágne vítatamantárā́ |
bráhma téna punīhi naḥ || 23||



23. le filtre qui a été tendu dedans ta flamme, ô Agni,
    clarifies en notre Formule !



yátte pavítramarcivádágne téna punīhi naḥ |
brahmasavaíḥ punīhi naḥ || 24||



24. ton filtre, ô Agni, muni de flammes, clarifie nous en,
    clarifie nous avec les produits de la Formule !



ubʰā́bʰyāṃ deva savitaḥ pavítreṇa savéna ca |
mā́ṃ punīhi viśvátaḥ || 25||



25. Avec (ces) deux (choses, à savoir) le filtre et le produit (de la Formule), ô dieu Savitr,
    clarifie moi de toutes parts !



tribʰíṣṭváṃ deva savitarvárṣiṣṭʰaiḥ soma dʰā́mabʰiḥ |
ágne dákṣaiḥ punīhi naḥ || 26||



26. Toi-même, ô dieu Savitr, avec les trois positions les plus éminentes, ô soma,
    ô Agni, avec les forces-décisives clarifie nous !



punántu mā́ṃ devajanā́ḥ punántu vásavo dʰiyā́ |
víśve devāḥ punītá mā jā́tavedaḥ punīhí mā || 27||



27. Que me clarifie la gent divine, (me) clarifient les Vasu grâce à (ma) prière,
    ô Tous dieux, clarifiez moi, ô Jātavedas, clarifie moi !



prá pyāyasva prá syandasva sóma víśvebʰiraṃśúbʰiḥ |
devébʰya uttamáṃ havíḥ || 28||



28. Gonfle toi en avant, coule en avant, ô soma, avec toutes (tes) tiges,
    oblation suprême pour les dieux !



úpa priyáṃ pánipnataṃ yúvānamāhutīvŕ̥dʰam |
áganma bíbʰrato námaḥ || 29||



29. Nous ap(prochant du soma) aimé, (ce) merveilleux jeune-homme que renforce l’oblation,
    nous avons marché, portant l’hommage.



alā́yyasya paraśúrnanāśa támā́ pavasva deva soma |
ākʰúṃ cidevá deva soma || 30||



30. D’Alāyya la hache s’est égarée : amène-la-en-te-claritiant, ô dieu soma, (elle qui est) tout comme une taupe, ô dieu soma !



yáḥ pāvamānī́radʰyétyŕ̥ṣibʰiḥ sámbʰr̥taṃ rásam |
sárvaṃ sá pūtámaśnāti svaditáṃ mātaríśvanā || 31||



31. Celui qui sait-par-cœur les versets à Pavamāna, sève accumulée par les Prophètes,
    il mange toute (sa nourriture) purifiée, assaisonnée par Mātariśvan ;



pāvamānī́ryó adʰyétyŕ̥ṣibʰiḥ sámbʰr̥taṃ rásam |
tásmai sárasvatī duhe kṣīráṃ sarpírmádʰūdakám || 32||



32. celui qui sait-par-cœur les versets à Pavamāna, sève accumulée par les Prophètes,
    à celui-là Sarasvati donne-pour-traite le lait, la graisse, le miel, l’eau.






Sūkta 9.68 

prá devámácʰā mádʰumanta índavó'siṣyadanta gā́va ā́ ná dʰenávaḥ |
barhiṣádo vacanā́vanta ū́dʰabʰiḥ parisrútamusríyā nirṇíjaṃ dʰire || 1||



1. En avant vers le dieu (Soma) les sucs riches en miel ont coulé, telles des vaches laitières (vers qui courent les veaux).
    S’installant sur la litière-rituelle, riches en formulation, ils prennent (le lait des) vaches-aurorales pour robe-d’apparat inondée (du contenu)  des mamelles.



sá róruvadabʰí pū́rvā acikradadupārúhaḥ śratʰáyansvādate háriḥ |
tiráḥ pavítraṃ pariyánnurú jráyo ní śáryāṇi dadʰate devá ā́ váram || 2||



2. Le (soma) hurlant-avec-force a henni vers les (vaches le) précédant ; laissant-se-déliter les pousses (de la plante) , il devient, lui alezan, délectable.
    Faisant-son-circuit à travers le filtre (en son) vaste parcours, le dieu dépose (comme) à son gré ses parties-fibreuses.



ví yó mamé yamyā̀ saṃyatī́ mádaḥ sākaṃvŕ̥dʰā páyasā pinvadákṣitā |
mahī́ apāré rájasī vivévidadabʰivrájannákṣitaṃ pā́ja ā́ dade || 3||



3. Breuvage-enivrant qui a mesuré les deux sœurs-jumelles conjointes, grandies ensemble (= le deaux mondes ), (le soma)  les gonfle d’un lait impérissable.
    Lui qui discerne les deux grands domaines sans limite, qui marche à leur rencontre, il a pris sa configuration impérissable.



sá mātárā vicáranvājáyannapáḥ prá médʰiraḥ svadʰáyā pinvate padám |
aṃśúryávena pipiśe yató nŕ̥bʰiḥ sáṃ jāmíbʰirnásate rákṣate śíraḥ || 4||



4. Le (soma), traversant les deux (mondes, ses) mères, stimulant les eaux, sage, gonfle-de-lait son propre séjour de par sa nature même.
    La tige s’adorne (de grains) d’orge, tenue-en-mains par les seigneurs. Tandis qu’il entre-en-contact avec les sœurs-germaines (= les doigts des officiants, le soma) sauvegarde sa tête.



sáṃ dákṣeṇa mánasā jāyate kavírr̥tásya gárbʰo níhito yamā́ paráḥ |
yū́nā ha sántā pratʰamáṃ ví jajñaturgúhā hitáṃ jánima némamúdyatam || 5||



5. (Le soma) est né avec la force-agissante, la faculté-de-penser ; (il est) le poète, le nouveau-né de l’Ordre, caché par delà les (deux Aśvin) jumeaux :
    jeunes encore, (ceux-ci l’) ont découvert en premier ; sa naissance était tenue en secret ; quelque (portion de lui seule était) manifeste.



mandrásya rūpáṃ vividurmanīṣíṇaḥ śyenó yádándʰo ábʰaratparāvátaḥ |
táṃ marjayanta suvŕ̥dʰaṃ nadī́ṣvā́m̐ uśántamaṃśúṃ pariyántamr̥gmíyam || 6||



6. (Les poètes) détenant-le-sens ont trouvé la forme (réelle) du (soma) enivrant, quand l’aigle eut apporté la plante de l’espace-lointain.
    Quand elle eut pris-croissance, ils nettoyèrent dans les rivières la tige consentante, circulant (dans le tamis), digne-du-chant.



tvā́ṃ mr̥janti dáśa yóṣaṇaḥ sutáṃ sóma ŕ̥ṣibʰirmatíbʰirdʰītíbʰirhitám |
ávyo vā́rebʰirutá deváhūtibʰirnŕ̥bʰiryató vā́jamā́ darṣi sātáye || 7||



7. C’est toi que nettoient les dix jeunes-femmes, (une fois) pressé, ô soma, étant mû par les Voyants, par (leurs) poèmes, par (leurs) intuitions,
    tenu-en-mains par les seigneurs, avec (le tamis en) poils de brebis et les invocations aux dieux, fais-éclater (comme une outre) le prix-de-victoire en sorte que (nous le) gagnions !



pariprayántaṃ vayyàṃ suṣaṃsádaṃ sómaṃ manīṣā́ abʰyànūṣata stúbʰaḥ |
yó dʰā́rayā mádʰumām̐ ūrmíṇā divá íyarti vā́caṃ rayiṣā́ḷámartyaḥ || 8||



8. Le soma qui s’avance tout autour, plante de bonne compagnie, à son adresse ont retenti les pensées-riches-de-sens, les rythmes,
    (vers lui) qui, avec sa coulée, avec sa vague, riche en miel, lance la voix (venue) du ciel, (ce dieu) conquérant de richesses, immortel.



ayáṃ divá iyarti víśvamā́ rájaḥ sómaḥ punānáḥ kaláśeṣu sīdati |
adbʰírgóbʰirmr̥jyate ádribʰiḥ sutáḥ punāná índurvárivo vidatpriyám || 9||



9. Le voici (qui) lance (la voix venue) du ciel dans l’espace entier ; le soma se clarifiant repose dans les vases.
    Il est nettoyé par les eaux, par (le lait des) vaches, pressé à l’aide des pierres ; en se clarifiant, que le suc-de-soma procure le large-espace aimé !



evā́ naḥ soma pariṣicyámāno váyo dádʰaccitrátamaṃ pavasva |
adveṣé dyā́vāpr̥tʰivī́ huvema dévā dʰattá rayímasmé suvī́ram || 10||



10. Ainsi donc, ô soma, pendant que tu te répands tout autour, clarifie toi, nous conférant la force-vitale la plus marquante !
    Nous voulons invoquer le Ciel et la Terre qui écartent l’hostilité. O dieux, conférez nous la richesse faite d’hommes-d’élite !






Sūkta 9.69 

íṣurná dʰánvanpráti dʰīyate matírvatsó ná mātúrúpa sarjyū́dʰani |
urúdʰāreva duhe ágra āyatyásya vratéṣvápi sóma iṣyate || 1||



1. Comme une flèche sur l’arc, le poème est mis en place ; (le soma) a été lâché comme le veau (qui va) auprès de la mamelle de sa mère.
    Il donne-son-lait comme (la vache) qui arrive en premier, (avec son) vaste jet (de lait) ; le soma se met-en-marehe vers les obligations-rituelles de (l’officiant que) voici.



úpo matíḥ pr̥cyáte sicyáte mádʰu mandrā́janī codate antárāsáni |
pávamānaḥ saṃtaníḥ pragʰnatā́miva mádʰumāndrapsáḥ pári vā́ramarṣati || 2||



2. Tandis que le poème est fécondé, le miel (sômique) se déverse ; le fouet enivrant stimule (le chantre) dedans sa bouche.
    Le Pavamâna est comme un concert de frappeurs (de tambour). La goutte riche en miel coule autour du (tamis en) poil(s de brebis).



ávye vadʰūyúḥ pavate pári tvací śratʰnīté naptī́ráditerr̥táṃ yaté |
hárirakrānyajatáḥ saṃyató mádo nr̥mṇā́ śíśāno mahiṣó ná śobʰate || 3||



3. Le (soma) désireux-de-femmes se clarifie dans le (tamis en poils de) brebis, autour de la peau (de bœuf) ; la (plante,) petite-fille d’Aditi, défait-sa-robe pour (l’homme) qui marche (selon) l’Ordre.
    Le (soma) alezan a henni, breuvage digne-du-sacrifice, bien tenu-en-mains ; aiguisant ses forces-viriles, il apparaît-beau comme un buffle.



ukṣā́ mimāti práti yanti dʰenávo devásya devī́rúpa yanti niṣkr̥tám |
átyakramīdárjunaṃ vā́ramavyáyamátkaṃ ná niktáṃ pári sómo avyata || 4||



4. Le taureau mugit ; les vaches-laitières vont à sa rencontre, déesses, elles s’avancent au rendez-vous du dieu.
    Il a franchi le (tamis en) poil(s) de brebis blanc(s) ; le soma s’est enveloppé tout autour (de lait) comme d’un manteau (nouvellement) lavé.



ámr̥ktena rúśatā vā́sasā hárirámartyo nirṇijānáḥ pári vyata |
diváspr̥ṣṭʰáṃ barháṇā nirṇíje kr̥topastáraṇaṃ camvòrnabʰasmáyam || 5||



5. D’un vêtement immarcescible, brillant, l’alezan immortel, paré-de-neuf, s’enveloppe tout autour.
    Avec puissance il a pris le dos du ciel pour s’en parer, (il a fait du lait) un tapis semblable-à- la-nuée pour les deux vases (sômiques).



sū́ryasyeva raśmáyo drāvayitnávo matsarā́saḥ prasúpaḥ sākámīrate |
tántuṃ tatáṃ pári sárgāsa āśávo néndrādr̥té pavate dʰā́ma kíṃ caná || 6||



6. Comme les rayons du soleil qui font courir (les gens qui dormaient, de même les sucs) enivrants, qui étaient endormis, se dressent ensemble.
    Les coulées rapides (de soma) sont autour (du tamis), ce fil tendu (du sacrifice). Sans Indra, nulle structure (sômique) ne se clarifie (valablement).



síndʰoriva pravaṇé nimná āśávo vŕ̥ṣacyutā mádāso gātúmāśata |
śáṃ no niveśé dvipáde cátuṣpade'smé vā́jāḥ soma tiṣṭʰantu kr̥ṣṭáyaḥ || 7||



7. Comme (les eaux vont) vers le bas selon la pente du fleuve, (de même) les breuvages rapides, mus par les (pierres-)taureaux, ont atteint l’issue-heureuse.
    Sauvegarde soit à notre (troupeau de) bipède(s), de quadrupède(s) pour sa rentrée (au bercail) ! Que se tiennent avec nous, ô soma, les prix-de-victoire, les populations !



ā́ naḥ pavasva vásumaddʰíraṇyavadáśvāvadgómadyávamatsuvī́ryam |
yūyáṃ hí soma pitáro máma stʰána divó mūrdʰā́naḥ prástʰitā vayaskŕ̥taḥ || 8||



8. Procure-nous-te-clarifiant la possession de biens, d’or, de chevaux, de vaches, d’orge, d’hommes-d’élite !
    Car vous êtes, ô (sucs de) soma, (comme sont) mes pères, (à savoir) des têtes du ciel, haut-dressées, créatrices de force-vitale.



eté sómāḥ pávamānāsa índraṃ rátʰā iva prá yayuḥ sātímácʰa |
sutā́ḥ pavítramáti yantyávyaṃ hitvī́ vavríṃ haríto vr̥ṣṭímácʰa || 9||



9. Voici les soma Pavamâna (qui) se sont avancés vers Indra comme des chars vers le gain ;
    (une fois) pressés, ils franchissent le filtre (en poils) de brebis, abandonnant leur enveloppe, (tels des) alezanes, afin (de procurer) la pluie.



índavíndrāya br̥haté pavasva sumr̥ḷīkó anavadyó riśā́dāḥ |
bʰárā candrā́ṇi gr̥ṇaté vásūni devaírdyāvāpr̥tʰivī prā́vataṃ naḥ || 10||



10. O suc-de-soma, clarifie toi pour le puissant Indra, toi qui es compatissant, irréprochable, qui veilles sur l’Étranger !
    Apporte au chantre des biens éclatants ! — O Ciel (et) Terre, assistez nous (plus) avant avec les dieux !






Sūkta 9.70 

trírasmai saptá dʰenávo duduhre satyā́māśíraṃ pūrvyé vyomani |
catvā́ryanyā́ bʰúvanāni nirṇíje cā́rūṇi cakre yádr̥taírávardʰata || 1||



1. Trois fois sept vaches-laitières se sont laissé traire pour ce (soma) le lait-de-mélange réel, au premier (plan du) firmament.
    Quatre autres belles essences, (le soma) les a prises pour s’en parer, lorsqu’il eut grandi par les manifestations-de-l’Ordre.



sá bʰíkṣamāṇo amŕ̥tasya cā́ruṇa ubʰé dyā́vā kā́vyenā ví śaśratʰe |
téjiṣṭʰā apó maṃhánā pári vyata yádī devásya śrávasā sádo vidúḥ || 2||



2. Souhaitant-avoir-en-partage le beau (séjour) immortel, le (soma) a détaché les deux (mondes), Ciel (et Terre), grâce à son pouvoir-poétique.
    Il s’est enveloppé avec majesté des eaux très brillantes, lorsque, grâce au renom du dieu (Soma), elles eurent (re)connu (son) siège.



té asya santu ketávó'mr̥tyavó'dābʰyāso janúṣī ubʰé ánu |
yébʰirnr̥mṇā́ ca devyā̀ ca punatá ā́dídrā́jānaṃ manánā agr̥bʰṇata || 3||



3. Que ces rayons de notre (soma), immortels, intrompables, accompagnent les deux générations (divine et humaine),
    eux par qui les forces-viriles (des hommes) et (celles) des dieux se clarifient ! Alors (les êtres) réfléchis ont adopté le roi (Soma).



sá mr̥jyámāno daśábʰiḥ sukármabʰiḥ prá madʰyamā́su mātŕ̥ṣu pramé sácā |
vratā́ni pānó amŕ̥tasya cā́ruṇa ubʰé nr̥cákṣā ánu paśyate víśau || 4||



4. Le (soma) nettoyé par les dix (doigts de l’opérateur), bien œuvrants, (coule) en avant parmi les mères (du monde) médian (= les pluies), (d’accord) avec la norme. Surveillant les obligations du beau (séjour) immortel, (le soma) au regard de maître inspecte l’un et l’autre clans (= dieux et humains).



sá marmr̥jāná indriyā́ya dʰā́yasa óbʰé antā́ ródasī harṣate hitáḥ |
vŕ̥ṣā śúṣmeṇa bādʰate ví durmatī́rādédiśānaḥ śaryahéva śurúdʰaḥ || 5||



5. Le (soma), nettoyé-avec-force pour qu’Indra ait sa jouissance, frémit-d’aise, ayant été placé entre les deux mondes. Taureau,
    il refoule avec ardeur les mal intentionnés, prenant-pour-cible les butins, comme un qui tue avec la flèche.



sá mātárā ná dádr̥śāna usríyo nā́nadadeti marútāmiva svanáḥ |
jānánnr̥táṃ pratʰamáṃ yátsvàrṇaraṃ práśastaye kámavr̥ṇīta sukrátuḥ || 6||



6. Le (soma), se montrant tel un (jeune) taureau (qui va) vers ses deux mères, va mugissant-avec-force, comme la rumeur des Marut.
    Connaissant l’Ordre primordial il s’est choisi le Svarṇara pour (thème d’)éloge, ce (soma) à la bonne force-délibérante.



ruváti bʰīmó vr̥ṣabʰástaviṣyáyā śŕ̥ṅge śíśāno háriṇī vicakṣaṇáḥ |
ā́ yóniṃ sómaḥ súkr̥taṃ ní ṣīdati gavyáyī tvágbʰavati nirṇígavyáyī || 7||



7. Il mugit, (le soma), terrible taureau, avec puissance, aiguisant ses cornes fauves, regardant au loin.
    Le soma se repose dans son séjour-natal bien aménagé. La peau est de bœuf, la robe de mouton.



śúciḥ punānástanvàmarepásamávye hárirnyàdʰāviṣṭa sā́navi |
júṣṭo mitrā́ya váruṇāya vāyáve tridʰā́tu mádʰu kriyate sukármabʰiḥ || 8||



8. Clarifiant (de sorte qu’il soit) pur son corps sans souillure, (le soma) alezan s’est écoulé sur le dos (du tamis en poils) de brebis,
    agréable à Mitra, à Varuṇa, à Vâyu. Par les (doigts de l’opérateur),  bien œuvrants, le miel (sômique) est fabriqué de trois manières.



pávasva soma devávītaye vŕ̥ṣéndrasya hā́rdi somadʰā́namā́ viśa |
purā́ no bādʰā́dduritā́ti pāraya kṣetravíddʰí díśa ā́hā vipr̥cʰaté || 9||



9. Clarifie toi, ô soma, pour l’invite aux dieux ; toi qui es un taureau, entre dans le cœur d’Indra, réceptacle du soma!
    Fais nous franchir les mauvais passages (afin de nous garder) de l’oppression ! Car celui qui connaît la contrée dit les directions-de-l’espace à qui s’ (en) informe.



hitó ná sáptirabʰí vā́jamarṣéndrasyendo jaṭʰáramā́ pavasva |
nāvā́ ná síndʰumáti parṣi vidvā́ñcʰū́ro ná yúdʰyannáva no nidá spaḥ || 10||



10. Comme un attelage lancé pour (atteindre) le prix-de-victoire, coule, ô suc-de-soma, clarifie toi dans le ventre d’Indra !
    Comme (on passe) un fleuve avec un navire, fais nous passer au delà, toi qui sais ; toi qui combats comme un héros, sauve nous de l’opprobre !






Sūkta 9.71 

ā́ dákṣiṇā sr̥jyate śuṣmyā̀sádaṃ véti druhó rakṣásaḥ pāti jā́gr̥viḥ |
háriropaśáṃ kr̥ṇute nábʰaspáya upastíre camvòrbráhma nirṇíje || 1||



1. (Le lait de) la vache se répand (sur le soma, lequel), fougueux, court s’asseoir (dans le récipient ; lequel), vigilant, protège du dot, du démon.
    (Le soma) alezan revêt le turban, (prend) pour l’étendre sous les deux récipients la nuée (qu’est) le lait, (il prend aussi) la Formule pour s’en parer.



prá kr̥ṣṭihéva śūṣá eti róruvadasuryàṃ varṇaṃ ní riṇīte asya tám |
jáhāti vavríṃ pitúreti niṣkr̥támupaprútaṃ kr̥ṇute nirṇíjaṃ tánā || 2||



2. Agressif comme un tueur de peuples il s’avance, mugissant avec-force ; il laisse-suinter la couleur asurienne qui est la sienne ;
    il abandonne son enveloppe, va au rendez-vous du Père (= ciel). (Du lait) qui flotte il fait sa robe-d'apparat continûment.



ádribʰiḥ sutáḥ pavate gábʰastyorvr̥ṣāyáte nábʰasā vépate matī́ |
sá modate násate sā́dʰate girā́ nenikté apsú yájate párīmaṇi || 3||



3. Pressé à l’aide des pierres, (le soma) se clarifie entre les deux mains (de l’opérateur) ; il devient taureau grâce à la nue ; il tremble-d’inspiration grâce au poème.
    Il jubile, caresse, réussit grâce au chant ; on le lave-puissamment dans les eaux ; (bref) il est sacrificateur dans la totalité (de ses aspects).



pári dyukṣáṃ sáhasaḥ parvatāvŕ̥dʰaṃ mádʰvaḥ siñcanti harmyásya sakṣáṇim |
ā́ yásmingā́vaḥ suhutā́da ū́dʰani mūrdʰáñcʰrīṇántyagriyáṃ várīmabʰiḥ || 4||



4. (Ce soma), résidant au ciel, (fils) de la force, qui croît dans la montagne, qui force la forteresse, (ce soma, sève) de miel, (les officiants l’) arrosent tout autour,
    lui sur qui, sur la tête (duquel),  les vaches (célestes), mangeuses de bonnes offrandes, (avec) leur mamelle (pleine) déversent-pour-le-mélange le (lait) excellent, en (vastes) étendues.



sámī rátʰaṃ ná bʰuríjoraheṣata dáśa svásāro áditerupástʰa ā́ |
jígādúpa jrayati górapīcyàṃ padáṃ yádasya matútʰā ájījanan || 5||



5. Les dix soeurs (= les doigts) l’ont façonné comme (on façonne) un char avec les deux bras, pour (qu’il accoure au) giron d’Aditi.
    (Le soma) vient, court vers le mot secret de la vache, quand les porteurs-de-prières ont eu engendré (ce mot) de lui.



śyenó ná yóniṃ sádanaṃ dʰiyā́ kr̥táṃ hiraṇyáyamāsádaṃ devá éṣati |
é riṇanti barhíṣi priyáṃ girā́śvo ná devā́m̐ ápyeti yajñíyaḥ || 6||



6. Tel un aigle (qui va) en son séjour, le dieu (Soma) s’active vers son siège doré, fabriqué par la pensée-poétique, pour s’y asseoir.
    (Les officiants) font couler (le soma) aimé sur la litière-rituelle grâce à leur chant ; comme un cheval, (le dieu) digne-du-sacrifice s’agrège aux dieux.



párā vyàkto aruṣó diváḥ kavírvŕ̥ṣā tripr̥ṣṭʰó anaviṣṭa gā́ abʰí |
sahásraṇītiryátiḥ parāyátī rebʰó ná pūrvī́ruṣáso ví rājati || 7||



7. (Il s’en va) au loin, le fauve Poète du ciel, tout-paré. Le taureau (soma) aux trois dos a mugi en direction des vaches.
    (Avec ses) mille conduits, poussant (en avant ou) poussant en arrière, tel un barde il commande aux nombreuses aurores.



tveṣáṃ rūpáṃ kr̥ṇute várṇo asya sá yátrā́śayatsámr̥tā sédʰati sridʰáḥ |
apsā́ yāti svadʰáyā daívyaṃ jánaṃ sáṃ suṣṭutī́ násate sáṃ góagrayā || 8||



8. Il assume une forme étincelante : c’est sa couleur. Quand (on) a succombé dans la mêlée, (le soma) répare les erreurs.
    Conquérant l’eau, il va de sa propre initiative dans la gent divine ; il s’accouple à la bonne louange, celle qui commence par (un don de) vaches.



ukṣéva yūtʰā́ pariyánnarāvīdádʰi tvíṣīradʰita sū́ryasya |
divyáḥ suparṇó'va cakṣata kṣā́ṃ sómaḥ pári krátunā paśyate jā́ḥ || 9||



9. Tel un taureau parcourant les troupeaux, (le soma) a mugi ; il a revêtu les éclats du soleil.
    Oiseau céleste, il regarde-en-bas la terre ; le soma considère les créatures avec sa force-inspirante.






Sūkta 9.72 

háriṃ mr̥jantyaruṣó ná yujyate sáṃ dʰenúbʰiḥ kaláśe sómo ajyate |
údvā́camīráyati hinváte matī́ puruṣṭutásya káti citparipríyaḥ || 1||



1. (Les officiants) nettoient (le soma) alezan ; on l’attelle comme (un cheval) bai ; dans le vase le soma est oint avec (le lait des) vaches-laitières.
    Tandis qu’il élève la voix, (les officiants l’) aiguillonnent par le poème, eux tant qu’ils sont qui charment à plein (le dieu) très loué.



sākáṃ vadanti bahávo manīṣíṇa índrasya sómaṃ jaṭʰáre yádāduhúḥ |
yádī mr̥jánti súgabʰastayo náraḥ sánīḷābʰirdaśábʰiḥ kā́myaṃ mádʰu || 2||



2. Parlent ensemble les nombreux (officiants) détenteurs-du-sens (des formules), tandis qu’ils attirent-en-le-trayant le soma dans le ventre d’Indra ;
    tandis que les seigneurs aux mains adroites nettoient le miel délectable avec leurs dix (doigts) qui gîtent ensemble.



áramamāṇo átyeti gā́ abʰí sū́ryasya priyáṃ duhitústiró rávam |
ánvasmai jóṣamabʰaradvinaṃgr̥sáḥ sáṃ dvayī́bʰiḥ svásr̥bʰiḥ kṣeti jāmíbʰiḥ || 3||



3. Sans (jamais) s’arrêter, (le soma) va au delà (du tamis) vers (le lait des) vaches, (passant) outre à la chère rumeur de la Fille du soleil ( = au chant des prêtres).
    A son gré elle lui offrait ses charmes ; il cohabite avec les sœurs germaines de l’un et l’autre bords (= avec les dix doigts de l’opérateur).



nŕ̥dʰūto ádriṣuto barhíṣi priyáḥ pátirgávāṃ pradíva índurr̥tvíyaḥ |
púraṃdʰivānmánuṣo yajñasā́dʰanaḥ śúcirdʰiyā́ pavate sóma indra te || 4||



4. Secoué par les seigneurs, pressé à l’aide des pierres sur la litière-rituelle, époux aimé des vaches depuis les jours antiques, le suc-de-soma propre aux temps-rituels,
    accompagné de Plénitude (des dons), réalisant le sacrifice de l’Homme, le pur soma se clarifie grâce à l’intuition, pour toi, ô Indra.



nŕ̥bāhúbʰyāṃ coditó dʰā́rayā sutò'nuṣvadʰáṃ pavate sóma indra te |
ā́prāḥ krátūnsámajairadʰvaré matī́rvérná druṣáccamvòrā́sadaddʰáriḥ || 5||



5. Aiguillonné par les deux bras du seigneur, (se manifestant) en jet, le soma pressé se clarifie selon sa nature propre pour toi, ô Indra.
    Il a empli les forces-d’inspiration (des poètes), il a conquis les pensées-poétiques pour le cursus-rituel. Tel un oiseau sis sur (la branche de) bois, l’alezan s’est assis dans les deux récipients.



aṃśúṃ duhanti stanáyantamákṣitaṃ kavíṃ kaváyo'páso manīṣíṇaḥ |
sámī gā́vo matáyo yanti saṃyáta r̥tásya yónā sádane punarbʰúvaḥ || 6||



6. (Les officiants) traient la tige tonnante, impérissable, (le soma-) poète, poètes (eux-mêmes), actifs, détenteurs-du-sens.
    Vers lui vont les vaches, les poésies concourantes, au séjour-natal de l’Ordre, au siège du (soma) renaissant.



nā́bʰā pr̥tʰivyā́ dʰarúṇo mahó divò'pā́mūrmaú síndʰuṣvantárukṣitáḥ |
índrasya vájro vr̥ṣabʰó vibʰū́vasuḥ sómo hr̥dé pavate cā́ru matsaráḥ || 7||



7. Au nombril de la terre (est situé le soma, qui est aussi le) fondement du grand ciel ; sur la vague des eaux, dedans les fleuves, il a été arrosé.
    Foudre d’Indra, taureau aux biens abondants, le soma se clarifie plaisamment au cœur, enivrant.



sá tū́ pavasva pári pā́rtʰivaṃ rája stotré śíkṣannādʰūnvaté ca sukrato |
mā́ no nírbʰāgvásunaḥ sādanaspŕ̥śo rayíṃ piśáṅgaṃ bahuláṃ vasīmahi || 8||



8. Clarifie toi donc en en(vironnant) l’espace terrestre, toi qui veux rendre-service au chantre et au secoueur (de tiges, ô soma) à la bonne force-inspirante !
    Ne nous exclus pas d’un bien qui concerne la résidence ! Puissions nous revêtir la richesse couleur-d’or, abondante !



ā́ tū́ na indo śatádātváśvyaṃ sahásradātu paśumáddʰíraṇyavat |
úpa māsva br̥hatī́ revátīríṣó'dʰi stotrásya pavamāna no gahi || 9||



9. O suc-de-soma, ap(porte) nous donc la possession centuple de chevaux, (la possession) milluple de bétail, d’or !
    Mesure nous des jouissances-rituelles puissantes, riches ; accède à notre louange, ô Pavamâna !






Sūkta 9.73 

srákve drapsásya dʰámataḥ sámasvarannr̥tásya yónā sámaranta nā́bʰayaḥ |
trī́nsá mūrdʰnó ásuraścakra ārábʰe satyásya nā́vaḥ sukŕ̥tamapīparan || 1||



1. Dans la mâchoire (des pierres pressant) la goutte (de soma) gonflée, les parentés (célestes et terrestres du soma) ont retenti ensemble ; elles se sont ajustées au séjour-natal de l’Ordre.
    L’Asura (Soma) s’est donné trois têtes pour (qu’on puisse mieux le) saisir. Les navires du (soma) réel ont fait traverser (l’homme) qui bien agit.



samyáksamyáñco mahiṣā́ aheṣata síndʰorūrmā́vádʰi venā́ avīvipan |
mádʰordʰā́rābʰirjanáyanto arkámítpriyā́míndrasya tanvàmavīvr̥dʰan || 2||



2. Se dirigeant ensemble, de conserve, les (poètes-)buffles ont incité (le soma à couler) ; sur la vague du fleuve les Voyants  l’ont fait vibrer.
    A l’aide des coulées de miel engendrant (son chant), ils ont invigoré le corps chéri d’Indra.



pavítravantaḥ pári vā́camāsate pitaíṣāṃ pratnó abʰí rakṣati vratám |
maháḥ samudráṃ váruṇastiró dadʰe dʰī́rā ícʰekurdʰarúṇeṣvārábʰam || 3||



3. Munis du filtre, les opérateurs, assiègent la parole (sômique) ; le Père primitif veille sur l’allégeance (entre Soma et l’Homme).
    Grand Varuna, (Soma) s’est caché dans l’océan : seuls les experts ont pu le saisir en ses fondements.



sahásradʰāré'va té sámasvarandivó nā́ke mádʰujihvā asaścátaḥ |
ásya spáśo ná ní miṣanti bʰū́rṇayaḥ padépade pāśínaḥ santi sétavaḥ || 4||



4. (Les coulées de soma) ont retenti en dé(valant vers le filtre) aux mille jets ; (elles sont montées) au firmament du ciel, (ces coulées) intarissables à la langue de miel.
    Les épieurs de ce (dieu Soma-Varuṇa) ne clignent pas des yeux ; ils sont frémissants ; de place en place sont (présents) les lieurs munis de rets.



pitúrmātúrádʰyā́ yé samásvarannr̥cā́ śócantaḥ saṃdáhanto avratā́n |
índradviṣṭāmápa dʰamanti māyáyā tvácamásiknīṃ bʰū́mano diváspári || 5||



5. (Les soma) qui, (partant) du Père (et) de la Mère (Ciel et Terre), ont retenti, s’enflammant par la strophe, consumant les impies,
    chassent-en-soufflant, grâce à leur force-altérante, de la terre (et) du ciel la peau noire, détestée d’Indra.



pratnā́nmā́nādádʰyā́ yé samásvarañcʰlókayantrāso rabʰasásya mántavaḥ |
ápānakṣā́so badʰirā́ ahāsata r̥tásya pántʰāṃ ná taranti duṣkŕ̥taḥ || 6||



6. (Ces soma) qui ont retenti d’après le mode-musical antique, avec la résonance (du jus pressé pour) frein (rythmique), eux les inventeurs du (mode) violent...
    Aveugles (et) sourds, les méchants sont restés en arrière ; ils ne traversent point le chemin de l’Ordre.



sahásradʰāre vítate pavítra ā́ vā́caṃ punanti kaváyo manīṣíṇaḥ |
rudrā́sa eṣāmiṣirā́so adrúha spáśaḥ sváñcaḥ sudŕ̥śo nr̥cákṣasaḥ || 7||



7. Dans le filtre aux cent coulées, tendu (par le sacrifice), les poètes détenteurs-du-sens clarifient leur parole.
    Les (Marut,) fils de Rudra, leur sont des épieurs robustes, inaccessibles-au-dol, ayant bonne allure, beaux à voir, au regard de maîtres.



r̥tásya gopā́ ná dábʰāya sukrátustrī́ ṣá pavítrā hr̥dyàntárā́ dadʰe |
vidvā́nsá víśvā bʰúvanābʰí paśyatyávā́juṣṭānvidʰyati karté avratā́n || 8||



8. (Le soma) gardien de l’Ordre ne saurait être trompé, lui à la bonne force-inspirante ; il porte trois filtres au dedans de son cœur.
    Lui qui sait, il voit toutes les essences ; les (êtres) indésirables, les impies, il les pousse dans la fosse.



r̥tásya tánturvítataḥ pavítra ā́ jihvā́yā ágre váruṇasya māyáyā |
dʰī́rāścittátsamínakṣanta āśatā́trā kartámáva padātyáprabʰuḥ || 9||



9. Le fil de l’Ordre a été tendu sur le filtre (et en même temps) sur le bout de la langue, grâce à la force-altérante de Varuṇa(-Soma).
    Les experts seuls, qui cherchaient à l’atteindre, l’ont atteint. Quant à l’impuissant, qu’il retombe dans la fosse !






Sūkta 9.74 

śíśurná jātó'va cakradadváne svàryádvājyàruṣáḥ síṣāsati |
divó rétasā sacate payovŕ̥dʰā támīmahe sumatī́ śárma saprátʰaḥ || 1||



1. Comme l’enfant (nouveau-)né, (le soma) a mugi en dé(valant) dans (la cuve de) bois, tandis que, (dieu) fauve, conquérant, il cherche à gagner la lumière-solaire.
    Il participe à la semence du ciel (= la pluie), qui grossit par le lait. Nous implorons à titre de faveur sa protection étendue.



divó yá skambʰó dʰarúṇaḥ svā̀tata ā́pūrṇo aṃśúḥ paryéti viśvátaḥ |
sémé mahī́ ródasī yakṣadāvŕ̥tā samīcīné dādʰāra sámíṣaḥ kavíḥ || 2||



2. Étai du ciel, fondement bien tendu (du sacrifice), tige qui s’emplit, (le soma) qui parcourt (le monde et le filtre) de toutes parts,
    c’est le (même qui) adore ces deux vastes mondes-ci, par le processus-rituel. Poète, il soutient (le couple) uni (des mondes, il embrasse) les jouissances-rituelles.



máhi psáraḥ súkr̥taṃ somyáṃ mádʰūrvī́ gávyūtiráditerr̥táṃ yaté |
ī́śe yó vr̥ṣṭéritá usríyo vŕ̥ṣāpā́ṃ netā́ yá itáūtirr̥gmíyaḥ || 3||



3. Grand festin est le miel sômique, bien préparé ; spacieux est l’asile d’Aditi pour (l’homme) qui va (selon) l’Ordre.
    (C’est le soma) qui régit la pluie d’ici (même, en qualité de) fils d’Aurore, taureau, conducteur des eaux, ce (soma) digne-du-chant, qui assiste (l’homme) d’ici (même).



ātmanvánnábʰo duhyate gʰr̥táṃ páya r̥tásya nā́bʰiramŕ̥taṃ ví jāyate |
samīcīnā́ḥ sudā́navaḥ prīṇanti táṃ náro hitámáva mehanti péravaḥ || 4||



4. (Le soma,) nuée douée-de-vie, donne-en-se-laissant-traire le beurre-fondu, le lait ; nombril de l’Ordre, (principe) immortel, il prend naissance au loin.
    (Agissant) de conserve, (les officiants célestes) aux beaux dons comblent le (soma) ; les (Marut,) seigneurs à la vessie-pleine, compissent (le soma) mis-en-branle.



árāvīdaṃśúḥ sácamāna ūrmíṇā devāvyàṃ manuṣe pinvati tvácam |
dádʰāti gárbʰamáditerupástʰa ā́ yéna tokáṃ ca tánayaṃ ca dʰā́mahe || 5||



5. Elle a hurlé, la tige (sômique), associée à la vague (des eaux) ; pour l’Homme elle gonfle son enveloppe qui attire les dieux.
    Elle dépose dans le giron d’Aditi un germe, par lequel nous recevrons fils et descendance.



sahásradʰāré'va tā́ asaścátastr̥tī́ye santu rájasi prajā́vatīḥ |
cátasro nā́bʰo níhitā avó divó havírbʰarantyamŕ̥taṃ gʰr̥taścútaḥ || 6||



6. Ces (coulées de soma) intarissables dé(valent) vers le (filtre) aux mille jets : qu’au troisième espace (du ciel) elles (nous) procurent descendance !
    Quatre jaillissements cachés, dégouttant de beurre-fondu, apportent en bas, (venant) du ciel, l’ambroisie (sômique comme) offrande.



śvetáṃ rūpáṃ kr̥ṇute yátsíṣāsati sómo mīḍʰvā́m̐ ásuro veda bʰū́manaḥ |
dʰiyā́ śámī sacate sémabʰí praváddiváskávandʰamáva darṣadudríṇam || 7||



7. (Le soma) assume une couleur blanche quand il veut conquérir : le soma généreux, l’Asura, connaît le monde.
    Il adhère à l’intuition-poétique, à l’acte-manuel ; qu’en direction de l’étendue il fasse éclater (comme une outre) la cuve aqueuse du ciel !



ádʰa śvetáṃ kaláśaṃ góbʰiraktáṃ kā́rṣmannā́ vājyàkramītsasavā́n |
ā́ hinvire mánasā devayántaḥ kakṣī́vate śatáhimāya gónām || 8||



8. Voici que (le soma) s’avance vers le vase blanc, marqué (du lait) des vaches, (tel un cheval) vainqueur (s’avance) jusqu’à la barrière, ayant gagné (la course).
    Les (hommes) pieux se mettenten-marche par la pensée. (Le coursier a gagné une centaine) de vaches pour Kakṣiivant âgé (lui-même) de cent hivers.



adbʰíḥ soma papr̥cānásya te rásó'vyo vā́raṃ ví pavamāna dʰāvati |
sá mr̥jyámānaḥ kavíbʰirmadintama svádasvéndrāya pavamāna pītáye || 9||



9. O soma, quand tu as été comblé d’eaux, ta sève court à travers (le tamis en) poil(s) de brebis, ô Pavamâna.
    Tel (étant), nettoyé par les poètes, ô (soma) très enivrant, sois délectable pour Indra, pour qu’il boive, ô Pavamâna !






Sūkta 9.75 

abʰí priyā́ṇi pavate cánohito nā́māni yahvó ádʰi yéṣu várdʰate |
ā́ sū́ryasya br̥ható br̥hánnádʰi rátʰaṃ víṣvañcamaruhadvicakṣaṇáḥ || 1||



1. (Le soma) satisfait se clarifie pour (atteindre ses) noms aimés, en lesquels il s’accroît, (ce dieu) juvénile.
    Puissant, il a gravi le char du puissant soleil, (char) allant en directions diverses, (ce soma) qui regarde au loin.



r̥tásya jihvā́ pavate mádʰu priyáṃ vaktā́ pátirdʰiyó asyā́ ádābʰyaḥ |
dádʰāti putráḥ pitrórapīcyàṃ nāma tr̥tī́yamádʰi rocané diváḥ || 2||



2. Langue de l’Ordre, (le soma) se clarifie (en forme de) miel aimé ; orateur, patron de cette forme-poétique, (dieu) intrompable,
    fils, il confère à ses deux parents (Ciel et Terre) un nom secret, un troisième (nom placé) dans l’espace-lumineux du ciel.



áva dyutānáḥ kaláśām̐ acikradannŕ̥bʰiryemānáḥ kóśa ā́ hiraṇyáye |
abʰī́mr̥tásya dohánā anūṣatā́dʰi tripr̥ṣṭʰá uṣáso ví rājati || 3||



3. Brillant, (le soma) a mugi en dé(valant dans) les vases, ayant été tenu-en-mains par les seigneurs dans la cuve dorée.
    Les (vaches) à traire, (nées) de l’Ordre, l'ont acclamé ; (le dieu) aux trois dos commande aux aurores.



ádribʰiḥ sutó matíbʰiścánohitaḥ prarocáyanródasī mātárā śúciḥ |
rómāṇyávyā samáyā ví dʰāvati mádʰordʰā́rā pínvamānā divédive || 4||



4. Pressé à l’aide des pierres, satisfait par les poèmes, éclairant au loin les deux mondes, ses meres, (dieu) pur,
    il coule, (marquant) par le milieu (le tamis en) poils de brebis, jet de miel qui gonfle de jour en jour.



pári soma prá dʰanvā svastáye nŕ̥bʰiḥ punānó abʰí vāsayāśíram |
yé te mádā āhanáso víhāyasastébʰiríndraṃ codaya dā́tave magʰám || 5||



5. O soma, coule tout autour, en avant, pour (notre) bien-être, (une fois) clarifié par les seigneurs, revêts toi du lait-de-mélange !
    Les enivrements impétueux, immenses, qui sont à toi, encourage par eux Indra à donner un bienfait !






Sūkta 9.76 

dʰartā́ diváḥ pavate kŕ̥tvyo ráso dákṣo devā́nāmanumā́dyo nŕ̥bʰiḥ |
háriḥ sr̥jānó átyo ná sátvabʰirvŕ̥tʰā pā́jāṃsi kr̥ṇute nadī́ṣvā́ || 1||



1. Porteur du ciel, (le soma) se clarifie, sève décisive, force-agissante des dieux, digne d’être salué par les hommes.
    Le (soma) alezan, lancé comme un coursier par les guerriers, assume à son gré ses configurations dans les rivières.



śū́ro ná dʰatta ā́yudʰā gábʰastyoḥ svàḥ síṣāsanratʰiró gáviṣṭiṣu |
índrasya śúṣmamīráyannapasyúbʰiríndurhinvānó ajyate manīṣíbʰiḥ || 2||



2. Comme un héros il tient les armes en ses deux mains, lui qui cherche à conquérir la lumière-solaire, (qui part) en char pour les quêtes de vaches.
    Excitant la fougue d’Indra, mis-en-branle par les (doigts) actifs (de l’opérateur), le suc-de-soma est oint par (les poètes) détenteurs-du-sens.



índrasya soma pávamāna ūrmíṇā taviṣyámāṇo jaṭʰáreṣvā́ viśa |
prá ṇaḥ pinva vidyúdabʰréva ródasī dʰiyā́ ná vā́jām̐ úpa māsi śáśvataḥ || 3||



3. O soma Pavamâna, usant-de-ta-force, avec la vague (des eaux) pénètre dans les entrailles d’Indra !
    Fais gonfler pour nous les deux mondes comme l’éclair (gonfle) les nuages ! Comme (si c’était l’effet) de l’intuition-poétique, mesure (nous) des prix-de-victoire sans-cesse-renouvelés !



víśvasya rā́jā pavate svardŕ̥śa r̥tásya dʰītímr̥ṣiṣā́ḷavīvaśat |
yáḥ sū́ryasyā́sireṇa mr̥jyáte pitā́ matīnā́másamaṣṭakāvyaḥ || 4||



4. Roi de tout ce qui voit la lumière-solaire, (le soma) se clarifie ; triomphant des Prophètes, il a fait retentir la parole-intuitive de l’Ordre,
    lui qui est nettoyé par le rayon du soleil, lui père des poèmes, au pouvoir-poétique jamais encore atteint.



vŕ̥ṣeva yūtʰā́ pári kóśamarṣasyapā́mupástʰe vr̥ṣabʰáḥ kánikradat |
sá índrāya pavase matsaríntamo yátʰā jéṣāma samitʰé tvótayaḥ || 5||



5. Comme un taureau (entoure) les troupeaux, tu coules autour de la cuve dans le giron des eaux, taureau qui mugis-avec-force.
    Tel (étant), tu te clarifies pour Indra, toi très enivrant, en sorte qu’assistés de toi nous soyons vainqueurs dans la compétition.






Sūkta 9.77 

eṣá prá kóśe mádʰumām̐ acikradadíndrasya vájro vápuṣo vápuṣṭaraḥ |
abʰī́mr̥tásya sudúgʰā gʰr̥taścúto vāśrā́ arṣanti páyaseva dʰenávaḥ || 1||



1. Voici le (soma) riche en miel, (qui) a mugi au loin dans la cuve, foudre d’Indra, de plus de beauté que la beauté (même).
    Vers lui coulent les (laits des) vaches mugissantes, (nées) de l’Ordre, aisées à traire, dégouttant de beurre-fondu, comme (font) les vaches-laitières (réelles) avec leur lait.



sá pūrvyáḥ pavate yáṃ diváspári śyenó matʰāyádiṣitástiró rájaḥ |
sá mádʰva ā́ yuvate vévijāna ítkr̥śā́norásturmánasā́ha bibʰyúṣā || 2||



2. Le (soma) se clarifie (comme il a fait au) premier (âge), lui que l’aigle se lançant du ciel avait dérobé à travers l’espace.
    Cet (aigle) s’approprie le miel (sômique) quand il fuit-à-tire-d’ailes devant l’archer Kṛśānu, d’un cœur, ah ! rempli de crainte.



té naḥ pū́rvāsa úparāsa índavo mahé vā́jāya dʰanvantu gómate |
īkṣeṇyā̀so ahyò ná cā́ravo bráhmabrahma yé jujuṣúrhavírhaviḥ || 3||



3. Ces sucs-de-soma (des) premiers (âges, et ceux des temps) plus proches, qu’ils coulent pour nous (procurer) le grand prix-de-victoire consistant en vaches,
    (ces sucs) dignes-de-considération, plaisants comme de jeunes femelles, qui se complaisent en chaque Formule, en chaque oblation !



ayáṃ no vidvā́nvanavadvanuṣyatá índuḥ satrā́cā mánasā puruṣṭutáḥ |
inásya yáḥ sádane gárbʰamādadʰé gávāmurubjámabʰyárṣati vrajám || 4||



4. Que ce suc-de-soma (le nôtre, lui) qui sait, l’emporte sur ceux qui nous jalousent, lui le très prisé d’un cœur unanime,
    qui a reçu le germe-fécondant au séjour du (dieu) dominateur ! Il coule vers le parc des vaches dont s’ouvre la clôture !



cákrirdiváḥ pavate kŕ̥tvyo ráso mahā́m̐ ádabdʰo váruṇo hurúgyaté |
ásāvi mitró vr̥jáneṣu yajñíyó'tyo ná yūtʰé vr̥ṣayúḥ kánikradat || 5||



5. Elle se clarifie, la sève du ciel, agissante, décisive, (qui n’est autre que) le grand Varuṇa, (le dieu) intrompable pour (l’homme) qui va d’un pas-fourbe.
    (En tant que) Mitra, (le soma) adorable vient-d’être-pressé pour les cercles (qui sont nôtres), hennissant-avec-force comme un coursier en rut dans le troupeau.






Sūkta 9.78 

prá rā́jā vā́caṃ janáyannasiṣyadadapó vásāno abʰí gā́ iyakṣati |
gr̥bʰṇā́ti riprámávirasya tā́nvā śuddʰó devā́nāmúpa yāti niṣkr̥tám || 1||



1. En avant a coulé le roi (Soma), qui engendre la parole ; se vêtant des eaux, il cherche à atteindre (le lait des) vaches.
    (Le tamis en poils de) brebis retient ce qu’il y a d’impur en lui, (les fibres) de son corps. (Devenu) propre, il va au rendez-vous des dieux.



índrāya soma pári ṣicyase nŕ̥bʰirnr̥cákṣā ūrmíḥ kavírajyase váne |
pūrvī́rhí te srutáyaḥ sánti yā́tave sahásramáśvā hárayaścamūṣádaḥ || 2||



2. Pour Indra, ô soma, tu es versé tout autour par les seigneurs ; poète au regard de maître, vague (sômique), tu es oint dans (la cuve de) bois.
    Nombreux en effet sont les sentiers (propices) à ta marche, (tels) mille chevaux alezans pour (toi) qui séjournes dans les deux vases.



samudríyā apsaráso manīṣíṇamā́sīnā antárabʰí sómamakṣaran |
tā́ īṃ hinvanti harmyásya sakṣáṇiṃ yā́cante sumnáṃ pávamānamákṣitam || 3||



3. Les Apsaras océanes, sises dedans (la mer), ont coulé vers le soma détenteur-du-sens,
    qui force la forteresse ; elles le mettent-en-branle, elles demandent au Pavamâna une faveur impérissable.



gojínnaḥ sómo ratʰajíddʰiraṇyajítsvarjídabjítpavate sahasrajít |
yáṃ devā́saścakriré pītáye mádaṃ svā́diṣṭʰaṃ drapsámaruṇáṃ mayobʰúvam || 4||



4. Gagnant de vaches, gagnant de chars, gagnant d’or, gagnant de lumière-solaire, gagnant des eaux, le soma se clarifie pour nous, gagnant de mille (biens),
    lui que les dieux ont institué pour breuvage à boire, (comme) goutte la plus délectable, dorée, bénéfique.



etā́ni soma pávamāno asmayúḥ satyā́ni kr̥ṇvándráviṇānyarṣasi |
jahí śátrumantiké dūraké ca yá urvī́ṃ gávyūtimábʰayaṃ ca naskr̥dʰi || 5||



5. C’est en rendant réelles ces richesses, ô soma Pavamâna qui nous aimes, que tu t’écoules.
    Frappe l’ennemi (qui est) près et (celui qui est) loin ; fais nous un asile spacieux et la sécurité !






Sūkta 9.79 

acodáso no dʰanvantvíndavaḥ prá suvānā́so br̥háddiveṣu hárayaḥ |
ví ca náśanna iṣó árātayo'ryó naśanta sániṣanta no dʰíyaḥ || 1||



1. Que coulent vers nous les sucs-de-soma sans (avoir besoin d’) aiguillon, (ces) alezans pressés chez les Bṛhaddiva !
    Si les forces-impies viennent à atteindre nos jouissances rituelles, que nos pensées-poétiques atteignent (les jouissances) de l’ennemi, qu’elles gagnent (sur les siennes) !



prá ṇo dʰanvantvíndavo madacyúto dʰánā vā yébʰirárvato junīmási |
tiró mártasya kásya citpárihvr̥tiṃ vayáṃ dʰánāni viśvádʰā bʰaremahi || 2||



2. Que coulent en avant pour nous les sucs-de-soma mouvant l’ivresse, ou bien les enjeux pour lesquels nous incitons les coursiers !
    (Passant) outre aux embûches d’un quelconque mortel, puissons nous en toute circonstance remporter les enjeux !



utá svásyā árātyā arírhí ṣá utā́nyásyā árātyā vŕ̥ko hí ṣáḥ |
dʰánvanná tŕ̥ṣṇā sámarīta tā́m̐ abʰí sóma jahí pavamāna durādʰyàḥ || 3||



3. (Protège nous), aussi bien de l’hostilité personnelle — car c’est (là le fait d’) un ennemi-intestin, et de l’hostilité étrangère, — car c’est (là le fait d’) un loup !
    Puisse la soif (les) perdre comme dans le désert ! O soma, ô Pavamâna, frappe ces (gens) aux mauvaises intentions !



diví te nā́bʰā paramó yá ādadé pr̥tʰivyā́ste ruruhuḥ sā́navi kṣípaḥ |
ádrayastvā bapsati górádʰi tvacyàpsú tvā hástairduduhurmanīṣíṇaḥ || 4||



4. Au ciel est ton (nombril) suprême qui a été relié à (notre) nombril (, ô soma) ; sur le dos de la terre ont poussé tes rameaux.
    Les pierres-presseuses te dévorent sur la peau de bœuf ; dans les eaux, de leurs mains, les (opérateurs) qui détiennent-le-sens t’ont trait.



evā́ ta indo subʰvàṃ supéśasaṃ rásaṃ tuñjanti pratʰamā́ abʰiśríyaḥ |
nídaṃnidaṃ pavamāna ní tāriṣa āvíste śúṣmo bʰavatu priyó mádaḥ || 5||



5. Ainsi, ô suc-de-soma, les premiers (maîtres), qui ornent (les sacrifices), frapp(èr)ent ta sève vigoureuse, bien ajourée.
    Abats toute malignité, ô Pavamâna, que se manifeste ta fougue (en forme du) breuvage aimé !






Sūkta 9.80 

sómasya dʰā́rā pavate nr̥cákṣasa r̥téna devā́nhavate diváspári |
bŕ̥haspáte ravátʰenā ví didyute samudrā́so ná sávanāni vivyacuḥ || 1||



1. Du soma au regard de maître le jet se clarifie ; selon l’Ordre, il appelle les dieux du (haut du) ciel.
    Avec le grondement de Bṛhaspati (= le tonnerre), (le soma) a fait éclair; (les dieux) ont circonvenu les pressurages comme les océans (circonviennent les fleuves).



yáṃ tvā vājinnagʰnyā́ abʰyánūṣatā́yohataṃ yónimā́ rohasi dyumā́n |
magʰónāmā́yuḥ pratiránmáhi śráva índrāya soma pavase vŕ̥ṣā mádaḥ || 2||



2. (O soma), gagnant-du-prix, toi qu’ont acclamé les vaches, tu gravis éclatant le séjour-natal battu au fer.
    Prolongeant la durée-de-vie des (patrons) généreux, (leur) grand renom, ô soma, tu te clarifies pour Indra, (étant toi-même un) breuvage (de) taureau.



éndrasya kukṣā́ pavate madíntama ū́rjaṃ vásānaḥ śrávase sumaṅgálaḥ |
pratyáṅsá víśvā bʰúvanābʰí papratʰe krī́ḷanhárirátyaḥ syandate vŕ̥ṣā || 3||



3. Dans les panses d’Indra se clarifie le (soma) très enivrant, vêtu de force-nourricière, pour le renom, lui qui porte chance.
    En regard de tous les êtres il a pris son essor ; en jouant il se répand, coursier alezan, taureau.



táṃ tvā devébʰyo mádʰumattamaṃ náraḥ sahásradʰāraṃ duhate dáśa kṣípaḥ |
nŕ̥bʰiḥ soma prácyuto grā́vabʰiḥ sutó víśvāndevā́m̐ ā́ pavasvā sahasrajit || 4||



4. C’est toi le plus doux (des breuvages) que traient les seigneurs pour les dieux, toi aux mille jets, (que traient) les dix doigts (de l’opérateur).
    Ébranlé, ô soma, par les seigneurs, par les pierres-presseuses, (une fois) pressé, amène-cn-te-clarifiant Tous les dieux, ô toi qui gagnes mille (biens) !



táṃ tvā hastíno mádʰumantamádribʰirduhántyapsú vr̥ṣabʰáṃ dáśa kṣípaḥ |
índraṃ soma mādáyandaívyaṃ jánaṃ síndʰorivormíḥ pávamāno arṣasi || 5||



5. C’est toi, (ô soma) riche en miel, que (les officiants) aux mains (habiles) traient avec les pierres-presseuses dans les eaux, toi taureau, (que traient leurs) dix doigts.
    En enivrant Indra, ô soma, (ainsi qu’en général) la gent divine, tu coules (en) Pavamâna comme la vague du fleuve.






Sūkta 9.81 

prá sómasya pávamānasyormáya índrasya yanti jaṭʰáraṃ supéśasaḥ |
dadʰnā́ yádīmúnnītā yaśásā gávāṃ dānā́ya śū́ramudámandiṣuḥ sutā́ḥ || 1||



1. Les vagues du soma Pavamâna s’avancent dans le ventre d’Indra, les bien ajourées,
    lorsque, puisés avec le lait-sûri, honneur des vaches, (les soma) pressés ont-d’enthousiasmc-excité au don le héros (Indra).



ácʰā hí sómaḥ kaláśām̐ ásiṣyadadátyo ná vóḷhā ragʰúvartanirvŕ̥ṣā |
átʰā devā́nāmubʰáyasya jánmano vidvā́m̐ aśnotyamúta itáśca yát || 2||



2. Oui, le soma s’est élancé vers les vases comme un coursier tirant (l’attelage), au roulage rapide, (comme) un taureau.
    Alors, lui qui connaît la double génération des dieux (et des humains), il accède à ce qui (vient) de là-haut et d’ici (même).



ā́ naḥ soma pávamānaḥ kirā vásvíndo bʰáva magʰávā rā́dʰaso maháḥ |
śíkṣā vayodʰo vásave sú cetúnā mā́ no gáyamāré asmátpárā sicaḥ || 3||



3. Sur nous, ô soma Pavamâna, disperse le bien ; ô suc, sois le donateur d’un grand bienfait !
    Veuille t’employer à (procurer) la richesse, ô donneur de force-vitale, en bonne disposition-d’esprit ! Le patrimoine, ne le galvaude pas loin de nous !



ā́ naḥ pūṣā́ pávamānaḥ surātáyo mitró gacʰantu váruṇaḥ sajóṣasaḥ |
bŕ̥haspátirmarúto vāyúraśvínā tváṣṭā savitā́ suyámā sárasvatī || 4||



4. Que Pūṣaṇ, que Pavamâna, que les (divinités) aux beaux dons, Mitra, Varuṇa, viennent à nous d’un même cœur,
    Bṛhaspati, les Marut, Vâyu, les deux Aśvin, Tvaṣtṛ, Savitr, la facile à guider Sarasvati !



ubʰé dyā́vāpr̥tʰivī́ viśvaminvé aryamā́ devó áditirvidʰātā́ |
bʰágo nŕ̥śáṃsa urvàntárikṣaṃ víśve devā́ḥ pávamānaṃ juṣanta || 5||



5. Qu’eux deux Ciel et Terre qui mettent tout en mouvement, qu’Aryaman le dieu, Aditi, le Répartiteur (céleste),
    Bhaga, Narāśaṃsa, le vaste Espace-médian, Tous les dieux, se plaisent au (soma) Pavamâna !






Sūkta 9.82 

ásāvi sómo aruṣó vŕ̥ṣā hárī rā́jeva dasmó abʰí gā́ acikradat |
punānó vā́raṃ páryetyavyáyaṃ śyenó ná yóniṃ gʰr̥távantamāsádam || 1||



1. Il vient-d’être-pressé le soma fauve, taureau, alezan ; tel un roi prestigieux il a mugi en direction des vaches.
    Tandis qu’il se clarifie, il entoure le (tamis en) poil(s) de brebis, pour s’y asseoir comme un aigle dans le séjour-natal fait de beurre-fondu.



kavírvedʰasyā́ páryeṣi mā́hinamátyo ná mr̥ṣṭó abʰí vā́jamarṣasi |
apasédʰanduritā́ soma mr̥ḷaya gʰr̥táṃ vásānaḥ pári yāsi nirṇíjam || 2||



2. Poète, tu entoures d'un savoir-ordonnateur l’immense (cuve) ; nettoyé comme un coursier, tu coules en vue du prix-de-victoire.
    Ecartant les dangers, ô soma. aie pitié ! Vêtu de beurre-fondu (comme) robe-d’apparat, lu fais le tour (de la cuve et du monde).



parjányaḥ pitā́ mahiṣásya parṇíno nā́bʰā pr̥tʰivyā́ giríṣu kṣáyaṃ dadʰe |
svásāra ā́po abʰí gā́ utā́saransáṃ grā́vabʰirnasate vīté adʰvaré || 3||



3. Parjanya est le pêre du (soma-)buffle, (du dieu) feuillu ; au nombril de la terre, dans les montagnes, (le soma) a mis sa residence.
    Les sœurs ( c’est-â-dire) les eaux ont couru vers (le lait des-) vache, (elles) aussi ;	(le soma) s’accole aux pierres-quand le sacrifice a été instauré.



jāyéva pátyāvádʰi śéva maṃhase pájrāyā garbʰa śr̥ṇuhí brávīmi te |
antárvā́ṇīṣu prá carā sú jīváse'nindyó vr̥jáne soma jāgr̥hi || 4||



4. Comme l’épouse vis-à-vis du mari, ô (soma) amical, tu te montre-génerux ; ô nouveau-né de Pajrâ, écoute, je te le dis :
    avance done au dedans (de nous), parmi les musiques, oui, pour que nous vivions (davantage) ; veille, irréprochable, sur le cercle (de tes fidèles), ô soma !



yátʰā pū́rvebʰyaḥ śatasā́ ámr̥dʰraḥ sahasrasā́ḥ paryáyā vā́jamindo |
evā́ pavasva suvitā́ya návyase táva vratámánvā́paḥ sacante || 5||



5. De même que tu as pour (nos) anciens — en gagnant cent, en gagnant mille, ô suc-de-soma qui ne manques (jamais ton but) — investi le prix-de-victoire,
    de même clarifie toi (aujourd’hui pour nous procurer) un bien-être nouveau ! Les eaux sont fidèles à ton allégeance.






Sūkta 9.83 

pavítraṃ te vítataṃ brahmaṇaspate prabʰúrgā́trāṇi páryeṣi viśvátaḥ |
átaptatanūrná tádāmó aśnute śr̥tā́sa ídváhantastátsámāśata || 1||



1. Ton filtre a été tendu, ô Brhaspati ; puissant, tu parcours ô soma' les membres (de celui qui t’a bu) de part en part.
    Celui dont le corps n’a pas été échauffé, (l’être) cru, n’atteint pas à cet (effet du breuvage sômique) ; seuls les (êtres) cuits (à point), en véhiculant (la Formule) y ont pleinement atteint.



tápoṣpavítraṃ vítataṃ diváspadé śócanto asya tántavo vyàstʰiran |
ávantyasya pavītā́ramāśávo diváspr̥ṣṭʰámádʰi tiṣṭʰanti cétasā || 2||



2. Le filtre du (soma) brûlant a été tendu au séjour du ciel ; ses mailles éclatantes se sont répandues au loin.
    Les rapides (coursiers) de ce (soma) assistent le clarificateur ; ils gravissent le dos du ciel en pensée.



árūrucaduṣásaḥ pŕ̥śniragriyá ukṣā́ bibʰarti bʰúvanāni vājayúḥ |
māyāvíno mamire asya māyáyā nr̥cákṣasaḥ pitáro gárbʰamā́ dadʰuḥ || 3||



3. Le (taureau-soma) bigarré, (marchant) en tête, a fait briller les aurores ; le taureau porte les mondes, cherchant le prix-de-victoire.
    Doués-de-force-altérante, (les dieux) mesurèrent (ces mondes) grâce à la force-altérante de ce (soma) ; les (dieux, ces) Pères au regard de maîtres, ont déposé le germe (sômique).



gandʰarvá ittʰā́ padámasya rakṣati pā́ti devā́nāṃ jánimānyádbʰutaḥ |
gr̥bʰṇā́ti ripúṃ nidʰáyā nidʰā́patiḥ sukŕ̥ttamā mádʰuno bʰakṣámāśata || 4||



4. (Soma-)Gandharva veille ici même sur le séjour de ce (soma terrestre) ; il protège les engendrements des dieux, (cet être) mystérieux.
    Il saisit le fourbe avec le lacet, lui le maître des lacets. Les meilleurs ouvriers (du sacrifice) ont obtenu une part-du-breuvage de miel (sômique).



havírhaviṣmo máhi sádma daívyaṃ nábʰo vásānaḥ pári yāsyadʰvarám |
rā́jā pavítraratʰo vā́jamā́ruhaḥ sahásrabʰr̥ṣṭirjayasi śrávo br̥hát || 5||



5. O (soma) porteur d’offrandes, (qui es toi-même) offrande, tu vas autour du grand siège divin, te vêtant de nuée, (autour du) sacrifice.
    Roi qui as pour char le filtre, tu as gravi le prix-de-victoire ; (avec tes) mille arêtes, tu conquiers le renom puissant.






Sūkta 9.84 

pávasva devamā́dano vícarṣaṇirapsā́ índrāya váruṇāya vāyáve |
kr̥dʰī́ no adyá várivaḥ svastimádurukṣitaú gr̥ṇīhi daívyaṃ jánam || 1||



1. Clarifie toi, qui enivres les dieux, circules au loin, conquiers les eaux, pour Indra, pour Varuṇa, pour Vâyu !
    Crée nous aujour-d’hui un large-domaine bénéfique ; chante la gent divine en sa vaste résidence !



ā́ yástastʰaú bʰúvanānyámartyo víśvāni sómaḥ pári tā́nyarṣati |
kr̥ṇvánsaṃcŕ̥taṃ vicŕ̥tamabʰíṣṭaya índuḥ siṣaktyuṣásaṃ ná sū́ryaḥ || 2||



2. L’immortel qui a gravi les mondes, le soma coule autour de tous ces (mondes),
    faisant (tour à tour) liement (et) déliement pour l’assistance (aux humains) ; le suc-de-soma suit (Indra) comme le soleil (suit) l’aurore.



ā́ yó góbʰiḥ sr̥jyáta óṣadʰīṣvā́ devā́nāṃ sumná iṣáyannúpāvasuḥ |
ā́ vidyútā pavate dʰā́rayā sutá índraṃ sómo mādáyandaívyaṃ jánam || 3||



3. Lui qui se déverse sur les plantes avec (le lait des) vaches, qui trouve jouissance dans la faveur des dieux, qui a accès aux biens,
    il se clarifie grâce à l’éclair, grâce à la coulée (rituelle), le soma pressé qui réjouit Indra (et toute) la gent divine.



eṣá syá sómaḥ pavate sahasrajíddʰinvānó vā́camiṣirā́muṣarbúdʰam |
índuḥ samudrámúdiyarti vāyúbʰiréndrasya hā́rdi kaláśeṣu sīdati || 4||



4. Voici le-célèbre soma (qui) se clarifie, conquérant mille (biens), mettant en branle la parole robuste qui s’éveille à l’aurore.
    Le suc-de-soma soulève l’océan à l’aide des vents ; il se dépose dans le cœur d’Indra, (c’est-à-dire) dans les vases.



abʰí tyáṃ gā́vaḥ páyasā payovŕ̥dʰaṃ sómaṃ śrīṇanti matíbʰiḥ svarvídam |
dʰanaṃjayáḥ pavate kŕ̥tvyo ráso vípraḥ kavíḥ kā́vyenā svàrcanāḥ || 5||



5. Les vaches mélangent avec leur lait le-célèbre soma qui a grandi par le lait (comme les poètes l’ornent) de poèmes, lui qui procure la lumière-solaire.
    Gagnant l’enjeu, la sève décisive se clarifie, le (soma) inspiré, Poète par le pouvoir-poétique, qui se plaît à la lumière-solaire.






Sūkta 9.85 

índrāya soma súṣutaḥ pári sravā́pā́mīvā bʰavatu rákṣasā sahá |
mā́ te rásasya matsata dvayāvíno dráviṇasvanta ihá santvíndavaḥ || 1||



1. Pour Indra, ô soma bien pressé, coule tout autour; que la maladie soit au loin avec la démonialité !
    Que les (êtres) bifides  ne s’enivrent pas de ta sève ; que soient ici, pleins de richesses, les sucs-de-soma !



asmā́nsamaryé pavamāna codaya dákṣo devā́nāmási hí priyó mádaḥ |
jahí śátrūm̐rabʰyā́ bʰandanāyatáḥ píbendra sómamáva no mŕ̥dʰo jahi || 2||



2. Pour le combat, ô Pavamâna, aiguillonne nous ! Car tu es la force agissante des dieux, le breuvage aimé.
    Frappe les ennemis, (fonce) sur eux qui cherchent la louange ! Bois le soma, ô Indra, terrasse-en-les-frappant nos détracteurs !



ádabdʰa indo pavase madíntama ātméndrasya bʰavasi dʰāsíruttamáḥ |
abʰí svaranti bahávo manīṣíṇo rā́jānamasyá bʰúvanasya niṃsate || 3||



3. O suc-de-soma intrompable, tu te clarifies, toi très enivrant ; tu es le principe-vital d’Indra, la fontaine suprême.
    Nombre (d’officiants) détenteurs-du-sens entonnent (le chant) ; ils baisent le roi de ce monde.



sahásraṇītʰaḥ śatádʰāro ádbʰuta índrāyénduḥ pavate kā́myaṃ mádʰu |
jáyankṣétramabʰyàrṣā jáyannapá urúṃ no gātúṃ kr̥ṇu soma mīḍʰvaḥ || 4||



4. (Avec ses) mille conduits, ses cent jets, le miraculeux suc-de-soma se clarifie pour Indra (en un) miel délicieux.
    Coule pour (nous), en conquérant du territoire, en conquérant des eaux ; crée nous une large issue, ô soma généreux !



kánikradatkaláśe góbʰirajyase vyàvyáyaṃ samáyā vā́ramarṣasi |
marmr̥jyámāno átyo ná sānasíríndrasya soma jaṭʰáre sámakṣaraḥ || 5||



5. Mugissant-avec-force, tu es oint dans le récipient avec (le lait des) vaches : tu t'écoules en travers du (tamis en) poil(s) de brebis.
    Netioyé-avec-force comme un coursier gagnant, tu t’es déversé, ô soma, dans le ventre d’Indra.



svādúḥ pavasva divyā́ya jánmane svādúríndrāya suhávītunāmne |
svādúrmitrā́ya váruṇāya vāyáve bŕ̥haspátaye mádʰumām̐ ádābʰyaḥ || 6||



6. Clarifie toi délectable pour la gent céleste, délectable pour Indra dont le nom est propice à invoquer,
    délectable pour Mitra, pour Varuṇa, pour Vâyu, pour Bṛhaspati, (soma) riche en miel, intrompable !



átyaṃ mr̥janti kaláśe dáśa kṣípaḥ prá víprāṇāṃ matáyo vā́ca īrate |
pávamānā abʰyàrṣanti suṣṭutíméndraṃ viśanti madirā́sa índavaḥ || 7||



7. Les dix doigts (de l’opérateur) nettoient le coursier dans le récipient, les poèmes des (hommes) inspirés, (leurs) paroles s’élèvent.
    Les Pavamâna coulent vers la bonne louange, les sucs-de-soma enivrants entrent dans Indra.



pávamāno abʰyàrṣā suvī́ryamurvī́ṃ gávyūtiṃ máhi śárma saprátʰaḥ |
mā́kirno asyá páriṣūtirīśaténdo jáyema tváyā dʰánaṃdʰanam || 8||



8. (Toi qui es) Pavamâna, coule pour (procurer) la possession d’hommes-d’élite, l’asile spacieux, la grande protection étendue !
    Que jamais la force-assiégeante ne se rende maîtresse de ce (soma) nôtre ! O suc-de-soma, puissions nous conquérir avec toi enjeu après enjeu !



ádʰi dyā́mastʰādvr̥ṣabʰó vicakṣaṇó'rūrucadví divó rocanā́ kavíḥ |
rā́jā pavítramátyeti róruvaddiváḥ pīyū́ṣaṃ duhate nr̥cákṣasaḥ || 9||



9. Il a gravi le ciel, le (soma-)taureau qui regarde au loin ; il a illuminé les zones-lumineuses du ciel, (ce) Poète.
    Roi, il traverse le filtre en mugissant-avec-force ; (les officiants) au regard de maitres absorbent-en-trayant la crème du ciel.



divó nā́ke mádʰujihvā asaścáto venā́ duhantyukṣáṇaṃ giriṣṭʰā́m |
apsú drapsáṃ vāvr̥dʰānáṃ samudrá ā́ síndʰorūrmā́ mádʰumantaṃ pavítra ā́ || 10||



10. Au firmament du ciel les Voyants traient (des coulées) intarissables, à la langue du miel, du taureau(-soma) sis sur la montagne ;
    (ils traient) la goutte crûe dans les eaux, dans l’océan, sur la vague du fleuve, (c’est-à-dire le soma) riche en miel, (pour qu’il se déverse) dans le filtre.



nā́ke suparṇámupapaptivā́ṃsaṃ gíro venā́nāmakr̥panta pūrvī́ḥ |
śíśuṃ rihanti matáyaḥ pánipnataṃ hiraṇyáyaṃ śakunáṃ kṣā́maṇi stʰā́m || 11||



11. L’aigle qui s’était envolé vers le firmament, les nombreux chants des Voyants, ont eu un désir-nostalgique de lui.
    Les poèmes lèchent le merveilleux nourrisson, le grand oiseau doré (le soma) qui siège sur la terre.



ūrdʰvó gandʰarvó ádʰi nā́ke astʰādvíśvā rūpā́ praticákṣāṇo asya |
bʰānúḥ śukréṇa śocíṣā vyàdyautprā́rūrucadródasī mātárā śúciḥ || 12||



12. Droit au firmament le Gandharva (sômique) est monté, regardant-en-face toutes les formes siennes :
    son rayon a resplendi d’un éclat éclatant ; il a illuminé les deux mondes, (ses) mères, (lui le dieu) pur.






Sūkta 9.86 

prá ta āśávaḥ pavamāna dʰījávo mádā arṣanti ragʰujā́ iva tmánā |
divyā́ḥ suparṇā́ mádʰumanta índavo madíntamāsaḥ pári kóśamāsate || 1||



1. Rapides, tes breuvages, ô Pavamâna, précipités par la pensée-poétique, coulent en avant, tels (des chevaux) en personne, nés de véloces (coursiers).
    Aigles célestes, les sucs-de-soma riches en miel, très enivrants, siègent autour de la cuve.



prá te mádāso madirā́sa āśávó'sr̥kṣata rátʰyāso yátʰā pŕ̥tʰak |
dʰenúrná vatsáṃ páyasābʰí vajríṇamíndramíndavo mádʰumanta ūrmáyaḥ || 2||



2. Tes breuvages enivrants, rapides, ont été lâchés en avant, tels des attelages (qui vont) en divers sens.
    Comme (va) la vache-laitière vers le veau avec son lait, (ainsi) les sucs-de-soma, vagues riches en miel, (vont) à Indra porte-foudre.



átyo ná hiyānó abʰí vā́jamarṣa svarvítkóśaṃ divó ádrimātaram |
vŕ̥ṣā pavítre ádʰi sā́no avyáye sómaḥ punāná indriyā́ya dʰā́yase || 3||



3. Tel un coursier mis-en-branle pour le prix-de-victoire, coule (ô soma) qui procures la lumière-solaire vers la cuve du ciel dont la mère est la pierre-presseuse,
    toi taureau (sis) dans le filtre dessus le dos (du tamis en poils) de brebis, te clarifiant, toi soma, pour qu'Indra ait sa jouissance !



prá ta ā́śvinīḥ pavamāna dʰījúvo divyā́ asr̥granpáyasā dʰárīmaṇi |
prā́ntárŕ̥ṣaya stʰā́virīrasr̥kṣata yé tvā mr̥jántyr̥ṣiṣāṇa vedʰásaḥ || 4||



4. Tes (coulées) vouées aux deux Aśvin, ô Pavamâna, elles qui sont mues par la pensée-poétique, célestes, ont été lâchées avec le lait pour être portées (à travers le monde).
    Au dedans les Prophètes versèrent en avant des (prières) substantielles, eux qui te nettoient, (ô soma) propre aux Prophètes, eux les ordonnateurs (du rite).



víśvā dʰā́māni viśvacakṣa ŕ̥bʰvasaḥ prabʰóste satáḥ pári yanti ketávaḥ |
vyānaśíḥ pavase soma dʰármabʰiḥ pátirvíśvasya bʰúvanasya rājasi || 5||



5. Tes signaux-lumineux parcourent toutes (tes) structures, (ô soma) qui vois tout, (soma) habile, dominateur.
    Traversant (toutes choses), tu te clarifies, ô soma, avec les propriétés (qui sont tiennes) ; tu règnes en maître sur l’univers entier.



ubʰayátaḥ pávamānasya raśmáyo dʰruvásya satáḥ pári yanti ketávaḥ |
yádī pavítre ádʰi mr̥jyáte háriḥ sáttā ní yónā kaláśeṣu sīdati || 6||



6. Des deux côtés (du monde), les rayons du Pavamâna qui, lui, (reste) immobile, font le tour, (ses) signaux-lumineux.
    Quand il est nettoyé sur le filtre, alezan qui s’assied (volontiers), il s’assied au séjour-natal, dans les vases.



yajñásya ketúḥ pavate svadʰvaráḥ sómo devā́nāmúpa yāti niṣkr̥tám |
sahásradʰāraḥ pári kóśamarṣati vŕ̥ṣā pavítramátyeti róruvat || 7||



7. Signal-lumineux du sacrifice, le soma se clarifie, lui qui sert le cursus-rituel ; il s’approche du rendez-vous des dieux.
    (Avec ses) mille jets il coule autour de la cuve, traverse le filtre (en) taureau qui mugit-avec-force.



rā́jā samudráṃ nadyò ví gāhate'pā́mūrmíṃ sacate síndʰuṣu śritáḥ |
ádʰyastʰātsā́nu pávamāno avyáyaṃ nā́bʰā pr̥tʰivyā́ dʰarúṇo mahó diváḥ || 8||



8. Le roi (soma) plonge dans l’océan, dans les rivières ; il suit la vague des eaux, ayant pris-refuge dans les fleuves.
    Le Pavamâna a gravi le dos (du tamis en poils) de brebis, au nombril de la terre, (lui le) fondement du vaste ciel.



divó ná sā́nu stanáyannacikradaddyaúśca yásya pr̥tʰivī́ ca dʰármabʰiḥ |
índrasya sakʰyáṃ pavate vivévidatsómaḥ punānáḥ kaláśeṣu sīdati || 9||



9. Tonnant comme le dos du ciel, (le soma) a mugi, lui à qui (appartiennent) le ciel et la terre avec les choses-à-maintenir.
    Lui qui connaît-distinctement l’amitié d’Indra, le soma se clarifie ; se clarifiant, il s’assied dans les vases.



jyótiryajñásya pavate mádʰu priyáṃ pitā́ devā́nāṃ janitā́ vibʰū́vasuḥ |
dádʰāti rátnaṃ svadʰáyorapīcyàṃ madíntamo matsará indriyó rásaḥ || 10||



10. Lumière du sacrifice, (le soma) se clarifie (en) miel aimé, père des dieux, (leur) géniteur, abondant en biens.
    Il détient le joyau secret des deux (mondes) autonomes, lui très enivrant, enivrante sève d’Indra.



abʰikrándankaláśaṃ vājyàrṣati pátirdiváḥ śatádʰāro vicakṣaṇáḥ |
hárirmitrásya sádaneṣu sīdati marmr̥jānó'vibʰiḥ síndʰubʰirvŕ̥ṣā || 11||



11. Hennissant en direction du vase, le (soma) gagnant-du-prix coule, maître du ciel, (avec ses) cent jets, regardant au loin.
    Alezan, il prend-place sur les sièges de Mitra, tandis qu’on le nettoie-vigoureusement par le (tamis en poils de) brebis, par (l’eau des) fleuves, (ce soma-) taureau.



ágre síndʰūnāṃ pávamāno arṣatyágre vācó agriyó góṣu gacʰati |
ágre vā́jasya bʰajate mahādʰanáṃ svāyudʰáḥ sotŕ̥bʰiḥ pūyate vŕ̥ṣā || 12||



12. En tête (de l’eau) des fleuves le Pavamâna s’écoule, en tète de la parole, (lui qui marche toujours) en tête ; il va (en tète) vers le (lait des) vaches ;
    en tête du prix-de-victoire il participe au grand enjeu ; (dieu) aux bonnes armes, il est clarifié par les presseurs, lui taureau.



ayáṃ matávāñcʰakunó yátʰā hitó'vye sasāra pávamāna ūrmíṇā |
táva krátvā ródasī antarā́ kave śúcirdʰiyā́ pavate sóma indra te || 13||



13. Voici (le soma) plein de réflexion, (qui) tel un grand oiseau lâché a couru (vers le tamis en poils) de brebis, (ce) Pavamâna, avec la vague (du fleuve).
    D’après ta force-inspirante, ô poète, le pur soma se clarifie entre les deux mondes grâce à la pensée-pieuse, pour toi, ô Indra.



drāpíṃ vásāno yajató divispŕ̥śamantarikṣaprā́ bʰúvaneṣvárpitaḥ |
svàrjajñānó nábʰasābʰyàkramītpratnámasya pitáramā́ vivāsati || 14||



14. Revêtu d’un costume qui touche au ciel, (le soma) adorable, emplissant l’espace-médian, fixé sur les mondes (comme la jante sur les roues),
    né (comme) lumière-solaire, s’est élancé par la nuée : il veut gagner à soi son Père primitif (le Ciel).



só asya viśé máhi śárma yacʰati yó asya dʰā́ma pratʰamáṃ vyānaśé |
padáṃ yádasya paramé vyomanyáto víśvā abʰí sáṃ yāti saṃyátaḥ || 15||



15. C’est lui qui confère grande protection à son clan, (dès qu’) il a franchi la première (étape de) sa structure.
    Son séjour qui est au plus haut (du) firmament, (c’est en partant) de là (qu’) il parcourt toutes les confluences.



pró ayāsīdínduríndrasya niṣkr̥táṃ sákʰā sákʰyurná prá mināti saṃgíram |
márya iva yuvatíbʰiḥ sámarṣati sómaḥ kaláśe śatáyāmnā patʰā́ || 16||



16. Il s’est avancé au rendez-vous d’Indra, le suc-de-soma; l’ami n’enfreint pas l’accord-verbal de l’ami.
    Comme un garçon (court) avec les jeunes-filles, le soma coule avec (les eaux) dans le vase, par le chemin aux cent cours.



prá vo dʰíyo mandrayúvo vipanyúvaḥ panasyúvaḥ saṃvásaneṣvakramuḥ |
sómaṃ manīṣā́ abʰyànūṣata stúbʰo'bʰí dʰenávaḥ páyasemaśiśrayuḥ || 17||



17. Elles se sont avancées, vos pensées-poétiques, harmonieuses, laudatrices, célébrées dans les sessions-rituelles.
    Les formules-riches-de-sens, les rythmes ont acclamé le soma; les vaches-laitières l’ont renforcé-par-mélange avec le lait.



ā́ naḥ soma saṃyátaṃ pipyúṣīmíṣamíndo pávasva pávamāno asrídʰam |
yā́ no dóhate tríráhannásaścuṣī kṣumádvā́javanmádʰumatsuvī́ryam || 18||



18. O soma, procure-nous-en-te-clarifiant la jouissance-rituelle continue, gonflant (de lait), ô suc (qui es) Pavamâna, (la jouissance) infaillible,
    qui puisse nous donner du lait trois fois le jour sans tarir ; (procure) la possession d’hommes-d’élite, accompagnée de bétail, de prix-de-victoire, de miel !



vŕ̥ṣā matīnā́ṃ pavate vicakṣaṇáḥ sómo áhnaḥ pratarītóṣáso diváḥ |
krāṇā́ síndʰūnāṃ kaláśām̐ avīvaśadíndrasya hā́rdyāviśánmanīṣíbʰiḥ || 19||



19. Taureau des poèmes, le soma qui regarde au loin se clarifie, prolongateur du jour, de l’aurore, du ciel.
    Par l’action des fleuves il a fait résonner les vases en pénétrant le cœur d’Indra, avec (l’appui des hommes) détenteurs-du-sens.



manīṣíbʰiḥ pavate pūrvyáḥ kavírnŕ̥bʰiryatáḥ pári kóśām̐ acikradat |
tritásya nā́ma janáyanmádʰu kṣaradíndrasya vāyóḥ sakʰyā́ya kártave || 20||



20. Avec les (hommes) détenteurs-du-sens le (soma), Poète primordial, se clarifie; tenu-en-mains par les seigneurs, il a mugi en en(tourant) les cuves.
    Engendrant le nom de Trita, il se répand (en) miel, afin de faire alliance avec Indra (et) Vâyu.



ayáṃ punāná uṣáso ví rocayadayáṃ síndʰubʰyo abʰavadu lokakŕ̥t |
ayáṃ tríḥ saptá duduhāná āśíraṃ sómo hr̥dé pavate cā́ru matsaráḥ || 21||



21. Voici le (soma qui), se clarifiant, a illuminé les aurores; le voici qui pour les fleuves a été créateur d’espace ;
    voici (le soma qui), recevant-pour-lait des trois fois sept (vaches) le breuvage-à-mélanger, se clarifie (de manière) plaisante au cœur, (ce dieu) enivrant.



pávasva soma divyéṣu dʰā́masu sr̥jāná indo kaláśe pavítra ā́ |
sī́danníndrasya jaṭʰáre kánikradannŕ̥bʰiryatáḥ sū́ryamā́rohayo diví || 22||



22. Clarifie toi, ô soma, dans les structures célestes (de ton essence, toi qui as été) lâché, ô'suc, dans le vase, dans le filtre !
    Siégeant dans le ventre d’Indra en mugissant-aveo-force, tenu-en-mains par les seigneurs, tu as fait monter le soleil au ciel.



ádribʰiḥ sutáḥ pavase pavítra ā́m̐ índavíndrasya jaṭʰáreṣvāviśán |
tváṃ nr̥cákṣā abʰavo vicakṣaṇa sóma gotrámáṅgirobʰyo'vr̥ṇorápa || 23||



23. (Ayant été) pressé avec les pierres-presseuses, tu te clarifies dans le filtre, ô suc-de-soma, en pénétrant dans les entrailles d’Indra.
    Tu fus (toujours) celui qui regarde en maître, ô soma qui regardes au loin ; tu as découvert l’enclos-à-vaches pour les Angiras.



tvā́ṃ soma pávamānaṃ svādʰyó'nu víprāso amadannavasyávaḥ |
tvā́ṃ suparṇá ā́bʰaraddiváspárī́ndo víśvābʰirmatíbʰiḥ páriṣkr̥tam || 24||



24. C’est toi, ô soma, que les (hommes) inspirés ont acclamé (comme) Pavamâna, eux qui cherchent-assistance ;
    toi que l’aigle apporta du ciel, ô suc-de-soma, équipé de toutes formes-poétiques.



ávye punānáṃ pári vā́ra ūrmíṇā háriṃ navante abʰí saptá dʰenávaḥ |
apā́mupástʰe ádʰyāyávaḥ kavímr̥tásya yónā mahiṣā́ aheṣata || 25||



25. L’alezan qui se clarifie autour du (tamis en) poil(s) de brebis, avec la vague (du fleuve), les sept vaches-laitières l’acclament.
    Vers le giron des eaux les Âyu ont mis-en-marche le (soma-)Poète, vers le séjour-natal de l’Ordre les (prêtres-)buflles.



índuḥ punānó áti gāhate mŕ̥dʰo víśvāni kr̥ṇvánsupátʰāni yájyave |
gā́ḥ kr̥ṇvānó nirṇíjaṃ haryatáḥ kavírátyo ná krī́ḷanpári vā́ramarṣati || 26||



26. Le suc-de-soma se clarifiant plonge en tra(versant) les manquements, en créant au sacrifiant tous chemins favorables.
    Prenant (le lait des) vaches pour robe-d’apparat, le (soma-)Poète  désirable, tel un coursier qui joue, s’écoule autour du (tamis en) poil(s de brebis).



asaścátaḥ śatádʰārā abʰiśríyo háriṃ navanté'va tā́ udanyúvaḥ |
kṣípo mr̥janti pári góbʰirā́vr̥taṃ tr̥tī́ye pr̥ṣṭʰé ádʰi rocané diváḥ || 27||



27. Ces (fleuves) intarissables, aux cent jets, qui ornent (les sacrifices), acclament le (soma) alezan en dé(valant vers lui,) riches en eau.
    Les doigts (de l’opérateur) nettoient (le soma) recouvert (du lait) des vaches dans le troisième dos (du ciel), dans la zone-lumineuse du ciel.



távemā́ḥ prajā́ divyásya rétasastváṃ víśvasya bʰúvanasya rājasi |
átʰedáṃ víśvaṃ pavamāna te váśe tvámindo pratʰamó dʰāmadʰā́ asi || 28||



28. Ces créatures-ci (appartiennent) à ton sperme céleste ; toi, tu règnes sur l’univers entier ;
    or cet (univers) entier est sous ta volonté, ô Pavamâna ; toi, ô suc-de-soma, tu es le premier fondateur des structures.



tváṃ samudró asi viśvavítkave távemā́ḥ páñca pradíśo vídʰarmaṇi |
tváṃ dyā́ṃ ca pr̥tʰivī́ṃ cā́ti jabʰriṣe táva jyótīṃṣi pavamāna sū́ryaḥ || 29||



29. Tu es océan, ô Poète(-soma), qui connais tout ; à toi (appartiennent) ces cinq orients (créés) pour que tu t’établisses au loin.
    Toi, tu t’es porté au-delà et du ciel et de la terre ; à toi, ô Pavamâna, les lumières, le soleil.



tváṃ pavítre rájaso vídʰarmaṇi devébʰyaḥ soma pavamāna pūyase |
tvā́muśíjaḥ pratʰamā́ agr̥bʰṇata túbʰyemā́ víśvā bʰúvanāni yemire || 30||



30. Toi, ô soma, ô Pavamâna, tu es clarifié dans le filtre en sorte de t’établir (dans) l’espace pour les dieux.
    De toi, les Uśij les premiers prirent possession ; à toi se sont pliés tous les univers que voici.



prá rebʰá etyáti vā́ramavyáyaṃ vŕ̥ṣā váneṣváva cakradaddʰáriḥ |
sáṃ dʰītáyo vāvaśānā́ anūṣata śíśuṃ rihanti matáyaḥ pánipnatam || 31||



31. Le (soma) s'avance (en) barde, tra(versant le tamis en) poil(s) de brebis, lui taureau qui mugit en dé(valant) dans les (cives de) bois, l’alezan.
    Les intuitions-poétiques ont acclamé en hurlant le nourrisson miraculeux, les poèmes le lèchent.



sá sū́ryasya raśmíbʰiḥ pári vyata tántuṃ tanvānástrivŕ̥taṃ yátʰā vidé |
náyannr̥tásya praśíṣo návīyasīḥ pátirjánīnāmúpa yāti niṣkr̥tám || 32||



32. Le (soma) s’enveloppe tout autour des rayons du soleil, tendant le triple fil ainsi qu’il est perçu.
    Conduisant les directives de l’Ordre les plus nouvelles, (le soma tel) un époux s’avance au rendez-vous des femmes (= les eaux).



rā́jā síndʰūnāṃ pavate pátirdivá r̥tásya yāti patʰíbʰiḥ kánikradat |
sahásradʰāraḥ pári ṣicyate háriḥ punānó vā́caṃ janáyannúpāvasuḥ || 33||



33. Roi des fleuves, (le soma) se clarifie, maître du ciel il va par les chemins de l’Ordre en mugissant-avec-force.
    (Avec ses) mille jets, l’alezan se déverse tout autour, se clarifiant, engendrant la parole, (mettant) les biens à portée.



pávamāna máhyárṇo ví dʰāvasi sū́ro ná citró ávyayāni pávyayā |
gábʰastipūto nŕ̥bʰirádribʰiḥ sutó mahé vā́jāya dʰányāya dʰanvasi || 34||



34. O Pavamâna, onde puissante, tu traverses-en-coulant, brillant comme le soleil, les filtres (en poils) de brebis.
    Clarifié par les mains (de l’opérateur), pressé par les seigneurs à l’aide des pierres, tu cours vers le grand prix-de-victoire digne-de-l’enjeu.



íṣamū́rjaṃ pavamānābʰyàrṣasi śyenó ná váṃsu kaláśeṣu sīdasi |
índrāya mádvā mádyo mádaḥ sutó divó viṣṭambʰá upamó vicakṣaṇáḥ || 35||



35. O Pavamâna, tu cours pour (procurer) la jouissance-rituelle (et) la force-nourricière ; comme un aigle (qui se pose) sur les bois (d’arbre), tu t’assieds dans les vases,
    ayant été pressé pour Indra (en tant que) breuvage enivrant, qui enivre, (en tant qu’)étai suprême du ciel, (soma) qui regardes au loin.



saptá svásāro abʰí mātáraḥ śíśuṃ návaṃ jajñānáṃ jényaṃ vipaścítam |
apā́ṃ gandʰarváṃ divyáṃ nr̥cákṣasaṃ sómaṃ víśvasya bʰúvanasya rājáse || 36||



36. Les sept (rivières célestes,) sœurs (qui sont pour le soma) des mères, ac(courent) vers le nourrisson nouveau-né, (l’enfant)  à élever, qui comprend les paroles-inspirées,
    vers le céleste Gandharva des eaux, qui regarde en maître, vers le soma, en sorte qu’il règne sur le monde entier.



īśāná imā́ bʰúvanāni vī́yase yujāná indo harítaḥ suparṇyàḥ |
tā́ste kṣarantu mádʰumadgʰr̥táṃ páyastáva vraté soma tiṣṭʰantu kr̥ṣṭáyaḥ || 37||



37. Toi qui es maître, tu traverses ces mondes-ci en attelant, ô suc-de-soma, les alezanes ailées.
    Qu’elles versent pour toi le beurre-fondu riche en miel, le lait ; qu’en ton allégeance, ô soma, se tiennent les populations !



tváṃ nr̥cákṣā asi soma viśvátaḥ pávamāna vr̥ṣabʰa tā́ ví dʰāvasi |
sá naḥ pavasva vásumaddʰíraṇyavadvayáṃ syāma bʰúvaneṣu jīváse || 38||



38. Toi, tu es (le dieu) au regard de maître, ô soma, en tous points tu parcours ces (mondes), ô Pavamâna, ô taureau.
    Tel (étant), clarifie toi (pour) nous (procurer) la possession de biens, la possession d’or ! Quant à nous, puissions nous être dans les mondes pour (y) vivre !



govítpavasva vasuvíddʰiraṇyavídretodʰā́ indo bʰúvaneṣvárpitaḥ |
tváṃ suvī́ro asi soma viśvavíttáṃ tvā víprā úpa girémá āsate || 39||



39. Clarifie toi, procurant des vaches, procurant des biens, procurant de l’or, conférant la semence, ô suc-de-soma qui as été fixé sur les mondes (comme la jante sur les roues) !
    Toi, tu es riche en hommes-d’élite, ô soma qui procures tout ; tel (étant), ces (hommes) inspirés t’assistent avec le chant.



únmádʰva ūrmírvanánā atiṣṭʰipadapó vásāno mahiṣó ví gāhate |
rā́jā pavítraratʰo vā́jamā́ruhatsahásrabʰr̥ṣṭirjayati śrávo br̥hát || 40||



40. La vague de miel (sômique) a soulevé les aspirations (des humains). Revêtu d’eaux, le (soma-)buffle plonge.
    Roi, ayant le filtre pour char, il a accédé au prix-de-victoire ; (avec ses) mille arêtes, il conquiert le renom puissant.



sá bʰandánā údiyarti prajā́vatīrviśvā́yurvíśvāḥ subʰárā áhardivi |
bráhma prajā́vadrayímáśvapastyaṃ pītá indavíndramasmábʰyaṃ yācatāt || 41||



41. (Le soma) suscite toutes choses-louables comportant (aussi) descendance, pour toute durée-de-vie, (choses) heureuses à porter, jour après jour.
    (Une fois) bu, demande à Indra pour nous, ô suc-de-soma, l’énergie-formulaire qui procure la descendance, la richesse qui réside dans les chevaux !



só ágre áhnāṃ hárirharyató mádaḥ prá cétasā cetayate ánu dyúbʰiḥ |
dvā́ jánā yātáyannantárīyate nárā ca śáṃsaṃ daívyaṃ ca dʰartári || 42||



42. Le (soma), alezan désirable, breuvage (aimé), on tête des jours se rend-sensible par son pouvoir-sensible, au fil des journées.
    Alignant les deux (espèces d’) êtres (, divins et humains,) il s’avance entre (eux, entre) la Louange des hommes et la (Louange) divine, afin de (les sou)tenir.



añjáte vyàñjate sámañjate krátuṃ rihanti mádʰunābʰyàñjate |
síndʰorucʰvāsé patáyantamukṣáṇaṃ hiraṇyapāvā́ḥ paśúmāsu gr̥bʰṇate || 43||



43. (Les eaux) s’oignent, s’oignent d’outre en outre, s’oignent à fond, lèchent la force-inspirante (du soma), s’oignent du miel (sômique).
    Le (soma-)taureau qui s’envolait dans la surrection du fleuve, (cet) animal (sômique, — les hommes) qui clarifient l’or (sômique) s’emparent de lui dans ces (mêmes eaux).



vipaścíte pávamānāya gāyata mahī́ ná dʰā́rā́tyándʰo arṣati |
áhirná jūrṇā́máti sarpati tvácamátyo ná krī́ḷannasaradvŕ̥ṣā háriḥ || 44||



44. Chantez pour le Pavamâna qui comprend les paroles-inspirées ! Gomme un vaste jet le jus coule par delà (le tamis) ;
    comme un serpent il rampe en se dé(pouillant de sa) vieille peau ; comme un coursier qui joue, il a couru, le taureau, l’alezan.



agregó rā́jā́pyastaviṣyate vimā́no áhnāṃ bʰúvaneṣvárpitaḥ |
hárirgʰr̥tásnuḥ sudŕ̥śīko arṇavó jyotī́ratʰaḥ pavate rāyá okyàḥ || 45||



45. Marchant en tête (des jours), le roi aquatique prend-de-la-force ; mesureur des jours, il est fixé sur les mondes (comme la jante sur les roues).
    Alezan, (portant) sur le dos le beurre-fondu, beau à voir, ondoyant, ayant la lumière (solaire) pour char, il se clarifie pour (procurer) la richesse, (ce dieu) domestique.



ásarji skambʰó divá údyato mádaḥ pári tridʰā́turbʰúvanānyarṣati |
aṃśúṃ rihanti matáyaḥ pánipnataṃ girā́ yádi nirṇíjamr̥gmíṇo yayúḥ || 46||



46. Il vient-de-se-déverser, étai du ciel, breuvage offert, il coule autour des mondes, (ce dieu) triparti.
    Les pensées-poétiques lèchent la tige miraculeuse, quand les (poètes) pourvus de strophes sont allés avec le chant vers la robe-d’apparat (qu’a revêtue le soma).



prá te dʰā́rā átyáṇvāni meṣyàḥ punānásya saṃyáto yanti ráṃhayaḥ |
yádgóbʰirindo camvòḥ samajyása ā́ suvānáḥ soma kaláśeṣu sīdasi || 47||



47. Tes jets s’avancent par delà (le tamis en) poils de brebis ; de toi qui te clarifies vont les vitesses concourantes.
    Quand, ô suc-de-soma, tu es oint avec (le lait des) vaches dans les deux vases (camū'), (alors, une fois) pressé, ô soma, tu reposes dans les vases (kaláśa ).



pávasva soma kratuvínna uktʰyó'vyo vā́re pári dʰāva mádʰu priyám |
jahí víśvānrakṣása indo atríṇo br̥hádvadema vidátʰe suvī́rāḥ || 48||



48. Clarifie toi, ô soma, qui procures la force-délibérante, (dieu) digne-de-l’hymne ; cours tout autour dans (le tamis en) poil(s) de brebis, (devenant ainsi) un miel aimé !
    Frappe tous les démons, ô suc-de-soma, les Atriṇ ! — Puissions nous parler fort dans la répartition (sacrificielle, en sorte d’avoir) des hommes-d’élite (pour fils) !






Sūkta 9.87 

prá tú drava pári kóśaṃ ní ṣīda nŕ̥bʰiḥ punānó abʰí vā́jamarṣa |
áśvaṃ ná tvā vājínaṃ marjáyantó'cʰā barhī́ raśanā́bʰirnayanti || 1||



1. Cours donc (ô soma) en avant autour de la cuve, prends y place, (une fois) clarifié par les seigneurs, coule vers le prix-de-victoire !
    (Les officiants) qui te nettoient comme un cheval porteur-de-prix (te) mènent vers la litière-rituelle (comme) avec des rênes.



svāyudʰáḥ pavate devá índuraśastihā́ vr̥jánaṃ rákṣamāṇaḥ |
pitā́ devā́nāṃ janitā́ sudákṣo viṣṭambʰó divó dʰarúṇaḥ pr̥tʰivyā́ḥ || 2||



2. Porteur de bonnes armes, le dieu se clarifie, le suc-de-soma  qui frappe ceux à la parole mauvaise, qui protège la secte,
    père des dieux, géniteur à la force-agissante, étai du ciel, fondement de la terre.



ŕ̥ṣirvípraḥ puraetā́ jánānāmr̥bʰúrdʰī́ra uśánā kā́vyena |
sá cidviveda níhitaṃ yádāsāmapīcyàṃ guhyaṃ nā́ma gónām || 3||



3. Prophète, (poète-)inspiré marchant en avant des êtres, habile artisan, (tel) Uśanas en pouvoir-poétique,
    c’est (le soma) aussi qui a découvert ce qui de ces (vaches) était tenu-caché, le nom secret des vaches.



eṣá syá te mádʰumām̐ indra sómo vŕ̥ṣā vŕ̥ṣṇe pári pavítre akṣāḥ |
sahasrasā́ḥ śatasā́ bʰūridā́vā śaśvattamáṃ barhírā́ vājyàstʰāt || 4||



4. Voici le-célèbre soma riche en miel, ô Indra, (le soma-)taureau pour (Indra) taureau ; il a coulé tout autour dans le filtre.
    Gagnant mille (biens), gagnant cent (biens), donnant abondamment, vainqueur-des-prix, il a gravi la litière-rituelle après un nombre-illimité-de-fois.



eté sómā abʰí gavyā́ sahásrā mahé vā́jāyāmŕ̥tāya śrávāṃsi |
pavítrebʰiḥ pávamānā asr̥grañcʰravasyávo ná pr̥tanā́jo átyāḥ || 5||



5. Voici les soma (qui ont été lâchés) vers (le lait des) vaches par milliers, pour le grand prix-de-victoire, pour l’immortel, vers les manifestations-de-renom.
    A travers les filtres les Pavamâna ont été lâchés comme des coursiers cherchant le renom, poussés à la bataille.



pári hí ṣmā puruhūtó jánānāṃ víśvā́saradbʰójanā pūyámānaḥ |
átʰā́ bʰara śyenabʰr̥ta práyāṃsi rayíṃ túñjāno abʰí vā́jamarṣa || 6||



6. Oui, le (soma) tant invoqué des peuples a englobé toutes jouissances, tandis qu’on le clarifiait.
    Apporte (nous) donc les satisfactions-rituelles, ô toi qui fus amené par l’aigle ; (faisant jaillir) la richesse en frappant, coule pour (nous procurer) le prix-de-victoire !



eṣá suvānáḥ pári sómaḥ pavítre sárgo ná sr̥ṣṭó adadʰāvadárvā |
tigmé śíśāno mahiṣó ná śŕ̥ṅge gā́ gavyánnabʰí śū́ro ná sátvā || 7||



7. Voici le soma pressé qui a couru tout autour dans le filtre comme un coursier (dont) l’élan (est une fois) lance,
    aiguisant comme un buffle ses cornes acérées, (fonçant) sur les vaches, lui qui recherche les vaches, tel un guerrier valeureux.



eṣā́ yayau paramā́dantárádreḥ kū́citsatī́rūrvé gā́ viveda |
divó ná vidyútstanáyantyabʰraíḥ sómasya te pavata indra dʰā́rā || 8||



8. Voici (la coulée de soma qui) est venue du dedans de la montagne la plus lointaine ; elle a découvert les vaches qui étaient on ne sait où dans la caverne.
    Tonnant comme (tonne) du (haut du) ciel l’éclair avec les nuées, la coulée de soma se clarifie pour toi, ô Indra.



utá sma rāśíṃ pári yāsi gónāmíndreṇa soma sarátʰaṃ punānáḥ |
pūrvī́ríṣo br̥hatī́rjīradāno śíkṣā śacīvastáva tā́ upaṣṭút || 9||



9. C’est ainsi que tu parcours la masse des vaches, ô soma, (siégeant) sur le même char qu’Indra, te clarifiant.
    Veuille (nous) garantir maintes jouissances-rituelles puissantes, ô (dieu) aux dons vivaces, ô possesseur de force ! Ces (avantages sont) ta louange (même).






Sūkta 9.88 

ayáṃ sóma indra túbʰyaṃ sunve túbʰyaṃ pavate tvámasya pāhi |
tváṃ ha yáṃ cakr̥ṣé tváṃ vavr̥ṣá índuṃ mádāya yújyāya sómam || 1||



1. Voici le soma, ô Indra, (qui) est pressé pour toi, pour toi se clarifie ; toi, bois en !
    C’est toi qui as adopté, toi qui as choisi le suc, le soma, pour l’ivresse (qui y est) associée.



sá īṃ rátʰo ná bʰuriṣā́ḷayoji maháḥ purū́ṇi sātáye vásūni |
ā́dīṃ víśvā nahuṣyā̀ṇi jātā́ svàrṣātā vána ūrdʰvā́ navanta || 2||



2. C’est le (soma qui) a été attelé comme un char triomphant de maints (ennemis), le grand (soma), afin de gagner des biens nombreux.
    Alors toutes les créatures issues de Nahus l’acclament quand il gagne la lumière-solaire, elles debout devant (la cuve de) bois.



vāyúrná yó niyútvām̐ iṣṭáyāmā nā́satyeva háva ā́ śámbʰaviṣṭʰaḥ |
viśvávāro draviṇodā́ iva tmánpūṣéva dʰījávano'si soma || 3||



3. Toi qui es pourvu d’attelage comme Vâyu, toi le plus bénéfique à invoquer comme les deux Nâsatya se hâtant en leur marche,
    toi qui as tous trésors comme Draviṇodas en personne, tu es incitateur de pensées-poétiques comme Pūṣaṇ, ô soma.



índro ná yó mahā́ kármāṇi cákrirhantā́ vr̥trā́ṇāmasi soma pūrbʰít |
paidvó ná hí tvámáhināmnāṃ hantā́ víśvasyāsi soma dásyoḥ || 4||



4. Comme Indra qui accomplit de grandes actions, tu es tueur d’ennemis, ô soma, briseur de forteresses ;
    oui, comme le (cheval) de Pedu, tu es tueur de ceux qui ont le nom d’Ahi, ô soma, de quiconque est un Dasyu.



agnírná yó vána ā́ sr̥jyámāno vŕ̥tʰā pā́jāṃsi kr̥ṇute nadī́ṣu |
jáno ná yúdʰvā mahatá upabdíríyarti sómaḥ pávamāna ūrmím || 5||



5. (Le soma) qui comme Agni se dé(verse) sur (la cuve de) bois, (une fois) lâché, revêt à son gré dans les rivières les configurations (qui lui sont propres).
    Le piétinement du grand (soma) est pareil (à celui d’) un homme qui combat ; le soma Pavamâna met-en-branle la vague.



eté sómā áti vā́rāṇyávyā divyā́ ná kóśāso abʰrávarṣāḥ |
vŕ̥tʰā samudráṃ síndʰavo ná nī́cīḥ sutā́so abʰí kaláśām̐ asr̥gran || 6||



6. Voici les soma (qui se répandent) par delà (le tamis en) poils de brebis, telles les cuves célestes qui font pleuvoir la nuée.
    Gomme les fleuves (allant) de leur plein gré vers l’océan en suivant-la-pente, (les soma) pressés se sont répandus en direction des vases.



śuṣmī́ śárdʰo ná mā́rutaṃ pavasvā́nabʰiśastā divyā́ yátʰā víṭ |
ā́po ná makṣū́ sumatírbʰavā naḥ sahásrāpsāḥ pr̥tanāṣā́ṇná yajñáḥ || 7||



7. Impétueux comme la troupe des Marut, clarifie toi, toi qui es comme le clan céleste à l’abri de la parole agressive !
    Sois bien disposé pour nous, (agissant) promptement comme les eaux, ayant mille formes, pareil au sacrifice qui force (la victoire dans) la bataille !



rā́jño nú te váruṇasya vratā́ni br̥hádgabʰīráṃ táva soma dʰā́ma |
śúciṣṭvámasi priyó ná mitró dakṣā́yyo aryamévāsi soma || 8||



8. Tes allégeances sont bien celles du roi Varuṇa : haute, profonde, ton institution, ô soma.
    Tu es pur comme Mitra (le dieu) aimé ; comme Aryamaṇ tu es celui qu’on doit servir-efficacement, ô soma.






Sūkta 9.89 

pró syá váhniḥ patʰyā̀bʰirasyāndivó ná vr̥ṣṭíḥ pávamāno akṣāḥ |
sahásradʰāro asadannyàsmé mātúrupástʰe vána ā́ ca sómaḥ || 1||



1. Le-célèbre (soma), conducteur (du char), a couru en avant par les chenu- ; le Pavamâna a coulé comme la pluie du ciel.
    En mille jets le soma s’est déposé chez nous, dans le giron de la mère et dans (la cuve de) bois.



rā́jā síndʰūnāmavasiṣṭa vā́sa r̥tásya nā́vamā́ruhadrájiṣṭʰām |
apsú drapsó vāvr̥dʰe śyenájūto duhá īṃ pitā́ duhá īṃ pitúrjā́m || 2||



2. Roi des fleuves, il s’est vêtu de son vêtement, il est monté sur le navire de l’Ordre, (le navire qui suit) la plus droite (ligne).
    La goutte (sômique) a grandi dans les eaux, ayant été mue par  l'aigle. Le père (Ciel) la reçoit-pour-lait, il la reçoit-pour-lait, (elle qui est) l’enfant du Père.



siṃháṃ nasanta mádʰvo ayā́saṃ hárimaruṣáṃ divó asyá pátim |
śū́ro yutsú pratʰamáḥ pr̥cʰate gā́ ásya cákṣasā pári pātyukṣā́ || 3||



3. (Les coulées) de miel caressent le lion (sômique), infatigable, alezan fauve, maître de ce ciel.
    Premier héros dans les combats, il s’enquiert des vaches ; taureau, il veille autour (d’elles) de son regard.



mádʰupr̥ṣṭʰaṃ gʰorámayā́samáśvaṃ rátʰe yuñjantyurucakrá r̥ṣvám |
svásāra īṃ jāmáyo marjayanti sánābʰayo vājínamūrjayanti || 4||



4. Le cheval-soma au dos (enduit) de miel, redoutable, infatigable, (les officiants l’) attellent au cḥar dont les roues sont larges, (le cheval) immense.
    Les sœurs germaines (= les doigts de l’opérateur) le nettoient, (ces filles) ayant même point-d’attache invigorent (le soma) détenteur-du-prix.



cátasra īṃ gʰr̥tadúhaḥ sacante samāné antárdʰarúṇe níṣattāḥ |
tā́ īmarṣanti námasā punānā́stā́ īṃ viśvátaḥ pári ṣanti pūrvī́ḥ || 5||



5. Quatre (sources jaillissantes) donnant-pour-lait le beurre-fondu accompagnent le (soma), reposant sur le même fondement (que lui), dedans (la cuve).
    Elles coulent vers lui, se clarifiant avec hommage ; elles l’environnent de toutes parts, abondantes.



viṣṭambʰó divó dʰarúṇaḥ pr̥tʰivyā́ víśvā utá kṣitáyo háste asya |
ásatta útso gr̥ṇaté niyútvānmádʰvo aṃśúḥ pavata indriyā́ya || 6||



6. Étai du ciel, fondement de la terre, et tous les établissements (humains) sont en la main de ce (soma).
    Que ta source pour le chantre procure un attelage (de biens) ! La tige de miel (sômique) se clarifie pour (atteindre) la situation-d’Indra.



vanvánnávāto abʰí devávītimíndrāya soma vr̥trahā́ pavasva |
śagdʰí maháḥ puruścandrásya rāyáḥ suvī́ryasya pátayaḥ syāma || 7||



7. Toi qui gagnes sans qu’on puisse gagner contre toi, clarifie toi pour l’invite aux dieux, pour Indra, ô soma qui es un Vṛtrahaṇ !
    Donne (nous) pouvoir sur la grande richesse, très éclatante ! — Puissions nous être maîtres d’une possession d’hommes-d’élite !






Sūkta 9.90 

prá hinvānó janitā́ ródasyo rátʰo ná vā́jaṃ saniṣyánnayāsīt |
índraṃ gácʰannā́yudʰā saṃśíśāno víśvā vásu hástayorādádʰānaḥ || 1||



1. Mis en marche, (le soma) s’est avancé, géniteur des deux mondes, tel un char qui veut gagner le prix-de-victoire,
    allant vers Indra, aiguisant toutes ses armes, tenant en ses deux mains tous les biens.



abʰí tripr̥ṣṭʰáṃ vŕ̥ṣaṇaṃ vayodʰā́māṅgūṣā́ṇāmavāvaśanta vā́ṇīḥ |
vánā vásāno váruṇo ná síndʰūnví ratnadʰā́ dayate vā́ryāṇi || 2||



2. Vers le taureau aux trois dos qui confère la force-vitale, les musiques des panégyriques ont retenti.
    Vêtu de la (cuve de) bois, tel Varuṇa dans les fleuves il répartit les objets-délectables, lui qui confère des trésors.



śū́ragrāmaḥ sárvavīraḥ sáhāvāñjétā pavasva sánitā dʰánāni |
tigmā́yudʰaḥ kṣiprádʰanvā samátsváṣāḷhaḥ sāhvā́npŕ̥tanāsu śátrūn || 3||



3. Rassemblant les héros, ayant ton plein d’hommes-d’élite, toi qui domptes, qui vaincs, qui gagnes les richesses, clarifie toi,
    les armes acérées, l’arc rapide dans les mêlées, toi qui sans être dompté domptes les ennemis dans les batailles.



urúgavyūtirábʰayāni kr̥ṇvánsamīcīné ā́ pavasvā púraṃdʰī |
apáḥ síṣāsannuṣásaḥ svàrgā́ḥ sáṃ cikrado mahó asmábʰyaṃ vā́jān || 4||



4. (Soma) à l’asile spacieux, qui crées les sécurités, clarifie toi (en sollicitant) les deux Plénitudes (Ciel et Terre) conjointes !
    Toi qui veux gagner les eaux, les aurores, la lumière-solaire, les vaches, rassemble-à-grands-cris pour nous de grands prix-de-victoire !



mátsi soma váruṇaṃ mátsi mitráṃ mátsī́ndramindo pavamāna víṣṇum |
mátsi śárdʰo mā́rutaṃ mátsi devā́nmátsi mahā́míndramindo mádāya || 5||



5. Enivre Varuṇa, ô soma, enivre Mitra, enivre Indra, ô suc, ô Pavamâna, (enivre) Visnu,
    enivre la troupe mârutienne, enivre (Tous) les dieux, enivre le grand Indra, ô suc-de-soma, pour l’ivresse !



evā́ rā́jeva krátumām̐ ámena víśvā gʰánigʰnadduritā́ pavasva |
índo sūktā́ya vácase váyo dʰā yūyáṃ pāta svastíbʰiḥ sádā naḥ || 6||



6. Ainsi donc, tel un roi a la force-inspirante, en frappant-à-grands-coups, avec impétuosité, toutes les puissances-mauvaises, clarifie toi !
    O suc-de-soma, confère à la parole bien dite la force-vitale ! — Vous (autres), protégez nous toujours de (vos) bénédictions !






Sūkta 9.91 

ásarji vákvā rátʰye yátʰājaú dʰiyā́ manótā pratʰamó manīṣī́ |
dáśa svásāro ádʰi sā́no ávyé'janti váhniṃ sádanānyácʰa || 1||



1. (Le soma) a été lâché comme (un cheval) fonçant pour la course-de-char, dans la lice, lui l’inventeur de la pensée-poétique, le premier (de ceux qui) détiennent-le-sens.
    Les dix sœurs (= les doigts de l’opérateur) poussent le coursier à (gravir) le dos (du tamis en poils) de brebis, (c’est-à-dire) vers ses sièges.



vītī́ jánasya divyásya kavyaírádʰi suvānó nahuṣyèbʰirínduḥ |
prá yó nŕ̥bʰiramŕ̥to mártyebʰirmarmr̥jānó'vibʰirgóbʰiradbʰíḥ || 2||



2. Pour l’invite à la gent céleste, le suc-de-soma (a été) pressé par les Kavya, par les fils de Nahusa,
    lui qui (va) de l’avant, nettoyé-avec-force par les seigneurs, par les mortels, lui l’immortel, par (le tamis en poils de) brebis, par (le lait des) vaches, par les eaux.



vŕ̥ṣā vŕ̥ṣṇe róruvadaṃśúrasmai pávamāno rúśadīrte páyo góḥ |
sahásramŕ̥kvā patʰíbʰirvacovídadʰvasmábʰiḥ sū́ro áṇvaṃ ví yāti || 3||



3. Taureau mugissant-avec-force pour (Indra) taureau, la tige (de soma) Pavamâna met en branle pour ce (dieu) le blanc lait de la vache.
    Par mille chemins exempts de poussière, (le soma) muni de strophes, connaissant la parole, circule à travers le tamis (comme) le soleil (à travers l’espace).



rujā́ dr̥ḷhā́ cidrakṣásaḥ sádāṃsi punāná inda ūrṇuhi ví vā́jān |
vr̥ścópáriṣṭāttujatā́ vadʰéna yé ánti dūrā́dupanāyámeṣām || 4||



4. Brise les places, si fortifiées (soient-elles), du démon ; en te clarifiant, ô suc-de-soma, ouvre les prix-de-victoire !
    Fends d’en haut, avec l’arme contondante, (les démons) qui sont près (ou) loin, le chef de ces (démons) !



sá pratnavánnávyase viśvavāra sūktā́ya patʰáḥ kr̥ṇuhi prā́caḥ |
yé duḥṣáhāso vanúṣā br̥hántastā́m̐ste aśyāma purukr̥tpurukṣo || 5||



5. Toi (ô soma), fais (que) les voies (soient) prêtes comme aux-premiers-temps pour (la parole la) plus nouvelle, bien dite, ô toi qui as tous trésors !
    (Les succès) intolérables à l’ennemi, puissants, souhaitons les atteindre de toi, qui agis beaucoup, qui as beaucoup de bétail !



evā́ punānó apáḥ svàrgā́ asmábʰyaṃ tokā́ tánayāni bʰū́ri |
śáṃ naḥ kṣétramurú jyótīṃṣi soma jyóṅnaḥ sū́ryaṃ dr̥śáye rirīhi || 6||



6. Ainsi te clarifiant, (donne) nous eaux, lumière-solaire, vaches, enfants (et) descendance en grand nombre ;
    donne nous bénéfiquement le vaste domaine, les lumières, ô soma, en sorte que longtemps nous voyions le soleil !






Sūkta 9.92 

pári suvānó háriraṃśúḥ pavítre rátʰo ná sarji sanáye hiyānáḥ |
ā́pacʰlókamindriyáṃ pūyámānaḥ práti devā́m̐ ajuṣata práyobʰiḥ || 1||



1. (Une fois) pressé, l’alezan, la tige (de soma), s’est répandue tout autour dans le filtre, tel un char mis en branle pour le gain.
    Il a atteint la résonance chère-à-Indra en se clarifiant ; il a plu aux dieux grâce aux satisfactions-rituelles.



ácʰā nr̥cákṣā asaratpavítre nā́ma dádʰānaḥ kavírasya yónau |
sī́danhóteva sádane camū́ṣū́pemagmannŕ̥ṣayaḥ saptá víprāḥ || 2||



2. Il s’est avancé, (le soma) au regard de maître, (ce) Poète qui assume son nom dans le filtre, en son séjour-natal.
    (Il est assis) dans les récipients comme un hotar assis sur son siège ; vers lui sont venus les sept Prophètes inspirés.



prá sumedʰā́ gātuvídviśvádevaḥ sómaḥ punānáḥ sáda eti nítyam |
bʰúvadvíśveṣu kā́vyeṣu rántā́nu jánānyatate páñca dʰī́raḥ || 3||



3. Sage, procurant l’issue-heureuse, appartenant à Tous les dieux, le soma se clarifiant s’avance vers le siège qui lui est propre.
    Il est celui qui se complaît à tous les pouvoirs-poétiques ; il ordonne à la suite les cinq espèces-d’hommes, (ce dieu) habile.



táva tyé soma pavamāna niṇyé víśve devā́stráya ekādaśā́saḥ |
dáśa svadʰā́bʰirádʰi sā́no ávye mr̥jánti tvā nadyàḥ saptá yahvī́ḥ || 4||



4. En ton domaine-secret, ô soma, ô Pavamâna, (résident) les-célèbres Tous-dieux, les trois fois onze.
    Selon (tes) institutions propres les dix (doigts de l’opérateur) te nettoient sur le dos (du tamis en poils) de brebis, les sept rivières juvéniles.



tánnú satyáṃ pávamānasyāstu yátra víśve kārávaḥ saṃnásanta |
jyótiryádáhne ákr̥ṇodu lokáṃ prā́vanmánuṃ dásyave karabʰī́kam || 5||



5. Que cet (acte) de Pavamâna se réalise donc, en quoi tous les bardes sont tombés-d’accord,
    (à savoir) qu’il a créé pour le jour la lumière (ainsi que) l’espace ! il a assisté Manu (pour aller plus) avant ; il a fait front au Dasyu.



pári sádmeva paśumā́nti hótā rā́jā ná satyáḥ sámitīriyānáḥ |
sómaḥ punānáḥ kaláśām̐ ayāsītsī́danmr̥gó ná mahiṣó váneṣu || 6||



6. Comme le hotar en(tourant) les sièges-rituels pourvus de victimes-animales, comme un roi réel qui va dans les assemblées,
    comme un animal, (à savoir) le buffle siégeant dans les bois, le soma se clarifiant est allé vers les récipients.






Sūkta 9.93 

sākamúkṣo marjayanta svásāro dáśa dʰī́rasya dʰītáyo dʰánutrīḥ |
háriḥ páryadravajjā́ḥ sū́ryasya dróṇaṃ nanakṣe átyo ná vājī́ || 1||



1. Les dix sœurs (= les doigts de l’opérateur) grandies ensemble nettoient (le soma, le nettoient aussi ces) intuitions-poétiques animatrices du (soma) habile.
    L’alezan a rattrapé à la course les enfants du soleil (= les poèmes) ; il a atteint la cuve, tel un coursier gagnant-du-prix.



sáṃ mātŕ̥bʰirná śíśurvāvaśānó vŕ̥ṣā dadʰanve puruvā́ro adbʰíḥ |
máryo ná yóṣāmabʰí niṣkr̥táṃ yánsáṃ gacʰate kaláśa usríyābʰiḥ || 2||



2. Gomme un nourrisson hurlant avec ses mères, le (soma-) taureau aux trésors multiples a coùru avec les eaux.
    Comme un garçon allant au rendez-vous vers une jeune-femme, il se rencontre dans le vase avec (le lait des) vaches-aurorales.



utá prá pipya ū́dʰarágʰnyāyā índurdʰā́rābʰiḥ sacate sumedʰā́ḥ |
mūrdʰā́naṃ gā́vaḥ páyasā camū́ṣvabʰí śrīṇanti vásubʰirná niktaíḥ || 3||



3. Et encore : la mamelle de la vache a gonflé, le suc, le sage (soma), est doté de ses coulées.
    Les vaches mélangent de lait la tête (du soma) dans les récipients, comme (les dieux arrosent l’homme) de richesses neuves.



sá no devébʰiḥ pavamāna radéndo rayímaśvínaṃ vāvaśānáḥ |
ratʰirāyátāmuśatī́ púraṃdʰirasmadryàgā́ dāváne vásūnām || 4||



4. Tel (étant), ô Pavamâna, ô suc-de-soma, creuse nous avec les dieux la richesse consistant en chevaux, toi qui hurles !
    Que la Plénitude volontiers vienne en char dans nos parages, afin de donner des biens !



nū́ no rayímúpa māsva nr̥vántaṃ punānó vātā́pyaṃ viśváścandram |
prá vanditúrindo tāryā́yuḥ prātármakṣū́ dʰiyā́vasurjagamyāt || 5||



5. Mesure nous donc la richesse faite d’hommes-d’élite, d’amitiés désirables, toute étincelante !
    Que soit prolongée la durée-de-vie du laudateur, ô suc-de-soma
    — Que de bonne heure arrive bien vite (le dieu) bien(faisant) en inspiration !






Sūkta 9.94 

ádʰi yádasminvājínīva śúbʰa spárdʰante dʰíyaḥ sū́rye ná víśaḥ |
apó vr̥ṇānáḥ pavate kavīyánvrajáṃ ná paśuvárdʰanāya mánma || 1||



1. Quand rivalisent pour ce (soma) les pensées-poétiques comme les marques-d’honneur pour le (cheval) gagnant, comme les clans pour (leur place au) soleil,
    (le soma) se clarifie, choisissant les eaux, agissant en poète, (réalisant) un poème comme (on fait) un enclos pour élever le bétail,



dvitā́ vyūrṇvánnamŕ̥tasya dʰā́ma svarvíde bʰúvanāni pratʰanta |
dʰíyaḥ pinvānā́ḥ svásare ná gā́va r̥tāyántīrabʰí vāvaśra índum || 2||



2. révélant dès l’origine l’institution du (principe) immortel. Devant (le soma) qui procure la lumière-solaire, les mondes se sont étendus.
    Les pensées-poétiques, se gonflant comme des vaches dans la prairie, (pensées) conformes à l’Ordre, ont mugi vers le suc-de-soma.



pári yátkavíḥ kā́vyā bʰárate śū́ro ná rátʰo bʰúvanāni víśvā |
devéṣu yáśo mártāya bʰū́ṣandákṣāya rāyáḥ purubʰū́ṣu návyaḥ || 3||



3. Quand le (soma) poète porte autour de lui les pouvoirs-poétiques (et) tous les mondes, tel un héros, (tel) un char-de-guerre,
    confirmant pour le mortel une place-d’honneur parmi les dieux,  pour (sa) force-agissante (lui procurant) des richesses nouvellement (acquises, parmi les dieux) à la présence multiple, ...



śriyé jātáḥ śriyá ā́ níriyāya śríyaṃ váyo jaritŕ̥bʰyo dadʰāti |
śríyaṃ vásānā amr̥tatvámāyanbʰávanti satyā́ samitʰā́ mitádrau || 4||



4. Né pour la gloire, (le soma) est issu de la gloire ; aux chantres il confère gloire (et) force-vitale ;
    vêtus de gloire, (les sucs-de-soma) sont parvenus au monde-immortel : (le bénéfice des) combats se réalise (quand le dieu Soma) courant (d’un pas) mesuré (entre en lice).



íṣamū́rjamabʰyàrṣā́śvaṃ gā́murú jyótiḥ kr̥ṇuhi mátsi devā́n |
víśvāni hí suṣáhā tā́ni túbʰyaṃ pávamāna bā́dʰase soma śátrūn || 5||



5. Jouissance-rituelle, force-nourricière, cheval, vache, coule pour (nous les procurer) ; crée la lumière au loin ; enivre les dieux !
    Car toutes ces choses sont aisées à conquérir pour toi. O Pavamâna, ô soma, tu refoules les ennemis.






Sūkta 9.95 

kánikranti hárirā́ sr̥jyámānaḥ sī́danvánasya jaṭʰáre punānáḥ |
nŕ̥bʰiryatáḥ kr̥ṇute nirṇíjaṃ gā́ áto matī́rjanayata svadʰā́bʰiḥ || 1||



1. L'alezan (soma) hennit-avec-force quand il est lâché, quand il s'assied dans le ventre- de (la cuve de) bois, étant clarifié.
    Tenu-ee-mains par les seigneurs, il prend pour robe-d’apparat (le lait des) vaches ; de là il engendre les poèmes par ses pouvoirs-propres.



háriḥ sr̥jānáḥ patʰyā̀mr̥tásyéyarti vā́camaritéva nā́vam |
devó devā́nāṃ gúhyāni nā́māvíṣkr̥ṇoti barhíṣi pravā́ce || 2||



2. L’alezan lâché sur le chemin de l’Ordre meut la parole comme le pilote (dirige) le bateau.
    Le dieu (Soma) rend manifeste les noms secrets des dieux, pour qu’ils soient proclamés sur la litière-rituelle.



apā́mivédūrmáyastárturāṇāḥ prá manīṣā́ īrate sómamácʰa |
namasyántīrúpa ca yánti sáṃ cā́ ca viśantyuśatī́ruśántam || 3||



3. Gomme les vagues des eaux se dépassant-avec-force (l’une l’autre), les formules-riches-de-sens s’élancent en direction du soma.
    Rendant hommage, elles s’approchent et se joignent (à lui) et entrent consentantes en lui consentant.



táṃ marmr̥jānáṃ mahiṣáṃ ná sā́nāvaṃśúṃ duhantyukṣáṇaṃ giriṣṭʰā́m |
táṃ vāvaśānáṃ matáyaḥ sacante tritó bibʰarti váruṇaṃ samudré || 4||



4. Ce (soma) qu’on nettoie-avec-force sur le dos (du tamis), tel un buffle (sur le dos de la montagne), (cette) tige, (ce) taureau sis sur la montagne, (les officiants le) traient.
    Les poèmes accompagnent ce (soma) qui hurle. Trita porte Varuṇa dans l’océan.



íṣyanvā́camupavaktéva hótuḥ punāná indo ví ṣyā manīṣā́m |
índraśca yátkṣáyatʰaḥ saúbʰagāya suvī́ryasya pátayaḥ syāma || 5||



5. Propulsant la parole comme l’officiant-incitateur (celle) du hotar, en te clarifiant, ô suc-de-soma, délie la pensée-riche-de-sens !
    S’il est vrai que (toi) et Indra régnez pour (assurer notre) félicité,... puissions-nous être les maîtres de la possession d’hommes-d’élite !






Sūkta 9.96 

prá senānī́ḥ śū́ro ágre rátʰānāṃ gavyánneti hárṣate asya sénā |
bʰadrā́nkr̥ṇvánnindrahavā́nsákʰibʰya ā́ sómo vástrā rabʰasā́ni datte || 1||



1. Conducteur d’armées, héros, (le soma) s’avance en tête des chars, à la quête de vaches ; son armée s’enthousiasme.
    Lui qui fait pour ses amis des appels à Indra (riches en effets) heureux, le soma met des vêtements violents.



sámasya háriṃ hárayo mr̥jantyaśvahayaírániśitaṃ námobʰiḥ |
ā́ tiṣṭʰati rátʰamíndrasya sákʰā vidvā́m̐ enā sumatíṃ yātyácʰa || 2||



2. Ensemble les (soma-)alezans nettoient l’alezan de ce (dieu Soma), sans trêve, avec des hommages (propres à) aiguillonner un cheval.
    (Le soma) monte sur le char d’Indra, en ami ; par lui (l’homme) qui sait va vers la faveur (du dieu).



sá no deva devátāte pavasva mahé soma psárasa indrapā́naḥ |
kr̥ṇvánnapó varṣáyandyā́mutémā́murórā́ no varivasyā punānáḥ || 3||



3. Tel (étant), clarifie toi, ô dieu, pour notre service-divin, ô soma, pour le grand festin, toi boisson d’Indra !
    En créant les eaux, en faisant pleuvoir aussi le ciel que voici, élargis nous (l’espace à partir d’un espace déjà) large, te clarifiant !



ájītayé'hataye pavasva svastáye sarvátātaye br̥haté |
táduśanti víśva imé sákʰāyastádaháṃ vaśmi pavamāna soma || 4||



4. Pour la non violence, le non meurtre, clarifie toi, pour le bien être, l’intégralité (des biens), le haut (rang) !
    C’est cela que désirent tous ces amis, cela que je désire moi(-même), ô Pavamâna, ô soma.



sómaḥ pavate janitā́ matīnā́ṃ janitā́ divó janitā́ pr̥tʰivyā́ḥ |
janitā́gnérjanitā́ sū́ryasya janiténdrasya janitótá víṣṇoḥ || 5||



5. Le soma se clarifie, engendreur de pensées-poétiques, engendreur du ciel, engendreur de la terre,
    engendreur d’Agni, engendreur du soleil, engendreur d’Indra et engendreur de Viṣṇu.



brahmā́ devā́nāṃ padavī́ḥ kavīnā́mŕ̥ṣirvíprāṇāṃ mahiṣó mr̥gā́ṇām |
śyenó gŕ̥dʰrāṇāṃ svádʰitirvánānāṃ sómaḥ pavítramátyeti rébʰan || 6||



6. Officiant-formulaire des dieux, frayeur de voie des poètes, Prophète des (êtres) inspirés, buffle des animaux,
    aigle des bêtes de proie, hache des bois, le soma va au delà du filtre en psalmodiant.



prā́vīvipadvācá ūrmíṃ ná síndʰurgíraḥ sómaḥ pávamāno manīṣā́ḥ |
antáḥ páśyanvr̥jánemā́varāṇyā́ tiṣṭʰati vr̥ṣabʰó góṣu jānán || 7||



7. Il a mis en effervescence la vague de la parole comme un fleuve (soulève la vague), lui soma Pavamâna, les chants, les formules-riches-de-sens.
    Regardant à l’intérieur ces sectes (de fidèles) proches, il saillit en taureau les vaches, lui qui sait.



sá matsaráḥ pr̥tsú vanvánnávātaḥ sahásraretā abʰí vā́jamarṣa |
índrāyendo pávamāno manīṣyàṃśorūrmímīraya gā́ iṣaṇyán || 8||



8. Tel (étant), enivrant soma qui dans les combats gagnes sans que (nul) gagne (contre toi), coule (avec tes) mille spermes vers le prix-de-victoire !
    O suc-de-soma, (agissant en) Pavamâna, (en) détenteur-du-sens, anime pour Indra la vague de (ta) tige, toi qui rassembles les vaches !



pári priyáḥ kaláśe devávāta índrāya sómo ráṇyo mádāya |
sahásradʰāraḥ śatávāja índurvājī́ ná sáptiḥ sámanā jigāti || 9||



9. Le cher soma, aimé des dieux, réjouissant, en(toure) le vase pour Indra, pour qu’il s’enivre.
    Avec ses mille jets, (ses) cent prix-de-victoire, le suc-de-soma marche comme un attelage gagnant-du-prix vers les combats.



sá pūrvyó vasuvíjjā́yamāno mr̥jānó apsú duduhānó ádrau |
abʰiśastipā́ bʰúvanasya rā́jā vidádgātúṃ bráhmaṇe pūyámānaḥ || 10||



10. Tel (étant, le soma) primordial, qui procure les biens, (sitôt) né, nettoyé dans les eaux, trait sur la pierre,
    protégeant de ceux à la parole agressive, roi de l’univers, il procure l’issue-heureuse à la Formule, quand il se clarifie.



tváyā hí naḥ pitáraḥ soma pū́rve kármāṇi cakrúḥ pavamāna dʰī́rāḥ |
vanvánnávātaḥ paridʰī́m̐ráporṇu vīrébʰiráśvairmagʰávā bʰavā naḥ || 11||



11. C’est bien avec toi que nos pères les premiers, ô soma, accomplirent leurs actions, ô Pavamâna, eux les habiles.
    Toi qui gagnes sans que (nul) gagne (contre toi), ouvre les barrières ! Sois libéral pour nous en hommes-d’élite, en chevaux !



yátʰā́pavatʰā mánave vayodʰā́ amitrahā́ varivovíddʰavíṣmān |
evā́ pavasva dráviṇaṃ dádʰāna índre sáṃ tiṣṭʰa janáyā́yudʰāni || 12||



12. Gomme tu t’es (jadis) clarifié pour Manu, conférant la force-vitale, frappant les adversaires, procurant le large-espace, toi (ô soma) qu’accompagne l’oblation,
    de même clarifie toi (aujourd’hui) en conférant la richesse ! Tiens toi en liaison avec Indra ; engendre les armes !



pávasva soma mádʰumām̐ r̥tā́vāpó vásāno ádʰi sā́no ávye |
áva dróṇāni gʰr̥távānti sīda madíntamo matsará indrapā́naḥ || 13||



13. Clarifie toi, ô soma riche en miel, conforme à l’Ordre, te vêtant d’eaux, sur le dos (du tamis en poils) de brebis !
    Descends-t’asseoir dans les cuves pleines de beurre-fondu, toi le plus riche en ivresse, enivrant, boisson d’Indra !



vr̥ṣṭíṃ diváḥ śatádʰāraḥ pavasva sahasrasā́ vājayúrdevávītau |
sáṃ síndʰubʰiḥ kaláśe vāvaśānáḥ sámusríyābʰiḥ pratiránna ā́yuḥ || 14||



14. Clarifie toi (nous donnant) la pluie du ciel, (ô soma) aux cent jets, qui gagnes mille (biens), qui aspires-au-prix pour l’invite aux dieux,
    qui hurles avec les fleuves dans le vase, avec (le lait des) vaches-aurorales, qui prolonges notre durée-de-vie !



eṣá syá sómo matíbʰiḥ punānó'tyo ná vājī́ táratī́dárātīḥ |
páyo ná dugdʰámáditeriṣirámurvìva gātúḥ suyámo ná vóḷhā || 15||



15. Voici le-célèbre soma (qui), clarifié par les poèmes, tel un coursier gagnant-le-prix, traverse les inimitiés.
    Tel du lait trait, (le lait) d’Aditi est fort, (il est) comme une issue (menant) au large, comme un cheval de-trait, facile à guider.



svāyudʰáḥ sotŕ̥bʰiḥ pūyámāno'bʰyàrṣa gúhyaṃ cā́ru nā́ma |
abʰí vā́jaṃ sáptiriva śravasyā́bʰí vāyúmabʰí gā́ deva soma || 16||



16. Bien armé, clarifié par les presseurs, coule en direction de (ton) gracieux nom secret,
    du prix-de-victoire, comme un attelage, (coule) par désir de renom, en direction de Vâyu, des vaches, ô dieu, ô soma !



śíśuṃ jajñānáṃ haryatáṃ mr̥janti śumbʰánti váhniṃ marúto gaṇéna |
kavírgīrbʰíḥ kā́vyenā kavíḥ sánsómaḥ pavítramátyeti rébʰan || 17||



17. Le nourrisson, (sitôt) né, le désirable, (les officiants le) nettoient ; les Marut avec leur troupe embellissent (le soma) conducteur (du char).
    Étant poète par les chants, poète par le pouvoir-poétique, le soma va au delà du filtre en psalmodiant.



ŕ̥ṣimanā yá r̥ṣikŕ̥tsvarṣā́ḥ sahásraṇītʰaḥ padavī́ḥ kavīnā́m |
tr̥tī́yaṃ dʰā́ma mahiṣáḥ síṣāsansómo virā́jamánu rājati ṣṭúp || 18||



18. Lui qui pense en Prophète, qui crée les Prophètes, qui conquiert la lumière-solaire, qui conduit (par) mille (voies), qui fraie la route aux poètes,
    buffle cherchant à gagner la troisième structure, le soma brille à la suite de Virâj, rythmant (son chant).



camūṣácʰyenáḥ śakunó vibʰŕ̥tvā govindúrdrapsá ā́yudʰāni bíbʰrat |
apā́mūrmíṃ sácamānaḥ samudráṃ turī́yaṃ dʰā́ma mahiṣó vivakti || 19||



19. Assis dans les vases (comme) un aigle, un grand oiseau qui étend (ses ailes), goutte qui procure des vaches, porteur d’armes,
    quand il s’agrège à la vague des eaux, le (soma-)buffle révèle l’océan (comme étant sa) quatrième structure.



máryo ná śubʰrástanvàṃ mr̥jānó'tyo ná sŕ̥tvā sanáye dʰánānām |
vŕ̥ṣeva yūtʰā́ pári kóśamárṣankánikradaccamvòrā́ viveśa || 20||



20. Nettoyant son corps comme un beau garçon, courant comme un coursier pour gagner les enjeux,
    entourant la cuve en coulant, comme le taureau (entoure) les troupeaux, mugissant-avec-force, (le soma) est entré dans les deux récipients.



pávasvendo pávamāno máhobʰiḥ kánikradatpári vā́rāṇyarṣa |
krī́ḷañcamvòrā́ viśa pūyámāna índraṃ te ráso madiró mamattu || 21||



21. Clarifie toi, ô suc-de-soma (qui es) Pavamâna, avec tes pouvoirs, en mugissant-avec-force coule autour (du tamis en) poils (de brebis) !
    Entre en jouant dans les deux récipients, te clarifiant ! Que ta sève enivrante enivre Indra !



prā́sya dʰā́rā br̥hatī́rasr̥grannaktó góbʰiḥ kaláśām̐ ā́ viveśa |
sā́ma kr̥ṇvánsāmanyò vipaścítkrándannetyabʰí sákʰyurná jāmím || 22||



22. Les jets puissants de ce (soma) se sont répandus ; oint (du lait) des vaches, il est entré dans les vases.
    Créant la mélodie, (le dieu) détenteur-des-mélodies, comprenant les paroles-inspirées, va mugissant (comme va l’amant) vers la sœur-germaine de l’ami.



apagʰnánneṣi pavamāna śátrūnpriyā́ṃ ná jāró abʰígīta índuḥ |
sī́danváneṣu śakunó ná pátvā sómaḥ punānáḥ kaláśeṣu sáttā || 23||



23. Refoulant-et-tuant les ennemis, tu vas, ô Pavamâna, suc (tant) célébré, comme (va) l’amant vers la bien aimée.
    S’asseyant dans les (cuves de) bois comme un grand oiseau qui vole, le soma se clarifiant (se tient) siégeant dans les vases.



ā́ te rúcaḥ pávamānasya soma yóṣeva yanti sudúgʰāḥ sudʰārā́ḥ |
hárirā́nītaḥ puruvā́ro apsvácikradatkaláśe devayūnā́m || 24||



24. Tes brillances, toi Pavamâna, ô soma, arrivent comme une jeune-femme, (ces) vaches aisées à traire, aux belles coulées.
    L’alezan a été amené dans les eaux, (le soma) aux maints trésors ; il a hurlé dans le vase (des hommes) aimant les dieux.






Sūkta 9.97 

asyá preṣā́ hemánā pūyámāno devó devébʰiḥ sámapr̥kta rásam |
sutáḥ pavítraṃ páryeti rébʰanmitéva sádma paśumā́nti hótā || 1||



1. Se clarifiant sur sa (propre) incitation, sur son branle, le dieu (Soma) a mélangé sa sève avec les dieux.
    (Une fois) pressé, il parcourt le filtre en psalmodiant comme le hotar (parcourt) les places fixées (d’avance), pourvues de victimes-animales.



bʰadrā́ vástrā samanyā̀ vásāno mahā́nkavírnivácanāni śáṃsan |
ā́ vacyasva camvòḥ pūyámāno vicakṣaṇó jā́gr̥virdevávītau || 2||



2. Te revêtant de bénéfiques vêtements de cérémonie, en grand poète qui dit les mots-ésotériques,
    fonce vers les deux récipients t’(y) clarifiant, toi qui regardes au loin, toi vigilant, pour l’invite aux dieux !



sámu priyó mr̥jyate sā́no ávye yaśástaro yaśásāṃ kṣaíto asmé |
abʰí svara dʰánvā pūyámāno yūyáṃ pāta svastíbʰiḥ sádā naḥ || 3||



3. Le (soma) aimé est nettoyé pleinement sur le dos (du tamis en poils de) brebis, lui plus riche-en-honneurs que (ceux mômes) qui sont riches-en-honneurs, (ce dieu) indigène pour nous.
    Retentis, cours quand tu te clarifies ! — Vous (autres), protégez nous toujours de (vos) bénédictions !



prá gāyatābʰyàrcāma devā́nsómaṃ hinota mahaté dʰánāya |
svādúḥ pavāte áti vā́ramávyamā́ sīdāti kaláśaṃ devayúrnaḥ || 4||



4. Entonnez le chant, nous allons célébrer les dieux ; mettez en branle le soma pour le grand enjeu !
    Doux-au-goût, qu’il se clarifie par delà (le tamis en) poil(s) de brebis, qu’il s’assoie dans notre vase, lui qui aime les dieux !



índurdevā́nāmúpa sakʰyámāyánsahásradʰāraḥ pavate mádāya |
nŕ̥bʰi stávāno ánu dʰā́ma pū́rvamáganníndraṃ mahaté saúbʰagāya || 5||



5. Le suc-de-soma, en s’approchant de l’amitié des dieux, se clarifie en mille jets pour l’ivresse.
    Loué par les seigneurs selon l’institution première, il est allé vers Indra pour la grande félicité.



stotré rāyé hárirarṣā punāná índraṃ mádo gacʰatu te bʰárāya |
devaíryāhi sarátʰaṃ rā́dʰo ácʰā yūyáṃ pāta svastíbʰiḥ sádā naḥ || 6||



6. Coule, (ô soma) alezan, pour le laudateur, pour la richesse, te clarifiant ! Que ton breuvage-enivrant aille vers Indra pour le butin !
    Va sur le même char que les dieux, vers le bienfait ! — Vous (autres), protégez nous toujours de (vos) bénédictions !



prá kā́vyamuśáneva bruvāṇó devó devā́nāṃ jánimā vivakti |
máhivrataḥ śúcibandʰuḥ pāvakáḥ padā́ varāhó abʰyèti rébʰan || 7||



7. Proclamant l’art-poétique comme Uśanas, (Soma) dieu révèle les naissances des dieux.
    Lui aux grandes ordonnances, à la parenté pure, purifiant (lui-même) il va (comme un) sanglier vers les séjours (qui sont les siens), en psalmodiant.



prá haṃsā́sastr̥pálaṃ manyúmácʰāmā́dástaṃ vŕ̥ṣagaṇā ayāsuḥ |
āṅgūṣyàṃ pavamānaṃ sákʰāyo durmárṣaṃ sākáṃ prá vadanti vāṇám || 8||



8. Les (officiants formant) un groupe mâle se sont avancés, tels des flamants, vers Tṛpala Manyu, (partant) de chez eux
    vers Pavamâna, (le dieu) digne-du-panégyrique, eux (ses) amis. Ensemble ils proclament un chant inoubliable.



sá raṃhata urugāyásya jūtíṃ vŕ̥tʰā krī́ḷantaṃ mimate ná gā́vaḥ |
parīṇasáṃ kr̥ṇute tigmáśr̥ṅgo dívā hárirdádr̥śe náktamr̥jráḥ || 9||



9. Le (soma) court la vitesse du (dieu Viṣṇu) à la vaste démarche ; les (laits de) vaches ne sont pas à sa mesure, à lui qui joue librement.
    (Le soma) aux cornes acérées prend (toute) son extension ; le jour il apparaît couleur-d’alezan, la nuit, blanc-d’argent.



índurvājī́ pavate gónyogʰā índre sómaḥ sáha ínvanmádāya |
hánti rákṣo bā́dʰate páryárātīrvárivaḥ kr̥ṇvánvr̥jánasya rā́jā || 10||



10. Le suc-de-soma, gagnant-du-prix, se clarifie, respectant les vaches, (ce) soma qui incite la force-triomphante en Indra, pour (son) ivresse.
    Il frappe la démonialité, refoule à l’entour les inimitiés, créant le large-espace, roi de la secte (des fidèles proches).



ádʰa dʰā́rayā mádʰvā pr̥cānástiró róma pavate ádridugdʰaḥ |
índuríndrasya sakʰyáṃ juṣāṇó devó devásya matsaró mádāya || 11||



11. Alors, d’un jet se mélangeant au miel, il se clarifie à travers (le tamis en) poil(s de brebis), trait par les pierres-presseuses,
    lui le suc-de-soma qui se plait à l’amitié d’Indra, lui dieu enivrant pour le breuvage-enivrant du dieu (Indra).



abʰí priyā́ṇi pavate punānó devó devā́nsvéna rásena pr̥ñcán |
índurdʰármāṇyr̥tutʰā́ vásāno dáśa kṣípo avyata sā́no ávye || 12||



12. Le dieu qui se clarifie atteint-en-se-elarifiant les (biens) aimés, en arrosant les dieux de sa sève propre.
    Le suc-de-soma, revêtant ses propriétés selon les moments-rituels, s’est enveloppé des dix doigts (de l’opérateur) sur le dos (du tamis en poils) de brebis.



vŕ̥ṣā śóṇo abʰikánikradadgā́ nadáyanneti pr̥tʰivī́mutá dyā́m |
índrasyeva vagnúrā́ śr̥ṇva ājaú pracetáyannarṣati vā́camémā́m || 13||



13. Le rouge taureau (sômique), mugissant-avec-force vers les vaches, va faisant résonner la terre et le ciel.
    On entend sa voix comme (celle d’Indra) ; il court, prenant-pour-signal cette voix (même).



rasā́yyaḥ páyasā pínvamāna īráyanneṣi mádʰumantamaṃśúm |
pávamānaḥ saṃtanímeṣi kr̥ṇvánníndrāya soma pariṣicyámānaḥ || 14||



14. Propre-à-être savouré, gonflé de lait, tu vas propulsant la tige riche en miel ;
    Pavamâna, tu vas faisant un concert, tandis que, ô soma, tu te déverses pour Indra tout autour.



evā́ pavasva madiró mádāyodagrābʰásya namáyanvadʰasnaíḥ |
pári várṇaṃ bʰáramāṇo rúśantaṃ gavyúrno arṣa pári soma siktáḥ || 15||



15. Ainsi donc clarifie toi, qui es enivrant, pour le breuvage-enivrant (d’Indra), en déviant par des coups mortels (les coups) de (l’ennemi) qui s’empare de l’eau !
    Portant tout autour une couleur brillante, chercheur de vaches, ô soma, coule pour nous, quand tu t’es déversé tout autour !



juṣṭvī́ na indo supátʰā sugā́nyuraú pavasva várivāṃsi kr̥ṇván |
gʰanéva víṣvagduritā́ni vigʰnánnádʰi ṣṇúnā dʰanva sā́no ávye || 16||



16. Te plaisant avec nous, ô suc-de-soma, (fais nous) de bons chemins heureux à parcourir, clarifie toi dans le large, créant de larges-domaines !
    Dis(persant) en tous sens (et) frappant comme avec le marteau les malfaisances, coule en direction du dos (du ciel), sur le dos (du tamis en poils) de brebis !



vr̥ṣṭíṃ no arṣa divyā́ṃ jigatnúmíḷāvatīṃ śaṃgáyīṃ jīrádānum |
stúkeva vītā́ dʰanvā vicinvánbándʰūm̐rimā́m̐ ávarām̐ indo vāyū́n || 17||



17. Coule (pour) nous (donner) la pluie céleste, celle qui se hâte, qui réconforte, bénefique à la maison, vivace en don !
    Comme (on sépare des flocons courbes) les flocons droits (de la laine, ainsi) cours, séparant (d’avec les étrangers) ces parents que voici, proches (de nous), ô suc-de-soma, (comme on discrimine) les vents (favorables) !



grantʰíṃ ná ví ṣya gratʰitáṃ punāná r̥júṃ ca gātúṃ vr̥jináṃ ca soma |
átyo ná krado hárirā́ sr̥jānó máryo deva dʰanva pastyā̀vān || 18||



18. Te clarifiant, défais ce qui a été noué comme (on défait) un nœud, (discrimine pour nous) la voie droite et la courbe, ô soma !
    Hennis comme un coursier, toi l’alezan, quand on te répand ; cours (en) jeune-homme, ô dieu qui as une résidence !



júṣṭo mádāya devátāta indo pári ṣṇúnā dʰanva sā́no ávye |
sahásradʰāraḥ surabʰírádabdʰaḥ pári srava vā́jasātau nr̥ṣáhye || 19||



19. Toi qui te plais au monde-divin pour l’ivresse, ô suc-de-soma, coule tout autour vers le dos (du ciel), sur le dos (du tamis en poils) de brebis !
    (Avec tes) mille jets, parfumé, intrompable, coule tout autour pour gagner le prix quand les guerriers l’emportent !



araśmā́no yè'ratʰā́ áyuktā átyāso ná sasr̥jānā́sa ājaú |
eté śukrā́so dʰanvanti sómā dévāsastā́m̐ úpa yātā píbadʰyai || 20||



20. Eux qui sont sans rênes, sans char, non attelés, tels des coursiers lâchés dans l’arène,
    les clairs soma que voici coulent : ô dieux, approchez pour les boire !



evā́ na indo abʰí devávītiṃ pári srava nábʰo árṇaścamū́ṣu |
sómo asmábʰyaṃ kā́myaṃ br̥hántaṃ rayíṃ dadātu vīrávantamugrám || 21||



21. Ainsi, ô suc-de-soma, (en prévision) de l’invite aux dieux, entoure-en-coulant la nuée, le flot dans les récipients !
    Que le soma nous donne la puissante richesse désirable, faite d’hommes-d’élite, formidable !



tákṣadyádī mánaso vénato vā́gjyéṣṭʰasya vā dʰármaṇi kṣóránīke |
ā́dīmāyanváramā́ vāvaśānā́ júṣṭaṃ pátiṃ kaláśe gā́va índum || 22||



22. Quand la parole (née) de l’esprit du Voyant eut façonné (le soma), ou (quand il s’agissait d’) établir (le sacrifice) en présence du plus puissant bétail,
    alors les (laits de) vaches sont venus librement, hurlant vers l’époux aimé, vers le suc-de-soma dans le vase.



prá dānudó divyó dānupinvá r̥támr̥tā́ya pavate sumedʰā́ḥ |
dʰarmā́ bʰuvadvr̥janyàsya rā́jā prá raśmíbʰirdaśábʰirbʰāri bʰū́ma || 23||



23. Donneur de dons, gonflant ses dons, (le soma) céleste pro(cède) ; Ordre, il se clarifie en vue de l’Ordre, lui sage.
    Il a (toujours) été mainteneur de ce qui appartient-à-la-secte, (ce) roi ; avec les dix rênes (= les doigts de l’opérateur) il a été porté en avant (à travers) la terre.



pavítrebʰiḥ pávamāno nr̥cákṣā rā́jā devā́nāmutá mártyānām |
dvitā́ bʰuvadrayipátī rayīṇā́mr̥táṃ bʰaratsúbʰr̥taṃ cā́rvínduḥ || 24||



24. Se clarifiant à l’aide des filtres, (le soma) au regard de maître, roi des dieux et des mortels,
    se présente dès l’origine (comme) maître de richesses, (lui qui est en effet le maître) des richesses. Le suc-de-soma porte l’Ordre gracieux (de manière à le) bien porter.



árvām̐ iva śrávase sātímácʰéndrasya vāyórabʰí vītímarṣa |
sá naḥ sahásrā br̥hatī́ríṣo dā bʰávā soma draviṇovítpunānáḥ || 25||



25. Comme un coursier (qui va) pour le renom, vers le gain, coule à l’invitation d’Indra, de Vâyu !
    Tel (étant,) donne nous mille puissantes jouissances-rituelles ; sois, ô soma, procureur de richesses en te clarifiant !



devāvyò naḥ pariṣicyámānāḥ kṣáyaṃ suvī́raṃ dʰanvantu sómāḥ |
āyajyávaḥ sumatíṃ viśvávārā hótāro ná diviyájo mandrátamāḥ || 26||



26. Que les soma, invitant les dieux, se déversant tout autour, nous donnent-en-courant (vers le sacrifice) une demeure riche en hommes-d’élite,
    (ces soma) qui procurent par le sacrifice une pensée favorable, qui possèdent tous trésors, (qui sont) comme des hotar sacrifiant au ciel, très réjouissants !



evā́ deva devátāte pavasva mahé soma psárase devapā́naḥ |
maháściddʰí ṣmási hitā́ḥ samaryé kr̥dʰí suṣṭʰāné ródasī punānáḥ || 27||



27. Ainsi, ô dieu, clarifie toi pour le monde-divin, ô soma, pour le grand festin, toi qui es bu par les dieux !
    Avec ambition nous nous sommes en vérité placés dans la compétition : fais (en sorte), te clarifiant, que les deux mondes aient de bonnes assises !



áśvo nó krado vŕ̥ṣabʰiryujānáḥ siṃhó ná bʰīmó mánaso jávīyān |
arvācī́naiḥ patʰíbʰiryé rájiṣṭʰā ā́ pavasva saumanasáṃ na indo || 28||



28. Tu hennis comme un cheval attelé par les (prêtres) taureaux, terrible comme un lion, plus rapide que la pensée.
    Par les chemins (qui vont) vers ces parages, (par les chemins) les plus droits, (apporte) nous te clarifiant une bonne disposition, ô suc-de-soma !



śatáṃ dʰā́rā devájātā asr̥gransahásramenāḥ kaváyo mr̥janti |
índo sanítraṃ divá ā́ pavasva puraetā́si maható dʰánasya || 29||



29. Cent coulées (de soma), nées des dieux, ont été répandues, mille (même, que) voici, les poètes les nettoient.
    O suc-de-soma, donne-en-te-clarifiant le bénéfice (venu) du ciel ! Tu es l’avant-coureur du grand enjeu.



divó ná sárgā asasr̥gramáhnāṃ rā́jā ná mitráṃ prá mināti dʰī́raḥ |
pitúrná putráḥ krátubʰiryatāná ā́ pavasva viśé asyā́ ájītim || 30||



30. Les versements (de soma) se sont déversés comme (la pluie) du ciel, (le flot) des jours ; le sage (soma) n’enfreint pas le pacte, non plus qu’ un roi.
    Comme un fils qui s’aligne sur les forces-inspirantes du père, donne-en-te-clarifiant la non violence à ce clan (nôtre) !



prá te dʰā́rā mádʰumatīrasr̥granvā́rānyátpūtó atyéṣyávyān |
pávamāna pávase dʰā́ma gónāṃ jajñānáḥ sū́ryamapinvo arkaíḥ || 31||



31. Tes jets riches en miel se sont déversés en avant pendant que, clarifié, tu vas par delà (le tamis en) poils de brebis.
    O Pavamâna, tu te clarifies (comme séjour) institution(nel) des vaches. Sitôt! né, tu as gonflé le soleil de rayons.



kánikradadánu pántʰāmr̥tásya śukró ví bʰāsyamŕ̥tasya dʰā́ma |
sá índrāya pavase matsarávānhinvānó vā́caṃ matíbʰiḥ kavīnā́m || 32||



32. Mugissant-avec-force le long du chemin de l’Ordre, tu brilles, clair (soma), institution du (principe) immortel.
    Tel (étant), tu te clarifies pour Indra, plein d’ivresse, mettant en branle (ta) parole grâce aux inspirations des poètes.



divyáḥ suparṇó'va cakṣi soma pínvandʰā́rāḥ kármaṇā devávītau |
éndo viśa kaláśaṃ somadʰā́naṃ krándannihi sū́ryasyópa raśmím || 33||



33. Aigle céleste, regarde en bas, ô soma, gonflant tes jets grâce à l’acte-rituel, pour l’invite aux dieux !
    O suc-de-soma, entre dans le vase, réceptacle du soma, va en mugissant jusqu’au rayon du soleil !



tisró vā́ca īrayati prá váhnirr̥tásya dʰītíṃ bráhmaṇo manīṣā́m |
gā́vo yanti gópatiṃ pr̥cʰámānāḥ sómaṃ yanti matáyo vāvaśānā́ḥ || 34||



34. Le (soma), conducteur (du rite), suscite les trois paroles, la vision de l’Ordre, la mise-en-sens de la Formule.
    Les vaches vont s’enquérant du (soma) maître des vaches, les poésies vont au soma, hurlantes.



sómaṃ gā́vo dʰenávo vāvaśānā́ḥ sómaṃ víprā matíbʰiḥ pr̥cʰámānāḥ |
sómaḥ sutáḥ pūyate ajyámānaḥ sóme arkā́striṣṭúbʰaḥ sáṃ navante || 35||



35. Au soma vont les vaches, les laitières, hurlantes ; au soma les (officiants) inspirés avec (leurs) poèmes, s’enquérant (de lui).
    Le soma pressé est clarifié, tandis qu’on l’oint ; dans le soma résonnent ensemble les chants (et les mètres) à triple rythme.



evā́ naḥ soma pariṣicyámāna ā́ pavasva pūyámānaḥ svastí |
índramā́ viśa br̥hatā́ ráveṇa vardʰáyā vā́caṃ janáyā púraṃdʰim || 36||



36. Ainsi donc, ô soma qui te déverses tout autour, en te clarifiant clarifie nous la bénédiction !
    Pénètre en Indra avec un puissant grondement, invigore la parole, engendre la Plénitude (de biens) !



ā́ jā́gr̥virvípra r̥tā́ matīnā́ṃ sómaḥ punānó asadaccamū́ṣu |
sápanti yáṃ mitʰunā́so níkāmā adʰvaryávo ratʰirā́saḥ suhástāḥ || 37||



37. Vigilant, inspiré, le soma se clarifiant a (suivi) les voies-ordonnées des pensées-poétiques ; il s’est installé dans les récipients,
    lui qu’honorent les couples dévoués, (les hotar et) les adhvaryu, (les uns et les autres) conducteurs-de-char aux mains habiles.



sá punāná úpa sū́re ná dʰā́tóbʰé aprā ródasī ví ṣá āvaḥ |
priyā́ cidyásya priyasā́sa ūtī́ sá tū́ dʰánaṃ kāríṇe ná prá yaṃsat || 38||



38. Le (soma) se clarifiant a empli les deux mondes, (les plaçant) pour ainsi dire sous le soleil ; il (les) a découverts,
    lui à la faveur duquel (les hommes) gagnent des (biens) aimés, oui, aimés. Qu’il nous concède donc (le bénéfice de) l’enjeu comme (on fait) à celui qui a réussi (au jeu) !



sá vardʰitā́ várdʰanaḥ pūyámānaḥ sómo mīḍʰvā́m̐ abʰí no jyótiṣāvīt |
yénā naḥ pū́rve pitáraḥ padajñā́ḥ svarvído abʰí gā́ ádrimuṣṇán || 39||



39. Le soma généreux, invigorateur qui invigore, en se clarifiant nous a assistés de sa lumière,
    lui grâce à qui nos premièrs pères, qui connaissaient le séjour, qui procuraient la lumière-solaire,  consumèrent la montagne pour (en faire sortir) les vaches (prisonnières).



ákrānsamudráḥ pratʰamé vídʰarmañjanáyanprajā́ bʰúvanasya rā́jā |
vŕ̥ṣā pavítre ádʰi sā́no ávye br̥hátsómo vāvr̥dʰe suvāná índuḥ || 40||



40. L’océan (sômique) a mugi (dès) la première expansion, engendrant les créatures, (ce) roi de l’univers.
    Taureau dans le filtre, sur le dos (du tamis en poils) de brebis, le soma a cru puissamment, le suc (une fois) pressé.



maháttátsómo mahiṣáścakārāpā́ṃ yádgárbʰó'vr̥ṇīta devā́n |
ádadʰādíndre pávamāna ójó'janayatsū́rye jyótirínduḥ || 41||



41. Ce grand (exploit), le soma buffle l’a fait, (à savoir) que, (encore) embryon des eaux, il a élu les dieux :
    lui Pavamâna, il a mis en Indra la force-formidable, lui suc-de-soma, il a engendré la lumière pour le soleil.



mátsi vāyúmiṣṭáye rā́dʰase ca mátsi mitrā́váruṇā pūyámānaḥ |
mátsi śárdʰo mā́rutaṃ mátsi devā́nmátsi dyā́vāpr̥tʰivī́ deva soma || 42||



42. Enivre Vâyu afin qu’il se hâte, enivre aussi Varuṇa-Mitra afin qu’ils donnent, (ô soma) qui te clarifies,
    enivre la troupe mârutienne, enivre (Tous) les dieux, cuivre le Ciel et la Terre, ô dieu, ô soma !



r̥júḥ pavasva vr̥jinásya hantā́pā́mīvāṃ bā́dʰamāno mŕ̥dʰaśca |
abʰiśrīṇánpáyaḥ páyasābʰí gónāmíndrasya tváṃ táva vayáṃ sákʰāyaḥ || 43||



43. Clarifie toi (qui es) droit, (toi qui es) tueur du fourbe, qui chasses maladie et manquements,
    mélangeant (ton) lait avec le lait des vaches ! Toi, tu es (l’ami) d’Indra, nous (autres) sommes tes amis.



mádʰvaḥ sū́daṃ pavasva vásva útsaṃ vīráṃ ca na ā́ pavasvā bʰágaṃ ca |
svádasvéndrāya pávamāna indo rayíṃ ca na ā́ pavasvā samudrā́t || 44||



44. Clarifie loi (nous donnant) l’assaisonnement de miel, la source du bien ; donne nous en te clarifiant l’homme-d’élite et la chance-heureuse !
    Sois doux-au-goût pour Indra, ô suc-de-soma Pavamâna, et donne nous te clarifiant la richesse (venue) de l’océan (céleste) !



sómaḥ sutó dʰā́rayā́tyo ná hítvā síndʰurná nimnámabʰí vājyàkṣāḥ |
ā́ yóniṃ ványamasadatpunānáḥ sámíndurgóbʰirasaratsámadbʰíḥ || 45||



45. Le soma pressé a coulé d’un jet, tel un coursier lancé, tel un fleuve (qui suit) la pente, (le soma) gagnant-du-prix.
    Il s’est assis dans son séjour-natal fait de bois, (une fois) clarifié ; le suc-de-soma a couru de conserve avec (le lait des) vaches, avec les eaux.



eṣá syá te pavata indra sómaścamū́ṣu dʰī́ra uśaté távasvān |
svàrcakṣā ratʰiráḥ satyáśuṣmaḥ kā́mo ná yó devayatā́másarji || 46||



46. Voici le-célèbre soma qui se clarifie pour toi, ô Indra, dans les récipients, (le soma) habile, doué de force pour (l’homme) qui le désire,
    (le soma) qui a pour œil le soleil, conducteur-de-char dont la fougue réalise (ses effets), qui a été répandu comme le vœu (même) des êtres-pieux.



eṣá pratnéna váyasā punānástiró várpāṃsi duhitúrdádʰānaḥ |
vásānaḥ śárma trivárūtʰamapsú hóteva yāti sámaneṣu rébʰan || 47||



47. Voici (le soma) qui se clarifie avec sa force-vitale antique, cachant ses formes (au regard) de la Fille (du soleil),
    revêtant une cuirasse (qui assure) triple protection dans les eaux, il marche comme un hotar dans les cérémonies, en psalmodiant.



nū́ nastváṃ ratʰiró deva soma pári srava camvòḥ pūyámānaḥ |
apsú svā́diṣṭʰo mádʰumām̐ r̥tā́vā devó ná yáḥ savitā́ satyámanmā || 48||



48. Eh bien, coule tout autour, toi qui es notre conducteur-de-char, ô dieu, ô soma, te clarifiant dans les deux récipients,
    le plus doux-au-goût dans les eaux, riche en miel, conforme à l’Ordre, tel le dieu Savitṛ dont la formule se réalise.



abʰí vāyúṃ vītyàrṣā gr̥ṇānò'bʰí mitrā́váruṇā pūyámānaḥ |
abʰī́ náraṃ dʰījávanaṃ ratʰeṣṭʰā́mabʰī́ndraṃ vŕ̥ṣaṇaṃ vájrabāhum || 49||



49. Goule vers Vâyu pour (répondre à) l’invite, (ayant été) chanté ; vers Varuṇa (et) Mitra, étant clarifié ;
    vers (Pūṣaṇ,) le seigneur qui anime les pensées-poétiques (et) se tient sur le char ; vers Indra, le taureau (qui porte) au bras le foudre !



abʰí vástrā suvasanā́nyarṣābʰí dʰenū́ḥ sudúgʰāḥ pūyámānaḥ |
abʰí candrā́ bʰártave no híraṇyābʰyáśvānratʰíno deva soma || 50||



50. Pour (gagner) des vêtements bien vêtants, coule, pour (gagner) des vaches-laitières aisées à traire, (une fois) clarifié,
    pour des (parures) brillantes à porter, des ors, des chevaux avec un char, ô dieu, ô soma !



abʰī́ no arṣa divyā́ vásūnyabʰí víśvā pā́rtʰivā pūyámānaḥ |
abʰí yéna dráviṇamaśnávāmābʰyā̀rṣeyáṃ jamadagnivánnaḥ || 51||



51. Coule pour nous (donner) des biens célestes, pour (donner) tous (biens) terrestres, (une fois) clarifié,
    afin que nous obtenions la richesse, afin l’état de Prophète, comme (l’obtint) Jamadagni !



ayā́ pavā́ pavasvainā́ vásūni mām̐ścatvá indo sárasi prá dʰanva |
bradʰnáścidátra vā́to ná jūtáḥ purumédʰaścittákave náraṃ dāt || 52||



52. Grâce à cette clarification clarifie toi (en donnant) les biens que voici ; coule en avant, ô suc-de-soma, dans le lac Māṃścatva !
    Un (cheval) couleur-de-soleil (se trouvera) là, rapide comme le vent : veuille le très sage (soma) donner au coursier un maître !



utá na enā́ pavayā́ pavasvā́dʰi śruté śravā́yyasya tīrtʰé |
ṣaṣṭíṃ sahásrā naigutó vásūni vr̥kṣáṃ ná pakváṃ dʰūnavadráṇāya || 53||



53. En outre : grâce à (cette) clarification, clarifie toi (en donnant) ces (biens)-ci dans l’illustre gué-sacré de Sravâyya :
    que le Naiguta secoue pour nous comme un arbre mûr (le don de) soixante mille richesses, pour (notre) joie !



máhīmé asya vŕ̥ṣanā́ma śūṣé mā́m̐ścatve vā pŕ̥śane vā vádʰatre |
ásvāpayannigútaḥ sneháyaccā́pāmítrām̐ ápācíto acetáḥ || 54||



54. Voici les deux (exploits qui ont valu) à ce (patron) le grand nom de Taureau, les deux armes de mort stridentes (employées) soit dans le (lac) Māṃścatva, soit dans le (gué-sacré) Pṛśana :
    il a endormi les Nigut et (les) a (comme) enneigés... Écarte les adversaires, é(carte) les insensés d’ici !



sáṃ trī́ pavítrā vítatānyeṣyánvékaṃ dʰāvasi pūyámānaḥ |
ási bʰágo ási dātrásya dātā́si magʰávā magʰávadbʰya indo || 55||



55. Tu parcours les trois filtres (déjà) tendus ; tu coules le long de (chac)un (d’eux, une fois) clarifié.
    Tu es la Chance, tu es le donneur du don, le (dieu) libéral pour les (hommes) libéraux, ô suc-de-soma.



eṣá viśvavítpavate manīṣī́ sómo víśvasya bʰúvanasya rā́jā |
drapsā́m̐ īráyanvidátʰeṣvíndurví vā́ramávyaṃ samáyā́ti yāti || 56||



56. Voici le soma tout sachant (qui) se clarifie, lui qui détient-le-sens, le roi de l’univers entier.
    Mettant en branle les gouttes pour les cérémonies, le suc-de-soma franchit par le milieu (le tamis en) poil(s) de brebis.



índuṃ rihanti mahiṣā́ ádabdʰāḥ padé rebʰanti kaváyo ná gŕ̥dʰrāḥ |
hinvánti dʰī́rā daśábʰiḥ kṣípābʰiḥ sámañjate rūpámapā́ṃ rásena || 57||



57. Les (sacrifîcateurs-)bufTles lèchent le suc-de-soma, eux les intrompables ; sur sa trace ils psalmodient, comme des poètes avides (de gain).
    Les experts (le) mettent en marche avec les dix doigts ; ils oignent sa forme avec la sève des eaux.



tváyā vayáṃ pávamānena soma bʰáre kr̥táṃ ví cinuyāma śáśvat |
tánno mitró váruṇo māmahantāmáditiḥ síndʰuḥ pr̥tʰivī́ utá dyaúḥ || 58||



58. Avec toi, ô soma Pavamâna, puissions nous discriminer dans la mise le (coup de dés) parfait, toujours-renouvelé !
    Cela, que Mitra, Varuṇa, nous en fassent largesse, (ainsi qu’) Aditi, le Fleuve, la Terre et le Ciel !






Sūkta 9.98 

abʰí no vājasā́tamaṃ rayímarṣa puruspŕ̥ham |
índo sahásrabʰarṇasaṃ tuvidyumnáṃ vibʰvāsáham || 1||



1. Coule pour nous (procurer) la richesse qui gagne au mieux le prix-de-victoire, la très souhaitée,
    ô suc-de-soma, celle qui rapporte mille, la puissance en éclat, qui l’emporte sur (celle que façonne même) Vibhvan !



pári ṣyá suvānó avyáyaṃ rátʰe ná vármāvyata |
índurabʰí drúṇā hitó hiyānó dʰā́rābʰirakṣāḥ || 2||



2. (Une fois) pressé, le-célèbre (soma) s’est tout enveloppé (du tamis en poils) de brebis, comme (le combattant) sur char (s’enveloppe) de la cuirasse.
    Le suc-de-soma, équipé avec (la cuve de) bois, (une fois) lancé, a coulé en jets.



pári ṣyá suvānó akṣā índurávye mádacyutaḥ |
dʰā́rā yá ūrdʰvó adʰvaré bʰrājā́ naíti gavyayúḥ || 3||



3. Le-célèbre suc-de-soma, (une fois) pressé, a coulé tout autour sur (le tamis en poils) de brebis, étant mû par le breuvage-enivrant,
    lui qui, (se dressant) haut, va avec son jet comme (Agni) avec sa flamme, vers le sacrifice, lui qui cherche des vaches.



sá hí tváṃ deva śáśvate vásu mártāya dāśúṣe |
índo sahasríṇaṃ rayíṃ śatā́tmānaṃ vivāsasi || 4||



4. C’est toi en effet, ô dieu, qui pour tout-successif mortel t’adorant, ô suc-de-soma,
    vises à gagner (des) bien(s), une richesse faite de mille (objets), consistant en cent êtres-animés.



vayáṃ te asyá vr̥trahanváso vásvaḥ puruspŕ̥haḥ |
ní nédiṣṭʰatamā iṣáḥ syā́ma sumnásyādʰrigo || 5||



5. Nous (autres), ô Vṛtrahaṇ, ô (dieu) bon, puissions nous avoir part à ce bien de toi tant souhaité,
    à (ces) avantages-rituels, (comme étant) les plus proches (à en bénéficier), à (cette) faveur, ô (dieu) riche !



dvíryáṃ páñca sváyaśasaṃ svásāro ádrisaṃhatam |
priyámíndrasya kā́myaṃ prasnāpáyantyūrmíṇam || 6||



6. (Le soma tirant) de lui-même sa marque-d’honneur, frappé par les pierres-presseuses, lui que les deux fois cinq sœurs (= les doigts de l’opérateur)
    font baigner, lui le cher (ami) d’Indra, le délectable (soma) doué de vagues, ...



pári tyáṃ haryatáṃ háriṃ babʰrúṃ punanti vā́reṇa |
yó devā́nvíśvām̐ ítpári mádena sahá gácʰati || 7||



7. Le-célèbre (soma) désirable, l’alezan, le brun, (les officiants le) clarifient tout autour avec (le tamis en) poil(s de brebis),
    lui qui fait le tour de Tous les dieux avec le breuvage-enivrant.



asyá vo hyávasā pā́nto dakṣasā́dʰanam |
yáḥ sūríṣu śrávo br̥háddadʰé svàrṇá haryatáḥ || 8||



8. Pour vous en effet qui buvez (ce soma) réalisateur de la force-agissante, c’est avec l’assistance de ce (dieu Soma)
    qui a créé chez (nos) patrons un puissant renom, qui est désirable comme la lumière-solaire...



sá vāṃ yajñéṣu mānavī índurjaniṣṭa rodasī |
devó devī giriṣṭʰā́ ásredʰantáṃ tuviṣváṇi || 9||



9. Ce suc-de-soma est né lors des sacrifices pour vous deux, ô masses (du Ciel et de la Terre) faites pour l’homme,
    ô déesses, dieu (lui-même), siégeant sur la montagne. Sans-commettre-d’erreur, (le prêtre) le (loue) sous une rumeur puissante.



índrāya soma pā́tave vr̥tragʰné pári ṣicyase |
náre ca dákṣiṇāvate devā́ya sadanāsáde || 10||



10. Pour Indra, ô soma, pour qu’il boive, pour Vṛtrahaṇ, tu te répands tout autour,
    et pour l’homme-d’élite qui donne les honoraires, (et) pour le dieu qui siège sur le siège (sacrificiel).



té pratnā́so vyùṣṭiṣu sómāḥ pavítre akṣaran |
apaprótʰantaḥ sanutárhuraścítaḥ prātástā́m̐ ápracetasaḥ || 11||



11. Ce sont les antiques soma (qui) coulèrent sur le filtre durant les éclairements (des aurores passées).
    Au loin ils chassèrent (comme) en s’ébrouant les faiseurs-d’embûches, (dès) le matin ces (ennemis) insensés.



táṃ sakʰāyaḥ purorúcaṃ yūyáṃ vayáṃ ca sūráyaḥ |
aśyā́ma vā́jagandʰyaṃ sanéma vā́japastyam || 12||



12. O amis, puissions nous atteindre ce (soma) qui luit devant (nous), vous les patrons et nous-mêmes !
    (Le soma) qui a une charge de prix, une maison (pleine) de prix, puissions nous le gagner !






Sūkta 9.99 

ā́ haryatā́ya dʰr̥ṣṇáve dʰánustanvanti paúṃsyam |
śukrā́ṃ vayantyásurāya nirṇíjaṃ vipā́mágre mahīyúvaḥ || 1||



1. Au (soma) désirable, audacieux, (les officiants) tendent l’arc, (signe d’) exploit-viril.
    (Leurs doigts) pleins d’orgueil tissent pour l’Asura une brillante robe-d’apparat (dès) le début des paroles-inspirées.



ádʰa kṣapā́ páriṣkr̥to vā́jām̐ abʰí prá gāhate |
yádī vivásvato dʰíyo háriṃ hinvánti yā́tave || 2||



2. Alors (le soma) s’étant préparé dans la nuit plonge en avant  vers les prix-de-victoire,
    quand les pensées-poétiques de Vivasvant incitent l’alezan (sômique) à marcher.



támasya marjayāmasi mádo yá indrapā́tamaḥ |
yáṃ gā́va āsábʰirdadʰúḥ purā́ nūnáṃ ca sūráyaḥ || 3||



3. Ce breuvage-enivrant de notre (soma), nous le nettoyons, (ce breuvage) bu plus (que tout autre) par Indra,
    lui que tétèrent jadis les vaches avec leurs bouches et (que disposent) maintenant les patrons (du sacrifice).



táṃ gā́tʰayā purāṇyā́ punānámabʰyànūṣata |
utó kr̥panta dʰītáyo devā́nāṃ nā́ma bíbʰratīḥ || 4||



4. (Les patrons) l’ont acclamé à l’aide de la strophe antique, tandis qu’il se clarifie.
    Et les pensées-poétiques aspirent (à lui), elles qui portent le nom des dieux.



támukṣámāṇamavyáye vā́re punanti dʰarṇasím |
dūtáṃ ná pūrvácittaya ā́ śāsate manīṣíṇaḥ || 5||



5. (Les officiants) clarifient ce (soma) arrosé (d’eau) dans (le filtre) en poil(s) de brebis, (le soma) ferme-sur-ses-bases.
    Eux qui détiennent-le-sens, ils le souhaitent à titre de messager, afin de (bénéficier) en premiers de la pensée (divine).



sá punānó madíntamaḥ sómaścamū́ṣu sīdati |
paśaú ná réta ādádʰatpátirvacasyate dʰiyáḥ || 6||



6. Se clarifiant, lui le soma très enivrant s’assied dans les récipients.
    Mettant sa semence (dans l’homme) comme (l’animal la met) dans l’animal, maître de la pensée-poétique, il fait-entendre-sa-voix.



sá mr̥jyate sukármabʰirdevó devébʰyaḥ sutáḥ |
vidé yádāsu saṃdadírmahī́rapó ví gāhate || 7||



7. Ce (soma) est nettoyé par les (opérateurs) bien œuvrants, (ce) dieu pressé pour les dieux.
    Quand il se reconnaît dans les (eaux que) voici, s’unissant (à elles), il plonge dans les vastes eaux.



sutá indo pavítra ā́ nŕ̥bʰiryató ví nīyase |
índrāya matsaríntamaścamū́ṣvā́ ní ṣīdasi || 8||



8. Pressé, ô suc-de-soma, tenu-en-mains par les seigneurs, tu es conduit à travers le filtre.
    Toi très enivrant, tu prends place pour Indra dans les récipients.






Sūkta 9.100 

abʰī́ navante adrúhaḥ priyámíndrasya kā́myam |
vatsáṃ ná pū́rva ā́yuni jātáṃ rihanti mātáraḥ || 1||



1. (Les mères = les prières) acclament (le soma) chéri d’Indra, délectable, elles qui ignorent le dol.
    Les mères (le) lèchent dans son premier âge, comme un veau (nouveau-)né.



punāná indavā́ bʰara sóma dvibárhasaṃ rayím |
tváṃ vásūni puṣyasi víśvāni dāśúṣo gr̥hé || 2||



2. Te clarifiant, ô suc, apporte, ô soma, la richesse à double renfort !
    Toi, tu fais fleurir tous les biens dans la maison de l’adorateur.



tváṃ dʰíyaṃ manoyújaṃ sr̥jā́ vr̥ṣṭíṃ ná tanyatúḥ |
tváṃ vásūni pā́rtʰivā divyā́ ca soma puṣyasi || 3||



3. Toi, lance la pensée-poétique attelée par l’esprit, comme le tonnerre (lance) la pluie!
    Toi, ô soma, tu fais fleurir tous les biens terrestres et célestes.



pári te jigyúṣo yatʰā dʰā́rā sutásya dʰāvati |
ráṃhamāṇā vyàvyáyaṃ vā́raṃ vājī́va sānasíḥ || 4||



4. (Soma) pressé, ton jet court tout autour comme (le cheval) du vainqueur,
    se hâtant à travers le (tamis en) poil(s) de brebis comme un coursier qui gagne (les prix).



krátve dákṣāya naḥ kave pávasva soma dʰā́rayā |
índrāya pā́tave sutó mitrā́ya váruṇāya ca || 5||



5. O poète, clarifie toi, ô soma, pour que nous (gagnions) la force-délibérante, la force-agissante, grâce à (ton) jet,
    (ayant été) pressé pour Indra, pour qu’il boive, pour Mitra et Varuṇa !



pávasva vājasā́tamaḥ pavítre dʰā́rayā sutáḥ |
índrāya soma víṣṇave devébʰyo mádʰumattamaḥ || 6||



6. Clarifie toi (comme un) qui gagne mieux (que tout autre) les prix-de-victoire, (ayant été) pressé dans le filtre avec (ton) jet,
    pour Indra, ô soma, pour Viṣṇu, pour (Tous) les dieux, toi le plus riche en miel !



tvā́ṃ rihanti mātáro háriṃ pavítre adrúhaḥ |
vatsáṃ jātáṃ ná dʰenávaḥ pávamāna vídʰarmaṇi || 7||



7. Toi alezan, te lèchent dans le filtre les mères (= les pensées) qui ignorent-le-dol,
    comme les vaches-laitières (lèchent) le veau (nouveau-)né, ô Pavamâna, en sorte que tu t’établisses-au-loin.



pávamāna máhi śrávaścitrébʰiryāsi raśmíbʰiḥ |
śárdʰantámāṃsi jigʰnase víśvāni dāśúṣo gr̥hé || 8||



8. O Pavamâna, tu marches vers le grand renom avec tes rayons éclatants.
    Ayant-une-attitude-de-défi, tu détruis toutes ténèbres dans la maison de l’adorateur.



tváṃ dyā́ṃ ca mahivrata pr̥tʰivī́ṃ cā́ti jabʰriṣe |
práti drāpímamuñcatʰāḥ pávamāna mahitvanā́ || 9||



9. Toi de qui l’allégeance est grande, tu t’es porté au dessus du ciel et de la terre.
    Tu as revêtu ton manteau, ô Pavamâna, avec majesté.






Sūkta 9.101 

purójitī vo ándʰasaḥ sutā́ya mādayitnáve |
ápa śvā́naṃ śnatʰiṣṭana sákʰāyo dīrgʰajihvyàm || 1||



1. Afin qu’il y ait victoire de votre jus avant (tout péril), pour le (soma) pressé, enivrant,
    ô amis, chassez-en-l’écrasant le chien à la longue langue !



yó dʰā́rayā pāvakáyā pariprasyándate sutáḥ |
índuráśvo ná kŕ̥tvyaḥ || 2||



2. (Le soma) qui, (une fois) pressé, coule tout autour et au loin, en un jet purifiant,
    le suc-de-soma est comme un cheval qui décide (de la victoire).



táṃ duróṣamabʰī́ náraḥ sómaṃ viśvā́cyā dʰiyā́ |
yajñáṃ hinvantyádribʰiḥ || 3||



3. Ce (soma) difficile à mouvoir, les seigneurs le mettent en branle avec leur pensée-poétique
    tournée de toutes parts, (ils  mettent en branle par là même) le sacrifice, avec les pierres-presseuses.



sutā́so mádʰumattamāḥ sómā índrāya mandínaḥ |
pavítravanto akṣarandevā́ngacʰantu vo mádāḥ || 4||



4. Pressés pour Indra, les soma très riches en miel, réjouissants,
    munis du filtre, ont coulé ! Qu’aillent aux dieux vos breuvages-enivrants !



índuríndrāya pavata íti devā́so abruvan |
vācáspátirmakʰasyate víśvasyéśāna ójasā || 5||



5. Le suc-de-soma se clarifie pour Indra, ainsi ont dit les dieux.
    Maître de la parole, il se sent-valeureux, lui qui commande tout par sa force-formidable.



sahásradʰāraḥ pavate samudró vācamīṅkʰayáḥ |
sómaḥ pátī rayīṇā́ṃ sákʰéndrasya divédive || 6||



6. (Avec ses) mille jets il se clarifie, océan qui balance les paroles,
    le soma, maître des richesses, ami d’Indra, jour après jour.



ayáṃ pūṣā́ rayírbʰágaḥ sómaḥ punānó arṣati |
pátirvíśvasya bʰū́mano vyàkʰyadródasī ubʰé || 7||



7. Le voici (qui) coule, (étant tout à la fois) Pūṣaṇ, Richesse, Chance, le soma (une fois) clarifié.
    Le maître de la nature entière a jeté son regard sur l’un et l’autre mondes.



sámu priyā́ anūṣata gā́vo mádāya gʰŕ̥ṣvayaḥ |
sómāsaḥ kr̥ṇvate patʰáḥ pávamānāsa índavaḥ || 8||



8. L’ont acclamé les vaches aimées, frémissant de breuvage-enivrant.
    Les soma se font leurs chemins, les Pavamâna, les sucs.



yá ójiṣṭʰastámā́ bʰara pávamāna śravā́yyam |
yáḥ páñca carṣaṇī́rabʰí rayíṃ yéna vánāmahai || 9||



9. (La richesse) qui soit la plus formidable, apporte la, ô Pavamâna, la (richesse) propre au renom,
    qui dé(passe) les cinq établissements (humains), la richesse par laquelle nous serons vainqueurs !



sómāḥ pavanta índavo'smábʰyaṃ gātuvíttamāḥ |
mitrā́ḥ suvānā́ arepásaḥ svādʰyàḥ svarvídaḥ || 10||



10. Les soma se clarifient, les sucs qui nous procurent au mieux l’issue-heurcuse,
    qui, (une fois) pressés, sont des amis sans souillure, aux bonnes intentions, procurant la lumière-solaire.



suṣvāṇā́so vyádribʰiścítānā górádʰi tvací |
íṣamasmábʰyamabʰítaḥ sámasvaranvasuvídaḥ || 11||



11. Ayant été pressés à l’aide des pierres, (les soma) qui se signalent-distinctement sur la peau de vache,
    nous ont en résonnant assemblé de toutes parts la jouissance-rituelle, eux qui procurent les biens.



eté pūtā́ vipaścítaḥ sómāso dádʰyāśiraḥ |
sū́ryāso ná darśatā́so jigatnávo dʰruvā́ gʰr̥té || 12||



12. Voici les soma clarifiés, qui savent les paroles-inspirées, qui se mélangent au lait-sûri,
    beaux à voir comme des soleils, marchant-à-grands-pas (pour être ensuite) résidant dans le beurre-fondu.



prá sunvānásyā́ndʰaso márto ná vr̥ta tádvácaḥ |
ápa śvā́namarādʰásaṃ hatā́ makʰáṃ ná bʰŕ̥gavaḥ || 13||



13. (Le chien, ayant forme) pareil(le) à un mortel, a voulu (s’approprier) cette parole de la plante (sômique) pressée :
    chassez (et) frappez le chien qui ne fait pas de dons, comme les Bhṛgu (chassèrent) Makha !



ā́ jāmírátke avyata bʰujé ná putrá oṇyòḥ |
sárajjāró ná yóṣaṇāṃ varó ná yónimāsádam || 14||



14. Le (soma, frère-) germain (du lait) s’est enveloppé dans le manteau (de lait), pour en jouir, comme le fils dans les deux bras (de sa mère).
    Il se hâte comme un amant vers la jeune-femme, comme un prétendant, pour s’asseoir au séjour-natal.



sá vīró dakṣasā́dʰano ví yástastámbʰa ródasī |
háriḥ pavítre avyata vedʰā́ ná yónimāsádam || 15||



15. (Le soma) est ce héros qui, réalisant la force-agissante, a écarté en les étayant les deux mondes.
    L’alezan s’est enveloppé dans le filtre pour s’asseoir au séjour-natal comme un ordonnateur (des rites).



ávyo vā́rebʰiḥ pavate sómo gávye ádʰi tvací |
kánikradadvŕ̥ṣā háriríndrasyābʰyèti niṣkr̥tám || 16||



16. Le soma se clarifie à travers (le tamis en) poils de brebis, sur la peau de vache.
    Mugissant-avec-force, le taureau, l’alezan, va vers le rendez-vous d’Indra.






Sūkta 9.102 

krāṇā́ śíśurmahī́nāṃ hinvánnr̥tásya dī́dʰitim |
víśvā pári priyā́ bʰuvadádʰa dvitā́ || 1||



1. Grâce à son action (propre, le soma), nourrisson des grandes (rivières), lui qui met en marche la vision de l’Ordre,
    a fait le tour de toutes les choses aimées, et (cela) dès l’origine.



úpa tritásya pāṣyòrábʰakta yádgúhā padám |
yajñásya saptá dʰā́mabʰirádʰa priyám || 2||



2. Entre les deux mâchoires de Trita, (le soma) a eu part au séjour (qui est) dans la cachette,
    à travers les sept structures du sacrifice, et (c’est ce qu’on appelle son séjour) aimé.



trī́ṇi tritásya dʰā́rayā pr̥ṣṭʰéṣvérayā rayím |
mímīte asya yójanā ví sukrátuḥ || 3||



3. Stimule avec (ton) jet les trois (filtres) de Trita, (pour procurer) la richesse sur les (trois) dos (de Trita) !
    (Le soma) mesure ses trajets au loin, (ce dieu) à la bonne force-inspirante.



jajñānáṃ saptá mātáro vedʰā́maśāsata śriyé |
ayáṃ dʰruvó rayīṇā́ṃ cíketa yát || 4||



4. (Sitôt) né, les sept mères (célestes) instruisirent le (soma) ordonnateur des rites, pour la gloire,
    ce (soma qui réside) ferme entre les richesses, puisqu’il (en) a pris-conscience.



asyá vraté sajóṣaso víśve devā́so adrúhaḥ |
spārhā́ bʰavanti rántayo juṣánta yát || 5||



5. En son allégeance Tous les dieux ont un même cœur, (les dieux) qui ignorent le dol.
    Souhaitées sont les joies (du soma), puisqu’elles sont agréables (aux dieux).



yámī gárbʰamr̥tāvŕ̥dʰo dr̥śé cā́rumájījanan |
kavíṃ máṃhiṣṭʰamadʰvaré puruspŕ̥ham || 6||



6. (Le soma) que (les dieux) crûs par l’Ordre engendrèrent (comme) embryon, beau à voir.
    poète très généreux, tant souhaité pour le sacrifice,
    ...



samīcīné abʰí tmánā yahvī́ r̥tásya mātárā |
tanvānā́ yajñámānuṣágyádañjaté || 7||



7. Vers (lui) accourent en personne les deux juvéniles (entités féminines) conjointes, les deux mères de l’Ordre.
    quand, tendant le sacrifice selon la séquence, (les officiants) oignent (le soma).



krátvā śukrébʰirakṣábʰirr̥ṇórápa vrajáṃ diváḥ |
hinvánnr̥tásya dī́dʰitiṃ prā́dʰvaré || 8||



8. Par la pensée-inspirante (ô soma) aux yeux brillants, tu as ouvert l’enclos du ciel,
    mettant en marche la vision de l’Ordre, en avant, pour le cursus-rituel.






Sūkta 9.103 

prá punānā́ya vedʰáse sómāya váca údyatam |
bʰr̥tíṃ ná bʰarā matíbʰirjújoṣate || 1||



1. Au soma clarifié, ordonnateur (des rites), (je) pré(sente) la parole offerte.
    Je (l’) apporte avec les poèmes comme une offrande : qu’il l’agrée !



pári vā́rāṇyavyáyā góbʰirañjānó arṣati |
trī́ ṣadʰástʰā punānáḥ kr̥ṇute háriḥ || 2||



2. Oint du (lait des) vaches, (le soma) entoure en coulant (le tamis en) poils de brebis.
    En se clarifiant, il fonde ses trois séjours-communs, lui l’alezan.



pári kóśaṃ madʰuścútamavyáye vā́re arṣati |
abʰí vā́ṇīrŕ̥ṣīṇāṃ saptá nūṣata || 3||



3. (Le soma) entoure en coulant la cuve dégouttante de miel, sur (le tamis en) poil(s) de brebis.
    (L’) ont acclamé les sept voix-musicales des Prophètes.



pári ṇetā́ matīnā́ṃ viśvádevo ádābʰyaḥ |
sómaḥ punānáścamvòrviśaddʰáriḥ || 4||



4. Il coule tout, autour, guide des poèmes, propre à Tous les dieux, intrompable ;
    le soma se clarifiant entre dans les deux récipients, lui l’alezan.



pári daívīránu svadʰā́ índreṇa yāhi sarátʰam |
punānó vāgʰádvāgʰádbʰirámartyaḥ || 5||



5. Parcours (ta course) avec Indra, sur le même char (que lui, tenant compte) des autonomies divines,
    te clarifiant avec les officiants, (toi-même) officiant, immortel (soma)!



pári sáptirná vājayúrdevó devébʰyaḥ sutáḥ |
vyānaśíḥ pávamāno ví dʰāvati || 6||



6. (Le soma coule tout) autour, comme un attelage cherchant le prix, dieu pressé pour les dieux,
    pénétrant-partout, il coule à travers (le filtre, en) Pavamâna.






Sūkta 9.104 

sákʰāya ā́ ní ṣīdata punānā́ya prá gāyata |
śíśuṃ ná yajñaíḥ pári bʰūṣata śriyé || 1||



1. O amis, asseyez vous ici, entonnez un chant pour (le soma) se clarifiant!
    Comme un nourrisson, enjolivez le de sacrifices, pour qu’il soit beau !



sámī vatsáṃ ná mātŕ̥bʰiḥ sr̥játā gayasā́dʰanam |
devāvyàṃ madamabʰí dvíśavasam || 2||



2. Unissez le (soma avec le lait) comme le veau avec ses mères, (ce soma) qui fait-se-réaliser le patrimoine !
    (Qu’il serve) au breuvage invitateur de dieux, doublement vigoureux !



punā́tā dakṣasā́dʰanaṃ yátʰā śárdʰāya vītáye |
yátʰā mitrā́ya váruṇāya śáṃtamaḥ || 3||



3. Clarifiez (le soma) qui réalise la force-agissante, en sorte qu’ (il soit) très bienfaisant quand (il s’agit) d’inviter
    la troupe (des Marut), quand Mitra (et) Varuna !



asmábʰyaṃ tvā vasuvídamabʰí vā́ṇīranūṣata |
góbʰiṣṭe várṇamabʰí vāsayāmasi || 4||



4. Toi qui nous procures les biens, les voix-musicales (des Prophètes) t’ont acclamé (, ô soma) !
    Nous revêtons (du lait) des vaches ta forme-distinctive.



sá no madānāṃ pata índo devápsarā asi |
sákʰeva sákʰye gātuvíttamo bʰava || 5||



5. Tel (étant), ô maître des breuvages-enivrants, ô suc-de-soma, tu es propre au festin des dieux.
    Comme un ami pour (son) ami, sois celui qui procure au mieux l’issue-heureuse !



sánemi kr̥dʰyàsmádā́ rakṣásaṃ káṃ cidatríṇam |
ápā́devaṃ dvayúmáṃho yuyodʰi naḥ || 6||



6. Fais (en sorte qu’aille) bien loin de nous le démon, l’Atriṇ quel qu’il soit !
    E(carte) l’impie bifide, écarte l’angoisse de nous !






Sūkta 9.105 

táṃ vaḥ sakʰāyo mádāya punānámabʰí gāyata |
śíśuṃ ná yajñaíḥ svadayanta gūrtíbʰiḥ || 1||



1. O amis, vers ce (soma), qui se clarifie pour notre ivresse dirigez le chant !
    Comme un nourrisson, (les officiants) se (le) rendent délectable par les sacrifices, les eulogies.



sáṃ vatsá iva mātŕ̥bʰiríndurhinvānó ajyate |
devāvī́rmádo matíbʰiḥ páriṣkr̥taḥ || 2||



2. Comme un veau (se mélange) avec ses mères, (ainsi) le suc-de-soma, (une fois) mis en branle, est oint (avec le lait des vaches),
    breuvage-enivrant qui invite les dieux, tout équipé de poèmes.



ayáṃ dákṣāya sā́dʰano'yáṃ śárdʰāya vītáye |
ayáṃ devébʰyo mádʰumattamaḥ sutáḥ || 3||



3. Voici (le soma) qui réalise la force-agissante, le voici (qui a été) pressé pour l’invite
    à la troupe (des Marut), le voici, pour (l’invite) aux dieux, lui tout plein de miel.



gómanna indo áśvavatsutáḥ sudakṣa dʰanva |
śúciṃ te várṇamádʰi góṣu dīdʰaram || 4||



4. Cours, ô suc, (soma) pressé, (pour) nous (procurer) la possession de vaches, la possession de chevaux, ô toi qui as la force-agissante !
    J’ai imposé ta couleur pure sur (le lait des) vaches.



sá no harīṇāṃ pata índo devápsarastamaḥ |
sákʰeva sákʰye náryo rucé bʰava || 5||



5. Tel (étant), ô maître des alezans, ô suc-de-soma, propre entre tous au festin des dieux,
    comme un ami pour (son ami, sois) (apte à nous faire) briller !



sánemi tvámasmádā́m̐ ádevaṃ káṃ cidatríṇam |
sāhvā́m̐ indo pári bā́dʰo ápa dvayúm || 6||



6. Bien loin de nous (chasse), toi l’impie, l’Atriṇ quel qu’il soit,
    toi qui l’emportes, ô suc-de-soma, (chasse) les oppressions tout autour, é(vince l’être) bifide !






Sūkta 9.106 

índramácʰa sutā́ imé vŕ̥ṣaṇaṃ yantu hárayaḥ |
śruṣṭī́ jātā́sa índavaḥ svarvídaḥ || 1||



1. Vers Indra taureau qu’aillent les (soma) pressés (que) voici, les alezans,
    nés par l'exaucement (de notre prière), les sucs procurant la lumière-solaire !



ayáṃ bʰárāya sānasíríndrāya pavate sutáḥ |
sómo jaítrasya cetati yátʰā vidé || 2||



2. Voici (le soma) pressé, vainqueur, (qui) se clarifie pour le butin, pour Indra.
    Le soma est attentif à la victoire, comment (elle) s’obtient.



asyédíndro mádeṣvā́ grābʰáṃ gr̥bʰṇīta sānasím |
vájraṃ ca vŕ̥ṣaṇaṃ bʰaratsámapsujít || 3||



3. Dans les ivresses de ce (soma), qu’Indra puise la puisée qui gagne
    et tienne-en-mains la foudre (, ce) taureau, (Indra) toujours vainqueur dans les eaux !



prá dʰanvā soma jā́gr̥viríndrāyendo pári srava |
dyumántaṃ śúṣmamā́ bʰarā svarvídam || 4||



4. Cours en avant, ô soma vigilant ; pour Indra, ô suc, coule tout autour !
    Apporte (nous ta) fougue éclatante, celle qui procure la lumière-solaire !



índrāya vŕ̥ṣaṇaṃ mádaṃ pávasva viśvádarśataḥ |
sahásrayāmā patʰikŕ̥dvicakṣaṇáḥ || 5||



5. Pour Indra clarifie toi (, ô soma qui fournis ainsi) le breuvage-enivrant (pareil à) un taureau, toi beau à voir pour tous,
    toi aux mille parcours, frayant les chemins, regardant au loin !



asmábʰyaṃ gātuvíttamo devébʰyo mádʰumattamaḥ |
sahásraṃ yāhi patʰíbʰiḥ kánikradat || 6||



6. Toi qui pour nous-mêmes es le procureur l'issue-heureuse entre tous, le plus riche en miel pour les dieux,
    marche par mille chemins, en mugissant-avec-force !



pávasva devávītaya índo dʰā́rābʰirójasā |
ā́ kaláśaṃ mádʰumānsoma naḥ sadaḥ || 7||



7. Clarifie toi pour l’invite aux dieux, ô suc-de-soma, avec (tes) jets, (ta) force-formidable !
    Assieds toi dans notre vase, ô soma riche en miel !



táva drapsā́ udaprúta índraṃ mádāya vāvr̥dʰuḥ |
tvā́ṃ devā́so amŕ̥tāya káṃ papuḥ || 8||



8. Tes gouttes flottant sur l’eau ont invigoré Indra pour l’ivresse.
    Toi-même (ô soma), les dieux t’ont bu pour (gagner le principe) immortel.



ā́ naḥ sutāsa indavaḥ punānā́ dʰāvatā rayím |
vr̥ṣṭídyāvo rītyāpaḥ svarvídaḥ || 9||



9. O sucs-de-soma pressés, vous clarifiant ap(portez) nous la richesse en coulant,
    vous qui faites pleuvoir le ciel, qui répandez les eaux, qui procurez la lumière-solaire !



sómaḥ punāná ūrmíṇā́vyo vā́raṃ ví dʰāvati |
ágre vācáḥ pávamānaḥ kánikradat || 10||



10. Le soma se clarifiant court avec la vague (des eaux) à travers (le tamis en) poil(s) de brebis,
    le Pavamâna qui mugit-avec-force en tête des paroles.



dʰībʰírhinvanti vājínaṃ váne krī́ḷantamátyavim |
abʰí tripr̥ṣṭʰáṃ matáyaḥ sámasvaran || 11||



11. Avec les pensées-poétiques (les officiants) mettent en branle le (soma) gagnant-du-prix, qui joue dans (la cuve de) bois (en passant) à travers (le tamis en poils de) brebis.
    En direction du (soma) aux trois dos les poèmes ont retenti ensemble.



ásarji kaláśām̐ abʰí mīḷhé sáptirná vājayúḥ |
punānó vā́caṃ janáyannasiṣyadat || 12||



12. Il a été lâché en direction des vases, pour la compétition, tel un attelage cherchant-le-prix.
    Se clarifiant, engendrant la parole, il a coulé.



pávate haryató háriráti hvárāṃsi ráṃhyā |
abʰyárṣanstotŕ̥bʰyo vīrávadyáśaḥ || 13||



13. Le (soma) désirable se clarifie, l’alezan, par delà les obstacles, avec rapidité.
    coulant pour les laudateurs (de manière à procurer) une marque-d'honneur consistant en hommes-d’élite.



ayā́ pavasva devayúrmádʰordʰā́rā asr̥kṣata |
rébʰanpavítraṃ páryeṣi viśvátaḥ || 14||



14. Clarifie toi de cette (clarification-)ci, toi qui aimes les dieux ! Les jets de miel (sômique) se sont répandus.
    En psalmodiant tu parcours le filtre en tous sens.






Sūkta 9.107 

párītó ṣiñcatā sutáṃ sómo yá uttamáṃ havíḥ |
dadʰanvā́m̐ yó náryo apsvàntárā́ suṣā́va sómamádribʰiḥ || 1||



1. Tout autour (en partant) d’ici versez le soma pressé, oblation suprême !
    (Ce) soma qui a couru, noble, dedans les eaux, (l’officiant l’) a presse avec les pierres.



nūnáṃ punānó'vibʰiḥ pári sravā́dabdʰaḥ surabʰíntaraḥ |
suté cittvāpsú madāmo ándʰasā śrīṇánto góbʰirúttaram || 2||



2. Te clarifiant à travers (le tamis en poils de) brebis, coule maintenant tout autour, (ô soma) intrompable, plus parfumé (que quoi que ce soit) !
    Dès qu’a eu lieu la pressée dans les eaux, nous nous environs du jus (sômique), te mélangeant avec (le lait des) vaches, toi exellent.



pári suvānáścákṣase devamā́danaḥ kráturíndurvicakṣaṇáḥ || 3||



3. Pressé, (le soma) coule tout autour pour être vu, lui qui enivre
    les dieux, qui est la force-inspirante, suc visible au loin.



punānáḥ soma dʰā́rayāpó vásāno arṣasi |
ā́ ratnadʰā́ yónimr̥tásya sīdasyútso deva hiraṇyáyaḥ || 4||



4. Te clarifiant, ô soma, tu coules en jet, vêtu d’eaux.
    Conférant des trésors, tu t’assieds au séjour-natal de l’Ordre, source dorée, ô dieu !



duhāná ū́dʰardivyáṃ mádʰu priyáṃ pratnáṃ sadʰástʰamā́sadat |
āpŕ̥cʰyaṃ dʰarúṇaṃ vājyàrṣati nŕ̥bʰirdʰūtó vicakṣaṇáḥ || 5||



5. Donnant-pour-lait de sa mamelle céleste le miel aimé, (le soma) s’est assis en son primitif séjour-commun.
    Gagnant-du-prix, il coule vers (le réceptacle) fondement à quoi il aspirait, (ce soma) secoué par les seigneurs et regardant au loin.



punānáḥ soma jā́gr̥virávyo vā́re pári priyáḥ |
tváṃ vípro abʰavó'ṅgirastamo mádʰvā yajñáṃ mimikṣa naḥ || 6||



6. Te clarifiant, ô soma vigilant, (tu coules) tout autour vers le (tamis en) poil(s) de brebis, toi l’aimé.
    Inspiré, tu as été le plus grand des Āñgiras : assaisonne notre sacrifice avec le miel (sômique) !



sómo mīḍʰvā́npavate gātuvíttama ŕ̥ṣirvípro vicakṣaṇáḥ |
tváṃ kavírabʰavo devavī́tama ā́ sū́ryaṃ rohayo diví || 7||



7. Le soma généreux se clarifie, Prophète qui procure au mieux l’issue-heureuse, inspiré qui regarde au loin.
    Tu as été le poète invitateur de dieux par excellence ; tu as fait monter le soleil au ciel.



sóma u ṣuvāṇáḥ sotŕ̥bʰirádʰi ṣṇúbʰirávīnām |
áśvayeva harítā yāti dʰā́rayā mandráyā yāti dʰā́rayā || 8||



8. Le soma, pressé par les presseurs sur les dos (du tamis en poils) de brebis,
    marche, (doué) d’un jet couleur-d’alezan comme (la lancée d’) une jument ; il marche, (doué) d’un jet harmonieux.



anūpé gómāngóbʰirakṣāḥ sómo dugdʰā́bʰirakṣāḥ |
samudráṃ ná saṃváraṇānyagmanmandī́ mádāya tośate || 9||



9. (Tel) un possesseur-de-vaches (qui est) avec ses vaches dans (un domaine sis) le long des eaux, le soma a coulé, (oui) il a coulé avec (le lait des vaches) traites.
    Comme (vont les fleuves) dans l’océan, (celles-ci) sont allées dans les enclos-couverts. (Le soma) réjouissant fuse pour l’ivresse.



ā́ soma suvānó ádribʰistiró vā́rāṇyavyáyā |
jáno ná purí camvòrviśaddʰáriḥ sádo váneṣu dadʰiṣe || 10||



10. Étant pressé à l’aide des pierres, ô soma, (tu vas) à travers le (tamis en) poils de brebis.
    Que (le soma-)alezan entre dans les deux récipients comme l’homme (de troupe) dans la forteresse ! Tu as établi ton siège dans les (cuves de) bois.



sá māmr̥je tiró áṇvāni meṣyò mīḷhé sáptirná vājayúḥ |
anumā́dyaḥ pávamāno manīṣíbʰiḥ sómo víprebʰirŕ̥kvabʰiḥ || 11||



11. Il s’est nettoyé à travers le (tamis en) poils de brebis, comme un attelage cherchant-le-prix (qui part) pour la compétition,
    le soma Pavamâna, digne d’être salué par ceux qui détiennent-le-sens, par les inspirés, les chantres.



prá soma devávītaye síndʰurná pipye árṇasā |
aṃśóḥ páyasā madiró ná jā́gr̥virácʰā kóśaṃ madʰuścútam || 12||



12. O soma, (tu as gonflé quand tu te pousses) en avant, pour l’invite aux dieux, comme a gonflé le fleuve avec son flot.
    Avec le lait de ta tige, toi (qui rends l’homme) vif comme (fait l’alcool) enivrant, (tu te diriges) vers la cuve dégouttante de miel.



ā́ haryató árjune átke avyata priyáḥ sūnúrná márjyaḥ |
támīṃ hinvantyapáso yátʰā rátʰaṃ nadī́ṣvā́ gábʰastyoḥ || 13||



13. Le (soma) désirable s’est enveloppé dans un blanc manteau, lui digne d’être nettoyé comme un fils chéri.
    Les (prêtres bien) oeuvrants le mettent en branle comme un cḥar avec leurs bras, (afin qu’il aille) dans les rivières.



abʰí sómāsa āyávaḥ pávante mádyaṃ mádam |
samudrásyā́dʰi viṣṭápi manīṣíṇo matsarā́saḥ svarvídaḥ || 14||



14. Les soma vivaces se clarifient pour (donner) un breuvage enivrant,
    au sommet de l’océan, eux qui détiennent-le-sens, qui enivrant, qui procurent la lumière-solaire.



táratsamudráṃ pávamāna ūrmíṇā rā́jā devá r̥táṃ br̥hát |
árṣanmitrásya váruṇasya dʰármaṇā prá hinvāná r̥táṃ br̥hát || 15||



15. Il traverse l'océan avec sa vague, le Pavamâna, roi, dieu, Ordre puissant.
    Qu’il coule selon l’instruction de Mitra, de Varuna, étant propulsé, (lui qui est) Ordre puissant !



nŕ̥bʰiryemānó haryató vicakṣaṇó rā́jā deváḥ samudríyaḥ || 16||



16. Ayant été tenu-en-mains par les seigneurs, désirable,
    regardant au loin, roi, dieu océanique...



índrāya pavate mádaḥ sómo marútvate sutáḥ |
sahásradʰāro átyávyamarṣati támī mr̥jantyāyávaḥ || 17||



17. il se clarifie pour Indra, le breuvage-enivrant, le soma pressé, pour (Indra) qu'accompagnent les Marut.
    (Avec ses) mille jets il coule à travers (le tamis en poils) de brebis ; les Ayu le nettoient.



punānáścamū́ janáyanmatíṃ kavíḥ sómo devéṣu raṇyati |
apó vásānaḥ pári góbʰirúttaraḥ sī́danváneṣvavyata || 18||



18. Se clarifiant dans le récipient, engendrant le poème, Soma poète se complaît parmi les dieux.
    Revêtu d’eaux, il s’est enveloppé tout autour de (lait de) vaches, (ce dieu) excellent, assis dans les (cuves de) bois.



távāháṃ soma rāraṇa sakʰyá indo divédive |
purū́ṇi babʰro ní caranti mā́máva paridʰī́m̐ráti tā́m̐ ihi || 19||



19. En ton amitié, ô soma, je me complais, ô suc, jour après jour.
    Beaucoup de choses (dangereuses, ô soma) brun, circulent-en-secret autour (de) moi : va par delà les barrières, les dé molissant !



utā́háṃ náktamutá soma te dívā sakʰyā́ya babʰra ū́dʰani |
gʰr̥ṇā́ tápantamáti sū́ryaṃ paráḥ śakunā́ iva paptima || 20||



20. Et de nuit et de jour, ô soma, je (suis prêt) pour (faire) amitié avec toi, ô (soma) brun, en (ta) mamelle.
    Par delà le soleil qui brûle avec ardeur, nous avons volé outre, tels de grandsoiseaux.



mr̥jyámānaḥ suhastya samudré vā́caminvasi |
rayíṃ piśáṅgaṃ bahuláṃ puruspŕ̥haṃ pávamānābʰyàrṣasi || 21||



21. Étant nettoyé dans l’océan (de la cuve), ô (soma) traité par les mains habiles, tu meus la parole.
    Tu coules afin (de procurer) la richesse couleur-d’or, abondante, très souhaitée, ô Pavamâna.



mr̥jānó vā́re pávamāno avyáye vŕ̥ṣā́va cakrado váne |
devā́nāṃ soma pavamāna niṣkr̥táṃ góbʰirañjānó arṣasi || 22||



22. Nettoyé (en tant que) Pavamâna dans (le tamis en) poil(s) de brebis, mugis comme un taureau en dé(valant) dans la (cuve) de bois !
    O soma, ô Pavamâna, tu coules vers le rendez vous des dieux, étant oint (du lait) des vaches.



pávasva vā́jasātaye'bʰí víśvāni kā́vyā |
tváṃ samudráṃ pratʰamó ví dʰārayo devébʰyaḥ soma matsaráḥ || 23||



23. Clarifie toi pour gagner le prix-de-victoire, (te dirigeant) vers tous les pouvoirs-poétiques !
    C’est toi qui le premier as étendu l’océan pour les dieux, ô soma enivrant.



sá tū́ pavasva pári pā́rtʰivaṃ rájo divyā́ ca soma dʰármabʰiḥ |
tvā́ṃ víprāso matíbʰirvicakṣaṇa śubʰráṃ hinvanti dʰītíbʰiḥ || 24||



24. Tel (étant), clarifie toi donc, environ(nant) l’espace terrestre et (les espaces) célestes, ô soma, avec les propriétés (qui sont tiennes) !
    C’est toi que les hommes-inspirés mettent en branle, ô (dieu) brillant qui regardes au loin, par les poèmes, par les intuitions-poétiques.



pávamānā asr̥kṣata pavítramáti dʰā́rayā |
marútvanto matsarā́ indriyā́ háyā medʰā́mabʰí práyāṃsi ca || 25||



25. Les Pavamâna se sont répandus au delà du filtre, en un jet,
    accompagnés des Marut, eux les enivrants coursiers d’Indra, pour (procurer) sagesse et satisfactions-rituelles.



apó vásānaḥ pári kóśamarṣatī́ndurhiyānáḥ sotŕ̥bʰiḥ |
janáyañjyótirmandánā avīvaśadgā́ḥ kr̥ṇvānó ná nirṇíjam || 26||



26. Se vêtant d’eaux, le suc-de-soma coule autour de la cuve, mis en branle par les presseurs.
    Engendrant la lumière, il a fait mugir les vaches réjouies, se faisant (de leur lait) pour ainsi dire une robe-d’apparat.






Sūkta 9.108 

pávasva mádʰumattama índrāya soma kratuvíttamo mádaḥ |
máhi dyukṣátamo mádaḥ || 1||



1. Clarifie toi, ô soma très riche en miel, pour Indra, (comme) breuvage procurant la force-inspirante par excellence,
    breuvage qui puissamment résides au ciel plus (que tout autre).



yásya te pītvā́ vr̥ṣabʰó vr̥ṣāyáte'syá pītā́ svarvídaḥ |
sá supráketo abʰyàkramīdíṣó'cʰā vā́jaṃ naítaśaḥ || 2||



2. (Le soma) ayant bu duquel le taureau (Indra) se comporte-en-taureau dans la boisson de ce (soma) procureur de lumière-solaire,
    ce (soma) aux bons signes-précurseurs a foncé vers les jouis-sances-rituelles comme Etaśa vers le prix-de-victoire.



tváṃ hyàṅgá daívyā pávamāna jánimāni dyumáttamaḥ |
amr̥tatvā́ya gʰoṣáyaḥ || 3||



3. C’est bien toi en effet, ô Pavamâna très éclatant, qui annonces-en-héraut
    les engendrements divins, pour (que les dieux accèdent à) l’immortalité.



yénā návagvo dadʰyáṅṅaporṇuté yéna víprāsa āpiré |
devā́nāṃ sumné amŕ̥tasya cā́ruṇo yéna śrávāṃsyānaśúḥ || 4||



4. (Voici le soma) grâce à qui Navagva, Dadhvañc, ouvre(nt la porte des vaches prisonnières), grâce à qui les hommes-inspirés ont eu part
    au beau (principe) immortel dans la faveur des dieux, grâce à qui ils accédèrent aux situations-de-renom...



eṣá syá dʰā́rayā sutó'vyo vā́rebʰiḥ pavate madíntamaḥ |
krī́ḷannūrmírapā́miva || 5||



5. voici le-célèbre (soma) pressé (qui) se clarifie avec son jet (dans le tamis) en poils de brebis, lui très enivrant,
    qui joue comme la vague des eaux.



yá usríyā ápyā antáráśmano nírgā́ ákr̥ntadójasā |
abʰí vrajáṃ tatniṣe gávyamáśvyaṃ varmī́va dʰr̥ṣṇavā́ ruja || 6||



6. Lui qui en tranchant (la clôture) a fait sortir les vaches aurorales à forme-d’eau, (qui étaient bloquées) de dedans la roche, grâce à sa force-formidable,
    — tu avais tendu un enclos de vaches, de chevaux : ouvre-le-par-fracture, ô (soma) hardi, comme (ferait un guerrier) armé-d’une-cuirasse !



ā́ sotā pári ṣiñcatā́śvaṃ ná stómamaptúraṃ rajastúram |
vanakrakṣámudaprútam || 7||



7. Pressez (le soma), déversez le tout autour comme (on arrose) un cheval, (lui qui est la) Louange, traversant les eaux, traversant l’espace,
    bruissant dans (la cuve de) bois, flottant sur l’eau,



sahásradʰāraṃ vr̥ṣabʰáṃ payovŕ̥dʰaṃ priyáṃ devā́ya jánmane |
r̥téna yá r̥tájāto vivāvr̥dʰé rā́jā devá r̥táṃ br̥hát || 8||



8. taureau aux mille jets, crû par le lait, cher à la génération divine,
    qui, né de l’Ordre, grâce à l’Ordre a crû au loin, roi, dieu, Ordre puissant !



abʰí dyumnáṃ br̥hádyáśa íṣaspate didīhí deva devayúḥ |
ví kóśaṃ madʰyamáṃ yuva || 9||



9. Brille afin (de nous procurer) l’éclat puissant, la distinction, ô maître de la jouissance-rituelle, ô dieu qui aimes les dieux !
    Disjoins la cuve médiane (des eaux atmosphériques) !



ā́ vacyasva sudakṣa camvòḥ sutó viśā́ṃ váhnirná viśpátiḥ |
vr̥ṣṭíṃ diváḥ pavasva rītímapā́ṃ jínvā gáviṣṭaye dʰíyaḥ || 10||



10. Fonce ici, (ô soma) à la bonne force-agissante, (qui es) pressé dans les deux récipients, tel un chef de clan, (maître) des clans, conducteur (du char) !
    Clarifie toi (en versant) la pluie du ciel, le courant des eaux (terrestres) ; vivifie les pensées-poétiques (propres) à rechercher des vaches !



etámu tyáṃ madacyútaṃ sahásradʰāraṃ vr̥ṣabʰáṃ dívo duhuḥ |
víśvā vásūni bíbʰratam || 11||



11. Voici le-célèbre (soma) mouvant l’ivresse, (les prêtres) ont trait les cieux (pour le susciter, ce) taureau aux mille jets,
    qui porte tous les biens.



vŕ̥ṣā ví jajñe janáyannámartyaḥ pratápañjyótiṣā támaḥ |
sá súṣṭutaḥ kavíbʰirnirṇíjaṃ dadʰe tridʰā́tvasya dáṃsasā || 12||



12. En taureau est né (le soma) immortel, lui qui fait naître, qui fait briller au loin les ténèbres par la lumière.
    Lui, bien loué par les poètes, il a mis sa robe-d’apparat, de triple manière, grâce à sa force-merveilleuse.



sá sunve yó vásūnāṃ yó rāyā́mānetā́ yá íḷānām |
sómo yáḥ sukṣitīnā́m || 13||



13. C’est lui qu’on presse, rapporteur des biens, des richesses, des offrandes,
    (ce) soma, (l’apporteur) de bonnes résidences.



yásya na índraḥ píbādyásya marúto yásya vāryamáṇā bʰágaḥ |
ā́ yéna mitrā́váruṇā kárāmaha éndramávase mahé || 14||



14. Nous (voulons) qu’Indra boive de ce (soma), que les Marut (en boivent), ou encore Bhaga avec Aryamaṇ,
    lui par qui nous attirerons à nous Varuṇa (et) Mitra, à (nous) Indra, pour une grande assistance.



índrāya soma pā́tave nŕ̥bʰiryatáḥ svāyudʰó madíntamaḥ |
pávasva mádʰumattamaḥ || 15||



15. Pour Indra, pour qu’il boive, clarifie toi, ô soma tenu-en-mains par les seigneurs, bien armé,
    très enivrant, le plus riche en miel !



índrasya hā́rdi somadʰā́namā́ viśa samudrámiva síndʰavaḥ |
júṣṭo mitrā́ya váruṇāya vāyáve divó viṣṭambʰá uttamáḥ || 16||



16. Entre dans le cœur d’Indra, réceptacle du soma, comme les fleuves dans l’océan,
    toi (ô soma) qui plais à Mitra, à Varuṇa, à Vâyu, étai suprême du ciel !






Sūkta 9.109 

pári prá dʰanvéndrāya soma svādúrmitrā́ya pūṣṇé bʰágāya || 1||



1. Cours tout autour, en avant, pour Indra, ô soma, (leur)
    plaisant-au-goût, pour Mitra, Pūṣaṇ, Bhaga !



índraste soma sutásya peyāḥ krátve dákṣāya víśve ca devā́ḥ || 2||



2. Qu’Indra veuille boire de ton (jus) pressé, ô soma, en vue de
    la force-inspirante, de la force-agissante, ainsi que Tous les dieux !



evā́mŕ̥tāya mahé kṣáyāya sá śukró arṣa divyáḥ pīyū́ṣaḥ || 3||



3. Ainsi donc, coule pour le (principe) immortel, la grande
    résidence, toi clair (soma), crème céleste !



pávasva soma mahā́nsamudráḥ pitā́ devā́nāṃ víśvābʰí dʰā́ma || 4||



4. Clarifie toi, ô soma, grand océan, père des dieux, pour
    (atteindre) toutes (tes) structures !



śukráḥ pavasva devébʰyaḥ soma divé pr̥tʰivyaí śáṃ ca prajā́yai || 5||



5. Clarifie toi clair pour les dieux, ô soma, pour le ciel (et) la terre
    et bénéfiquement pour la descendance !



divó dʰartā́si śukráḥ pīyū́ṣaḥ satyé vídʰarmanvājī́ pavasva || 6||



6. Tu es le porteur du ciel, la crème claire : clarifie toi pour
    (atteindre ta) réelle expansion, toi qui gagnes-le-prix !



pávasva soma dyumnī́ sudʰāró mahā́mávīnāmánu pūrvyáḥ || 7||



7. Clarifie toi, ô soma éclatant, au beau jet, le long du grand
    (tamis en poils) de brebis, (dieu) primordial !



nŕ̥bʰiryemānó jajñānáḥ pūtáḥ kṣáradvíśvāni mandráḥ svarvít || 8||



8. Lui qui a été tenu-en-mains par les seigneurs, (sitôt) né,
    (qui fut) pressé : qu'il répande (pour nous) tous (les biens, ce dieu)
    harmonieux qui procure la lumière-solaire :



índuḥ punānáḥ prajā́murāṇáḥ káradvíśvāni dráviṇāni naḥ || 9||



9. Le suc-de-soma clarifié, qui se choisit sa descendance : qu’il
    nous crée toutes les richesses !



pávasva soma krátve dákṣāyā́śvo ná niktó vājī́ dʰánāya || 10||



10. Clarifie toi, ô soma, pour (donner) la force-inspirante, la
    force-agissante, toi lavé comme un cheval, gagnant-du-prix,
    (clarifie toi) pour l’enjeu !



táṃ te sotā́ro rásaṃ mádāya punánti sómaṃ mahé dyumnā́ya || 11||



11. Cette sève de toi soma, les presseurs la clarifient pour
    l'ivresse, pour le grand éclat !



śíśuṃ jajñānáṃ háriṃ mr̥janti pavítre sómaṃ devébʰya índum || 12||



12. Le nourrisson (sitôt) né, l’alezan, le soma, le suc, ils le
    nettoient dans le filtre pour les dieux.



índuḥ paviṣṭa cā́rurmádāyāpā́mupástʰe kavírbʰágāya || 13||



13. Le suc vient-d’être clarifié, le beau (soma), pour l’ivresse,
    dans le giron des eaux, lui poète, pour (notre) chance.



bíbʰarti cā́rvíndrasya nā́ma yéna víśvāni vr̥trā́ jagʰā́na || 14||



14. Il porte le beau nom d’Indra, grâce auquel il a frappé
    toutes les résistances-ennemies.



píbantyasya víśve devā́so góbʰiḥ śrītásya nŕ̥bʰiḥ sutásya || 15||



15. Tous les dieux boivent de ce (soma) quand il a été mélangé
    (du lait) des vaches (et) pressé par les seigneurs.



prá suvānó akṣāḥ sahásradʰārastiráḥ pavítraṃ ví vā́ramávyam || 16||



16. Pressé, il a coulé en avant, avec ses mille jets, à travers
    le filtre, par delà (le tamis en) poil(s) de brebis.



sá vājyàkṣāḥ sahásraretā adbʰírmr̥jānó góbʰiḥ śrīṇānáḥ || 17||



17. Le (soma) gagnant-du-prix a coulé, en mille semences,
    nettoyé par les eaux, mélangé, du lait des vaches.



prá soma yāhī́ndrasya kukṣā́ nŕ̥bʰiryemānó ádribʰiḥ sutáḥ || 18||



18. O soma, marche en avant vers les panses d’Indra, ayant été
    tenu-en-mains par les seigneurs, pressé par les pierres !



ásarji vājī́ tiráḥ pavítramíndrāya sómaḥ sahásradʰāraḥ || 19||



19. Le (soma) gagnant-du-prix s’est répandu à travers le filtre
    pour Indra, le soma aux mille jets.



añjántyenaṃ mádʰvo rásenéndrāya vŕ̥ṣṇa índuṃ mádāya || 20||



20. (Les officiants) l'oignent avec la sève de miel, pour Indra
    taureau, (ce) suc-de-soma, pour le breuvage-enivrant.



devébʰyastvā vŕ̥tʰā pā́jase'pó vásānaṃ háriṃ mr̥janti || 21||



21. Toi qui te vêts des eaux, alezan, ils te nettoient pour les
    dieux, pour (que tu prennes ta) configuration à ton gré.



índuríndrāya tośate ní tośate śrīṇánnugró riṇánnapáḥ || 22||



22. Le suc-de-soma fuse pour Indra, se diffuse, se mélangeant
    (de lait), formidable, faisant-couler les eaux.






Sūkta 9.110 

páryū ṣú prá dʰanva vā́jasātaye pári vr̥trā́ṇi sakṣáṇiḥ |
dviṣástarádʰyā r̥ṇayā́ na īyase || 1||



1. Cours tout autour, en avant, pour gagner le prix-de-victoire, tout autour, toi qui forces les résistances-ennemies !
    Pour traverser les hostilités, tu marches comme un qui poursuit la faute.



ánu hí tvā sutáṃ soma mádāmasi mahé samaryarā́jye |
vā́jām̐ abʰí pavamāna prá gāhase || 2||



2. Car nous te saluons, ô soma pressé, dans le grand royaume de la compétition.
    Tu plonges en avant, ô Pavamâna, vers les prix-de-victoire.



ájījano hí pavamāna sū́ryaṃ vidʰā́re śákmanā páyaḥ |
gójīrayā ráṃhamāṇaḥ púraṃdʰyā || 3||



3. Car tu as engendré le soleil, ô Pavamâna, pour qu’il s’étende, le lait (aussi) grâce à (ta) capacité,
    te hâtant avec la Plénitude qui anime (le don de) vaches.



ájījano amr̥ta mártyeṣvā́m̐ r̥tásya dʰármannamŕ̥tasya cā́ruṇaḥ |
sádāsaro vā́jamácʰā sániṣyadat || 4||



4. Tu as engendré, ô (soma) immortel parmi les mortels, (le soleil) dans l’observance de l’Ordre, (ce) beau (principe) immortel.
    Toujours tu as couru vers le prix-de-victoire, coulant-à-flots.



abʰyàbʰi hí śrávasā tatárditʰótsaṃ ná káṃ cijjanapā́namákṣitam |
śáryābʰirná bʰáramāṇo gábʰastyoḥ || 5||



5. Car toujours tu as percé glorieusement la fontaine, comme (qui dirait) inépuisable, (ce) breuvage des hommes,
    tel (un guerrier) tenant (l’arc) en ses deux mains (perce la cible) avec les flèches.



ā́dīṃ ké citpáśyamānāsa ā́pyaṃ vasurúco divyā́ abʰyànūṣata |
vā́raṃ ná deváḥ savitā́ vyūrṇute || 6||



6. Alors certains (êtres) célestes, brillants (de l’éclat des) Vasu, voyant l’alliance (avec Soma), l’ont acclamé :
    (le soma) découvre son trésor comme (fait) le dieu Savitṛ.



tvé soma pratʰamā́ vr̥ktábarhiṣo mahé vā́jāya śrávase dʰíyaṃ dadʰuḥ |
sá tváṃ no vīra vīryā̀ya codaya || 7||



7. En toi, ô soma, les premiers (sacrificateurs), ayant tourné la litière-rituelle, ont mis leur pensée-poétique, pour le grand prix-de-victoire, pour le (grand) renom.
    Tel (étant), aiguillonne nous, ô héros, pour l’héroïsme !



diváḥ pīyū́ṣaṃ pūrvyáṃ yáduktʰyàṃ mahó gāhā́ddivá ā́ níradʰukṣata |
índramabʰí jā́yamānaṃ sámasvaran || 8||



8. La crème primordiale du ciel, le célébrable (soma), ils l’ont extrait du grand abîme du ciel.
    Ils ont chanté ensemble en l’honneur d’Indra quand il naquit.



ádʰa yádimé pavamāna ródasī imā́ ca víśvā bʰúvanābʰí majmánā |
yūtʰé ná niṣṭʰā́ vr̥ṣabʰó ví tiṣṭʰase || 9||



9. Alors, quand tu eus sur(passé) ces deux mondes, ô Pavamâna, et tous ces univers par ta puissance,
    tu te répartis comme le taureau installé dans le troupeau (parmi les vaches).



sómaḥ punānó avyáye vā́re śíśurná krī́ḷanpávamāno akṣāḥ |
sahásradʰāraḥ śatávāja índuḥ || 10||



10. Le soma se clarifiant dans (le tamis en) poil(s) de brebis, jouant comme un nourrisson, le Pavamâna a coulé
    (en) mille jets, (pour procurer) cent prix-de-victoire, le suc-de-soma.



eṣá punānó mádʰumām̐ r̥tā́véndrāyénduḥ pavate svādúrūrmíḥ |
vājasánirvarivovídvayodʰā́ḥ || 11||



11. Voici le suc-de-soma se clarifiant, riche en miel, conforme à l’Ordre : il se clarifie pour Indra (en une) vague délicieuse,
    gagnant le prix-de-victoire, procurant le large-espace, conférant la force-vitale.



sá pavasva sáhamānaḥ pr̥tanyū́nsédʰanrákṣāṃsyápa durgáhāṇi |
svāyudʰáḥ sāsahvā́nsoma śátrūn || 12||



12. Tel (étant), clarifie toi, toi qui l’emportes sur les agresseurs, qui écartes les démonialités, re(fusant) les mauvaises voies,
    ô soma bien armé qui triomphes-toujours des ennemis !






Sūkta 9.111 

ayā́ rucā́ háriṇyā punānó víśvā dvéṣāṃsi tarati svayúgvabʰiḥ sū́ro ná svayúgvabʰiḥ |
dʰā́rā sutásya rocate punānó aruṣó háriḥ |
víśvā yádrūpā́ pariyā́tyŕ̥kvabʰiḥ saptā́syebʰirŕ̥kvabʰiḥ || 1||



1. Avec cet éclat fauve, (le soma) se clarifiant traverse toutes les hostilités, grâce (à ses chevaux) qui s’attellent d’eux-mêmes, tel le Soleil grâce (à ses chevaux) qui s’attellent d’eux-mêmes.
    Sous le jet du (soma) pressé brille (le soma) se clarifiant, alezan couleur-d’aurore,
    quand il entoure-en-marchant toutes les formes, (mû) par les chantres aux sept bouches, par les chantres.



tváṃ tyátpaṇīnā́ṃ vido vásu sáṃ mātŕ̥bʰirmarjayasi svá ā́ dáma r̥tásya dʰītíbʰirdáme |
parāváto ná sā́ma tádyátrā ráṇanti dʰītáyaḥ |
tridʰā́tubʰiráruṣībʰirváyo dadʰe rócamāno váyo dadʰe || 2||



2. C’est toi (ô soma) qui trouvas le-célèbre bien des Paṇi ; avec les mères (= les fleuves célestes) tu te nettoies en ta propre maison, avec les intuitions de l’Ordre (= les poèmes sacrés), en (ta propre) maison.
    Comme (venant) d’un domaine-lointain la mélodie (est) là où se complaisent les pensées-poétiques.
    Par les triples (femelles = les vaches) couleur-d’aurore, (le soma) a reçu sa force-vitale ; brillant, il a reçu sa force-vitale.



pū́rvāmánu pradíśaṃ yāti cékitatsáṃ raśmíbʰiryatate darśató rátʰo daívyo darśató rátʰaḥ |
ágmannuktʰā́ni paúṃsyéndraṃ jaítrāya harṣayan |
vájraśca yádbʰávatʰo ánapacyutā samátsvánapacyutā || 3||



3. (Le soma) marche le long de la région-du-ciel orientale, observant-attentivement ; il s’aligne avec les rayons (solaires), char beau à voir, céleste char beau à voir.
    Sont venus les hymnes, (venues) les virilités : qu’elles excitent Indra à la victoire,
    en sorte que (toi-même, ô Soma) et le foudre (d’Indra) deveniez inébranlables dans les batailles, inébranlables !






Sūkta 9.112 

nānānáṃ vā́ u no dʰíyo ví vratā́ni jánānām |
tákṣā riṣṭáṃ rutáṃ bʰiṣágbrahmā́ sunvántamicʰatī́ndrāyendo pári srava || 1||



1. De diverses manières (vont) en vérité nos pensées, se sé(parent) les vœux des humains :
    le charron (recherche) la chose-endommagée ; le médecin, (le membre) brisé ; l’ofliciant-formulaire recherche un qui presse (le soma). Pour Indra, ô suc-de-soma, coule tout autour !



járatībʰiróṣadʰībʰiḥ parṇébʰiḥ śakunā́nām |
kārmāró áśmabʰirdyúbʰirhíraṇyavantamicʰatī́ndrāyendo pári srava || 2||



2. Avec des plantes vieillies, avec les plumes de grands-oiseaux,
    avec des pierres, le forgeron au long des jours recherche (un client) plein d’or. Pour (etc.).



kārúraháṃ tató bʰiṣágupalaprakṣíṇī nanā́ |
nā́nādʰiyo vasūyávó'nu gā́ iva tastʰiméndrāyendo pári srava || 3||



3. Je suis barde, papa est médecin, maman alimente la meule :
    (avec nos) pensées diverses, (mais tous) visant aux biens, nous suivons (l’argent) à la trace, comme (le bouvier suit) les vaches. Pour (etc.).



áśvo vóḷhā sukʰáṃ rátʰaṃ hasanā́mupamantríṇaḥ |
śépo rómaṇvantau bʰedaú vā́rínmaṇḍū́ka icʰatī́ndrāyendo pári srava || 4||



4. Le cheval de trait (recherche) un char agréable; les séducteurs, un sourire ;
    le membre-viril, les lèvres poilues ; la grenouille, elle, recherche l’eau. Pour (etc.).






Sūkta 9.113 

śaryaṇā́vati sómamíndraḥ pibatu vr̥trahā́ |
bálaṃ dádʰāna ātmáni kariṣyánvīryàṃ mahádíndrāyendo pári srava || 1||



1. Qu’Indra Vṛtrahaṇ boive le soma dans le Śaryaṇāvat,
    prenant (ainsi) de la force en soi quand il s’apprête-à-faire un grand exploit ! Pour (etc.).



ā́ pavasva diśāṃ pata ārjīkā́tsoma mīḍʰvaḥ |
r̥tavākéna satyéna śraddʰáyā tápasā sutá índrāyendo pári srava || 2||



2. Clarifie toi, ô maître des orients, ô soma généreux (qui émanes) d’Ārjīka,
    qui es pressé à l’aide de la parole sacrée, du réel, de la confiance, de l’ascèse ! Pour (etc.).



parjányavr̥ddʰaṃ mahiṣáṃ táṃ sū́ryasya duhitā́bʰarat |
táṃ gandʰarvā́ḥ prátyagr̥bʰṇantáṃ sóme rásamā́dadʰuríndrāyendo pári srava || 3||



3. Invigoré par Parjanya, la Fille du soleil amena (sur terre) ce buffle (soma).
    C’est lui que les Gandharva prirent en charge, c’est cette saveur qu’ils mirent dans le soma. Pour (etc.).



r̥táṃ vádannr̥tadyumna satyáṃ vádansatyakarman |
śraddʰā́ṃ vádansoma rājandʰātrā́ soma páriṣkr̥ta índrāyendo pári srava || 4||



4. Toi qui parles (selon) l’Ordre, ô (soma) qui brilles (selon) l’Ordre, toi qui parles (selon) le réel, ô toi dont les actes sont réels,
    toi qui parles (selon) la confiance, ô soma, ô roi, (tu as été) tout équipé, ô soma, par l’exécuteur (du rite). Pour (etc.).



satyámugrasya br̥hatáḥ sáṃ sravanti saṃsravā́ḥ |
sáṃ yanti rasíno rásāḥ punānó bráhmaṇā hara índrāyendo pári srava || 5||



5. Du (soma) réellement formidable, puissant, les confluences confluent;
    ensemble vont les sèves du (soma) savoureux, quand tu es clarifié par la Formule, ô alezan. Pour (etc.).



yátra brahmā́ pavamāna cʰandasyā̀ṃ vācaṃ vádan |
grā́vṇā sóme mahīyáte sómenānandáṃ janáyanníndrāyendo pári srava || 6||



6. Là où l’officiant-formulaire, ô Pavamâna, qui dit la parole prosodique,
    se valorise en Soma avec la pierre (presseuse qu’il tient en mains), engendrant la félicité par le soma... Pour (etc.).



yátra jyótirájasraṃ yásmim̐ loké svarhitám |
tásminmā́ṃ dʰehi pavamānāmŕ̥te loké ákṣita índrāyendo pári srava || 7||



7. là où (est) la lumière inextinguible, le monde où a été placé le soleil,
    c’est dans ce (monde) que veuille me placer, ô Pavamâna, dans le monde immortel, impérissable... Pour (etc.).



yátra rā́jā vaivasvató yátrāvaródʰanaṃ diváḥ |
yátrāmū́ryahvátīrā́pastátra mā́mamŕ̥taṃ kr̥dʰī́ndrāyendo pári srava || 8||



8. là où (est) roi le fils de Vivasvant, où (est) le rempart du ciel,
    où (sont) ces eaux là-bas, (toujours) juvéniles, là rends moi immortel ! Pour (etc.).



yátrānukāmáṃ cáraṇaṃ trināké tridivé diváḥ |
lokā́ yátra jyótiṣmantastátra mā́mamŕ̥taṃ kr̥dʰī́ndrāyendo pári srava || 9||



9. là où (s’opère) à son gré la circulation vers le (ciel aux) trois firmaments, vers le triple ciel du ciel,
    là où (sont) les mondes pourvus de lumière, là rends moi immortel ! Pour (etc.).



yátra kā́mā nikāmā́śca yátra bradʰnásya viṣṭápam |
svadʰā́ ca yátra tŕ̥ptiśca tátra mā́mamŕ̥taṃ kr̥dʰī́ndrāyendo pári srava || 10||



10. là où (sont) les désirs (avoués) et les désirs-secrets, où (est) la voûte du soleil,
    où la nourriture-funèbre et le rassasiement, là rends moi immortel ! Pour (etc.).



yátrānandā́śca módāśca múdaḥ pramúda ā́sate |
kā́masya yátrāptā́ḥ kā́māstátra mā́mamŕ̥taṃ kr̥dʰī́ndrāyendo pári srava || 11||



11. là où les félicités et les plaisirs et les plaisances (et) complaisances sont installées,
    où sont atteints les désirs du désir, là rends moi immortel ! Pour (etc.).






Sūkta 9.114 

yá índoḥ pávamānasyā́nu dʰā́mānyákramīt |
támāhuḥ suprajā́ íti yáste somā́vidʰanmána índrāyendo pári srava || 1||



1. Celui qui s’est avancé en suivant les positions du suc-de-soma, de Pavamâna,
    on dit de lui qu’ (il sera) riche en progéniture, lui, ô soma, qui t’a voué sa pensée. Pour (etc.).



ŕ̥ṣe mantrakŕ̥tāṃ stómaiḥ káśyapodvardʰáyangíraḥ |
sómaṃ namasya rā́jānaṃ yó jajñé vīrúdʰāṃ pátiríndrāyendo pári srava || 2||



2. O Prophète, qui renforces les chants par les laudations des faiseurs de formules (magiques), ô Kasyapa,
    rends hommage à Soma roi qui est né (comme) le maître des plantes ! Pour (etc.).



saptá díśo nā́nāsūryāḥ saptá hótāra r̥tvíjaḥ |
devā́ ādityā́ yé saptá tébʰiḥ somābʰí rakṣa na índrāyendo pári srava || 3||



3. Il y a sept orients ayant divers soleils, sept officiants (qui sont) des hotar,
    les dieux Âditya qui (sont eux-mêmes) sept : avec eux (tous), ô soma, protège nous ! Pour (etc.).



yátte rājañcʰr̥táṃ havísténa somābʰí rakṣa naḥ |
arātīvā́ mā́ nastārīnmó ca naḥ kíṃ canā́mamadíndrāyendo pári srava || 4||



4. L’oblation qui fut cuite pour toi. ô roi, avec elle, ô Soma, protège nous !
    Que le possesseur d’inimitiés ne nous traverse point et ne nous fasse le moindre mal ! Pour (etc.).